Archives d’Auteur: entreleslignesentrelesmots

Non à l’apologie de la prostitution sur France-Culture !

Lettre ouverte de Zéromacho à Sonia Kronlund, productrice de l’émission

« Les Pieds sur terre » sur France-Culture

Copie à Sandrine Treiner, directrice de France-Culture

à Sibyle Veil, PDG de Radio-France

et à la médiatrice de Radio-France

Le 3 février 2020, a été diffusée sur France-Culture une émission des « Pieds sur terre » au sujet du Vénusia, un bordel de Genève. Lire la suite

Les luttes et mai 68 ont rebattu les cartes de l’amour

Avec l’aimable autorisation de Julie Pagis

Des militants d’un instant ou de toujours, qui se rencontrent, s’aiment, se séparent peut-être… Quelles interactions entre la lutte et l’amour ? Reporterre a interrogé la chercheuse Julie Pagis qui a travaillé sur Mai 68 : « Dans tous les grands mouvements militants, le temps routinier est suspendu, on vit une espèce d’effervescence. Tout cela rapproche les corps, les personnes. »

La lutte est une amante souvent exigeante. Laisse-t-elle de la place à l’amour ? Lutter ensemble facilite-t-il la possibilité de tomber amoureux ? Les mouvements sociaux, en voulant changer la société, influent-ils sur notre vie amoureuse ? Voici quelques-unes des questions que s’est posée la rédaction de Reporterre à l’occasion de ce vendredi 14 février, jour de la Saint-Valentin. Lire la suite

Un essai historique sur les racines du management. Le nazisme comme modèle de direction des ressources humaines

« Libres d’obéir » est un oxymore qui ouvre directement sur une réflexion sur les manières de gouverner, dans les entreprises comme dans l’administration. Johann Chapoutot, historien, spécialiste du nazisme, passe du passé au présent, mêle les périodes pour éclairer les formes des rapports sociaux. Le sous titre précise le sujet : « Le management, du nazisme à aujourd’hui » pour faire l’histoire de cette notion à travers le parcours biographique et philosophique d’un généralSS, Reinhard Höhn, reconverti en formateur de managers après la deuxième guerre mondiale. Les collaborateurs d’Adenauer viennent souvent du nazisme pour lutter contre l’ennemi soviétique et promouvoir la « cogestion » et la « codécision » pour abolir la lutte des classes. Lire la suite

Des historiens protestent contre la fermeture de l’accès aux archives coloniales (plus deux textes)

« Nous dénonçons une restriction sans précédent de l’accès aux archives contemporaines de la nation »

par un collectif d’historiens, publié dans Le Monde du 14 février 2020 Source

La décision de déclassifier un par un les documents de la période 1940-1970 portant le tampon « secret », dont la plupart étaient pourtant accessibles à tous depuis longtemps, porte atteinte à l’accès aux sources et bloque des recherches en cours, alerte un collectif d’historiens dans une tribune au Monde, qui en appelle au code du patrimoine. Lire la suite

Mon coeur saigne

Témoignage au lycée Laure Gatet, le 20 janvier 2020 J’ai grelotté sur la place de la médiathèque, la boule au ventre. Je ne m’y habituerai jamais. Devant les jeunes lycéens, j’essaie difficilement de dire, de raconter, de transmettre la force, même si c’est la force du désespoir. Pendant que je parle, une élève redresse la tête, me fixe des yeux, ensuite se concentre sur sa feuille. Elle reprend le geste une fois, deux fois. Je ne compte plus, elle fait quelque chose de sérieux, j’en suis sûre. Mais quoi donc ? Elle a peut être envie de partir dans son imaginaire pour se mettre à l’abri de la terreur. Non, ce n’est pas ça. Elle est là et me dessine. Elle signe et viens m’offrir mon portrait pendant que les autres se dépêchent pour aller à la cantine. Elle s’appelle Antonia. Seigneur ! Je ne crois pas à la réincarnation ! Elle a le même âge que la cadette de mes parents, celle dont je n’ai pas d’image, puisque sur la seule photo de ma famille en ma possession, elle n’y est pas. Elle n’était pas née. Elle s’appelait Antonia Giraneza. Elle a été tuée en avril 1994. Elle avait 17 ans. Mon coeur saigne. Lors de l’échange, ces jeunes lycéens vérifient la véracité des dates historiques données par leur professeur. Le témoin confirme : la carte d’identité, avec la mention ethnique, existe au Rwanda depuis 1930, époque de la notion de race en Occident. Ces lycéens ont fait une exposition au CDI. Ils savent. Je peux partir tranquille, ils n’oublieront pas le génocide des Tutsi. C’est pour cela que je suis venue. Lire la suite

Décortiquer les gestions et les projets nauséabonds de l’extrême-droite

« Ce tome 3 de Lumière sur mairies brunes couvre la période allant du second semestre 2017 à la fin de l’année 2019. Après les tomes 1 et 2, respectivement publiés en 2015 et 2017, les méfaits de l’extrême droite au pouvoir sont ainsi publiés au grand jour ». Dans l’introduction : Lumières sur mairies brunes. Tome 3, introduction-lumieres-sur-mairies-brunes-tome-3/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, les auteurs et autrices abordent les actes des maires du Rassemblement National et assimilés, soulignent « le racisme, l’autoritarisme, l’antisyndicalisme, l’obsession sécuritaire et la haine des pauvres », donnent quelques exemples de décisions, déclarations et actions : Lire la suite

Du coté du jazz (février 2020)

L’orgue Hammond dans toute sa splendeur féministe.

L’âge ne fait rien à l’affaire, Rhoda Scott reste la personnification de cet instrument bizarre né à Philadelphie au milieu des années 1950, l’orgue Hammond – du nom de son inventeur. Elle renoue ici avec le duo pour faire la démonstration des capacités de son instrument qu’elle caresse avec ses pieds nus, de susciter la danse, d’évoquer les blues pour faire sauter le cafard. « Movin’ Blues » est un titre en adéquation avec son contenu. Le groove est invité et ça bouge dans tous les sens. Je vous défie de rester assis en entendant la composition éponyme. Elle déménage avec une joie communicative et le batteur Thomas Derouineau est un compagnon idéal pour asseoir la performance de l’organiste. Lire la suite