Grands assistés aux frais des contribuables

574676a6-7c85-78e9-8243-a63d572d84fa

Les partisans du « libre marché », de la « concurrence non faussée » et du « moins d’Etat » l’entendent pour les autres mais pas pour eux. Ils sont de véritables assistés de l’Etat, des drogués (une addiction d’autant plus forte qu’elle n’induit que des avantages) aux aides publiques…

« Malgré la fin annoncée du « quoiqu’il en coûte », le robinet des aides publiques aux entreprises continue à couler à flots. Avec le plan France 2030 et la poursuite des achats de titres par les banques centrales, ces aides profitent de manière quasi exclusive aux très grandes entreprises, toujours sans conditions sociales, écologiques ou fiscales »

Ces sociétés engrangent des bénéfices records et sont les championnes des suppression d’emplois, sans oublier les dividendes versés aux actionnaires et les rachats d’actions (au seul bénéfice des actionnaires).

Les auteurs et autrices de cette note analysent les « champions » industriels sous perfusion, « Derrière la fin annoncée du « quoi qu’il en coûte », les aides publiques massives continuent », les 240 milliards d’aides publiques, la réalité des dispositifs et leurs modifications, « Autrement dit, les aides bénéficiant aux petites et moyennes entreprises (avec des règles théoriquement communes pour toutes) cessent, tandis que les aides « sur mesure » destinées aux grosses sont pérennisées », les achats d’obligations des banques centrales.

Des perfusions financières au frais des contribuables sans « aucune condition sociale, écologique ou fiscale ». Les grandes entreprises du CAC40 persévèrent dans leurs pratiques : « prioriser le versement de dividendes copieux à leurs actionnaires, privilégier la rente financière à l’investissement dans l’économie réelle, supprimer des emplois en France et délocaliser pour « chercher la croissance » ailleurs, refuser toute reconversion industrielle de leur appareil productif et préférer des solutions technologiques douteuses pour faire face à la crise climatique ». Au mensonge des bénéfices d’aujourd’hui pour des hypothétiques emplois de demain, il convient d’indiquer au contraire que « Les emplois d’hier sont les bénéfices d’aujourd’hui et les dividendes de demain ».

La priorité de ces entreprises est de donner satisfaction aux actionnaires. Le record de bénéfices et de la capitalisation boursière se traduit par un record de dividendes, « selon les données de France Stratégie, en 2019, 97% des dividendes étaient perçus par 1,7% des foyers fiscaux, et 64% par 0,1% », un record de rachats d’actions, des records de rémunérations patronales…

Bercy aime et aide une minorité qui n’entend pas relever des choix démocratiques.

Une note à faire circuler.

Observatoire des multinationales : Allô Bercy ? – Les records du CAC40 financés par les aides publiques en 2021

Page : « Allô Bercy ? », https://allobercy.multinationales.org

Paris 2021, 5 pages

https://allobercy.multinationales.org/IMG/pdf/allobercy_2511.pdf?

Didier Epsztajn

f20f7ce9-6760-48b0-dd50-5e398dd101a7

a1cbfd10-4f81-5e37-720a-92894ccd7a61

5ad26305-fdac-12f5-f88c-2a799d271b6a

1dde5af9-b2cd-5c9e-e019-71a8d987d923

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.