ABCDaire nécessairement partiel (13)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. En ABCDaire nécessairement partiel et incomplet.

Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…

Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler…

Lire aussi ABCDaire : abcdaire-necessaire-partiel/, abcdaire-necessairement-partiel-2/, abcdaire-necessairement-partiel-3/, abcdaire-necessairement-partiel-4/, abcdaire-necessairement-partiel-5/, abcdaire-necessairement-partiel-6/, abcdaire-necessairement-partiel-7/, abcdaire-necessairement-partiel-8/, abcdaire-necessairement-partiel-9/, abcdaire-necessairement-partiel-10/, abcdaire-necessairement-partiel-11/,abcdaire-necessairement-partiel-12/

C comme café

« L’histoire du café est fascinante ! Depuis l’ouverture des premiers établissements à Constantinople au milieu du XVIe siècle jusqu’à son apparition et sa diffusion en Europe au siècle suivant, le café et les cafés sont à la mode ».

Des compositeurs et une compositrice du XVII au XXe siècle ; Naâyi Osman Dede, Nicolas Bernier,Marin Marais, Katheen Kajioka, Matthew Locke, Tamburi Cemil Bey, Johann Sebastian Bach.

Un peu de l’histoire de ces instruments des deux cotés de la Méditerranée.

L’Ensemble Masques (Anna Besson – flûte baroque -, Sophie Gente & Tuomo Suni – violons -, Kathleen Kajioka – alto & kaman -, Mélisande Corriveau -basse de viole & violoncelle -, Benoîts Vanden Bemden – violone & contrebasse) est dirigé par Olivier Fortin (clavecin)

Adrien Espinouze (ney), Evgenios Voulgaris (yayli tanbur), Pierre Rigopoulos (zarb & daire) assurent le versant musical « oriental ». Les parties chantées sont interprétées par Hana Blazikova (soprano), Reinoud Van Mechelen (ténor), Lisandro Abadie (basse).

A écouter en savourant cette boisson et ces lieux de dégustation…

Cd Routes du café, enregistré en octobre 2017 et novembre 2018, Alpha 2019


D comme Dolce Duello

Derrière une pochette racoleuse, la rencontre d’un violoncelle et d’une voix. Si dans les premiers airs Cecilia Bartoli semble être en retrait, son expressivité virtuose ne tarde pas à prendre une autre dimension, entre lamentations et airs de fureur. Le violoncelle de Sol Gabetta affirme une haute et belle présence. L’instrumentiste et la chanteuse se livrent à un dolce duello. Les deux musiciennes sont accompagnées par le Cappella Cabetta dirigé par le violoniste Andrés Gabetta.

Au programme des airs de Caldera, Albinoni, Gabrielli, Vivaldi, Handel, Porpora. L’album se termine par un concerto pour violoncelle de Boccherini. A déguster…

Cd Cecilia & Sol : Dolce Duello, enregistré en mars 2017, Decca Music


D comme duo

Entre proximité et différenciation des voix, certains les duo soprano / mezzo-soprano participent de la richesse des opéras. Je pense en premier lieu aux duo du Chevalier à la rose de Richard Strauss entre la Maréchale et Octavian dont je ne me lasse pas.

Avec cet album, nous sommes dans les mondes d’opéras italiens, à l’exception d’un air de Jacques Offenbach tiré des Contes d’Hoffmann. Rossini, Donizetti (pour les amateurs et amatrices, j’invite à regarder le Anna Bolena avec Anna Netrebko et Elina Garanča), Bellini, Verdi, Ponchielli.

La soprano est Montserrat Caballé, la mezzo-soprano Shirley Verret. Le New Philhamonia Orchestra est dirigé par Anton Guadagno.

Cd Montserrat Caballé – Shirley Verrett : Great Opératic Duets, BMG 1991


G comme Gubaidulina

La compositrice s’éloigne des formes « habituelles » (historiques) des quatuors pour cordes. Elle semble guidée par des éléments religieux, mystiques ou philosophiques. Les « abimes » sensorielles ainsi créées donnent à sa musique des tonalités particulières.

Le Danish Quartet (Tim Frederiksen -violon, Arne Balk-Moller – violon, Claus Myrup – alto, Henrik Brenstrup – violoncelle) nous proposent trois quatuors et un trio. Des pièces écrites entre 1971 et 1988.

Cd Sofia Gubaidulina : String Quartet 1-3, String Trio, enregistré en aout 1992, CPO 1994


M comme Mélodies orchestrales suédoises

Des compositeurs suédois : Anders Hillborg, Laci Boldemann et Hans Gefors. Anne Sofie von Otter(mezzo-soprano) nous fait découvrir de belles mélodies. Une voix et des sonorités orchestrales sous le thème du désespoir et de la douleur. Le Gothenburg Symphony Orchestra est dirigé par Kent Nagano.

Une découverte à partager…

Cd Boldemann, Gefors, Hillborg – Anne Sofie von Otter, enregistré en décembre 2003, Deutsche Grammophon 20/21 2008


M comme Milhaud

Six petites symphonies aux orchestrations étonnantes (la sixième pour soprano, contralto, ténor, basse, hautbois et violoncelle). Symphonies et opéras aux durées inhabituelles. Les solistes du Capella Cracoviensis sont dirigé·es par Karl Anton Rickenbacher. Je reste perplexe devant le peu d’intérêt suscité par ce compositeur…

Cd Darius Milhaud : 6 petites symphonies & Trois opéras-minutes, enregistré en aout 1990 et en janvier 1999, Koch international 1992


S comme Sallinen

Une symphonie, un concerto pour violon, une composition pour orchestre nommée Shadows, une rhapsodie The Palace Rhapsody – pour vents, percussions, harpe et piano.

L’occasion de découvrir un compositeur finlandais et une grande richesse d’ambiances sonores. Le soliste est Jaakko Kuusisto (violon). Le Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz est dirigé par Ari Rasilainen.

Cd Aulis Sallinen : Symphonie n°8 & Violin Concerto, enregistré en novembre et décembre 2004, CPO 2005


S comme Shostakovich

Les Chants et danses de la mort de Modest Mussorgsky sont présentés dans la version orchestrée par Dmitri Shostakovich, interprétée par Brigitte Fassbaender (mezzo-soprano).

Le couplage choisi, la symphonie n°14 de Dmitri Shostakovich, avec Ljuba Kazarnovskaya (soprano) et Sergei Leiferkus (basse), permet d’explorer les traductions musicales de l’approche de la mort, le coté sombre de l’xistence.

Le Guthenburg Symphony Orchestra est dirigé par Neeme Järvi.

Des voix au service de deux oeuvres poignantes…

Cd Mussorgsky : Chants et danses de la mort – Shostakovich : Symphonie n°14, enregistré en mai 1992, Deustche Grammophon 1993


V comme violoncelle

Quatre instrumentistes : Marco Ceccato (violoncelle et direction), Rebeca Ferri (violoncelle), Francesco Romano (théorbe, guitare), Anna Fontana clavecin).

Des compositeurs du XVIIème siècle : Pietro Giuseppe Gaetano Boni, Filippo Amadei, Nicola Francesco Haym, Guiseppe Maria Perroni, Giovanni Battista Costanzi, Giovanni Bononcini, Giovani Lorenzo Lulier.

Rome, des cardinaux, les chants du violoncelle…

Cd Il violoncello del cardinale, enregistré en novembre 2016, Alpha 2017

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.