Oser ne pas savoir

iu

Un bel objet. Un livre richement illustré, un cd, des improvisations libres et des programmes informatiques.

Neuf compositions interprétées par Bernard Lubat (piano, voix), Gérard Assayag (ordinateur : Omax/SoMax), Marc Chemillier (ordinateur : Djazz)

Bernard Lubat en artiste œuvrier musicien chercheur d’art, « Entendre comment ça souffle, ça crie, ça pense, ça circule, ça divague, ça bifurque. Comment ça s’invente, ça s’use, ça se risque, ça s’expose, ça s’explose… comment ça sonne les cloches », la musique insoumise, les inventions et les amusements, « S’agissant de jouer à s’en jouer pour les appellations contrôlées certifiées vous repasserez. Je n’ai pas d’identité culturelle assoiffée, je n’ai que des ressources culturelles à cultiver. Tout le problème est là. Passionnant… éperdu d’avance »…

George Lewis, les premiers pas et les perspectives d’avenir, l’écoute comme acte d’improvisation, les créations et les transformations de soi…

Rencontre avec Bernard Lubat : Musique et mathématiques. Le musicien aborde, entre autres, le rythme, la danse, la transe, les mathématiques, le moyen de transport, « Le travail avec les ordinateurs nous invite à l’aventure, à l’horreur esthétique, le courage d’affronter nos goûts, nos dégoûts et nos couleuvres », l’ordinateur et l’altérité de soi, les algorithmes, « Les algorithmes sont tournés vers le passé, ils fonctionnent à partir d’un contexte qui vient du passé et ils font une prédiction, mais à très court terme », la très forte myopie de l’ordinateur…

Les Traces par Marc Chemillier, l’utilisation des traces laissées par un musicien, « Aucun son n’est produit par les ordinateurs qui ne soit dérivé, par l’un des processus décrits ci-dessus, de ce que Bernard a joué », la présence corporelle et les affaires de corps, les algorithmes et les techniques de recommandation et les risques d’« enfermer l’usager dans les limites de ses propres routines », les logiciels de créativité artificielle, « Il s’agit plutôt de produire des choses qui ressemblent à celles qui ont été enregistrées, mais en invitant également le système à produire de la surprise et de l’invention »…

Cocréativité par Gérard Assayag, l’improvisation, les expressions musicales, « La musique présentée dans ce disque résulte d’une expérience d’indiscipline collective, engageant l’improvisation libre comme domaine d’expression d’une musicalité partagée entre des humains et des « machines » (au sens abstrait, des machineries pour dire) dans un contexte où l’un apprend de l’autre, l’un progresse avec l’autre, l’un défie l’autre », l’atlas intérieur de nos têtes, les compagnons de jeux assez facétieux, l’irruption de formes irréductibles, les surprises produites..

Des dialogues d’indiscipline collective, tant textuels que musicaux…

Bernard Lubat, Gérard Assayag, Marc Chemillier : Artisticiel. Cyber-improvisations

Editions bilingue, français et anglais

Editions Phonofaune 2021, 168 pages, 24,50 euros

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.