Variant B 11.529, Nu…

Le monde devrait aider l’Afrique Australe, non en bloquant les frontières, mais en levant les brevets pour vacciner au plus vite sa population et éviter la diffusion mondiale du nouveau variant.

En quelques heures, la nouvelle s’est répandue. Un nouveau variant du Sars cov2 a été séquencé, d’abord au Botswana avec trois cas, puis en Afrique du Sud avec six cas. Le nouveau variant B.1.1.529 présente 32 mutations sur la protéine spike, un chiffre record. La protéine spike qui permet au virus de pénétrer les cellules humaines, et qui est à la base de toute la stratégie de vaccination contre la Covid. Ce nouveau variant serait plus infectieux, c’est à dire rentrerait plus facilement dans les cellules humaines grâce à ces mutations, et échapperait plus facilement aux anti-corps anti-covid, de la vaccination ou des patients guéris. Ce qui potentiellement veut dire que les vaccins pourraient être moins efficaces en terme de protection contre le nouveau variant, alors qu’ils étaient resté bien protecteur face au delta, et que les patients qui ont déjà eu la covid pourraient plus facilement se réinfester. Mais l’information clef pour l’avenir, c’est la transmissibilité, c’est à dire la capacité de se transmettre d’un individu à un autre, ce qui est différent de l’infectivité, la capacité à pénétrer la cellule. On a peu d’information sur ce dernier point capital, car il faudra du temps pour bien l’établir. Cependant, une mauvaise nouvelle est rapportée par le Dr Susan Hopkins, médecin chef de l’Agence de Sécurité Sanitaire de Grande Bretagne. Le R temporel, c’est à dire le taux de reproduction du virus à un moment donné, a bondi à 2 dans la région du Gauteng, en Afrique du Sud, où le nouveau variant a été retrouvé. Sans qu’on sache cependant si le B.1.1.529 est déjà dominant dans la région, et donc responsable du fait qu’une personne en contamine deux autres, un chiffre qui a presque doublé ! Prudence donc.

Aujourd’hui, on apprend que le nouveau variant a été retrouvé chez une jeune femme non vaccinée en Belgique, sans contact retrouvé avec l’Afrique Australe. Ce qui peut vouloir dire que le virus circule déjà hors de sa région d’origine. Cependant la patiente avait voyagé via l’Egypte et la Turquie en avion. Donc là aussi incertitude. Une personne a été retrouvée porteuse du variant à Hong Kong, après un voyage au Malawi. Israel vient d’annoncer son premier cas.

Huit pays européens, plus le Japon et Israel, ont immédiatement décidé de fermer leurs frontières aux voyageurs d’Afrique Australe. Une décision qui a fait réagir Christian Lindmeier, porte-parole de l’OMS, qui a déclaré lors d’un briefing à Genève que « l’OMS recommande que les pays continuent d’appliquer une approche scientifique et fondée sur les risques lors de la mise en œuvre des mesures de voyage (…) Et qu’à ce stade, encore une fois, la mise en œuvre de mesures de restrictions aux voyages est déconseillée ». Ces annonces et ces nouvelles restrictions ont fait chuter le rand sud-africain de 3% par rapport au dollar américain, soit son niveau le plus faible depuis un an. Tandis que la bourse de New York s’ouvrait à la baisse.

Alors que l’émergence du variant nu peut relancer encore la pandémie, et son cortège de morts, les seules annonces concernent les restrictions au transport. Un vrai scandale, car l’on sait que ce type de mesures ont déjà été inefficaces pour bloquer le variant delta ! Des annonces très politiques donc, et bien peu scientifiques, de gouvernements des pays riches qui flattent depuis le début le nationalisme vaccinal, et une illusoire fermeture des frontières. Or l’émergence de ce nouveau variant est un acte d’accusation terrible contre toutes les politiques de nationalisme vaccinal, qui privent de dose de vaccins les pays pauvres et notamment l’Afrique australe, où le delta était déjà né. Un apartheid vaccinal qui fait que sur les 6,5 milliards de doses injectées, seulement 2,5% l’ont été en Afrique ! Un apartheid vaccinal pour défendre les profits des Pfizer et Moderna. Un apartheid vaccinal dénoncé depuis de longs mois par les activistes qui se battent pour la levée des brevets et de la propriété intellectuelle sur les vaccins, tests et traitements anti-covid. Un apartheid vaccinal qui favorise la circulation virale, et donc l’émergence de variants. Ce qui met en danger l’efficacité des vaccins. La pandémie nous appelle au contraire à la solidarité, au partage des doses, à l’augmentation urgente des capacités de production, à une campagne ultra-rapide de vaccination en Afrique australe pour ralentir la diffusion virale et protéger le monde, comme cela aura du être fait en juin face à l’explosion virale en Inde, qui a fait probablement plus d’un millions de morts. Cette politique a un nom. C’est la levée des droits de propriété, la levée des brevets !! Les capitalistes la refusent pour défendre les 1000 dollars par seconde que les brevets sur les vaccins covid leur rapportent. L’éditorial de juillet 21 du British Médical Journal n’hésitait pas à dénoncer cette politique comme « un crime contre l’humanité ».

Pour le variant nu comme pour le variant delta, il est probable que la mutation soit apparue chez une personne vivant avec le VIH/ Sida, avec une baisse de profonde de l’immunité, car non traitée contre le VIH. Pour le delta, c’est ce que suggéraient les études d’infectiologie dans la baie de Nelson en Afrique du Sud. Hier « les malades sont au sud, les traitements sont au nord » pour le sida. Et les capitalistes de la pharmacie qui osaient mettre en procès l’Afrique du Sud pour sa loi de 1997, qui l’autorisait à fabriquer et importer des génériques contre le VIH. Avec à la clef 400 000 morts supplémentaires. Aujourd’hui l’apartheid vaccinal. Terrible conjonction.

Le 30 novembre s’ouvre à Genève la réunion inter-ministérielle de l’OMC. C’est déjà un scandale que ce soit une instance sur le commerce qui décide de fait de la politique sanitaire face à la pandémie. C’est un scandale que depuis un an l’Union Européenne, Macron, la Suisse, bloquent la demande de levée des droits de propriété intellectuelle sur la covid. Le prix à payer, c’est 10 000 morts par jour depuis un an ! Et maintenant ce que nous craignions tous, l’émergence d’un nouveau variant. Et les ONG, syndicalistes, activistes du Sud qui voulaient aller à Genève pour clamer leur colère seront de fait interdit de se rendre devant l’OMS. Hier déjà avec les difficultés à faire reconnaître leur vaccination par la Suisse, aujourd’hui car ils risquent d’être bloqués dans les aéroports, ou d’errer à Genève.

Ainsi Fatima Hassan, l’infatigable avocate sud africaine de Health Justice Initiative, ne devrait pas pouvoir aller à Genève et déclare : « les personnes noires et brunes seront interdites de voyage, mais on ne votera pas de dérogation. C’est l’apartheid du vaccin. L’OMC, l’UE et le Royaume-Uni n’aiment pas que leurs nombreux anciens sujets coloniaux le disent, mais cacher la vérité n’aidera pas. L’interdiction de voyager est également anti-science, n’a aucun sens. Les pays qui nous interdisent de voyager nous ont également empêchés d’avoir accès à des vaccins vitaux en même temps qu’eux. Les personnes qui bloquent la dérogation sont celles qui nous interdisent de voyager. Nous avons mis en garde lorsque la dérogation a été proposée pour la première fois : vaccinez tout le monde, partout, rapidement, à cause des variants. Je devais me rendre au MC 12, mais je ne peux pas – mes vols transitent par des zones qui ne permettront pas aux Sud-Africains d’atterrir, la Suisse ne m’a pas encore donné de certificat de vaccination, même si je suis doublement vacciné avec Pfizer, ce qui signifie que je mangerais dehors dans le froid et que je ne pourrais entrer dans aucun bâtiment ou café – alors reportez le MC 12 – oui s’il vous plaît, reportez ». Le 30 novembre, jour de l’ouverture de la session de l’OMC, un cri doit jaillir. Levez les brevets ! Levez les droits de propriété. Quand ? Maintenant !

Frank Prouhet, France, Collectif Brevets sur les vaccins anti covid, stop. Requisition. 26 Novembre


En complément possible :

Communiqué du Collectif Brevets sur les vaccins, stop. Réquisition ! 

Pour la levée de la propriété intellectuelle sur les vaccins, tests & traitements anti-covid, maintenant !

Signez l’appel de Genève

La levée des brevets des vaccins et thérapeutiques contre le covid19

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/10/13/communique-du-collectif-brevets-sur-les-vaccins-stop-requisition/


Variant B 11.529, Nu…

The world should help southern Africa, not by blocking borders, but by lifting patents to vaccinate its population as soon as possible and prevent the global spread of the new variant.

Within hours, the news spread. A new Sars cov2 variant was sequenced, first in Botswana with three cases, then in South Africa with six cases. The new B.1.1.529 variant has a record 32 mutations on the spike protein. The spike protein, which allows the virus to enter human cells, is the basis of the entire vaccination strategy against Covid. This new variant would be more infectious, i.e. would enter human cells more easily thanks to these mutations, and would more easily escape the anti-Covid antibodies of vaccinated or cured patients. This potentially means that vaccines could be less effective in terms of protection against the new variant, whereas they were still protective against delta, and that patients who have already had covid could more easily become reinfected. But the key information for the future is transmissibility, i.e. the capacity to be transmitted from one individual to another, which is different from infectivity, the capacity to penetrate the cell. There is little information on this last crucial point, as it will take time to establish it properly. However, some bad news is reported by Dr Susan Hopkins, Chief Medical Officer of the UK’s Health Security Agency. The temporal R, the rate of reproduction of the virus at a given time, has jumped to 2 in the Gauteng region of South Africa, where the new variant has been found. However, it is not known whether B.1.1.529 is already dominant in the region, and therefore responsible for the fact that one person infects two others, a figure that has almost doubled! So be careful.

Today we learn that the new variant was found in a young unvaccinated woman in Belgium, without any contact with Southern Africa. This may mean that the virus is already circulating outside its region of origin. However, the patient had travelled via Egypt and Turkey by plane. So there is also uncertainty. A person was found to be carrying the variant in Hong Kong, after a trip to Malawi. Israel has just announced its first case.

Eight European countries, plus Japan and Israel, immediately decided to close their borders to travellers from southern Africa. A decision that prompted a reaction from WHO spokesperson Christian Lindmeier, who said at a briefing in Geneva that « WHO recommends that countries continue to apply a scientific and risk-based approach when implementing travel measures (…) And that at this stage, again, the implementation of travel restrictions is not recommended ». The announcements and new restrictions sent the South African rand down 3% against the US dollar, its weakest level in a year. While the New York Stock Exchange opened lower.

While the emergence of the naked variant may further boost the pandemic, and its death toll, the only announcements concern transport restrictions. A real scandal, as we know that this type of measure has already been ineffective in blocking the delta variant! These are therefore very political announcements, and not very scientific, from governments of rich countries that have been flattering vaccine nationalism from the start, and an illusory closure of borders. Yet the emergence of this new variant is a terrible indictment of all the policies of vaccine nationalism, which deprive poor countries, and in particular southern Africa, where the delta variant was already born, of vaccine doses. A vaccine apartheid that means that of the 6.5 billion doses injected, only 2.5% were injected in Africa! A vaccine apartheid to defend the profits of Pfizer and Moderna. A vaccine apartheid that has been denounced for many months by activists fighting for the lifting of patents and intellectual property rights on vaccines, tests and anti-covid treatments. A vaccine apartheid that favours viral circulation, and therefore the emergence of variants. This endangers the effectiveness of vaccines. On the contrary, the pandemic calls for solidarity, dose sharing, an urgent increase in production capacity, and an ultra-rapid vaccination campaign in southern Africa to slow down the spread of the virus and protect the world, as had to be done in June in the face of the viral explosion in India, which probably killed more than one million people. This policy has a name. It is the lifting of property rights, the lifting of patents! The capitalists are refusing to do this in defence of the $1000 per second they get from the patents on covid vaccines. The July 21 editorial of the British Medical Journal did not hesitate to denounce this policy as « a crime against humanity ».

For both the naked and delta variants, it is likely that the mutation arose in a person living with HIV/AIDS, with a profound decline in immunity, as a result of not being treated for HIV. For delta, this was suggested by infectious disease studies in Nelson Bay, South Africa. Yesterday « the sick are in the south, the treatments are in the north » for AIDS. And the pharmaceutical capitalists who dared to sue South Africa for its 1997 law allowing it to manufacture and import generic HIV drugs. This resulted in 400,000 more deaths. Now vaccine apartheid. A terrible conjunction.

On 30 November the WTO inter-ministerial meeting opens in Geneva. It is already a scandal that it is a trade body that is actually deciding on health policy in the face of the pandemic. It is a scandal that for a year the European Union, Macron and Switzerland have been blocking the request to lift intellectual property rights on covid. The price to pay is 10,000 deaths a day for a year! And now what we all feared, the emergence of a new variant. And the NGOs, trade unionists and activists from the South who wanted to go to Geneva to voice their anger were effectively banned from going to the WHO. Yesterday already with the difficulties in getting their vaccination recognised by Switzerland, today because they risk being blocked in airports, or wandering around Geneva.

For example, Fatima Hassan, the tireless South African advocate for the Health Justice Initiative, should not be able to go to Geneva and says: « Black and brown people will be banned from travelling, but there will be no waiver. This is vaccine apartheid. The WTO, EU and UK don’t like their many former colonial subjects saying this, but hiding the truth won’t help. The travel ban is also anti-science, makes no sense.  The countries that ban us from travelling have also prevented us from accessing vital vaccines along with them. The people who block the waiver are the ones who ban us from travelling. We warned when the waiver was first proposed: vaccinate everyone, everywhere, quickly, because of the variants. I was supposed to go to MC 12, but I can’t – my flights go through areas that won’t allow South Africans to land, Switzerland hasn’t given me a vaccination certificate yet, even though I’m double vaccinated with Pfizer, which means I’d be eating outside in the cold and couldn’t get into any buildings or cafes – so postpone MC 12 – yes please postpone. » On 30 November, the opening day of the WTO session, a cry must go up. Lift the patents! Lift the property rights. When? Now!

Frank Prouhet, French collective patents on covid vaccine, stop. Requisition! 26th november

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

********

« En empêchant les pays du Sud de produire des vaccins, les dirigeants européens laissent le virus circuler »

Depuis des mois, les ONG demandent la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid pour en assurer la distribution partout dans le monde. Une mesure plus que jamais nécessaire, car « les inégalités vaccinales favorisent la circulation du virus » et l’émergence de variants.

Le nouveau variant du Covid-19, Omicron, fait craindre une recrudescence globale de l’épidémie. Il s’est déjà rapidement propagé en Afrique du Sud. Ce n’est pas tout à fait un hasard. Dans ce pays, seulement 23% de la population est complètement vaccinée contre le Covid-19. Le taux de vaccination de la population est en revanche de 75% en France (88% des plus de 12 ans), 80% en Espagne, 87% au Portugal. En Algérie, il tombe à 11%. Au Kenya et au Sénégal, seulement 5% de la population est vaccinée, à peine 2% au Cameroun, et moins de 2% en Éthiopie, au Burkina Faso, ou au Nigeria où le nouveau variant vient d’être détecté [1].

Dans la grande majorité des pays les plus pauvres, surtout en Afrique, les taux de vaccination sont au plus bas. En cause, les laboratoires qui ne produisent pas assez de doses pour une distribution mondiale des vaccins en nombre suffisant ; et les pays les plus pauvres n’ont pas les moyens d’en acheter en masse. Il demeurent tributaires de Covax, une initiative de solidarité internationale par laquelle les pays riches financent des vaccins pour les autres. Une aide distillée au compte-gouttes.

Depuis des mois, les ONG du monde entier et des pays du Sud demandent la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid pour permettre une production et une distribution suffisante et accessible à tous. En vain pour l’instant. L’Union européenne (UE), entre autres, bloque toujours. « Les inégalités vaccinales favorisent la circulation du virus Sars-Cov-2 et renforcent le risque d’émergence de variants plus dangereux, rappelle Pauline Londeix et Jérôme Martin, de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, OT-Meds En empêchant depuis plus d’un an les pays du Sud de produire des vaccins, en bloquant à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) la demande de lever les barrières de propriété intellectuelle sur toutes les technologies contre le Covid-19, la Commission européenne et les dirigeants des pays de l’UE laissent le virus circuler, favorisent les mutations et l’émergence de variants potentiellement plus dangereux, y compris pour les populations des pays les plus vaccinées. Le variant Omicron est donc une preuve supplémentaire de la nécessité vitale et de l’urgence de lever des barrières de propriété intellectuelle. »

Les ONG appellent la France à respecter son engagement en faveur de la levée des brevets. En juin, Emmanuel Macron s’était engagé face aux ONG à soutenir la demande portée à l’OMC par l’Inde et l’Afrique du Sud, et une centaine de pays, pour la levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Depuis, la France s’est rallié à la proposition de la Commission européenne, qui bloque les négociations.

« Nous ne pouvons continuer de fermer les yeux »

« Alors qu’une troisième dose est préconisée en France, une grande majorité de la population mondiale issue des pays en développement n’a pas accès au vaccin. Face à la recrudescence de l’épidémie et la montée du variant Omicron, nous ne pouvons continuer de fermer les yeux sur ces inégalités vaccinales criantes sous prétexte de préserver les intérêts du privé », s’indigne la présidente de Médecins du monde, Carine Rolland. « 40 ans d’épidémie de sida et plus de 36 millions de morts n’auront donc pas suffi à nos gouvernements pour tirer les leçons des conséquences meurtrières de l’opposition à la levée des brevets. Combien de morts encore ? » interroge aussi la directrice générale de Sidaction, Florence Thune.

« Il est temps que nos responsables en finissent avec le dogmatisme et l’obscurantisme, et adoptent enfin les mesures de bon sens et éthiques que la situation impose : lever au plus vite toutes les barrières de propriété intellectuelle, assurer un transfert de technologies, soutenir la production de vaccins dans les pays du Sud »renchérit OT Meds. Pour pousser l’Europe à agir, une initiative citoyenne européenne nommée « Pas de profit sur la pandémie », demande à la Commission européenne de prendre au plus vite « des mesures pour faire des vaccins et des traitements antipandémiques un bien public mondial, librement accessible à tous ». Elle a recueilli plus de 200 000 signatures.

https://basta.media/Covid-19-variant-Omicron-pandemie-levee-les-brevets-sur-les-vaccins-Covax

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.