Des colonisé es en lutte pour leur indépendance

arton6015

Dans le cadre du soutien à la lutte de décolonisation de la Kanaky Nouvelle Calédonie, et à l’approche d’un troisième référendum d’auto-détermination dont le maintien au 12 décembre est dénoncé par les indépendantistes en raison de la situation sanitaire sur place, cette brochure cherche à fournir quelques repères sur l’histoire et la société de ce pays ainsi que sur les luttes indépendantistes. Pourquoi est-il juste de parler de « colonie » pour désigner la Nouvelle Calédonie ? Nous espérons que cette contribution permettra d’outiller le soutien en France et au-delà à la lutte du peuple Kanak.


FLNKS : Communique de presse

Kanaky Nouvelle Calédonie : Survie appuie la demande de report du troisième référendum d’autodétermination

Référendum en Nouvelle-Calédonie : adresse aux élu·e·s de la République française

Appel à la non-participation si la date est maintenue au 12 décembre 2021

Appel à reporter le référendum en Kanaky–Nouvelle-Calédonie

Solidaires : Kanaky pour le droit à l’autodétermination et le respect du peuple kanak, il fut repousser le referendum

CGT : Laisser la Kanaky choisir librement et démocratiquement son avenir !

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/10/28/flnks-communique-de-presse-plus-declaration-de-survie/


« Suite à la sollicitation de membres du mouvement indépendantiste, nous nous sommes engagés à :

Contribuer à la remobilisation d’un mouvement de soutien à la lutte du peuple kanak en France. Nous participons ainsi au collectif Solidarité Kanaky,

Partager l’analyse des mécanismes de confiscation des indépendances africaines pour éviter qu’ils soient reproduits dans le futur pays,

Faire connaître en France le caractère colonial de la situation de la Nouvelle­ Calédonie, la lutte du peuple kanak et les manœuvres de la France et de ses partisans pour entraver l’émancipation du peuple colonisé. »

La lutte du peuple kanak nous concerne particulièrement, car c’est notre pays qui occupe ce territoire, « Aujourd’hui encore, il faut rappeler le caractère colonial de cette présence »

Les auteurs et autrices abordent, entre autres, la domination française faite « de conquête, d’accaparement des terres et des ressources naturelles, d’oppression et de massacres, d’acculturation et de mépris, d’exploitation des personnes et de la nature », la structuration de la société au dépends des Kanaks et en faveur des intérêts des français, l’histoire de la colonisation et ses effets sur la population kanak, la transformation de la colonie en « territoire d’outre-mer » pour refuser le processus d’indépendance, la politique de colonisation par immigration massive de français·es, « Aujourd’hui, les Kanak ne représentent plus que 41% de la population. 21% des habitants sont d’origine européenne. Il y a aussi une grande diversité de communautés : Wallis-et-futuniens, Tahitiens, Indonésiens, Ni-Vanuatu, Vietnamiens… En 2020, plus des 2/3 de la population vit à Nouméa la capitale, dont la plupart sont des Européens », l’administration française, les droits civils et coutumiers, l’occupation militaire, la monnaie (Franc CFP) sous contrôle, « En favorisant les flux financiers vers la métropole, le franc CFP limite le financement de l’économie locale. Il limite également les échanges avec les pays voisins et ne permet pas au gouvernement calédonien de mener sa propre politique monétaire », le privilège accordé à la langue française au détriment des langues kanak.

Je souligne les paragraphes sur la ségrégation et les discriminations, la forte inégalité de répartition des richesses, l’emprisonnement des Kanaks et les déchéances de droits civiques, la société profondément raciste, les acteurs et les partisans de la colonisation, l’économie « fortement concentrée dans les mains des grandes familles coloniales », sans oublier l’actualité de la violence coloniale…

Les auteurs et autrices expliquent le terme kanak. Iels reviennent sur l’histoire de la lutte pour l’indépendance, l’insurrection menée par le Grand Chef Ataï, la revendication d’indépendance et les Foulards rouges, les partis dont l’Union Calédonienne (UC) et le Parti de libération kanak (Palika), les « événements » des années 1980, la violence des partisans de la Calédonie française, l’assaut de la grotte d’Ouvéa. Iels expliquent les Accords de Matignon-Oudinot, le « processus de décolonisation », la reconnaissance de l’atteinte à la dignité du peuple kanak, l’accord de Nouméa, les referendum, « défaite mathématique, victoire politique », l’importance du troisième scrutin qui doit être organisé…

Les auteurs et autrices parlent du mouvement indépendantiste aujourd’hui, des multiples facettes de la lutte, de la Kanaky multiculturelle. Iels expliquent pourquoi l’Etat français se dresse contre l’indépendance, la défense d’un « statut » de grande puissance, l’affirmation et la présence d’une force militaire, la main mise sur des richesse stratégiques (nickel, domaine maritime). Elles et ils discutent aussi des manipulations électorales, des entraves aux accords et à l’autonomie, des relais politiques et médiatiques contre l’autodétermination kanak. Iels soulignent les revendications de Survie et des éléments de soutien possibles à la lutte pour l’indépendance…

« En tant que mouvement de soutien à la lutte Kanak, nous exigeons de l’État français :

Le respect de la légitime revendication d’indépendance du peuple kanak, sans y poser aucun obstacle ni manipulation similaires à ce qui a été fait lors des décolonisations africaines.

Le respect intégral de la parole donnée lors des accords de Matignon et de Nouméa (sur le corps électoral, sur les transferts de compétences prévus et non réalisés…).

La non ingérence dans les décisions et choix du futur pays indépendant (notamment la liberté d’établir des partenariats avec les pays de son choix).

La fin immédiate de toute politique de peuplement colonial (fin des primes à l’expatriation).

L’annulation de toute dette qui aurait pu être contractée par la Kanaky-Nouvelle Calédonie envers la France : le pays ayant étant colonisé, c’est la France qui a une dette envers lui, et non l’inverse »

Une brochure à faire largement circuler pour soutenir les droits du peuple kanak contre le colonialisme français.

Survie : Kanaky Nouvelle-Calédonie

Une colonie en lutte pour son indépendance

https://survie.org/publications/brochures/article/nouvelle-brochure-de-survie-kanaky-nouvelle-caledonie-une-colonie-en-lutte-pour

Paris 2021, 20 pages

Didier Epsztajn

**********

Kanaky-Nouvelle Calédonie : Le gouvernement français organise une consultation d’autodétermination sans le peuple colonisé

En maintenant le troisième et dernier référendum sur l’indépendance le 12 décembre en Kanaky Nouvelle-Calédonie, malgré la crise sanitaire et la non-participation annoncée du camp indépendantiste, l’État français tente un dangereux coup de force pour maintenir coûte que coûte le territoire dans son giron, et prend la responsabilité d’une crise politique majeure.

La crise épidémique qui frappe durement le territoire calédonien depuis septembre 2021 avait conduit la totalité des partis indépendantistes à demander le report du scrutin, l’accord de Nouméa permettant d’organiser la dernière consultation jusqu’en septembre 2022. En effet, les différentes mesures de confinement et de restriction des déplacements, mais aussi les deuils qui touchent particulièrement les communautés kanak et océaniennes, ne permettent pas de mener campagne, et se rendre aux urnes constituerait un risque de reprise de l’épidémie. Seul le report à septembre 2022 permettrait le déroulement de la dernière consultation référendaire prévue par l’accord de Nouméa de manière sereine, démocratique et indiscutable. [1]

En maintenant cette date, le gouvernement, qui s’oppose de plus en plus ouvertement à l’indépendance [2], privilégie son propre agenda. D’une part, il espère ainsi enterrer le processus de décolonisation à l’œuvre depuis 30 ans et l’inscrire au bilan de sa mandature dans la perspective des présidentielles de mai 2022. D’autre part, resserrer le calendrier pourrait empêcher que la progression du vote indépendantiste ne permette une victoire du oui à l’indépendance. [3]

Organisé en pleine crise sanitaire et sans la participation du peuple premier, représenté par le mouvement indépendantiste, le 3e référendum d’autodétermination de Kanaky-Nouvelle Calédonie ne pourra en aucun cas être considéré comme valide et crédible. L’État français piétine ainsi les engagements pris depuis 1988 et inscrits dans la Constitution en 1998 au titre de l’accord de Nouméa.

L’État français devra donc assumer l’intégralité des conséquences : la crise politique dans laquelle est désormais plongé le territoire, la rupture totale du dialogue avec le mouvement indépendantiste, les manifestations et mobilisations éventuelles, car la patience du peuple colonisé, qui réclame son indépendance depuis plus de 40 ans et a déjà accepté de nombreux compromis, va peut-être atteindre ses limites avec ce nouveau coup de massue. Car c’est bien l’État, en refusant la conciliation et en décuplant ses forces armées [4], qui est en train de préparer une confrontation violente, et non le mouvement indépendantiste.

Survie réitère son soutien à l’indépendance de Kanaky Nouvelle-Calédonie et à la lutte du peuple Kanak et appelle l’ensemble des organisations politiques, syndicales et associatives à se positionner en ce sens et à dénoncer l’attitude coloniale de l’État français.

Contact presse : Marie Bazin (06 76 76 83 52), contact@survie.org

[1] Voir le communiqué de Survie du 25 octobre 2021

[2] Le Premier ministre Jean Castex affirmait au Sénat le 20 octobre 2021 « le souhait fort que le choix des Calédoniens soit celui de la France. »

[3] Le vote favorable à l’indépendance est passé de 43,3% en novembre 2018 à 46,7% en octobre 2020.

[4] 2000 gendarmes et policiers, 130 véhicules, 30 blindés, 2 hélicoptères puma…

voir

https://www.dnc.nc/un-referendum-sous-haute-securite/ et

http://www.opex360.com/2021/10/07/la-gendarmerie-se-prepare-a-tenir-laeroport-de-noumea-en-cas-de-troubles-apres-le-referendum/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.