« Certaines femmes transgenres nous poussent à avoir des relations sexuelles » BBC NEWS (plus : Déclaration des femmes du parti Travailliste britannique)

Une lesbienne est-elle transphobe si elle ne veut pas avoir de relations sexuelles avec des femmes trans ? Certaines lesbiennes affirment qu’elles subissent de plus en plus de pressions et de contraintes pour accepter des femmes transgenres comme partenaires, puis qu’elles sont ignorées et même menacées si elles en parlent. Plusieurs d’entre elles ont parlé à la BBC, ainsi que des femmes transgenres qui sont également préoccupées par cette question.

Avertissement : L’histoire contient un langage fort

« Quelqu’un m’a dit qu’il préférait me tuer moi plutôt qu’Hitler », raconte Jennie*, 24 ans.

« Ils ont dit qu’ils m’étrangleraient avec une ceinture s’ils étaient dans une pièce avec moi et Hitler. C’était si bizarrement violent, juste parce que je ne veux pas avoir de relations sexuelles avec des femmes trans. »

Jennie est une femme lesbienne. Elle dit qu’elle n’est attirée sexuellement que par les femmes qui sont biologiquement des femmes et qui ont un vagin. Elle n’a donc des rapports sexuels et des relations qu’avec des femmes qui sont biologiquement des femmes.

Jennie pense que cela ne devrait pas prêter à controverse, mais tout le monde n’est pas d’accord avec cela. Elle a été qualifiée de transphobe, de fétichiste des organes génitaux, de perverse et de « terf » – une féministe radicale excluant les trans.

Il y a un argument commun qu’ils essaient d’utiliser : « Et si vous rencontriez une femme dans un bar, qu’elle était très belle, que vous vous entendiez bien, que vous rentriez chez vous et que vous découvriez qu’elle a un pénis ? Est-ce que vous ne seriez pas intéressée ? », explique Jennie, qui vit à Londres et travaille dans la mode.

« Non, parce que même si quelqu’un semble attirant au début, vous pouvez vous en détourner. Je ne possède tout simplement pas la capacité d’être sexuellement attirée par des personnes qui sont biologiquement des hommes, quelle que soit leur identité. »

J’ai pris conscience de ce problème particulier après avoir écrit un article sur le sexe, les mensonges et le consentement légal.

Plusieurs personnes m’ont contactée pour me dire qu’il y avait un « énorme problème » pour les lesbiennes, qui subissaient des pressions pour « accepter l’idée qu’un pénis puisse être un organe sexuel féminin ».

Je savais qu’il s’agirait d’un sujet extrêmement controversé, mais je voulais savoir dans quelle mesure ce problème était répandu.

En fin de compte, il a été difficile de déterminer l’ampleur réelle du problème car peu de recherches ont été menées sur ce sujet – une seule enquête à ma connaissance. Cependant, les personnes concernées m’ont dit que la pression venait d’une minorité de femmes trans, ainsi que de militants qui ne sont pas nécessairement trans eux-mêmes.

Elles ont décrit avoir été harcelées et réduites au silence si elles essayaient de discuter ouvertement de la question. J’ai moi-même été victime d’abus en ligne lorsque j’ai essayé de trouver des personnes à interviewer en utilisant les médias sociaux.

L’une des lesbiennes à qui j’ai parlé, Amy*, 24 ans, m’a dit avoir été victime d’agressions verbales de la part de sa propre petite amie, une bisexuelle qui voulait qu’elles fassent un plan à trois avec une femme trans.

Lorsqu’Amy a expliqué les raisons pour lesquelles elle ne voulait pas le faire, sa petite amie s’est mise en colère.

« La première chose dont elle m’a traitée, c’est de transphobe », a déclaré Amy. « Elle a immédiatement sauté sur l’occasion pour me faire sentir coupable de ne pas vouloir coucher avec quelqu’un ».

Selon elle, la femme trans en question n’avait pas subi de chirurgie génitale, et avait donc toujours un pénis.

« Je sais qu’il y a zéro possibilité pour moi d’être attirée par cette personne », a déclaré Amy, qui vit dans le sud-ouest de l’Angleterre et travaille dans un petit studio d’impression et de design.

« Je peux entendre ses cordes vocales masculines. Je peux voir leur mâchoire masculine. Je sais que, sous leurs vêtements, il y a des organes génitaux masculins. Ce sont des réalités physiques que, en tant que femme qui aime les femmes, vous ne pouvez pas ignorer. »

Amy a déclaré qu’elle se sentirait ainsi même si une femme transgenre avait subi une chirurgie génitale – ce que certaines choisissent de faire, alors que beaucoup ne le font pas.

Peu après, Amy et sa petite amie se sont séparées.

« Je me souviens qu’elle était extrêmement choquée et en colère, et a prétendu que mes opinions étaient de la propagande extrémiste et incitaient à la violence envers la communauté trans, tout en me comparant à des groupes d’extrême droite », a-t-elle déclaré.

« Je me sentais très mal d’avoir détesté chaque instant »

Une autre lesbienne, Chloe*, 26 ans, a déclaré qu’elle se sentait tellement sous pression qu’elle a fini par avoir des rapports sexuels avec pénétration avec une femme transgenre à l’université après avoir expliqué à plusieurs reprises qu’elle n’était pas intéressée.

Elles vivaient près l’une de l’autre dans des résidences universitaires. Chloe avait bu de l’alcool et ne pense pas qu’elle aurait pu donner un consentement approprié.

« Je me suis sentie très mal de détester chaque moment, parce que l’idée est que nous sommes attirés par le genre plutôt que par le sexe, et je n’ai pas ressenti cela, et je me suis sentie mal de ressentir cela », a-t-elle déclaré.

Honteuse et embarrassée, elle a décidé de n’en parler à personne.

À l’époque, le langage était très proche de « les femmes trans sont des femmes, elles sont toujours des femmes, les lesbiennes devraient sortir avec elles ». Et je me suis dit que c’était la raison pour laquelle j’avais rejeté cette personne. Cela me rend-il mauvaise ? Est-ce que je ne serai plus autorisée à faire partie de la communauté LGBT ? Est-ce que je vais subir des répercussions pour cela ? Alors, en fait, je n’en ai parlé à personne. »

C’est en entendant parler d’expériences de ce genre qu’une militante lesbienne a commencé à faire des recherches sur le sujet. Angela C. Wild est cofondatrice de Get The L Out, dont les membres estiment que les droits des lesbiennes sont ignorés par une grande partie du mouvement LGBT actuel.

Elle et ses collègues militantes ont manifesté lors de marches des fiertés au Royaume-Uni, où elles ont rencontré une certaine opposition. La Pride de Londres a accusé le groupe de « sectarisme, d’ignorance et de haine ».

« Les lesbiennes ont toujours extrêmement peur de parler parce qu’elles pensent qu’elles ne seront pas crues, parce que l’idéologie trans est tellement silencieuse partout », a-t-elle déclaré.

Angela a créé un questionnaire pour les lesbiennes et l’a distribué via les médias sociaux, puis a publié les résultats.

Selon elle, sur les 80 femmes qui ont répondu, 56% ont déclaré avoir subi des pressions ou des contraintes pour accepter une femme trans comme partenaire sexuelle.

Tout en reconnaissant que l’échantillon n’est peut-être pas représentatif de la communauté lesbienne au sens large, elle estime qu’il était important de recueillir leurs « points de vue et leurs histoires ».

Outre les pressions exercées sur elles pour qu’elles sortent avec des femmes transgenres ou qu’elles aient des rapports sexuels avec elles, certaines des femmes interrogées ont déclaré avoir bel et bien été persuadées de le faire.

« Je pensais qu’on me traiterait de transphobe ou que j’aurais tort de refuser une femme trans qui voulait échanger des photos nues », a écrit l’une d’elles. « Les jeunes femmes se sentent poussées à coucher avec des femmes trans’ pour prouver que je ne suis pas une terf’ ».

Une femme a déclaré avoir été prise pour cible dans un groupe en ligne. « On m’a dit que l’homosexualité n’existait pas et que je devais à mes sœurs trans de désapprendre ma ‘confusion génitale’ pour que je puisse prendre plaisir à les laisser me pénétrer », a-t-elle écrit.

L’une d’entre elles a comparé le fait d’avoir des rendez-vous avec des femmes transgenres à ce qu’on appelle une thérapie de conversion – la pratique controversée qui consiste à essayer de changer l’orientation sexuelle de quelqu’un.

« Je savais que je n’étais pas attirée par elles, mais j’ai intériorisé l’idée que c’était à cause de ma ‘transmisogynie’ et que si je sortais avec elles suffisamment longtemps, je pourrais commencer à être attirée par elles. C’était une thérapie de conversion bricolée », a-t-elle écrit.

Une autre a rapporté qu’une femme trans l’avait physiquement forcée à avoir des rapports sexuels après un rendez-vous.

« Iel a menacé de me dénoncer comme terf et de mettre mon emploi en danger si je refusais de coucher avec iel », a-t-elle écrit. « J’étais trop jeune pour discuter et j’avais subi un lavage de cerveau par la théorie queer, donc [iel était] une ‘femme’, même si chaque fibre de mon être criait dans tous les sens, alors j’ai accepté de rentrer chez moi avec [iel]. [Iel] a utilisé la force physique lorsque j’ai changé d’avis en voyant [son] pénis et iel m’a violée ».

Bien que salué par certains membres de la communauté LGBT, le rapport d’Angela a été qualifié de transphobe par d’autres.

« [Les gens ont dit] que nous sommes pires que les violeurs parce que nous essayons [soi-disant] de présenter chaque femme trans comme un violeur », a déclaré Angela.

« Ce n’est pas le problème. La question est que si cela arrive, nous devons en parler. Si cela arrive à une femme, c’est mal. Il s’avère que cela arrive à plus d’une femme. »

Le YouTubeur trans Rose of Dawn a abordé la question sur sa chaîne dans une vidéo intitulée « Est-ce que ne pas sortir avec des personnes trans est « transphobe » ? »

« C’est quelque chose que j’ai vu arriver dans la vraie vie à des amis à moi. Cela se produisait avant que je ne commence réellement ma chaîne et c’est l’une des choses qui l’a motivée », a déclaré Rose.

« Ce qui se passe, c’est que les femmes qui sont attirées par les femmes biologiques et les organes génitaux féminins se retrouvent dans des positions très délicates, où si, par exemple, sur un site de rencontres, une femme transgenre les aborde et qu’elles disent ‘désolée, je ne suis pas intéressée par les femmes transgenres’, alors elles sont qualifiées de transphobes. »

Rose a fait la vidéo en réponse à une série de tweets de l’athlète trans Veronica Ivy, alors connu sous le nom de Rachel McKinnon, qui a écrit sur des scénarios hypothétiques où les personnes trans sont rejetées, et a soutenu que les « préférences génitales » sont transphobes.

J’ai demandé à Veronica Ivy si elle voulait me parler, mais elle n’a pas voulu.

Rose pense que de telles opinions sont « incroyablement toxiques ». Elle pense que l’idée que les préférences en matière de fréquentation sont transphobes est poussée par des militants trans radicaux et leurs « alliés autoproclamés », qui ont des opinions extrêmes qui ne reflètent pas celles des femmes trans qu’elle connaît dans la vie réelle.

« Dans mon propre groupe d’amis, les femmes transgenres avec lesquelles je suis amie sont presque toutes d’accord pour dire que les lesbiennes sont libres d’exclure les femmes transgenres de leurs fréquentations », a-t-elle déclaré.

Cependant, elle pense que même les personnes transgenres ont peur d’en parler ouvertement par crainte des abus.

« Les gens comme moi reçoivent beaucoup d’abus de la part des activistes trans et de leurs alliés », dit-elle.

« Le côté des activistes trans est incroyablement enragé contre les personnes qu’ils considèrent comme sortant du rang ».

Debbie Hayton, un enseignant en sciences qui a changé de sexe en 2012 et qui écrit sur les questions trans, s’inquiète du fait que certaines personnes changent de sexe sans réaliser à quel point il sera difficile de nouer des relations.

Bien qu’il existe actuellement peu de données sur l’orientation sexuelle des femmes trans, elle pense que la plupart sont attirées par les femmes parce qu’elles sont biologiquement masculines et que la plupart des hommes sont attirés par les femmes.

Ainsi, lorsqu’elles [les femmes trans] essaient de trouver des partenaires, lorsque les femmes lesbiennes disent « nous voulons des femmes » et que les femmes hétérosexuelles disent qu’elles veulent un homme hétérosexuel, les femmes trans se retrouvent isolées des relations, et peuvent se sentir très déçues par la société, en colère, contrariées et avoir l’impression que le monde leur en veut », a-t-elle déclaré.

Debbie pense qu’il n’y a pas de problème si une femme lesbienne ne veut pas sortir avec une femme trans, mais elle craint que certaines soient poussées à le faire.

« La façon dont la honte est utilisée est tout simplement horrible ; il s’agit d’une manipulation et d’une guerre émotionnelle », a-t-elle déclaré.

« Ces femmes qui veulent nouer des relations avec d’autres femmes biologiques se sentent mal à ce sujet. Comment en est-on arrivé là ? »

Stonewall est la plus grande organisation LGBT du Royaume-Uni et d’Europe. J’ai interrogé l’organisation caritative sur ces questions mais elle n’a pas été en mesure de fournir quelqu’un pour une interview. Cependant, dans une déclaration, la directrice générale Nancy Kelley a comparé le fait de ne pas vouloir sortir avec des personnes transgenres au fait de ne pas vouloir sortir avec des personnes de couleur, des personnes grosses ou des personnes handicapées.

Elle a déclaré : « La sexualité est personnelle et unique pour chacun d’entre nous. Il n’y a pas de « bonne » façon d’être lesbienne, et nous sommes les seuls à pouvoir savoir par qui nous sommes attirés.

« Personne ne devrait jamais être poussé à sortir avec quelqu’un, ou être poussé à sortir avec des personnes qui ne l’attirent pas. Mais si vous trouvez que lorsque vous sortez avec quelqu’un, vous écartez des groupes entiers de personnes, comme les personnes de couleur, les obèses, les handicapés ou les transgenres, il est bon de se demander comment les préjugés sociétaux ont pu façonner vos attirances.

« Nous savons que les préjugés sont encore courants dans la communauté LGBT+, et il est important que nous puissions en parler ouvertement et honnêtement. »

Stonewall a été fondée en 1989 par des personnes opposées à ce que l’on appelait la Section 28 – une législation qui empêchait les conseils municipaux et les écoles de « promouvoir » l’homosexualité. L’organisation se concentrait à l’origine sur les questions touchant les lesbiennes, les gays et les bisexuels, puis en 2015, elle a annoncé qu’elle ferait campagne pour « l’égalité trans ».

Un nouveau groupe – LGB Alliance – a été formé en partie en réponse au changement d’orientation de Stonewall, par des personnes qui estiment que les intérêts des personnes LGB sont laissés de côté.

« Il est juste de dire que je ne m’attendais pas à devoir me battre à nouveau pour ces droits, les droits des personnes dont l’orientation sexuelle est orientée vers des personnes du même sexe », a déclaré la cofondatrice Bev Jackson, qui a également cofondé le UK Gay Liberation Front en 1970.

« Nous pensions en quelque sorte que cette bataille avait été gagnée et il est assez effrayant et assez horrifiant de devoir la mener à nouveau. »

LGB Alliance se dit particulièrement préoccupée par le fait que des lesbiennes plus jeunes et donc plus vulnérables soient poussées à avoir des relations avec des femmes trans.

« Il est très inquiétant de trouver des gens qui disent ‘Cela n’arrive pas, personne ne fait pression sur quelqu’un pour qu’elle aille au lit avec quelqu’un d’autre’, mais nous savons que ce n’est pas le cas », a déclaré Mme Jackson.

« Nous savons qu’une minorité, mais tout de même une minorité non négligeable de femmes transgenres, fait pression sur les lesbiennes pour qu’elles sortent avec elles et aient des relations sexuelles avec elles, et c’est un phénomène très inquiétant. »

J’ai demandé à Mme Jackson comment elle savait qu’une « minorité non négligeable » de femmes transgenres faisaient cela.

Elle a répondu : « Nous n’avons pas de chiffres, mais nous sommes fréquemment contactés par des lesbiennes qui racontent leur expérience dans des groupes LGBT et sur des sites de rencontre. »

« Les jeunes femmes les plus timides » 

Pourquoi pense-t-elle qu’il y a eu si peu de recherches ?

« Je pense certainement que la recherche sur ce sujet serait découragée, sans doute parce qu’elle serait caractérisée comme un projet délibérément discriminatoire », a-t-elle déclaré.

« Mais aussi, les filles et les jeunes femmes elles-mêmes, puisque ce sont probablement les jeunes femmes les plus timides et les moins expérimentées qui sont victimes de ces rencontres, répugneraient à en parler. »

LGB Alliance a été décrite comme un groupe haineux, anti-trans et transphobe. Cependant, Mme Jackson insiste sur le fait que le groupe n’est rien de tout cela, et qu’il compte des personnes trans parmi ses partisans.

« Ce mot transphobie a été placé comme un dragon sur le chemin pour arrêter la discussion sur des questions vraiment importantes », a-t-elle déclaré.

« C’est blessant pour nos supporters trans, c’est blessant pour tous nos supporters, d’être appelé un groupe haineux alors que nous sommes les personnes les moins haineuses que vous puissiez trouver. »

L’expression « plafond de coton » est parfois utilisée pour parler de ces questions, mais elle est controversée.

Elle découle du « plafond de verre » , qui fait référence à une barrière invisible empêchant les femmes d’atteindre le sommet de l’échelle professionnelle. Le terme « coton » fait référence aux sous-vêtements féminins, et l’expression vise à représenter la difficulté que certaines femmes transgenres estiment rencontrer lorsqu’elles cherchent à nouer des relations ou à avoir des rapports sexuels. « Briser le plafond de coton » signifie être capable d’avoir des relations sexuelles avec une femme.

L’expression aurait été utilisée pour la première fois en 2012 par un acteur pornographique transgenre répondant au nom de Drew DeVeaux. Elle ne travaille plus dans l’industrie et je n’ai pas réussi à la contacter. Cependant, j’ai parlé à une ancienne interprète et réalisatrice de films pornographiques qui pense avoir inspiré DeVeaux à l’utiliser.

Lily Cade, qui a travaillé dans l’industrie pendant 10 ans, portait le label « Lesbienne Etoile d’Or de la Vallée du Porno » parce qu’elle n’avait jamais eu de relations sexuelles qu’avec d’autres femmes.

On a demandé à Lily de tourner une scène avec DeVeaux à Toronto et elle a d’abord accepté après avoir regardé des photos d’elle. Mais elle s’est désistée à l’avance après avoir découvert en ligne qu’elle était une femme transgenre.

« Ma libido était orientée vers les femmes », a déclaré Lily. « Je ne pouvais pas voir au-delà du fait que ce avec quoi j’interagissais était des organes génitaux masculins modifiés par la chirurgie et non l’organe reproducteur d’une femelle singe, et je ne pouvais tout simplement pas passer outre. »

Se sentant coupable, Lily a envoyé à DeVeaux un courriel dans lequel elle s’excusait d’être « la pire fille de toute l’histoire du monde ».

« Je me suis sentie vraiment mal à propos de la façon dont je me suis sentie à ce sujet, mais c’était mon ressenti. J’ai fait le choix de dire quelque chose à ce sujet et de faire marche arrière », a-t-elle déclaré.

Lily a déclaré qu’elle avait été critiquée sur Twitter à l’époque, mais seulement par des « personnes très marginales du porno queer ». Cependant, le concept du plafond de coton a attiré l’attention lorsqu’il a été utilisé dans le titre d’un atelier organisé par le Planning Familial de Toronto.

Le titre de l’atelier était : « Surmonter le plafond de coton : Casser les barrières sexuelles qui font obstacles des Femmes Trans Queer », et la description expliquait comment les participants allaient « travailler ensemble pour identifier les obstacles, élaborer des stratégies pour les surmonter et construire une communauté ».

L’atelier était dirigé par un écrivain et artiste transgenre qui a ensuite travaillé pour Stonewall (l’organisation a demandé à la BBC de ne pas la nommer pour des raisons de protection).

« J’ai pensé que c’était un peu dégoûtant », a déclaré Lily. « Le langage est grossier parce que vous évoquez la métaphore du plafond de verre, qui concerne l’oppression des femmes. Donc c’est dire que si quelqu’un ne veut pas avoir de relations sexuelles avec vous, cette personne vous opprime. »

La femme trans qui a animé l’atelier a refusé de parler à la BBC, mais le Planning Familial de Toronto a maintenu sa décision d’organiser l’atelier.

Dans une déclaration envoyée à la BBC, la directrice générale Sarah Hobbs a déclaré que l’atelier « n’a jamais été destiné à préconiser ou à promouvoir le dépassement des objections d’une femme individuelle à l’activité sexuelle ». Au contraire, elle a déclaré que l’atelier explorait « les façons dont les idéologies de la transphobie et de la transmisogynie ont un impact sur le désir sexuel ».

Qui d’autre a été approché ?

Outre Veronica Ivy, j’ai contacté plusieurs autres femmes transgenres très en vue qui ont écrit ou parlé de la sexualité et des relations. Aucune d’entre elles n’a souhaité me parler, mais mes rédacteurs et moi-même avons estimé qu’il était important de refléter certaines de leurs opinions dans cet article.

Dans une vidéo qui a maintenant été supprimée, la YouTubeur Riley J Dennis a affirmé que les « préférences » en matière de rencontres sont discriminatoires.

Elle posait la question suivante : « Seriez-vous prêt à sortir avec une personne transgenre, honnêtement ? Réfléchissez-y une seconde. OK, vous avez votre réponse ? Eh bien si vous avez dit non, je suis désolée mais c’est plutôt discriminatoire. »

Elle a expliqué : « Je pense que la principale inquiétude des gens par rapport au fait de sortir avec une personne trans est qu’elle n’aura pas les organes génitaux qu’ils attendent. Parce que nous associons les pénis aux hommes et les vagins aux femmes, certaines personnes pensent qu’elles ne pourraient jamais sortir avec un homme trans avec un vagin ou une femme trans avec un pénis.

« Mais je pense que les gens sont plus que leurs organes génitaux. Je pense qu’on peut ressentir de l’attirance pour quelqu’un sans savoir ce qu’il y a entre ses jambes. Et si vous deviez dire que vous n’êtes attiré que par des personnes avec un vagin ou des personnes avec un pénis, c’est vraiment comme si vous réduisiez les gens à leurs seuls organes génitaux. »

Un autre YouTuber, Danielle Piergallini, a réalisé une vidéo intitulée « Le Plafond de Coton : Transphobie, sexe et rencontres (mais pas les transsexuels) ».

Elle a déclaré : « Je veux parler de l’idée qu’il y a un certain nombre de personnes qui disent qu’elles ne sont pas attirées par les personnes trans, et je pense que c’est transphobe parce que chaque fois que vous faites une déclaration généralisée sur un groupe de personnes, cela ne vient généralement pas d’un bon endroit. »

Cependant, elle ajoute : « S’il y a une femme trans qui est pré-op et que quelqu’un ne veut pas sortir avec elle parce qu’elle n’a pas les organes génitaux qui correspondent à sa préférence, c’est évidemment compréhensible. »

Le romancier et poète Roz Kaveney a écrit un article intitulé « Quelques pensées sur le plafond de coton » et un autre intitulé « Plus de plafond de coton ».

« Ce qui se passe toujours, c’est une hypothèse selon laquelle la personne est l’état actuel de ses parties génitales, et l’histoire de ses parties génitales », a-t-elle écrit dans le premier article.

« Ce qui est à peu près le modèle d’attraction sexuelle le plus réducteur que je puisse imaginer. »

Alors que ce débat était autrefois considéré comme une question marginale, la plupart des personnes interrogées qui m’ont parlé ont déclaré qu’il était devenu proéminent ces dernières années en raison des médias sociaux.

Ani O’Brien, porte-parole d’un groupe néo-zélandais appelé Speak Up For Women, a créé une vidéo TikTok destinée aux jeunes lesbiennes.

Ani, qui a 30 ans, a déclaré à la BBC qu’elle s’inquiétait pour la génération de lesbiennes qui sont maintenant dans leur adolescence.

« Ce que nous voyons, c’est une régression où, une fois de plus, les jeunes lesbiennes se font dire ‘Comment savoir que vous n’aimez pas la bite si vous n’avez pas essayé ?’ », a-t-elle déclaré.

« On nous dit que nous devrions regarder au-delà des organes génitaux et accepter que quelqu’un dise qu’il est une femme, alors que ce n’est pas ça l’homosexualité ».

« Il n’y a pas beaucoup d’hommes trans qui s’intéressent aux hommes gays, donc ils ne subissent pas autant de pression, mais il y a beaucoup de femmes trans qui s’intéressent aux femmes, donc nous sommes affectées de manière disproportionnée. »

Ani pense que ce genre de messages est déroutant pour les jeunes lesbiennes.

« Je me souviens avoir été une adolescente dans le placard et avoir essayé désespérément d’être hétéro, et c’était déjà assez difficile », a-t-elle déclaré.

« Je ne peux pas imaginer ce que cela aurait été, si j’avais finalement accepté le fait que j’étais gay, d’être ensuite confrontée à l’idée que certains corps masculins ne sont pas masculins, donc ils doivent être lesbiennes, et de devoir faire face à cela aussi. »

Ani dit qu’elle est contactée sur Twitter par de jeunes lesbiennes qui ne savent pas comment sortir d’une relation avec une femme trans.

« Elles ont essayé de faire ce qu’il fallait et leur ont donné une chance, et ont réalisé qu’elles sont lesbiennes et qu’elles ne voulaient pas être avec quelqu’un ayant un corps d’homme, et le concept de transphobie et de bigoterie est utilisé comme une arme émotionnelle, que vous ne pouvez pas quitter parce que sinon vous êtes un transphobe », a-t-elle déclaré.

Comme d’autres personnes qui ont fait part de leurs préoccupations, Ani a été victime d’abus en ligne.

« J’ai été incitée à me tuer, j’ai reçu des menaces de viol », a-t-elle déclaré. Cependant, elle se dit déterminée à continuer à s’exprimer.

« Une chose vraiment importante à faire pour nous est de pouvoir parler de ces choses. Fermer ces conversations et les qualifier de sectarisme est vraiment inutile, et cela ne devrait pas être au-delà de notre capacité à avoir des conversations difficiles sur certaines de ces choses. »

* La BBC a modifié les noms de certaines des personnes citées dans cet article afin de protéger leur identité.

Traduction principalement DeepL d’un article par Caroline Lowbridge BBC News

https://resistancelesbienne.fr/2021/10/26/certaines-femmes-transgenres-nous-poussent-a-avoir-des-relations-sexuelles-bbc-news/

*******

Déclaration des femmes du parti Travailliste britannique

Pour les droits et libertés des femmes fondés sur le sexe

sigle-labour-women

Lettre ouverte en appui à la publication sur le site de BBC News de l’article « Certains transgenres masculins (« trans women ») nous poussent à avoir des relations sexuelles ».

La présente déclaration des femmes travaillistes, qui soutient les droits sexuels des femmes, compte plus de 7 000 signataires. Nos signataires sont des hommes et des femmes préoccupés par l’impact de l’autorisation donnée aux hommes de s’auto-déclarer « femme » et par son impact sur les droits sexuels des femmes, donc beaucoup sont lesbiennes. Les mesures visant à mettre en œuvre cette position, avant l’adoption de toute législation en ce sens, affectent déjà les femmes les plus vulnérables dans les circonstances les plus difficiles et dangereuses. L’effet sur les communautés lesbiennes, et en particulier sur les jeunes lesbiennes, n’a reçu que peu d’attention, et les tentatives de discussion à ce sujet sont censurées, souvent au nom de la prétention que « cela n’arrive jamais ». Il existe aujourd’hui des sites qui attestent que nombre de ces choses « innommables » arrivent effectivement.

Nous comprenons que la journaliste Caroline Lowbridge, autrice de cet excellent article, a désactivé son compte Twitter avant sa publication, en prévision d’une réponse extrême et hostile. Nous sommes scandalisées que cela soit jugé nécessaire pour ce qui est un article de journalisme complet, bien documenté et équilibré, dont la BBC devrait être félicitée pour sa publication. Les lesbiennes soulèvent la question du « plafond de coton » (cotton ceiling) depuis plusieurs années et nous voulons remercier Caroline et la BBC d’avoir écouté et permis à ces voix d’être entendues.

De nombreuses jeunes lesbiennes subissent des pressions pour ne pas s’identifier en tant que telles et pour accepter dans leurs cercles sociaux et leurs réseaux de rencontres des hommes qui s’identifient comme « lesbiennes ». C’est tout simplement inacceptable, un mépris flagrant des droits déjà acquis et la plus récente forme d’homophobie qui affirme que les lesbiennes n’ont pas le droit d’affirmer leurs limites et d’exclure les hommes.

Nos signataires sont des hommes et femmes Les mesures visant à mettre en œuvre cette conviction, avant toute législation, affectent déjà les femmes les plus vulnérables dans les circonstances les plus difficiles et dangereuses. L’effet sur les communautés lesbiennes, en particulier sur les jeunes lesbiennes, n’a reçu que peu d’attention, et les tentatives de discussion à ce sujet sont fermées, souvent avec la déclaration que « cela n’arrive jamais ». Il existe aujourd’hui des sites qui attestent que nombre de ces choses « innommables » se produisent effectivement.

De nombreuses jeunes lesbiennes subissent des pressions pour ne pas s’identifier en tant que telles et pour accepter des hommes qui s’identifient comme des lesbiennes dans leurs cercles sociaux et leurs réseaux de rencontres. C’est tout simplement inacceptable, un mépris flagrant des droits déjà acquis et la dernière forme d’homophobie qui affirme que les lesbiennes n’ont pas le droit d’affirmer leurs limites et d’exclure les hommes.

Les réactions souvent violentes et intimidantes à l’égard des femmes qui tentent de discuter de ces questions se refléteront sans aucun doute dans les réactions que la BBC va maintenant recevoir. Cela en dit long sur la nécessité de publier un tel article, pour entamer une discussion sur les questions relatives à la protection des femmes – et en particulier des femmes telles que les lesbiennes, dont les voix ne sont pas souvent entendues – sur l’impact de l’auto-identification dans leur vie. Certains articles ont déjà commenté la disparition des espaces lesbiens, du langage et des identités lesbiennes, voire des lesbiennes elles-mêmes.

Il est tout simplement faux de dire que tout homme qui s’identifie comme femme en est une, en termes de statut juridique. Même lorsqu’un CRG (certificat de réassignation sexuelle) a été accordé, des exemptions spécifiques peuvent garantir des services réservés aux femmes. La caractéristique protégée par la loi sur l’égalité est le fait d’avoir subi un changement de sexe, et non l’identité sexuelle. L’affirmation selon laquelle « tout homme qui dit être une femme en est une » fonctionne comme un dogme, et ceux qui prétendent être des lesbiennes constituent un réel danger, y compris sur les sites de rencontre qui accueillent désormais de nombreux hommes à la recherche de relations avec des lesbiennes. Les hommes qui cherchent des relations avec des femmes sont généralement considérés comme hétérosexuels. De nombreuses lesbiennes et de nombreux homosexuels se sont opposés à la redéfinition de leur sexualité par le lobby Stonewall, qui les qualifie « d’attirés par le même genre » plutôt que par « le même sexe ». Les nouvelles organisations de lesbiennes et de gays témoignent de la résistance à cette idéologie autoritaire et non matérialiste, imposée à des personnes qui se sont battues pendant des décennies pour la reconnaissance de leurs droits en tant que personnes attirées par le même sexe. La fausse analogie de la lutte pour les droits des trans avec ceux des lesbiennes et des gays ignore totalement les différences et les conflits très réels entre ces communautés très différentes, et comme c’est souvent le cas, le point de vue des lesbiennes n’est pas entendu et est complètement occulté dans l’amalgame actuellement popularisé par les groupes de pression LGBTQI+.

De nombreuses jeunes lesbiennes subissent des pressions pour ne pas s’identifier en tant que telles et pour accepter dans leurs cercles sociaux et leurs réseaux de rencontres des hommes qui s’identifient  comme « lesbiennes ». C’est tout simplement inacceptable, un mépris flagrant des droits déjà acquis et la plus récente forme d’homophobie qui affirme que les lesbiennes n’ont pas le droit d’affirmer leurs limites et d’exclure les hommes.

Les réactions souvent violentes et intimidantes à l’égard des femmes qui tentent de discuter de ces questions se refléteront sans aucun doute dans la réaction que la BBC va maintenant recevoir. Cela en dit long sur la nécessité de publier un tel article, pour entamer une discussion sur les questions relatives à la protection des femmes, et en particulier des femmes telles que les lesbiennes, dont les voix ne sont pas souvent entendues, sur l’impact de l’auto-identification sur leur vie. Certains articles ont déjà commenté la disparition des espaces lesbiens, du langage et des identités lesbiennes, voire des lesbiennes elles-mêmes.

Il est tout simplement faux de dire que tout homme qui s’identifie comme une femme en est une, en termes de statut juridique. Même lorsqu’un Certificat de Réassignation de Genre)  été accordé, des exemptions spécifiques peuvent garantir des services réservés aux femmes. La caractéristique protégée par la loi sur l’égalité est le changement de sexe, et non l’identité sexuelle. L’affirmation selon laquelle « tout homme qui dit être une femme en est une » constitue un dogme, et ceux qui prétendent être des lesbiennes constituent un réel danger, y compris sur les sites de rencontre qui accueillent désormais de nombreux hommes à la recherche de relations avec des lesbiennes. Les hommes qui cherchent des relations avec des femmes sont généralement considérés comme hétérosexuels. De nombreux gays et lesbiennes se sont opposés à la redéfinition par le lobby Stonewall de leur sexualité comme étant attirée par le « même genre » plutôt que par le « même sexe ». Les nouvelles organisations de lesbiennes et de gays témoignent de la résistance à cette idéologie autoritaire et non matérialiste, imposée à des personnes qui se sont battues pendant des décennies pour la reconnaissance de leurs droits en tant que personnes attirées par le même sexe. La fausse analogie de la lutte pour les droits des trans avec ceux des lesbiennes et des gays ignore totalement les différences et les conflits très réels entre des communautés très différentes, et comme c’est souvent le cas, le point de vue des lesbiennes n’étant pas entendu et étsnt complètement occulté dans l’amalgame actuellement rendu à la mode par les groupes de pression LGBTQI+.

La question des preuves sera sans doute soulevée dans les critiques que vous recevrez au sujet de cet article. Le fait que des femmes parlent de viols et d’agressions sexuelles, en désignant les hommes comme les principaux auteurs de ces crimes (comme le font les lesbiennes dans cet article), a été le point de départ du mouvement visant à mettre en lumière la violence sexuelle envers les femmes et à y mettre fin dans les années 1970. Nous commençons par la vérité de ce que vivent les femmes. Nous vous remercions de permettre à la vérité des expériences des femmes d’être entendue.

Il existe un manque flagrant d’études formelles et de preuves dans beaucoup de controverses dans ces domaines. Il n’y a pas de preuves tangibles, par exemple, du prétendu taux élevé de suicide chez les personnes trans-identifiées, utilisé pour justifier les affirmations selon lesquelles des drogues non testées devraient être mises à la disposition des jeunes, entre autres choses. Les effets à long terme de ces médicaments et leur efficacité à améliorer les problèmes présentés n’ont pas fait l’objet de recherches appropriées. Rien ne prouve non plus que les personnes transidentitaires sont plus souvent victimes de violence et de harcèlement que les autres. Il n’existe pas non plus de preuves que les détenus masculins qui s’identifient comme femmes ne constituent pas une menace pour les femmes détenues ; en fait, les preuves existantes montrent clairement que les hommes qui s’identifient comme transgenres (« transwomen ») présentent les mêmes caractéristiques de violence et de criminalité que les autres hommes. Pourtant, ces affirmations sont fréquemment faites et ne sont pas remises en question.

Lorsque sont effectuées des propositions qui sapent les mesures de protection existantes, il est nécessaire de procéder à une évaluation objective et de recueillir des preuves avant de modifier radicalement les principes de base sur lesquels notre société fonctionne. Des espaces sûrs pour les lesbiennes, obtenus de haute lutte, et le droit des femmes à définir leur propre sexualité et à maintenir les limites qu’elles choisissent, sont menacés par des changements proposés et mis en œuvre prématurément. L’insistance dogmatique sur le principe que « les femmes trans sont des femmes » n’est pas partagée par beaucoup de gens. Les droits civils pour les personnes s’identifiant comme trans sont généralement soutenus, et existent déjà en grande partie, mais l’affirmation générale selon laquelle « tout homme qui prétend être une femme en est une » et doit donc avoir accès aux femmes en toutes circonstances est totalement inacceptable pour de très nombreuses femmes et pour tous ceux qui se préoccupent de notre sécurité.

Les voix des lesbiennes ont été absentes de la plupart des discussions jusqu’à présent. Nous espérons que cet article important permettra d’amorcer de véritables échanges d’expériences et d’idées et de remettre en question le dogme de ceux qui nient la réalité du sexe biologique, dont peu ont l’expérience d’être lesbiennes, ou même d’être trans-identifiés.

Laissez les lesbiennes s’exprimer et laissez-nous, en tant que société, aborder les véritables conflits et dangers présents dans cette controverse.

Veuillez partager ce message…

Version originale : https://labourwomensdeclaration.org.uk/news/open-letter-in-support-of-bbc-news-website-publishing-the-article-were-being-pressured-into-sex-by-some-trans-women-2/

Pour en savoir plus :  https://labourwomensdeclaration.org.uk/

Traduction : TRADFEM

https://tradfem.wordpress.com/2021/10/30/declaration-des-femmes-du-parti-travailliste-britannique/

3 réponses à “« Certaines femmes transgenres nous poussent à avoir des relations sexuelles » BBC NEWS (plus : Déclaration des femmes du parti Travailliste britannique)

  1. on commence avec le genre et ça se termine bizarre

  2. TRADFM a choisi de traduire « transwomen » par « hommes trans », parce que c’est ce dont il s’agit, d’hommes se disant « femme ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.