Hier pour aujourd’hui, les années 90 – 5

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».

Quelques disques enregistrés dans les années 90, au hasard de ré-écoutes récentes.

Lire aussi : des-enregistrements-en-1991/, des-enregistrements-en-1995/, des-enregistrements-en-1994/, des-enregistrements-en-1993/, des-enregistrements-en-1992/, des-enregistrements-en-1999/, des-enregistrements-en-1997/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-2/hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-3/, hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-4/

Un quartet – JoAnne Brackeen (piano), Eddie Gomez (contrebasse), Duduka DaFonseca (batterie), Waltinho Anastacio (percussions) – et des espaces musicaux brésiliens, la contrebasse chantante d’Eddie Gomez, la conjonction de la batterie et des percussions, des morceaux composés par Egberto Gismonti,Gilberto Gil, Antonio Carlos Jobin et autres. Sans oublier ceux de la pianiste compositrice et la sensualité de son touché…

Cd JoAnne Brackeen : Breath of Brasil, enregistré en avril 1991, Concord Records 2002


Comme un conte mis en musique et animé par Jean Luc Ponthieux (basse, contrebasse), Michel Godard (tuba), Bobby Rangell (saxophone, flûte, piccolo), Jean Louis Martinier (accordéon, synthétiseur), Christian Lété (batterie). Une belle alchimie sonore et une présence envoutante du tuba…

Cd Jean Luc Ponthieux Quintet : Double basse, enregistré en septembre 1994, MFA


« Ils étaient trois à souffler dans les fifres à pistons, à caresser des luths d’acier, à fouetter des tambours de chèvre dans la clameur funeste des quartiers d’ébène, sur la terre salée de Camargue où ricanent les mouettes, dans les relents boueux des docks de l’Hudson encore gluant des caillots noirs de taureaux » (Noël Balen)

Un trio composé de Philippe Gareil (basse, voix), Michel Marre (trompette, bugle, tuba) et Joël Allouche (percussions). Et le prince viendra peut-être un jour !!!

Des horizons et des sources, la liberté de la mémoire et du chemin, la spontanéité du moment musical.

Cd Philippe Gareil : « Lato Sensu », enregistré en octobre 1990 Celp musiques


Malgré quelques clichés, Michael Moore (clarinette, clarinette basse, saxophone alto), John Schröder (guitare basse, guitare), John Hollenbeck (batterie, percussions), Achim Kaufmann (piano) nous proposent un quartet cohérent et des improvisations plaisantes. Il y a ici un vrai plaisir à jouer et à écouter. Un disque du coté de la mélodie et des douces discussions. Un regard comme nostalgique envers des formes musicales aujourd’hui moins usitées.

Cd Achim Kaufmann Quartet : Double exposure, enregistré en décembre 1998, Leo records 2000


Un quartet composé de Malo Vallois (guitare), Geoffroy de Masure (trombone), Hélène Labarrière (contrebasse), François Merville (batterie) et un invité, Guillaume Orti (saxophone).

Lorsque j’écoute certains disques, je m’interroge sur leurs « disparitions », l’oubli de certain·es musicien·nes, l’effacement de musiques, d’arrangements et de sonorités. Une réactivation nécessaire de nos mémoires…

Cd Malo Vallois Quartet : Compli X Cités, enregistré en aout 1997, Pan Music


« A centre d’Aghia Triádha, le labyrinthe ». L’ensemble animé par Jean-Pierre Jullian (batterie, percussions) est composé de Lionel Garcin (saxophone ténor), Thierry Madiot (trombone basse), Guillaume Orti (saxophone alto), Stephan Oliva (piano) et Claude Tchamitchian (contrebasse). L’unisson des cuivres donne une couleur particulière à ce sextette tout en rythme. Des interventions plus individualisées – bien remarquables – ponctuent notre promenade dans les quatre pièces proposées. Un disque qui mérite de sortir de l’oubli…

Cd Jean- Pierre Jullian Sextette : ághia triádha, enregistré en juin 1999, émouvance

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.