D’annulation en reports. L’automne est festival

Ainsi va la pandémie qui transforme les saisons du jazz comme les mutations climatiques font mentir le calendrier. « D’Jazz Nevers Festival » n’avait pu se tenir l’an dernier pour sa 34e édition. Il a voulu, pourtant, conserver sa saison et organise, avec une persévérance qu’il faut saluer, la 35e avec quasiment tout le gratin de la scène française et européenne – et un peu au-delà – Hasse Poulsen, Benjamin Moussay, le bassiste Avishai Cohen, Joëlle Léandre, Michel Portal… pour en citer quelques-un.e.s. Tous les styles cohabitent, se répondent. Une édition à la hauteur de la réponse à la pandémie que le public ne devrait pas bouder. Du 6 au 13/11, www.djazznevers.com

« Jazz au fil de l’Oise » renoue avec son édition évanouie de 2020 qui devait fêter son 25e anniversaire en reprenant une partie de la programmation de 2020. Là encore la scène du jazz en France est largement représentée. Toutes les localités du département sont sollicitées. Du 8/10 au 17/12, www.jazzaufildeloise.fr. Ces deux festivals ont créé des structures associatives pour le soutien et la participation du public.

Ne jamais oublier de traverser le périphérique pour accéder à la scène spécifique du « Triton » qui propose des expos, des concerts et deux artistes en résidence, Andy Emler et Claude Tchamitchian.www.letriton.com

« Villes et Musiques du monde » lui aussi renaît de la poussière pandémique, en Seine Saint-Denis. « Tournée générale » tel est l’impératif pour faire revivre les « bistrots » atteints par le virus qui, comme souvent, a révélé un mal endémique. « Bistro, Bistro » criait la soldatesque russe pendant l’occupation de Paris en 1870-71, « vite, vite » et le mot est resté pour qualifier une spécificité française. Tournée générale de musique venant de partout pour se réconforter l’une l’autre, pour fusionner, pour montrer que la résistance et la fraternité ne sont pas des vains mots. Danser aussi pour écraser la peine, pour renouer avec l’autre dans un enlacement passionné. Fête de l’esprit et du corps par la découverte de musiques. Jusqu’au 14/11, www.villesdesmusiquesdumonde.com

« Les Aventuriers » est aussi de retour, à Fontenay sous bois. Sous titré « Musiques émergentes et indépendantes », il voudrait transformer les spectateurs en autant d’explorateurs de musiques peu ou mal entendues. Il centre l’intérêt sur la scène féminine et les sorties de premier album pour permettre aux artistes en devenir de trouver leur public. Les 10, 11 et 12 décembre, www.festival-les-aventuriers.com

D’autres festivals meublent l’automne, Il faut leur rendre grâce d’exister. Ils participent à la lutte contre le repli sur soi pour renouer avec les sensations collectives. Jouer en public, avec le public provoque des montées de création qu’il faut encourager.

Nicolas Béniès

Une réponse à “D’annulation en reports. L’automne est festival

  1. Merci pour les infos, mais 1) il n’y a pas eu de « soldatesque russe » à Paris en 1870-71, ce fut le cas lors de l’invasion de 1814 ;
    2) parmi les étymologies possibles du mot bistrot , c’est celle qui est considérée comme la moins sérieuse par les linguistes — voir le résumé de la question sur Wikipedia.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.