Osez le Féminisme attaque l’émission Miss France en justice !

Osez le féminisme ! dépose un recours contre la société ENDEMOL PRODUCTION titulaire de la marque « MISS FRANCE » et de toutes les marques « MISS FRANCE » en régions. Cette société, exploite des femmes, qui répètent et interprètent chaque année un spectacle sexiste, discriminant et lucratif générant des millions d’euros de recettes : l’ensemble en parfaite violation du droit du travail.

Dans le cadre du programme « MISS FRANCE », les candidates participent en réalité à un spectacle et réalisent donc une prestation de travail. Les termes de « show » et de « meneuses de revue » sont ceux utilisés par la société ENDEMOL PRODUCTION elle-même pour décrire son programme.

La loi impose la régularisation d’un contrat de travail dès lors qu’une relation de travail existe, peu importe la volonté des parties. En 2013, l’arrêt de la Cour de Cassation parfaitement clair concernant « MISTER FRANCE », retenait l’existence d’une relation de travail entre les candidats et la société de production.

Aucun argument valable ne s’oppose à ce que le spectacle « MISS FRANCE » ne soit pas enfin soumis aux mêmes règles. 

Aujourd’hui, la société ENDEMOL utilise des femmes pour fabriquer un programme audiovisuel extrêmement lucratif tout en bafouant le droit du travail qui interdit toute forme de discrimination relatives aux mœurs, à l’âge, à la situation de famille, à la grossesse, aux caractéristiques génétiques, aux opinions politiques et à l’apparence physique. Au-delà d’exploiter des femmes à des fins économiques, ce concours, par les violations du droit dont il se rend coupable, a un impact négatif et rétrograde sur l’ensemble de la société.

Il est plus que temps qu’enfin : 

  • la société ENDEMOL PRODUCTION supprime de son règlement toutes les clauses sexistes, salarie les femmes, et ne pratique plus de discrimination ;

  • la télévision ne soit plus le reflet d’une société sexiste qui promeut la culture du viol et la « femme objet ».

Action : Dénoncez à votre tour le sexisme de l’émission « Miss France » en exprimant en quoi vous trouvez cette émission sexiste sur Twitter avec le #PasTaMiss.

Nous vous retwitteront ensuite ! 

********

Concours Miss France : Osez Le Féminisme !
maintient son action en justice.

Le 18 octobre 2021, l’association Osez le Féminisme ! a intenté une action en justice contre les sociétés ENDEMOL PRODUCTION et MISS FRANCE afin d’une part, de faire reconnaître l’existence de contrats de travail entre la production et les femmes qui participent au spectacle ; et d’autre part de faire cesser toute forme de discrimination illégale dans les critères de sélection.

Aujourd’hui, Alexia Laroche Joubert a officiellement déclaré que les femmes seraient désormais salariées conformément au droit du travail. Il y a un mois, cette dernière indiquait l’inverse à la presse : « C’est un concours, ce n’est pas régi par le droit du travail ! ».

L’association Osez le Féminisme ! prend acte de cette déclaration qui intervient un mois seulement après l’engagement de la procédure judiciaire, et constate avec regrets que l’action des féministes pour faire respecter les droits des femmes est malheureusement toujours nécessaire.

Toutefois, cette annonce est largement insuffisante. En effet, nous rappelons que la reconnaissance de l’existence d’un contrat de travail et donc de l’application des règles du Code du Travail et de la convention collective des artistes-interprètes engagé·es pour des émissions de télévision, doit amener logiquement à la suppression de tous les critères discriminatoires tels que, notamment : critères génétiques et d’apparence physique, n’avoir jamais été mariée, ne pas avoir d’enfant ou encore avoir un comportement « conforme aux valeurs de l’élégance ».

C’est pourquoi nous poursuivons notre action en justice. Nous nous présenterons à l’audience de conciliation devant le Conseil des Prud’hommes de Bobigny le 1er décembre à 13h30.

Le 20 novembre 1970, les militantes du Mouvement de Libération des Femmes manifestaient déjà contre le spectacle « Miss Monde ». Le MLF rassemblait alors des figures comme Christine Delphy, Gisèle Halimi, Monique Wittig, Cathy Bernheim ou encore Christiane Rochefort. 

Rien ne permet donc d’affirmer – comme a cru pouvoir le faire la production de Miss France – que nos revendications seraient propres aux « néo-féministes » (si tant est que ce terme ait un sens). Au contraire, c’est dans la continuité des combats de nos prédécesseuses que nous nous situons et le concours Miss France demeure un spectacle sexiste.

C’est pourquoi l’association Osez le féminisme ! restera mobilisée sur ce dossier, jusqu’à ce que les droits des femmes ne soient plus bafoués par la production de MISS FRANCE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.