Il n’y a pas de droite ou de gauche en Israël, juste du sionisme et du non-sionisme

La semaine dernière (10 octobre), Angela Merkel a exprimé son admiration pour la viabilité de la nouvelle coalition israélienne. La chroniqueuse de Haaretz Carolina Landsmann se demande, sur ce site (de Haaretz), si nous avons un gouvernement trompeur ou un gouvernement qui a découvert la plus grande ruse de tous les temps. Le journaliste Ron Cahlili affirme que la droite idéologique et la gauche sioniste sont une seule et même chose. Tous parmi eux ont abordé la « grande histoire » : celle du chat qui est sorti du sac. Il n’y a ni gauche ni droite en Israël. La seule division idéologique est entre les sionistes, qui comprennent presque tout le monde, et les non-sionistes, beaucoup moins nombreux.

La chancelière Angela Merkel peut donc avoir l’esprit tranquille. Aucun miracle ne s’est produit lors de la formation du gouvernement actuel en Israël et l’Allemagne n’a aucune leçon à en tirer. Il n’y a pas eu d’« accident politique », comme le dit le premier ministre Naftali Bennett. Il est facile de maintenir la coalition actuelle car il s’agit d’une coalition de consensus, sans grands écarts entre ses composantes. Le Likoud (moins Netanyahou) et les ultraorthodoxes pourraient rejoindre une « coalition mur-à-mur », représentant une « société mur-à-mur » (à mur touchant).

On se souviendra de ce gouvernement comme de celui qui a révélé la grande supercherie, même si c’est par inadvertance. Il a surgi dans la foulée des vagues de la haine ressentie envers Netanyahou. Il existe (et continuera à exister) sur la base de l’unité sous-jacente de ses partenaires. Si Merav Michaeli [depuis janvier 2021 à la tête du Parti travailliste israélien] remplaçait Naftali Bennett demain matin, il n’y aurait pas de tremblement de terre. Mis à part quelques changements de style, Israël resterait tel qu’il est.

Le mandat prétendument capital du premier Premier ministre national-religieux n’est pas un signe avant-coureur de changement. Non pas parce que Naftali Bennett a trahi son idéologie, mais parce que cette situation coïncide étonnamment bien avec les positions des composantes de gauche de ce gouvernement.

Ce n’est pas que la gauche sioniste soit de droite, ou que la droite idéologique ait des tendances de gauche. Et ils ne sont pas tous des opportunistes, signifiant la mort de l’idéologie. Au contraire, Israël possède une idéologie, et comment ! Cette idéologie est plus forte que tout le reste et éclipse le reste. Elle s’appelle le sionisme et c’est la religion dominante qui unifie la nation. (Presque) tout le monde est sioniste et tout le monde croit en la suprématie juive dans ce pays, y compris dans les territoires qu’il occupe.

La gauche et la droite sont égales dans leur adoration des Forces de défense israéliennes (FDI) et du Shin Bet [organisme responsable de la sécurité intérieure de l’Etat d’Israël, de même que dans la Cisjordanie occupée et, de facto, dans la bande de Gaza], dont le rôle est de maintenir le régime de suprématie juive en supprimant toute opposition à celui-ci. Lorsque le nouveau chef du Shin Bet, Ronen Bar [1], a déclaré que le service de sécurité était le bastion de la démocratie, il avait raison. Tout comme la Stasi, le rôle de Bar est de maintenir le régime qui, dans le langage du Shin Bet et du peuple, est appelé une démocratie, plutôt qu’une tyrannie juive.

Il n’y a pas un seul membre de cette coalition qui envisage de mettre fin à l’occupation, qui pense différemment à propos de l’Iran – même le siège de Gaza est consensuel. Cela vaut également pour les FDI et l’entreprise de colonisation en cours. Il n’y a donc rien d’étonnant au « silence des agneaux » : au fond de leur cœur, tous veulent l’occupation.

Les différences se situent au plan de l’emballage. La gauche veut être plus présentable, c’est pourquoi ses représentants se rendent de temps en temps au quartier général palestinien de la Muqata à Ramallah. Ils présentent éventuellement une proposition à la Knesset concernant les « pogroms » [c’est-à-dire les attaques de colons, en présence de l’armée, de villages palestiniens : voir sur ce site l’article publié le 1er octobre 2021] en Cisjordanie. Rien de plus.

Le gouvernement actuel a rebattu les cartes de la représentation politique. Dorénavant, il faut dire la vérité : il n’y a pas de réels écarts entre les sionistes. Les non-sionistes sont peu nombreux, presque tous non-juifs, tous n’ayant aucune légitimité. Il existe des différences entre les juifs haredi [« craignant-Dieu », dits ultra-orthodoxes] et les juifs laïques. Il existe des écarts entre les juifs ashkénazes [d’Europe occidentale, centrale, orientale] et les juifs mizrahi [d’ascendance moyen-orientale], mais les clichés présentant une polarisation dans cette nation sont vides et dénués de sens. Le seul abîme se situe entre les partisans de la suprématie juive et leurs opposants. C’est pourquoi la plupart des citoyens arabes du pays ne font pas partie de ce tableau. C’est pourquoi Israël est proche de son moment de vérité. Il s’agit de son fondement en tant qu’Etat juif sur une terre à deux peuples, révélant sa véritable image dans toute sa nudité.

Qui aurait cru qu’un gouvernement manifestement non idéologique, qui tente de fuir une telle réalité comme devant un incendie, serait le premier gouvernement à exposer la vérité ? Et la vérité, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de pays dans lesquels l’idéologie est encore aussi déterminante. Il n’y a pas de démocraties avec une seule idéologie dominante et tyrannique. Israël est un Etat sioniste, tout comme l’Union soviétique était un Etat communiste. Là non plus, il n’y a eu aucune difficulté à mettre en place un gouvernement composé de communistes modérés et extrémistes. 

Gideon Levy

Tribune publiée dans le quotidien Haaretz le 17 octobre 2021 ; traduction par la rédaction A l’Encontre

http://alencontre.org/moyenorient/israel/israel-il-ny-a-pas-de-droite-ou-de-gauche-en-israel-juste-du-sionisme-et-du-non-sionisme.html

[1] Lors de l’annonce de la nomination de Ronen Bar, le 10 octobre, Naftali Bennett – qui avait servi dans l’armée à ses côtés avant que Bar rejoigne les rangs du Shin Bet – le qualifia de  «guerrier courageux et commandant audacieux, qui, tout au long de sa vie, s’est engagé dans la mission la plus noble qui soit: protéger la sécurité d’Israël ». (Times of Israël, 11 octobre 2021). Réd.


De l’auteur :

Apartheid – le mot qui manque à Aluf Benne

Réponse à un critique de Gideon Lévy, qui a qualifié les évadés palestiniens de « combattants de la liberté », apartheid-le-mot-qui-manque-a-aluf-benne-droit-de-reponse-de-laurdip-au-monde-sur-lapartheid-israelien/

Aucun changement à Jérusalem ou à Gaza aucun-changement-a-jerusalem-ou-a-gaza-plus-aidez-gaza-a-se-nourrir/

« Vous appelez ça un gouvernement du changement ? »ne-pleurez-pas-une-coexistence-qui-na-jamais-existe-plus-autres-textes/

Israël revient à sa « normalité »les-israeliens-mentent-a-propos-de-gaza/

La mort est leur métierappel-a-la-solidarite-internationale-avec-la-resistance-palestinienne-plus-texte-de-gilbert-achcar-et-de-gideon-levy/

Ceux qui ont soif de sang En Israël, personne ne s’oppose à la guerrelexemple-de-lod-ceux-qui-ont-soif-de-sang/

Sur les résultats des élections israéliennes : c’est le kahaniste Ben Gvir qui vous gêne ?, sur-les-resultats-des-elections-israeliennes-cest-le-kahaniste-ben-gvir-qui-vous-gene/

Israël suite au coronavirus : « une crise, un État – incluant les Palestiniens ? »israel-suite-au-coronavirus-une-crise-un-etat-incluant-les-palestiniens/

Les élections et le sionisme comme religion, qui s’imposeles-elections-et-le-sionisme-comme-religion-qui-simpose/

Personne en Israël ne savait qu’ils commettaient un massacre et ils ne s’en sont pas souciés, personne-en-israel-ne-savait-quils-commettaient-un-massacre-et-ils-ne-sen-sont-pas-soucies/

Gantz, l’héritier parfait de Rabingantz-lheritier-parfait-de-rabin/

Les résultats de l’élection de mardi ont prouvé hors de tout doute qu’Israël est un grand centre, avec beaucoup moins de divergences d’opinions qu’on ne pourrait le penserles-resultats-de-lelection-de-mardi-ont-prouve-hors-de-tout-doute-quisrael-est-un-grand-centre-avec-beaucoup-moins-de-divergences-dopinions-quon-ne-pourrait-le-pen/

Des meurtriers parmi nousdes-meurtriers-parmi-nous/

Comment un échantillon de ma salive a permis de conclure que je ne peux pas être antisémite…comment-un-echantillon-de-ma-salive-a-permis-de-conclure-que-je-ne-peux-pas-etre-antisemite/

Le ciel et l’enfer qui ne sont pas Israëlle-ciel-et-lenfer-qui-ne-sont-pas-israel/

Tombé en défendant l’injusticetombe-en-defendant-linjustice/Israël. Le retour du militarismeisrael-le-retour-du-militarisme/

Israël est intouchable… dans les médias américainsisrael-est-intouchable-dans-les-medias-americains/

Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche sioniste se guérira de son complexe d’occupationce-nest-pas-en-sen-prenant-a-netanyahou-que-la-gauche-sioniste-se-guerira-de-son-complexe-doccupation/

Gaza-Israël. Le fossé entre les destins des enfants de Jabalya et ceux de Mefalsim est devenu un terrible gouffregaza-israel-le-fosse-entre-les-destins-des-enfants-de-jabalya-et-ceux-de-mefalsim-est-devenu-un-terrible-gouffre/

Israël a désormais sa loi raciale, israel-a-desormais-sa-loi-raciale/

Israël-Palestine. « Tiens bon, Ahed Tamimi »israel-palestine-tiens-bon-ahed-tamimi/

Israël, terre de miraclesisrael-terre-de-miracles/

Dans une démocratie, la députée palestinienne Khalida Jarrar serait libredans-une-democratie-la-deputee-palestinienne-khalida-jarrar-serait-libre-et-appel-international-pour-la-liberation-de-khalida-jarrar-feministe-et-parlementaire-palestinienne/

Nous n’arrêterons pas de filmer, nous n’arrêterons pas d’écrirenous-narreterons-pas-de-filmer-nous-narreterons-pas-decrire/

Palestine. « L’occupation est présente partout, tous les jours »palestine-loccupation-est-presente-partout-tous-les-jours/

Tueurs à gages israéliens en Malaisietueurs-a-gages-israeliens-en-malaisie/

Israël. Diviser une famille, une ingénierie du Shin Bethisrael-diviser-une-famille-une-ingenierie-du-shin-beth/

A la frontière du camp de concentration appelé Gazaa-la-frontiere-du-camp-de-concentration-appele-gaza/

Gaza. « Cela s’appelle un massacre »gaza-cela-sappelle-un-massacre/

La lutte contre l’expulsion des réfugiés africains est un moment charnière dans l’histoire d’Israël, la-lutte-contre-lexpulsion-des-refugies-africains-est-un-moment-charniere-dans-lhistoire-disrael/

Quel culot ! Pourquoi la gifle d’Ahed Tamimi rend les Israéliens furieuxquel-culot-pourquoi-la-gifle-dahed-tamimi-rend-les-israeliens-furieux/

Vivants comme morts, les improbables bâtisseurs du projet sioniste restent invisiblesvivants-comme-morts-les-improbables-batisseurs-du-projet-sioniste-restent-invisibles/

Israël. La nation des bombes à fragmentationisrael-la-nation-des-bombes-a-fragmentation/

À Gaza, Israël fait des expérimentations sur des humains en situation de stress et de privationsa-gaza-israel-fait-des-experimentations-sur-des-humains-en-situation-de-stress-et-de-privations/

Palestine. Un village palestinien pittoresque sert de zone de tirs à l’armée israéliennepalestine-un-village-palestinien-pittoresque-sert-de-zone-de-tirs-a-larmee-israelienne/

Gaza. L’étranglement se resserre encore plus. Avant une offensive israélienne ?gaza-letranglement-se-resserre-encore-plus-avant-une-offensive-israelienne/

Cinquante ans, cinquante mensongescinquante-ans-cinquante-mensonges/

Israël. Pourquoi je ne hisserai pas un drapeau israélien le jour de l’indépendanceisrael-pourquoi-je-ne-hisserai-pas-un-drapeau-israelien-le-jour-de-lindependance/

Sincères excuses aux lecteurs de Haaretzsinceres-excuses-aux-lecteurs-de-haaretz/

La Nakba israéliennela-nakba-israelienne/

La police du chametz en Israël ou comment passer du houmous-frites en contrebandelatelier-de-memoire-avant-propos-de-louvrage-cahiers-de-memoire-kigali-2014/

Les noms des rues : ce qu’ils remémorent ; ce qu’ils effacentles-noms-des-rues-ce-quils-rememorent-ce-quils-effacent/

Israël aime les guerresisrael-aime-les-guerres/

« La douce illusion » de la résolution 2334 de l’ONU, la-douce-illusion-de-la-resolution-2334-de-lonu/

Bonjour du compte Twitter de l’armée israéliennebonjour-du-compte-twitter-de-larmee-israelienne/

Le sang de Khaled Bahar clame justice, mais personne en Israël ne l’entendle-sang-de-khaled-bahar-clame-justice-mais-personne-en-israel-ne-lentend/

Il n’y aura pas de paix tant qu’Israël n’admettra pas sa responsabilité dans la Nakba, il-ny-aura-pas-de-paix-tant-quisrael-nadmettra-pas-sa-responsabilite-dans-la-nakba/

« Avec le nouvel accord d’aide à Israël, Obama est le parrain del’occupation »avec-le-nouvel-accord-daide-a-israel-obama-est-le-parrain-de-loccupation/

Israël. Imposer le silence sur les crimes de l’occupation, israel-imposer-le-silence-sur-les-crimes-de-loccupation/

Jamais tant de personnes n’ont acclamé un assassin aussi méprisable, jamais-tant-de-personnes-nont-acclame-un-assassin-aussi-meprisable/

Le journaliste israélien Gideon Levy appelle au boycott d’Israël, le-journaliste-israelien-gideon-levy-appelle-au-boycott-disrael/

Tous les Israéliens sont coupables d’avoir brûlé une maison palestinienne, tous-les-israeliens-sont-coupables-davoir-brule-une-maison-palestinienne/

Gaza. Articles pour Haaretz : Crimes de guerre

Une réponse à “Il n’y a pas de droite ou de gauche en Israël, juste du sionisme et du non-sionisme

  1. Est-ce qu’il y a eu une gauche en Israël dans le sens de la gauche seule possible qui serait non-sioniste ? Je ne le pense pas car la colonisation est en totale contradiction avec les valeurs de la gauche sur des points fondamentaux comme le droit à l’autodétermination ou l’accès pour tous à la liberté et à l’égalité politique.
    Les colons peuvent donner le change tant qu’ils ne sont pas menacés dans leur statut de colons et adhérer à des partis ou des mouvements de gauche, mais ce n’est plus possible, comme on l’a constaté en Algérie lorsque la guerre de libération nationale a mis en danger le statut de suprématie du prolétariat pied-noir qui, très vite, a basculé vers la droite coloniale la plus extrême. Or, être non-sioniste est impossible pour un Israélien même de gauche car ce serait reconnaître qu’il est impossible, à l’ère de la décolonisation, de créer un Etat-Nation sur une Terre qui n’est pas à vous mais à un autre peuple qui y vit depuis toujours.
    J’ai découvert cette réalité au milieu des années 1980 lorsque je suis allé pour la première fois en Palestine. Nous étions un petit groupe d’anciens réfractaires à la guerre d’Algérie (déserteurs ou insoumis) et de femmes et d’hommes qui par leurs actions (porteurs de valises par exemple) avaient soutenus le FLN dans sa lutte contre le colonialisme français et qui avaient décidé de venir soutenir les nouveaux refuzniks israéliens à un moment où une attitude de refus de servir semblait annoncer un renouveau de la gauche israélienne.

    Nous avions même naïvement rédigé un texte pour montrer dans quel esprit de solidarité nous voulions soutenir ces hommes du refus :

    « Il y a 50 ans commençait la guerre d’Algérie. Emblématique des luttes anti-coloniales et du combat pour l’indépendance des peuples colonisés, elle devait durer 8 ans.
    Quelques centaines de jeunes Français: objecteurs de conscience, insoumis ou déserteurs, tous réfractaires, allaient refuser de participer à une guerre qu’ils jugeaient injuste. Ils refusaient les crimes et les exactions qui accompagnent tout conflit de type colonial: les tortures, les « corvées de bois », les largages de prisonniers sur leur douar d’origine sans parachute bien sûr, les bombardements aveugles des mechtas au nom d’une lutte contre des résistants que l’on appelait déjà terroristes.
    Le plus souvent rejetés ou, au mieux, ignorés par leurs compatriotes, ils avaient accepté de perdre une patrie et ils avaient, en échange, gagné toute l’humanité.
    Aujourd’hui, en Israël, quelques dizaines de refuzniks sont confrontés au même rejet et à la même solitude; c’est cet isolement que nous voulons rompre et, pour cela, nous voulons leur dire:
    – c’est vous qui êtes la chance de votre pays; lorsque le temps de vivre ensemble sera arrivé, les Palestiniens sauront, grâce à vous, qu’un Israélien n’est pas seulement quelqu’un qui tue, emprisonne ou humilie.
    – c’est vous qui représentez la véritable tradition du judaïsme; celle de l’universalisme et non celle du nationalismes obtus, celle de l’humanisme et non celle du rejet de l’autre. Ne craignez donc pas en prenant vos distances avec quelques uns de vos compatriotes de rejoindre la grande fraternité humaine.
    – Sachez qu’il y a de part le monde et, en particulier, parmi les réfractaires à la guerre d’Algérie et parmi tous ceux qui ont apporté leur soutien à la lutte du peuple algérien, des femmes et des hommes qui sont solidaires de votre lutte et veulent la faire connaître comme la seule voie vers la paix, car c’est la seule voie vers la justice qui est due au peuple palestinien.
    – Ne craignez pas de dire non, car ce ne sera jamais un déshonneur d’être considéré comme un traître parce que l’on a su dire non ».

    Lors de notre séjour, nous avons bien rencontrés des personnes admirables dans leurs convictions d’objecteurs de conscience, prêts à tout pour montrer leur refus de ce que leur pays faisait subir aux Palestiniens, en particulier dans les territoires occupés, mais aucun antisioniste ou anticolonialiste conséquent, aucune analyse politique qui les aurait amenés à condamner l’Israël colonialiste car tout simplement il occupait la terre d’un peuple auquel il n’avait jamais accordé le droit à l’autodétermination.
    Or, cette perle rare nous ne l’avons même pas trouvée chez un militant tel qu’Uri Avneri qui, pour moi, était l’exemple même d’un militant de gauche israélien. L’un des fondateurs de « La paix maintenant » nous a en effet bien fait comprendre qu’il était impensable d’accorder le Droit au retour aux Palestiniens chassés de leur pays et disséminés dans le monde entier, car si cela avait lieu ce serait la fin de l’Etat sioniste, la fin du Judenstaat voulu par Herzl, par les Pères de l’Etat d’Israël, par tous les Israéliens, y compris par la quasi totalité de la gauche israélienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.