Experts de l’ONU : Honorez la mémoire de Samuel Paty, enseignant français assassiné, en défendant les droits et en confrontant le fondamentalisme (plus : Samuel Paty et les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français)

GENEVE (15 octobre 2021) – À l’occasion du premier anniversaire de l’assassinat de l’enseignant français Samuel Paty, des experts de l’ONU ont rendu hommage à son engagement à enseigner les valeurs des droits humains et ont souligné que la meilleure façon de l’honorer était de défier le fondamentalisme et de défendre les droits humains.

M. Paty était décapité par un assaillant extrémiste le 16 octobre 2020 près de l’école où il enseignait à Conflans-Sainte-Honorine, dans la région parisienne, suite à une campagne sur les réseaux sociaux fondée sur des récits déformés concernant ses efforts pour enseigner la liberté d’expression à l’aide de caricatures.

« Son assassinat était une attaque contre les droits culturels, la liberté d’expression, la liberté académique et la liberté de religion ou de conviction, ainsi que son propre droit à la vie », ont déclaré Karima Bennoune, Rapporteuse spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels et Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction.

« Son meurtre a eu lieu dans un contexte d’attaques croissantes contre la séparation de la religion et de l’État, déclenchées en particulier par des acteurs fondamentalistes de la société civile », ils ont déclaré. Par conséquent, selon les experts de l’ONU, « les meilleures moyens d’honorer la mémoire de M. Paty consistent à défendre précisément ces droits humains, à lutter contre le fondamentalisme, à respecter le pluralisme, et à garantir la sécurité de ceux et celles qui encouragent un débat académique réfléchi à ces fins ».

Les experts ont exprimé leur solidarité « avec la famille de M. Paty et ses collègues enseignant(e)s qui poursuivent son œuvre en promouvant l’enseignement des droits humains et la pensée critique, notamment par le recours à la culture, y compris sur des sujets jugés controversés ou liés à la religion ou la conviction. »

Lors de cet anniversaire, les experts de l’ONU ont rendu également hommage à d’autres personnes qui ont été prises pour cible cette année, notamment pour leur pratique et leur défense des droits culturels, comme le chanteur folklorique afghan Fawad Andarabi, qui a été traîné hors de son domicile dans un village au nord de Kaboul et tué par des combattants talibans le 28 septembre, peu après qu’un porte-parole des talibans ait déclaré que « la musique est interdite dans l’islam. »

« Tous les États et la communauté internationale doivent faire davantage pour assurer la sécurité de ceux et celles qui exercent et défendent les droits culturels et les valeurs démocratiques, notamment par l’expression artistique, l’éducation et la dissidence culturelle » ont déclaré les experts.

Les gouvernements doivent veiller à ce que les auteurs des crimes contre les défenseur(e)s de ces droits soient traduits en justice, conformément au droit international. Il est également essentiel de commémorer ces victimes et de lutter efficacement contre les idéologies fondamentalistes et extrémistes telles que celles qui ont motivé leurs meurtres, conformément aux normes internationales.  Les États doivent reconnaître et soutenir le rôle positif du débat et de la dissidence à travers les expressions culturelles et créatives, et protéger ceux qui s’y adonnent, ils ont déclaré. 

« M. Paty voulait utiliser la culture pour enseigner les droits humains, même si cela était difficile et dangereux », ont déclaré les experts. « Sa voix a peut-être été réduite au silence, mais ses convictions devraient continuer à nous inciter à redoubler d’efforts au niveau international pour créer et préserver des espaces d’expression et de débat. Ce sont des composantes essentielles de la vie culturelle et qui font partie des efforts de promotion des droits humains en particulier dans un contexte de diversité croissante. »

Karima Bennoune, Ahmed Shaheed

https://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?

Honour slain French teacher Samuel Paty by defending rights, defying fundamentalism – UN experts

https://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?

Karima Bennoune a été nommée Rapporteuse spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels en octobre 2015. Karima Bennoune a grandi en Algérie et aux Etats-Unis. Elle est professeure de droit et chercheuse pour le programme Martin Luther King, Jr. Hall à la faculté de droit Davis de l’Université de Californie, où elle enseigne les droits humains et le droit international.

Le 1er novembre 2016, M. Ahmed Shaheed a pris ses fonctions de Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction. Il est directeur adjoint du Centre des droits de l’homme de l’Université d’Essex. Il a été le premier Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme sur la situation des droits de l’homme dans la République islamique d’Iran depuis la fin du mandat précédent de la Commission des droits de l’homme en 2002. Diplomate de carrière, il a été deux fois Ministre des affaires étrangères des Maldives. Il a encadré les efforts d’adhésion des Maldives aux normes internationales en matière de droits de l’homme entre 2003 et 2011.

Les Experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des «  procédures spéciales » du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Pour des informations additionnelles et des demandes des médias, prière de contacter Stee Asbjornsen (+41 22 917 9827 / sasbjornsen@ohchr.org) ou d’écrire à srculturalrights@ohchr.org

Pour des demandes de renseignement des médias concernant d’autres experts indépendants, prière de contacter ONU Droits de l’homme– Unité Média, Renato de Souza (+41 22 928 9855 / rrosariodesouza@ohchr.org) ou or Jeremy Laurence (+ 41 79 444 7578 / jeremy.laurence@un.org).

Le monde actuel vous préoccupe ?

DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.

Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)

et visitez le site Web http://www.standup4humanrights.org

*******

Samuel Paty et les profiteurs d’abîme.
Message d’une prof de français

La récupération politique d’un crime ajoute à l’horreur du crime. Il y a un an, l’assassinat de Samuel Paty a donné lieu à des amalgames particulièrement obscènes. En guise de contre-feux, voici la lettre d’une prof que nous avons publiée, Juliette Keating, prof de français depuis vingt ans dans la banlieue parisienne, à Montreuil actuellement, dans un collège populaire.

Les mains sales de la récup’

Le respect dû au défunt abominablement assassiné n’aura donc pas assourdi les braillements des tartuffes de la laïcité. On aurait pu attendre un peu de décence devant l’insoutenable, mais nous sommes en période électorale et il convient de faire feu de tout bois pour racler dans la fange quelques suffrages de cette opinion publique si avare d’approbation en ces temps difficiles pour chacunE. L’opportunisme reste le trait commun à tout le spectre politique le plus en vue : l’occasion est trop belle, le crime trop parfait dans son horreur, pour ne pas en « profiter ».

De tous ces défenseurs subits des professeurEs, de toutes ces zélatrices soudaines de l’éducation nationale, on retiendra les larmes de crocodiles versées sur le cadavre de l’homme qui devrait aujourd’hui profiter, lui, de vacances bien méritées. Mais leur regard est ailleurs et leur cœur bat pour d’autres combats que d’améliorer les conditions de travail des professeurEs, de donner les moyens d’un enseignement public ouvert et diversifié, de lutter contre les inégalités scolaires et les discriminations qui pourrissent de longue date le climat du pays plongé depuis des mois dans la crise économique et sanitaire.

Plutôt que d’offrir à chacun et chacune de nos enfants les outils culturels et intellectuels qui leur permettent de s’armer contre tous les fanatismes, de résister aux manipulations et de penser par elles-mêmes, les irresponsables au pouvoir réduisent le nombre d’heures de cours, ferment des classes, augmentent les effectifs, refusent de recruter des enseignantEs supplémentaires. Doit-on rappeler que l’assassin de Samuel Paty est un jeune adulte que l’on a vite renvoyé à son identité « tchétchène », alors que, réfugié à six ans, il a fréquenté nos écoles, nos collèges, comme tous les enfants de France ?

Mais de ceci, quelle importance, puisqu’il s’agit de capitaliser sur la « guerre » contre l’islamisme et de fourbir un nouvel arsenal répressif bon teint qui satisfera les braves gens évidemment sidérés devant l’atrocité du crime ? On trouve des coupables partout, surtout parmi celleux qui pensent et disent que l’opprobre jeté aux musulmanEs à chaque nouvel attentat, la défiance généralisée qui en découle alimentent le ressentiment des unEs contre les autres, désunissent les populations qui vivent ensemble dans les mêmes quartiers, partagent le même quotidien. On ne fait pas d’amalgame, nous rétorque-t-on. Mais alors pourquoi, quand une représentante de l’UNEF se joint au rassemblement d’hommage au professeur assassiné, est-elle insultée parce qu’elle porte le voile ? Dans la grande leçon nationale sur la sacralité de la liberté d’expression, on accepte donc les musulmanEs pourvu qu’ielles soient invisibiliséEs et contritEs.

La récupération politique d’un crime ajoute à l’horreur du crime lui-même, et la nausée vient devant le spectacle de tant de lâcheté collective face aux desseins des extrêmes droites : conquérir les esprits et les cœurs pour plus facilement s’emparer du pouvoir. À ce terrible jeu, il n’y aura que des perdants.

Juliette Keating

https://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/les-profiteurs-d-abime-message-d-une-prof-de-francais-6552

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

… sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous !


Pour rappel :

À Samuel Paty : pour la défense de la liberté d’expression

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/10/30/a-samuel-paty-pour-la-defense-de-la-liberte-dexpression/

Haine, arbitraire : nous ne céderons rien 

Tribune de Pierre Tartakowsky : « Samuel Paty, en souvenir d’avenir »

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/10/29/haine-arbitraire-nous-ne-cederons-rien-plus-tribune-de-pierre-tartakowsky-samuel-paty-en-souvenir-davenir/

Hommage à Samuel Paty, enseignant, héritier des Lumières

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/10/19/hommage-a-samuel-paty-enseignant-heritier-des-lumieres/

Pierre Tevanian : je suis prof. Seize brèves réflexions contre la terreur et l’obscurantisme, en hommage à Samuel Paty

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/10/24/je-suis-prof-seize-breves-reflexions-contre-la-terreur-et-lobscurantisme-en-hommage-a-samuel-paty/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.