Sur la dette de guerre allemande envers la Grèce

Lettre des associations grecques de la diaspora aux autorités allemandes sur la dette de guerre allemande envers la Grèce

Quatre-vingts ans se sont écoulés depuis que l’Allemagne hitlérienne a envahi la Grèce le 6 avril 1941. De nombreux massacres ont eu lieu en Grèce jusqu’à la fin de 1944 et la réduction totale de la population du pays pendant la Seconde Guerre mondiale a été de 13,5%. La Wehrmacht a détruit environ 1770 villes et villages pendant l’occupation, avec 131 holocaustes reconnus jusqu’à présent. En cette année de commémoration, la question de la dette allemande envers la Grèce devient encore plus importante.

Parmi les communautés qui ont souffert des atrocités nazies figurent Distomo, Giannitsa, les villages de la région de Viannos, Kontomari, Kandanos, Alikianos, Anogeia, Damasta, Hortiatis, Kommeno, Kleisoura, Pirogi, Mesobouno, Kerdyllia, Kaisariani, Mousiotitsa, Paramythia, Ypati et Ligkiades. Le pire massacre a eu lieu à Kalavrita et dans les villages voisins où 1 436 personnes ont été exécutées le 13 décembre 1943.

Le catalogue officiel des vols et pillages commis par l’armée allemande pendant l’occupation a été publié par l’État grec en 1946. Il comprend 8500 objets mobiliers anciens qui ont été volés. Ces objets n’ont jamais été restitués et figurent dans certains musées, dans des ventes aux enchères et dans des collections privées.

La Conférence alliée de Paris (novembre 1945-janvier 1946) a convenu d’un montant de 7,181 milliards de dollars (à la valeur d’achat de 1938) pour les réparations de la République fédérale d’Allemagne à la Grèce (ce montant ne comprend pas l’argent dû pour le prêt d’occupation et pour les biens archéologiques et culturels qui ont été pillés). Alors que l’Italie et la Bulgarie ont payé leurs dettes envers la Grèce, l’Allemagne n’a pas remboursé sa dette et a constamment rejeté les demandes grecques d’entamer des négociations entre les deux parties, en utilisant diverses excuses. Plus récemment, l’Allemagne a invoqué le traité 2+4 (Moscou 1990) en prétendant que ce traité avait réglé toutes les questions de réparations de manière complète et totale.

Cependant, le Comité scientifique du Parlement fédéral n’est pas d’accord avec le gouvernement fédéral et admet, dans un rapport publié en 2019, que la Grèce n’a jamais renoncé à ses exigences vis-à-vis de l’Allemagne. En ce qui concerne le traité 2+4 (que l’Allemagne utilise pour soutenir sa position selon laquelle elle a résolu la question des demandes grecques), le Comité scientifique écrit : « Les réparations ne sont pas mentionnées dans le texte du traité. La Grèce, en tant que pays tiers qui n’a pas participé à la formulation du traité, aurait dû accepter explicitement les inconvénients qui la concernent ». En tout état de cause, la Grèce n’est pas liée par un accord auquel elle n’a pas participé, qu’elle n’a pas signé ou ratifié. Au contraire, l’Allemagne est liée par le traité de Londres de 1953 qui contient des dispositions favorables pour elle et qui a permis la reconstruction du pays. L’Allemagne doit honorer sa signature.

Les revendications de la Grèce à l’égard de l’Allemagne concernent les dommages causés au pays et aux citoyens grecs pendant la deuxième guerre mondiale, la perte de vies humaines de citoyens grecs, le remboursement du prêt obligatoire de la Banque de Grèce au troisième Reich, y compris les intérêts, et les réparations restantes de la première guerre mondiale qui n’ont pas été payées. Nous exigeons également le retour des objets archéologiques et autres biens culturels qui ont été volés à la Grèce.

Athènes a soumis au moins trois notes verbales à l’Allemagne pour demander le règlement des dettes envers la Grèce. En novembre 1966, 14 novembre 1995 et 4 juin 2019, par lesquelles l’ouverture de négociations était demandée afin de payer les indemnités de guerre et les indemnisations de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, le remboursement des paiements du prêt et la restitution des biens culturels.

Après quatre-vingts ans, nous demandons au gouvernement allemand, aux partis politiques et aux membres du Parlement fédéral d’ouvrir des négociations avec la Grèce afin de résoudre une question aussi grave. Si la justice prévaut, les relations bilatérales entre la Grèce et l’Allemagne seront renforcées et l’âme des personnes tuées reposera enfin en paix. Cela enverra également un message fort et permanent contre le fascisme.

Vasilios Mataragas, président du Conseil national helléno-américain.

Dr Theodore Halatsis, président du Congrès hellénique canadien

Capitaine Evagelos Rigos, Président de l’Association Hellénique Internationale

Mme Maria Negreponti-Delivanis, ancienne rectrice, présidente de la Fondation Delivani.

M. Ioannis Gekas, Président de l’Association Pan-Macédonienne d’Allemagne.

Association internationale hellénique

Source : http://www.defenddemocracy.press/letter-of-greek-associations-to-mrs-angela-merkel-and-the-german-autorities/

https://www.grece-austerite.ovh/sur-la-dette-de-guerre-allemande-envers-la-grece/


En complément possible :

Eric Toussaint : Pourquoi l’annulation de la dette allemande de 1953 n’est pas reproductible pour la Grèce et les Pays en développement

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/03/06/pourquoi-lannulation-de-la-dette-allemande-de-1953-nest-pas-reproductible-pour-la-grece-et-les-pays-en-developpement/

Éric Toussaint : Allemagne-Grèce : deux poids, deux mesures – Voici 60 ans, l’annulation de la dette allemande

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2013/03/03/allemagne-grece-deux-poids-deux-mesures-voici-60-ans-lannulation-de-la-dette-allemande/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.