Ouverture du blog histoire coloniale et postcoloniale sur Mediapart

Colonial, postcolonial, décolonial sont des mots récurrents dans des débats d’aujourd’hui, souvent vifs et clivants. Une exigence de décolonialisation encouragée par le mouvement Black Lives Matter, transnationale comme le mouvement féministe Me Too, prend une ampleur mondiale et interpelle toutes les anciennes métropoles impériales. En France, cette exigence se heurte actuellement à de fortes résistances. Certains, dans le champ politique et médiatique, voudraient diaboliser les voix des chercheurs et des citoyens qui appellent à l’examen critique d’un passé de puissance coloniale long de quatre siècles. Notre pays peine à reconnaitre qu’héritier des Lumières et de la Déclaration des Droits de l’Homme, il l’est aussi d’une histoire esclavagiste et impériale qui lui a laissé des traces.

Le blog « histoire coloniale et postcoloniale » est né d’une volonté commune de la rédaction de Mediapart et de l’équipe du site histoirecoloniale.net. Celle d’appuyer la réflexion et l’action pour une décolonialisation effective de notre société sur les acquis des recherches en sciences sociales, particulièrement fécondes, en France et ailleurs, sur ces questions depuis les années 2000, mais trop souvent ignorés quand ils ne sont pas stigmatisés.

C’est du refus du racisme postcolonial qu’est né le site histoirecoloniale.net. Il prolonge le site ldh-toulon.net créé par François Nadiras (1941-2017) en réaction à l’élection en 1995 d’un maire Front national dans la ville de Toulon, qui, militant à la Ligue des droits de l’homme dans cette ville, était conscient de ce que la force de l’extrême droite et de la droite locale dans ce haut lieu du passé colonial français s’expliquait en grande partie par l’amoncellement des préjugés coloniaux. En vingt et un ans, le « guetteur de Toulon » a fait de ldh-toulon.net une référence majeure du net francophone pour expliquer et documenter l’histoire coloniale : des milliers de pages, des millions de consultations et de « partages », bien au-delà de la France, notamment au Maghreb et aux Etats-Unis.

Le site histoirecoloniale.net a conservé après 2017 ces pages produites notamment lors d’importantes campagnes d’opinion, par exemple lors de l’affaire des deux archivistes Philippe Grand et Brigitte Lainé injustement sanctionnés entre 1999 et 2005 après avoir témoigné de façon décisive lors du procès en diffamation intenté par Maurice Papon, et perdu par lui, contre Jean-Luc Einaudi. Ou lors de la campagne pour l’abrogation de l’article 3 de la loi du 23 février 2005 qui prétendait inciter les enseignants à montrer « les aspects positifs de la colonisation », article finalement abrogé. Il a accueilli de très nombreux travaux et prises de position de chercheurs sur ces questions qu’il a mis à la disposition du public.

Suivant le vœu de François Nadiras, la partie de ce site concernant l’histoire coloniale et postcoloniale a été, en 2017, reprise et continuée par le site histoirecoloniale.net, qui s’est structuré en grandes parties thématiques et géographiques – la société française aux temps des colonies, la société française face à l’héritage de son passé colonial, les autres colonialismes, le Maghreb, l’Afrique subsaharienne et l’océan Indien, l’Asie, les Amériques, le Pacifique. Il propose en accès libre plus de 3 000 articles : textes originaux, articles parus dans des publications universitaires ou grand public, comptes rendus de livres, films, expositions, documentant des points d’histoire de l’Empire colonial français, de la première colonisation (XVIe-XIXe siècles) à la seconde (1830-1962), et proposant aussi des réflexions relatives à leurs héritages dans la France contemporaine et aux débats et controverses auxquelles ils donnent lieu.

Des publications régulières sur Mediapart

Dans le cadre de ce blog histoire coloniale et post coloniale, l’équipe du site va publier régulièrement des articles sur Mediapart, tout en signalant les ressources que les lecteurs pourront trouver sur le site histoirecoloniale.net.

Cette équipe est composée de François Gèze, éditeur, qui a succédé en 1982 à François Maspero à la tête de la maison fondée par ce dernier en 1959, devenue les Éditions La Découverte qu’il a dirigées jusqu’en 2014 et où il est directeur de collection. Gilles Manceron, historien, auteur et co-auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire coloniale et postcoloniale de la France, qui a été vice-président de la Ligue des droits de l’homme et rédacteur en chef de sa revue Hommes & Libertés. Fabrice Riceputi, professeur d’histoire et géographie, chercheur associé à l’IHTP, auteur notamment de Ici on noya les Algériens (2021), qui anime, avec Malika Rahal, le site 1000autres.org, créé en 2018 pour faire revivre la mémoire des disparus victimes en 1957 de la « bataille d’Alger ». Alain Ruscio, historien spécialiste notamment de la guerre d’Indochine et de l’Indochine coloniale, qui a élargi ses travaux aux autres colonies et au « regard colonial » en général, qui dirige depuis 2016 une imposante Encyclopédie de la colonisation française (Les Indes savantes).

Nous publierons régulièrement sur sur ce blog Mediapart des articles inédits portant sur des sujets qui apparaissent dans l’actualité, à commencer, dans les jours prochains, par l’histoire des harkis et celle de la répression à Paris du 17 octobre 1961.

Pour que sa rédaction se structure et se développe, l’association histoire coloniale et postcoloniale fait appel aux adhésions et aux dons.

Faire un don à histoire coloniale et postcoloniale

François Gèze, Gilles Manceron, Fabrice Riceputi et Alain Ruscio

https://blogs.mediapart.fr/histoire-coloniale-et-postcoloniale/blog/250921/un-blog-histoire-coloniale-et-postcoloniale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.