En finir avec le colonialisme et le « parti colonial »

brochure_c_quoi_le_colonialisme_fasti

« Peu après sa naissance en 1967, la Fasti – qui regroupe de nombreuses Asti et militant·e·s sur tout le territoire – adopte un positionnement anticolonialiste. Ce positionnement découle du constat que les rapports nord/suds, déséquilibrés par des siècles d’esclavagisme, de colonialisme et de néocolonialisme, sont un élément fondamental dans l’analyse des migrations internationales et des politiques qui leur sont propres. Ainsi, les effets désastreux du colonialisme sur les populations font partie des causes multifactorielles des migrations. Le prisme colonial est également central dans le traitement réservé actuellement aux populations étrangères par les institutions occidentales ou encore dans les « négociations » interétatiques sur les questions migratoires. Plus globalement, les rapports nord/suds sont une donnée essentielle dans l’appréhension du monde dans lequel nous vivons et dans la compréhension des mécanismes de domination à l’échelle planétaire »

Dans l’édito, les auteurs et autrice soulignent, entre autres, « Nous pensons également que l’idéologie coloniale alimente les rapports sociaux de « race » qui structurent toujours nos relations, nos imaginaires, nos modes de pensée et d’agir ». Iels abordent l’égalité de toutes et tous « quel que soit son lieu de résidence » et présentent l’objet de la brochure et de l’exposition.

 

« Le colonialisme est une idéologie qui vise à légitimer l’extension de la souveraineté d’un État sur d’autres territoires. Il se caractérise par plusieurs éléments :

L’expropriation terrienne de personnes colonisées

La transformation de l’économie du colonisé au profit de l’économie du colon

Le traitement d’exception et l’instauration de hiérarchies raciales »

En introduction, les auteurs et autrices parlent du colonialisme et du modèle spécifique de production économique capitaliste, des ages successifs et des nouvelles formes du colonialisme, d’imbrication du colonialisme et du patriarcat…

1) Les territoires d’outre-mer, les vestiges de l’empire colonial français, une zone économique exclusive de plus de 11 millions de km2, les hiérarchies raciales persistantes, des régimes juridiques d’exception…

2) Les interventions de l’armée française, 60 interventions militaires en Afrique depuis les indépendances, les bases militaires, la continuité de l’emprise coloniale, les arguments « prétextes » de l’ingérence, les visées économiques et commerciales, les ventes d’armes, l’approvisionnement et le contrôle de matières premières stratégiques, les juteux marchés pour les entreprises…

3) Le franc cfa, une monnaie coloniale inconvertible, l’organisation de la fuite de capitaux africains, les plans d’ajustement structurel et leurs effets sur les population, les réactions brutales aux velléités d’indépendance monétaire ou politique…

4) Les accords de partenariat économique, les « réformes » favorables au commerce, la libéralisation des échanges avec l’ouverture à la concurrence, les négocations asymétriques, la sécurisation des approvisionnements pour les pays de l’Union européenne…

5) L’accaparement des terres, le rapt massif et souvent violent de terres cultivables par des entreprises transnationales (dont les groupes Louis-Dreyfus et Bolloré), « Les grandes perdantes de l’accaparement des terres sont les femmes, premières productrices de cultures vivrières qui ne trouvent plus de terres cultivables », l’expropriation de communautés, les brevets sur les molécules issues de la biodiversité locale, les impacts écologiques de l’uniformisation des cultures ou des OGM. « Ce modèle agricole ne nourrit pas la planète mais nourrit la spéculation pour enrichir une petite oligarchie mondiale »…

6) La dette des pays des suds, un puissant mécanisme de subordination, le FMI comme pompier pyromane, les conditionnalités aux prêts, les programmes dits d’ajustement structurel, « Dans la continuité de la logique coloniale, la dette est l’un des principaux instruments du pillage économiques des pays des Suds », la priorité donnée à la poursuite du remboursement de la dette au détriment des besoins sociaux des populations…

7) La gestion des migrations, le régime juridique dérogatoire pour la population étrangère, l’histoire des codes (code noir, code de l’indigénat, Ceseda), l’externalisation des frontières et de leur gestion, la construction de camps d’enfermement, la militarisation des frontières, la privatisation de la sécurité, l’installation d’officines d’institutions européennes dans des pays du suds…

8) L’extractivisme, la surexploitation et le pillage de ressources naturelles et des populations, l’esclavage et le travail forcé, le travail sous-payé, les impacts sociaux et environnementaux, les partenariats et les accords de défense secrets « qui masquent mal la continuité coloniale »…

9) Le soutien de la France à la colonisation de la Palestine, la mise en place et l’extension de l’apartheid, les violations du droit international, le silence sur les crimes quotidiens contre les palestinien·nes, l’assimilation des luttes anti-sionistes à de l’antisémitisme..

10) Le soutien de la France à la colonisation du Sahara occidental, l’attente depuis 1991 du référendum d’autodétermination pour les Sarahoui·es, le pillage des ressources naturelles…

Des encarts « Du coté des luttes » présentent succinctement diverses organisations aux activités anti-coloniales.

C’est quoi le colonialisme aujourd’hui ? Exposition :

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/09/10/cest-quoi-le-colonialisme-aujourdhui/

Brochure à télécharger : brochure_c_quoi_le_colonialisme_fasti

 

Fasti : C’est quoi le colonialisme aujourd’hui

10 exemples de la politique coloniale française

https://www.fasti.org

Paris 2021, 28 pages

Didier Epsztajn

Une réponse à “En finir avec le colonialisme et le « parti colonial »

  1. Et la/les langue-s et la/les culture-s de pays ?
    La colonisation c’ est aussi le lessivage des langues et des cultures autochtones, non?

Répondre à G.Tautil Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.