Les États doivent encourager et protéger le droit des paysan·ne·s à s’organiser et à former des groupes tels que des syndicats et des coopératives qui sauvegardent leurs intérêts

undrop-book-of-illustrations-l-fr_test_bd

Dans l’introduction, Cette terre, cette eau, cette forêt – c’est nous !, sont abordés, entre autres, la crise de civilisation, la pandémie et ces effets, les problèmes de santé publique, l’érosion des processus démocratiques, les situations des paysan·nes et des peuples autochtones, les rapports du GIEC, la mise « à rude épreuve » des ressources limitées de la planète par les grandes exploitations agricoles et les multinationales de l’agroalimentaire, la hausse des conditions météorologiques extrêmes, le système agro-industriel, le capitalisme et le modèle singulier d’industrialisation imposé aux peuples, le rôle des institutions internationales, les accords de libre-échange, la privatisation des services publics, l’explosion des vulnérabilités, « Toutes les grandes grippes qui ont frappé l’humanité ces derniers temps rappellent le coût humain de cette expansion sans entrave dans le sens de l’homogénéité au détriment de la diversité », l’invasion des campagnes par le capital, les réactions, « La réaction des gens face à des circonstances aussi éprouvantes n’est pas toujours agréable. Dans de nombreuses régions du monde, des personnes frustrées ont commencé à trouver refuge dans des idéologies de droite qui tirent leur force de la haine, de l’esprit de clocher et de la division. Il est essentiel de reconnaître que la suspicion et l’hostilité des uns envers les autres naissent fortement dans un monde où il faut se battre pour obtenir des ressources et des salaires quotidiens. Le capitalisme a créé ce monde polarisé, où la concurrence a remplacé la solidarité ».

Cependant, « tout espoir n’est pas perdu ». Les auteurs et autrices discutent de riposte, de l’internationalisme, de solidarité, d’un monde « socialement juste et égal », d’éducation, d’organisation, d’actions, des mouvements sociaux de producteurs et de productrices alimentaires et de leurs allié·es…

« Le 18 décembre 2018, ces efforts ont finalement porté leurs fruits et l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan·ne·s et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP). Cette déclaration appelle à ce que les paysan·ne·s ne soient pas seulement de simples « sujets de droit ». Au contraire, elle reconnaît les paysan·ne·s et les personnes travaillant dans les zones rurales comme des acteur·trice·s fondamentaux pour surmonter les crises. Cette déclaration de l’ONU est un instrument stratégique pour renforcer les luttes et les propositions des mouvements ruraux. Elle établit également une jurisprudence et une perspective juridique internationale pour guider la législation et les politiques publiques à tous les niveaux institutionnels au profit de ceux qui nourrissent le monde

Le cœur de la Déclaration est centré sur le droit à la terre, aux semences et à la biodiversité, ainsi que sur plusieurs « droits collectifs » ancrés dans la Souveraineté alimentaire. La Souveraineté alimentaire est le droit des peuples à déterminer leurs systèmes alimentaires et agricoles et le droit de produire et de consommer une alimentation saine et culturellement appropriée ».

Des droits des paysan·nes, des obligations et des recommandations aux Etats, des mécanismes et des instruments…

« Le livre d’illustrations que nous présentons ici explore les différents aspects de cette déclaration des Nations unies. Grâce à des visuels convaincants, soigneusement élaborés par Sophie Holin, jeune militante et sympathisante de La Via Campesina, ce livret vise à populariser le contenu de la Déclaration des Nations unies et à le faire connaître aux communautés rurales. Le livret, produit à l’origine en anglais, en espagnol et en français, sera également disponible en tant que document à source ouverte pour que les mouvements sociaux puissent l’adapter et le traduire dans les langues locales »…

Outre les articles, des visuels dessinés, les lecteurs et les lectrices trouveront des extraits particulièrement soulignés…

Table des matières :

Introduction

Article 1 : Paysan·ne

Article 2 : Obligations Générales des États

Article 3 : Égalité et Non-Discrimination

Article 4 : Non-Discrimination à l’Égard des Femmes

Article 5 : Droit aux Ressources Naturelles et au Développement

Article 6 : Droit à la vie, à la Liberté et à la Sécurité de la Personne

Article 7 : Liberté de Circulation

Article 8 : Liberté de Pensée, d’Opinion et d’Expression

Article 9 : Liberté d’Association

Article 10 : Droit à la Participation

Article 11 : Droit à l’Information

Article 12 : Accès à la Justice

Article 13 : Droit au Travail

Article 14 : Droit à un Environnement de Travail Sûr et Sain

Article 15 : Droit à l’Alimentation et la Souveraineté Alimentaire

Article 16 : Droit à un Revenu et des Moyens de Subsistance Décents et aux Moyens de Production

Article 17 : Droit à la Terre

Article 18 : Droit à un Environnement Propre, Sûr et Sain à utiliser et à gérer

Article 19 : Droit aux Semences

Article 20 : Droit à la Diversité Biologique

Article 21 : Droit à des Systèmes d’Eau Propre

Article 22 : Droit à la Sécurité Sociale

Article 23 : Droit à la Santé Physique et Mentale

Article 24 : Droit au Logement

Article 25 : Droit à l’Éducation et à la Formation

Article 26 : Droits Culturels et Savoirs Traditionnels

Article 27 : Responsabilité de l’ONU et des autres Organisations Intergouvernementales

Article 28 : Obligations Générales

Une belle brochure à faire circuler tant dans les campagnes que dans les villes. Il faut ensemble se saisir de la Déclaration pour imposer à nos gouvernements les profondes modifications législatives et institutionnelles nécessaires aux respects des droits des paysan·nes et autres personnes travaillant dans les zones rurales. Sans oublier que bien des articles concernent ou pourraient concerner d’autres catégories de salarié·es ou de citoyen·nes. L’égalité et la non-discrimination nous concerne toustes…

La Via campesina : Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan·nes et autres personnes travaillant dans les zones rurales

Livret d’illustration : undrop-book-of-illustrations-l-fr_test_bd

Mars 2020, 72 pages

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.