Conserver notre faculté de comprendre ce qui nous arrive

AX_241_SEPTEMBRE_2021_COVER_BD

« Féminicides ici. Talibans là. Portes fermées, oreilles soudées. Inondations ici. Incendies là. Rapports fermés, yeux clos. Violences, précarité pandémie, extinctions, incertitudes, basculement. Un été plombé. Qui nous suffoque, qui nous submerge ». Dans son éditorial, Rester, résister, rentrer, Sabine Panet souligne que face aux événements terrifiants, « lorsque s’enfuir n’est pas la seule option, « rester », non pas au sens strict de « se tenir debout » (on se tient à nouveau, comme on peut), mais rester pour demeurer, ferme, solide, s’approche d’une résistance ». L’éditorialiste ajoute : « Rester intelligentes toutes ensemble, conserver notre faculté de comprendre ce qui nous arrive… »

Dossier : Vêtements à l’école : Jeunes femmes contre vieux règlements

« Short trop court, mais jupe trop longue. Ventre trop découvert, mais cheveux trop couverts. Elles sont trop provocantes, ou elles sont trop pudiques ». Les règlements d’ordre intérieur sexistes dans les écoles, la responsabilité d’une agression « sur la potentielle victime et les vêtements qu’elle portait », la non interrogation de la construction sociale des regards et des violences masculines, les injonctions des hommes, « les hommes n’ont pas à avoir la mainmise sur la manière dont s’habillent les femmes », le sexe de ce qui semble convenable, « Les règlements qui font une différence entre la tenue des garçons et des filles renforcent la binarité et la pression à une période où les élèves sont en recherche, découvrent leurs corps et changent énormément », l’importance d’associer les élèves à la rédaction des règles en matière vestimentaires (comme sur bien d’autres sujets) et à la définition collective de ce qui pourrait être permis ou non comme tenue à l’école, le « recadrage » nécessaire des enseignant·es aux propos ou aux attitudes sexistes…

La rentrée académique pour les étudiantes musulmanes visibles (« Cette expression est préférable au terme « femme voilée » qui essentialise les femmes musulmanes visibles, réduite à un habit. De la même façon qu’on ne dit pas une femme « mini-jupée » ou un « homme kippapé » ! Les femmes musulmanes visibles sont avant tout des femmes – qui par ailleurs, portent un foulard »), des règlements et des discriminations, celles qui ne sont manifestement pas les bienvenues dans l’espace public, la fragilité des droits acquis pour les minorités…

Parmi les autres textes publiés, je signale notamment :

  • Mode : La « femme-bébé ». Les petites filles sont incitées à s’habiller comme des femmes, et les femmes sont incitées à s’épiler pour retrouver un corps prépubère…

  • Résister en Turquie, le retrait de la Convention d’Istanbul, les violences faites aux femmes et les féminicides, les résistances (En complément possible, Interview avec la féministe Pinar Selek, symbole de la Turquie qui résiste !, interview-avec-la-feministe-pinar-selek-symbole-de-la-turquie-qui-resiste/Elifcan Celebi et Ebru Ece Özbey : Turquie. « Pour les femmes le combat continue », turquie-pour-les-femmes-le-combat-continue/)

  • Sous le précédent régime des Talibans, « Les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin, et interdiction de travailler ; les filles n’avaient pas le droit d’aller à l’école. Les femmes accusées d’adultère étaient fouettées et lapidées à mort » (en complément possible des textes regroupés en plusieurs blocs, leffondrement-de-lafghanistan-et-autres-textes/, afghanistan-autres-textes-2/, entretien-quels-sont-les-enjeux-pour-la-vie-des-femmes-en-afghanistan-plus-autres-textes/,afghanistan-interview-dune-responsable-de-rawa-apres-la-prise-de-controle-du-pays-par-les-talibans-plus-autres-textes/, le-monde-a-lenvers-a-peine-les-talibans-ont-ils-conquis-lafghanistan-que-la-cour-nationale-du-droit-dasile-envisage-de-restreindre-la-protection-des-afghan⋅e

  • Avec ou sans voile, toutes égales !, l’interdiction d’emplois ou de fonctions pour des femmes musulmanes, le refus de conditions vestimentaires pour l’accès à l’espace public, les visions stéréotypées, « Une femmes portant le foulard à un guichet, au volant d’un transport public ou dans un conseil d’administration serait plus dangereuse que les attitudes sexistes et racistes de certains agents ou mandataires qui, elles, restent largement banalisées et tolérées ? », des priorités politiques à recentrer sur les besoins de toutes les femmes « avec, notamment, des emplois, mandats et services publics accessibles à toutes, et la mise en place réelle de politiques de lutte contre toutes les formes de violences machistes »… (En complément, un communiqué : avec-ou-sans-voile-toutes-egales-communique-de-soutien/)

  • image_6483441_4-scaled-e1629811269131Le magazine axelle se renouvelle ! – Il y a près d’un an, nous avons entamé une réflexion sur l’évolution de notre magazine. Pour nous aider, nous avons sollicité l’avis de nos lectrices ; vous êtes 143 à avoir répondu à notre sondage paru au printemps dernier. Voici les résultats, et les changements à venir ! – https://www.axellemag.be/le-magazine-axelle-se-renouvelle/
  • Décryptage d’un dispositif « gender maistreaming », l’importance de prendre en compte les inégalités structurelles et historiques entre les hommes et les femmes ainsi que la question des violences exercées par les hommes contre les femmes, le besoin de statistiques ventilées par sexe, des ambitions et des engagements mais aussi la nécessité de rester vigilant·es…

  • L’aide familiale, l’impensé des besoins des mères « malgré des situations d’urgence », le cout de services « calculé en fonction des revenus de la famille », les conditions sociales du vécu de la maternité, l’isolement, la surcharge de travail, l’absence de prise en charge collective de la maternité, « des solutions collectives d’accompagnement et de soutien », l’obligation de la « super maman » et celles qui seront jugées défaillantes, des choix politiques sur le dos des femmes, « Ces choix politiques de délégation du care reposent trop souvent sur le dos des femmes, travailleuses et mères »…

  • Inclusion en Flandre ? Une psychologue jugée trop « sexy », une nomination contesté au nom de la « neutralité »…

  • Jennifer Padjemi. Féminisme et pop culture, les enjeux des représentations, le mot féminismes, « au pluriel permet de regrouper d’autres sujets que je développe dans le livre, comme la santé mentale, les sexualités, le corps… »…

  • Sororidad Sin Fronteras. Des femmes hispanophones et des actions artistiques, « Un violeur sur ton chemin » (un-violeur-sur-ton-chemin/)…

  • la participation de Vie Féminine à la Marche Mondiale des femmes…

  • et toujours de riches rubriques : actualités révoltante, culture et informations internationales

Un journal de nos amies belges à faire connaître.

Axelle 241, Septembre 2021, http://www.axellemag.be

Autres numéros : /revue/axelle/

Didier Epsztajn

Une réponse à “Conserver notre faculté de comprendre ce qui nous arrive

  1. Faut expliquer ça aux patrons dans les entreprises. Les vétements sont affaires de choix mais on ne peux pas nier qu’ils ont un sens social. Le voile est un signe religieux comme la croix et la kipa

Répondre à gisele moulie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.