« Stévia », par Helena Zelic

Le poème tisse une critique de l’expropriation des terres et du modèle de production de Coca-Cola.

« Stévia » est un poème en l’honneur de la résistance du réseau Solidarité des Femmes Haïtiennes [Solidarite Fanm Ayisyèn – SOFA] contre l’expropriation de leurs terres destinées à l’agriculture biologique et à l’éducation populaire. Le poème a été inspiré par un matériel produit par Capire. Le territoire où opère la Ferme École d’Agriculture Biologique « Délicia Jean » a été revendiqué par Andy Apaid Jr., un magnat haïtien connu pour avoir dirigé la coalition qui, en 2004, a mené un coup d’État en collaboration avec les États-Unis. L’action d’occupation du territoire, organisée par Apaid, a été brutale avec les militantes de SOFA et a détruit les clôtures érigées par les participantes au projet, qui délimitaient un territoire d’égalité et de production sans poison ni exploitation. Le but de l’usurpation de ces terres est de produire du stévia pour fabriquer des édulcorants à l’usage du Coca-Cola.

« Stévia » est un poème inédit d’Helena Zelic, militante de la Marche Mondiale des Femmes au Brésil, communicatrice et poète, auteure de livres tels que La libération de Laura (A libertação de Laura, 2021) et Pendant un tremblement de terre (Durante um terremoto, 2018).

« Avec ce poème, je voulais souligner que la forme de production capitaliste, patriarcale et raciste essaie de rester cachée, mais se dévoile toujours lorsqu’il y a une lutte. La façon dont nous produisons et ce que nous produisons sont un terrain en litige qui, une fois dévoilé, nous provoque étonnement, révolte, résistance, sentiments multiples. J’ai voulu donc délimiter que la poésie peut être un espace pour traiter, par les mots, de cet étonnement, de cette révolte. »

Stévia

je ne suis jamais entrée dans une usine de coca-cola
ni par la porte d’avant, ni par l’arrière
je n’ai jamais vu passer le courant
d’eau dans les tuyaux industriels
la lueur des bulles, un peu de fumée

combien de personnes sont nécessaires
pour produire une bouteille
la remplir, la transporter ?
une pour la vider

je ne suis jamais entrée dans une usine de coca-cola
nous ne savons pas où elle est
de quoi d’autre elle est capable

j’ai toujours été et je suis au brésil

je n’ai jamais mis les pieds en haïti
où il y a des femmes expulsées de la terre
parce qu’il faut exporter du stévia
pour les usines de coca-cola
dans un quelconque nœud aveugle, brut
à l’intérieur du sud du monde

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

https://capiremov.org/fr/culture-fr/stevia-par-helena-zelic/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.