Appel pour un congrès national des mouvements sociaux et citoyens

Le présent Appel signé par plusieurs dizaines d’activistes des mouvements sociaux, d’associations et de personnalités, devait paraître à l’origine dans différents supports de presse le 27 juillet 2021.

Au vu des événements survenus ce jour-là à commencer par le discours du président de la République tunisienne et les dispositions qui en découlent, ses initiateurs ont décidé de surseoir à sa publication. Quelque dix jours plus tard, par-delà la situation institutionnelle et politique inédite que connaît le pays, l’objet de cet Appel n’a rien perdu de sa pertinence et de son opportunité.

L’heure est plus que jamais à l’organisation de débats, de concertations et de rapprochements entre les diverses composantes du mouvement social et citoyen dans le respect des différents positionnements afin de donner aux mots d’ordre de la révolution de 2011 un contenu concret axé sur la lutte contre les inégalités économiques et sociales et respectueux des principes démocratiques qui nous animent.

La mise en place d’une plate-forme numérique, prélude à l’organisation d’un congrès des mouvements sociaux et citoyens à l’automne, permettra dans les semaines à venir de préparer et nourrir ces débats et échanges en prenant en compte les contraintes sanitaires.

 

Appel pour un congrès national des mouvements sociaux et citoyens

La Tunisie traverse une période très difficile qui met en péril la Révolution de 2011 et l’expérience démocratique que celle-ci a permise. Le désenchantement mine l’immense espoir suscité voilà dix ans. Alors que la situation économique, financière et sociale n’a jamais été aussi grave, dans un contexte régional et international exerçant une forte pression économique et sécuritaire, la crainte d’un retour en arrière se renforce de jour en jour. Encore récemment, alors que le pays « célébrait » le dixième anniversaire de la Révolution, les manifestations de jeunes sont venues rappeler le fossé qui sépare les élites gouvernantes de la société, et en particulier de la jeunesse et des catégories précaires et paupérisées.

Dix ans après la chute de la dictature, le dynamisme des mouvements sociaux et citoyens ne s’est pas démenti. Cette résistance civique et pacifique s’est déployée sur deux fronts :

  • Le premier regroupe les mouvements sociaux et protestataires issus des couches populaires (chômeurs, travailleurs précaires, petits paysans, pêcheurs, petits producteurs). Divers, présents à-travers le territoire, ces mouvements posent la question des droits économiques, sociaux et environnementaux, visent à combattre la rente et la corruption et à mettre un terme à la stigmatisation et au mépris.

  • Le second implique des pans entiers de la société civile : syndicalistes, féministes et autres mouvements de jeunes, attachés à la défense des droits politiques, des libertés publiques et individuelles, de l’égalité et des droits culturels. Toutes ces expressions constituent l’autre versant de la résistance de la société. L’aspiration à la liberté et à la dignité, le refus de la politique de violence systématique, de l’impunité témoignent de la vitalité des idéaux de démocratie, d’émancipation et de justice.

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) a pour raison d’être la défense des mouvements sociaux et des protestations sociales sur le terrain et par la mobilisation de ressources intellectuelles. Il a toujours été aux côtés de toutes les mobilisations pour le droit à l’emploi, pour défendre les travailleurs des chantiers ainsi que toutes les victimes de l’emploi précaire, les droits à un environnement sain et à l’accès aux services sociaux. Le FTDES a également été aux côtés des familles des migrants et des disparus en mer, des groupes marginalisés et privés de leurs droits. L’horizon politique de cet engagement social a continûment été la sauvegarde et le respect des droits de l’homme, l’égalité intégrale entre femmes et hommes et la défense de l’Etat de droit.

Aussi, au regard :

  • des acquis de la décennie passée,

  • de cette année de crise sanitaire dont les retombées sociales et psychiques s’aggravent de jour en jour,

  • des menaces pesant notre souveraineté nationale,

  • des leçons de l’insurrection des jeunes des quartiers populaires et de la répression – sans précédent depuis la Révolution – pratiquée à son encontre qui en dit long sur les menaces qui pèsent sur les libertés et la construction démocratique, le FTDES est convaincu de la nécessité d’effectuer un saut qualitatif capable de redéployer l’action de la société civile et des mouvements sociaux dans un sens plus unitaire. En effet, il importe, aujourd’hui plus que jamais, d’inverser cette tendance à l’éparpillement et de réduire les facteurs de divergence entre les divers mouvements. C’est un grand défi de construire une vision partagée et des pratiques communes, de lancer des passerelles entre les mouvements sociaux, les mouvements des jeunes et les composantes civiques qui œuvrent dans les domaines de l’égalité et des droits individuels et collectifs. Un défi qu’il nous faut relever.

Nous avons la conviction que les facteurs qui ont déclenché l’insurrection révolutionnaire sont toujours là ; que la volonté et les forces du changement social demeurent vivaces au plus profond de notre société. Elles s’expriment sous des formes nouvelles, rivalisant de créativité pour renouveler le répertoire des luttes démocratiques et sociales. La seconde vague de révoltes dans les pays arabes et ailleurs confirme le tournant historique de la crise de la mondialisation néolibérale. Ce contexte porteur nous interpelle. Nous avons besoin et nous nous devons d’œuvrer à la construction d’une plateforme commune pour le changement social par l’élaboration d’alternatives économiques et de développement plus justes ; par le renforcement des capacités des forces sociales, civiques et politiques afin de faire face aux politiques des couches dominantes soucieuses de leurs seuls intérêts.

Tel est l’engagement qui nous amène aujourd’hui à lancer cette initiative pour la tenue d’un congrès national des mouvements sociaux et citoyens à l’automne prochain. Un congrès qui rassemblera tous les mouvements sociaux et civiques, toutes les associations et toutes les personnalités porteuses de valeurs communes pour un débat ouvert autour des voies et des moyens de sauvegarder le processus révolutionnaire et de faire face aux fanatismes et aux populismes.

Ce congrès a pour objectifs la protection et l’approfondissement de la démocratie en ouvrant des perspectives politiques et des modalités d’action nouvelles pour les mouvements sociaux et citoyens, en mettant l’accent sur les convergences, les complémentarités, les interférences et les solidarités pour un projet commun de changement démocratique et social.

L’enjeu est de construire un rapport de force plus favorable dans le combat que nous menons toutes et tous pour les droits des classes populaires et des catégories sociales pressurées par des politiques dont la faillite est avérée mais auxquelles s’accrochent les élites dominantes. 

Afin d’assurer le bon déroulement du congrès et les meilleures conditions pour démarrer les travaux préparatoires, le partenariat doit se concrétiser par l’élaboration de visions nouvelles et la mise en place de mécanismes de mobilisation efficients. Nous devons faire en sorte que l’événement ouvre un espace démocratique, participatif où l’espoir porté par les démocrates, les forces de la jeunesse et les acteurs des mouvements sociaux pourra renaître et se diffuser.

A cette fin, le FTDES lance un appel à tous les mouvements sociaux et civiques, à toutes les organisations et associations, à toutes les figures démocratiques attachées aux principes de la Révolution, de l’Etat de droit, de la justice sociale et de l’égalité, à réagir à notre appel, à le signer et à rejoindre cette initiative qui demeure ouverte à toutes les propositions. Dès à présent, il nous faut entamer les contacts et les discussions afin de réunir toutes les conditions pour faire de ce congrès un évènement majeur.

 

https://ftdes.net/appel-pour-un-congres-national-des-mouvements-sociaux-et-citoyens/?

1er Liste des personnalités

01 Souhayer Belhassen, ex-présidente de la FIDH

02 Hédhili Abderrahman, président du FTDES

03 Kamel Jendoubi, militant des droits humains

04 Amel Grami, universitaire et militante associative

05 Mokhtar Trifi, ancien président de la LTDH

06 Malek Kefif, médecin, militant associatif

07 Abdeljelil Bedoui, économiste et militant des droits humains et sociaux

08 Mounir Hassine, syndicaliste et militant des droits

09 Kacem Afaya, syndicaliste, ancien membre du Bureau exécutif de l’UGTT

10 Iman Bejaoui, avocate

11 Maher Hanin, chercheur et militant

12 Khadija Chérif, sociologue militante féministe

13 Sofien Jaballah, chercheur activiste

14 Mohamed Haddad, journaliste

15 Larbi Chouikha, universitaire

16 Faten Mbarek, sociologue, Université de Gafsa

17 Rabeb Hammami, membre fondateur de l’association des élues municipales

18 Riadh Amine Ben Mami, politiste

19 Hend M’hamdi, activiste

20 Iskander Alouani, journaliste radio web-cité Attadhaman, et radio 6

21 Maram Khenissi, étudiante-Université de Strasbourg

22 Lilia Rebai, directrice d’Euromed-Droit-Maghreb

23 Khalil Abbess, activiste, chercheur en sociologie

24 Salwa Hamrouni, professeure de droit public, présidente de l’Association tunisienne de droit constitutionnel

25 Houcine Bardi, avocat au Barreau de Paris

26 Tarek BEN HIBA, militant associatif

27 Seïfeddine KHALED, militant associatif

28 Ahlem Belhadj, Médecin, Féministe et syndicaliste

29 Insaf Machta, enseignante et militante associative

30 Mohamed Nachi, sociologue-Belgique

31 Mouhieddine Cherbib, activiste Fr

32 Claudette Ferjani, militante des droits humains

33 Mohamed Cherif Ferjani, écrivain, prof émérite-Lyon

34 Mériam Guézara, Avocate

35 Ayoub Ghedamsi, Avocat

36 Wahid Ferchichi Professeur de Droit, université de Carthage, Tunisie

37 Jasser Riahi, étudiant en droit et militant associatif

38 Shams Radhouani Abdi, enseignante universitaire et militante associative

39 Hichem Abdessamad, historien

40 Fathi Ben Haj Yahia, écrivain

41 Riadh ben hmida, Avocat

42 Hafedh Affes, président de l’ATNF

43 Mourad Allal, directeur de centre de formation, militant associatif

44 Maha Abdelhamid, formatrice, militante associative

45 Ridha raddoui, Avocat

46 Nabil Azouz, enseignant, militant collectif Citoyen Soumoud

47 Sami Bargaoui, historien

48 Hela Abdeljaouad, médecin, ex-présidente de l’ATFD

49 Hassib Abidi, activiste

50 Cheima Benhamida, activiste

51 Hechmi Ben Frej, ancien perspectives, militant pour la mémoire

52 Rim Ben Ismail, universitaire et militante associative

53 Tahar Ben Mefteh, enseignant, écrivain, militant associatif – Lyon

54 Chiraz Ben Mrad, fondation tunisienne femmes et mémoire

55 Mohamed Ben Said, médecin, militant associatif

56 Zeineb Bensaid, militante de l’association Perspectives-Amel Tounsi

57 Raja Ben Slama, universitaire, psychanalyste

58 Khansa Ben Tarjem, activiste

59 Ouahbi Jomaa, militant associatif

60 Alaa Talbi, Directeur du FTDES

61 Mohamed Slim Benyoussef, politiste

62 Sophie Bessis, historienne

63 Hajer Bouden, traductrice

64 Mariem Bribri, activiste

65 Khémaies Chammari, ancien ambassadeur, militant des droits humains

66 Abdelmajid Charfi, professeur émerite, Université de Tunis

67 Houssem Cheikhrouhou, acteur associatif-droits humains

68 Hamed limaiem, Avocat

69 Alya Chérif Chammari, avocate, militante féministe

70 Jocelyne Dakhlia, anthropologue, historienne

71 Oussama Dhahri, activiste, mouvement jeunes Ariana chercheur en sociologie

72 Mounira Balghouthi, Observatoire Nissa (femmes), Tunis

73 Tahar Tahri, syndicaliste, militant des droits humains et des mouvements sociaux

74 Riadh Ben Khlifa, universitaire

75 Maher Hamdi, chercheur

76 Ahmed Sassi, activiste

77 Fathi El Hadj Ali, militant associatif

78 Mahdi Elleuch, chercheur

79 Hakim Fékih, étudiant, activiste

80 Frej Fenniche, militant des droits humains

81 Amira Turki, universitaire et artiste plasticienne

82 Mohsen Dridi, militant associatif

83 Yosra Frawes, poétesse, avocate, militante féministe

84 Mrad Gadhoumi, militant associatif

85 Ahmed Galai, membre commission scientifique IADH

86 Ayda Guizani, avocate et militante des droits humains

87 Mohamed Khenissi, militant associatif

88 Aziz Krichen, écrivain, sociologue, homme politique

89 Kamel Labidi, journaliste

90 Wajdi Limam, universitaire

91 Edidh Lhomel Jendoubi, économiste, SG CRLDHT

92 Rami Jdidi, Avocat

93 Dhouha Bousetta, Avocate

94 Anouar Moalla, militant associatif

95 Khadija Mohsen-Finan, enseignante, politologue spécialiste du Maghreb

96 Salima Kbaili, universitaire, Lausane

97 Hamadi Redissi, universitaire, islamologue, politologue

98 Messaoud Romdhani, militant des droits humains-CRLDHT

99 Mohamed Hedi Zaiem, statisticien, économiste

100 Salem Sahli, pédiatre et président de l’AERE

101 Emna Ben Ghorbal, militante des droits humains

102 Sadok Ben Mhenni, président de l’Association Lina Ben Mhenni

103 Ahmed Karaoud, président de l’association ” Legal-Agenda – Tunisie

104 Manel Mabrouk – activiste – (groupe jeune FTCR)

105 Sihem Elmabrouk, avocate, membre du comité directeur LTDH

106 Taieb Henchir, ingénieur et activiste

107 Abderrahmen ben Chabanne . enseignant, syndicaliste.et activiste

108 Wael Garnaoui, chercheur et activiste

109 Abdeljabbar Rékiki, militant des droits humains, Gabès

110 Bassem Karray, professeur en droit public

111 Ramy Salhi, directeur du bureau Maghreb d’euromed Droits

112 Leila Riahi, architecte, universitaire, militante pour la souveraineté alimentaire

113 Moez Mrabet, Universitaire et Homme de théâtre

114 Ali Ben Ameur, activiste (Fr)

115 Baccar Gharib, enseignant universitaire d’économie politique

116 Raoudha El-Guedri, sociologue

117 Mohamed Youssefi, journaliste

118 Thameur El-Mekki, journaliste

119 Sana Ben Achour, Universitaire et militante féministe

120 Lotfi Nasri, militant associatif

121 Sonia Ben Yahia, militante associative

122 Achraf Aouadi, activiste

123 Majd Mastoura, cinéaste

124 Yosra Sassi, Avocate

125 Haythem Zaibi, Avocat

126 Romdhane Ben Amor, chargé de l’information au FTDES

127 Samia Latif, syndicaliste secteur de la santé

128 Sami Adouani, militant des droits humains

129 Mongi Ben Salah, syndicaliste et militant des droits humains

130 Hamza Hamza, syndicaliste et militant des droits humains

131 Imane Guezara, avocate

132 Charfeddine El Kellil, avocat et militant des droits humains

133 Aziz Barkaoui, défenseur des droits humains

134 Ahmed Tabbabi, président de Nomade 08

135 Alaa Marzougui, militant pour l’eau et le développement durable

136 Habib Ayeb, Chercheur, militant pour la souveraineté alimentaire

 

1er liste des acteurs des mouvements sociaux

01 Sami Khelifi (Jendouba), coordination des travailleurs de chantiers Jendouba

02 Mohamed El Akermi, coordination des travailleurs des chantiers (Medenine)

03 Jamel Zammouri , coordination chantiers (Medenine)

04 Heikel Layouni, coord chantiers (Sidi Bouzid)

05 Abdelhalim hamdi, Coord chantiers (sidi bouzid)

06 Manel Selmi, coord chantiers (Tunis)

07 Karima Mosbahi , ِ chômeurs(Kairouan)

08 Wafa Mbarki (Tozeur), chantiers

09 Thamer Ben Khaled , chômeurs (Sfax)

10 Abdallah Letifi , coord nationale mvts sociaux

11 Boubaker Akremi, coord mvts sociaux (Gafsa)

12 Ali Krimi, coord mvts sociaux (Gafsa)

13 Ahlem Alaoui, coord mvts sociaux (Gabes)

14 Sabri Ben Slimane, Chantiers (Zaghouan)

15 Taoufik Arfaoui, chantiers (le Kef)

16 Khair Eddine Dbaya, Gabès

17 Ali El Mekki, Les martyres de la Révolution, Tozeur

18 Omar Salhi, Nabeul

19 Sonia Jebali, Tunis

20 Hassib laabidi, Jendouba

21 Moez Haj-Mohamed, Melloulich

 

1er liste des organisations et associations

L’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT)

L’Association tunisienne des femmes démocrates

Le Syndicat national des journalistes tunisiens

L’Association Beity

L’Association tunisienne des jeunes avocats

La Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme

L’Association Nawat

Le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux (FTDES)

Nachaz

L’Union des diplômés chômeurs

L’UGET

L’Association Lina Ben Mhenni

Voix de femmes

Solidar– Tunisie

L’Observatoire de la souveraineté alimentaire et environnementale

L’Association Perspectives-El Amel Tounsi

Association d’Education Relative à l’Environnement de Hammamet (AERE)

L’Association Tunisienne pour les Droits et les libertés

L’Observatoire Tunisien de l’eau

L’association tunisienne de défense des libertés individuelles

L’association CDCMIR [Citoyenneté, Développement, Cultures et Migrations des deux Rives]

La Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives (FTCR)

Le Comité de Vigilance pour la démocratie en Tunisie

L’association ” Legal-Agenda – Tunisie

La coordination des mouvements sociaux à Zarzis

Assoication défi Ethadhamen

L’Association La Voix d’Êve, Regueb

L’Association Joussour Al-Mouatana le Kef

Le Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)

Association Génération contre la marginalisation

La Marsa change

Association Psychologues du monde-Tunisie

La ligue tunisienne pour la citoyenneté.

Aegis for human rights

Association Bar al-Amen pour la recherche et les médias

Association des comités de la citoyenneté à la Marsa

Association ADLI

Association Damj

L’Association démocratique des Tunisiens en France

No Peace Without Justice-Tunisie

Solidarité laïque Tunisie-Méditerranée

Nomad 08

Marsadnissa Tunisie

********

Les mesures exceptionnelles. Jusqu’à quand et quelle issue ?

Après l’annonce, par le président de la République, le 24 aout 2021, de la prolongation « jusqu’à nouvel ordre » des mesures exceptionnelles décidées il y a un mois ;

Eu égard à la confusion politique et à l’absence de toute vision de l’avenir de la vie politique et civile du pays ;

Considérant le retard inexpliqué de la formation du gouvernement et aux atermoiements quant au retour à un fonctionnement normal des institutions et au respect des droits individuels et des libertés publiques ;

Considérant les abus dont sont victimes nombre de citoyens, homme d’affaires, parlementaires, juges, responsables politiques…

Les associations et organisations signataires appellent le président de la République :

–  A clarifier le délai d’application des mesures d’exception et à initier un dialogue national entre tous les protagonistes de la vie politique, partis, organisations et personnalités (hormis ceux et celles dont l’implication dans des affaires de corruption est avérée et établie par la justice) afin de procéder aux réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales dont le pays a besoin aujourd’hui. Réformes qui ne peuvent aboutir que grâce à l’effort collectif et consensuel.

–  A assurer la neutralité de l’institution militaire qui doit se tenir loin des tiraillements politique ; 

–  A mettre fin au recours à la justice militaire pour juger des civils ;

–  A respecter la séparation des pouvoirs et garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire, à recourir au Conseil supérieur de la magistrature avant toute décision d’interdiction de voyage ou de résidence surveillé à l’encontre d’un magistrat ;

Nous, associations et organisations signataires, tenons à exprimer nos vives inquiétudes face aux campagnes d’arrestation, d’interdictions de voyage, de mises en résidence surveillée qui ont touché de nombreux parlementaires, hommes d’affaires, juges, et à l’assignation à résidence l’ancien bâtonnier Chawki Tabib et ancien président de l’INLUCC, sans justification ou motif judiciaire. 

Nous dénonçons fermement le « raid » sécuritaire contre le siège de l’INLUCC et la mise sous scellés de ses archives. Nous tenons à rappeler qu’il s’agit des dossiers d’une instance indépendante contenant des données personnelles protégées par la loi, tout comme l’identité des lanceurs d’alerte sur la corruption.

Nous tenons également à souligner que la poursuite de l’état de siège et des mesures d’exception, dont celles à caractère répressif, ainsi que la monopolisation de tous les pouvoir par le président de la République – le tout en l’absence de clarification sur les étapes à venir -, mettent en péril le processus démocratique dans notre pays, et aggravent encore la situation économique, sociale, sanitaire et politique… L’image de la Tunisie ne peut qu’en souffrir et inquiéter nos partenaires intérieurs et extérieurs. Le pays risque ainsi de s’isoler et de s’enliser dans les politiques d’alignement géopolitique, voire de revenir à la case départ de « l’autoritarisme arabe ». 

Tunis le 28 Août 2021

 

Premiers signataires 

1 – Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie – CRLDHT

2 – Association Beity

3 – Centre de Soutien du Changement Démocratique et des Droits de l’Homme – CSCDDH

4 – Association des Passerelles de la Citoyenneté

5 – Association Tunisienne pour la Promotion du Droit à la différence – ATPDD

6 – Centre de Tunisie pour la Liberté de la Presse – CTLP

7 – Association Tunisienne de Défense des Libertés Individuelles  – ADLI

8 – Association Tunisienne de Défense des Minorités – ATSM

9 – Voix de Femmes

10 – Association Tunisienne du Mouvement Culturel

11 – Association de Rencontre de la Liberté et de l’Egalité

12 – Association Citoyenneté, Développement, Cultures et Migrations des deux Rives – CDCMIR

13 – Association Arts et Cultures des deux Rives

14 – Tunisian Forum For Youth Empowerment – TFYE

15 – Association Solidarité Laïque Tunisie

16 – Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement – AFTURD 

17 – Organisation 10_23 de soutien au Processus démocratique 

18 – Association Yakadha pour la Démocratie et l’Etat Civique 

19 – Association Hassen Saadaoui pour la Démocratie et l’Egalité

20 – Free Sight Association

21 – Association Pont de Genève 

22 – Association Adl

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.