Tereza de Benguela : Sauvez la lutte et la résistance des femmes noires

Les femmes noires ont toujours joué un rôle fondamental dans la lutte pour la libération au Brésil. Cependant, parce que nous vivons dans une société patriarcale, raciste, sexiste et d’exclusion, cette présence et cette reconnaissance ont toujours été invisibles. Il est important de réaffirmer que nos pas et nos luttes viennent de loin. Nous parlons d’un long parcours de femmes noires qui ont fait de leur vie un exemple de lutte et de résistance et qui ont ouvert la voie au mouvement contemporain des femmes noires, contribuant aux mouvements féministes, et pour qu’elles soient reconnues dans les luttes sociales qui ne cessent de se développer.

Nous pourrions évoquer plusieurs noms de femmes noires, qui ont été et continuent d’être nos références, mais nous allons raconter l’histoire de l’une d’entre elles : Tereza de Benguela, la reine du Quilombo de Quariterê, dans le Mato Grosso. Le quilombo était situé dans la Serra dos Parecis, près de la rivière Guaporé et de la Vila Bela da Santísima Trindade. Entre les années 1752 et 1820, cette petite ville était la capitale de l’état. La découverte de richesses minérales dans la région du fleuve Guaporé a amené les colonisateurs portugais à occuper la région, assurant une expansion de la population blanche et conduisant également à l’esclavage des mains d’œuvre noires et autochtones.

Rappelons-nous qu’avant d’être capitale, il y avait déjà des noirs asservis dans cette ville. Tereza de Benguela est devenue connue dans la région à partir de 1750 comme reine du quilombo de Quariterê, où elle a vécu et régné jusqu’en 1770, quand elle a été capturée et assassinée avec d’autres personnes qui appartenaient au quilombo.

Tereza de Benguela était une esclave fugitive. Sous sa direction et avec la présence et l’action dans les évasions des femmes, des hommes, des noirs et des autochtones, elle a fondé le quilombo Quariterê. Dans cette période, Tereza de Benguela a commandé toute la structure politique, économique et administrative du quilombo, a créé des stratégies d’organisation et de défense, en échangeant des armes et de la nourriture avec les blancs, et en expropriant des villages. On estime qu’au quilombo il y avait environ 200 personnes libres, parmi les noirs et les autochtones fuyant l’esclavage et le travail forcé dans les fermes de la région.

Le quilombo Quariterê était une référence puissante de liberté, de vie en communauté, de respect des différences, où les gens vivaient de tout ce qu’ils plantaient eux-mêmes. Sur leurs terres étaient cultivés le maïs, les haricots, le manioc, la banane et le coton utilisé dans la fabrication de tissus et de vêtements vendus en dehors du quilombo. Étant un espace de liberté, les noirs du quilombo utilisaient comme arme de résistance et d’organisation le même fer qui les blessait et les marquait comme bétail.

Tereza de Benguela était l’épouse de José Piolho, un autre chef quilombola noir. Ensemble, ils ont géré le Quilombo pendant près de 20 ans, comme on peut le voir dans cet enregistrement de l’époque :

« Ce quilombo était gouverné comme un parlement, avec une maison désignée pour le conseil, où entraient, aux jours fixés chaque semaine, les députés, dont le plus autoritaire, comme un conseiller, était José Piolho, esclave de la succession du défunt Antonio Pacheco de Morais. Ils le faisaient et étaient invités par la reine, qui était celle qui présidait et qui siégeait dans ce Sénat noir, et tout était décidé à la lettre, sans appel ni aggravation. » – Anal de Vila Bela de l’année 1770

Il est clair que l’État ne tolérerait jamais un tel scandale : un espace de liberté et de résistance noire et autochtone qui permettait à une autre forme de vie et d’économie d’exister et d’être une référence pour diverses parties du pays. Une référence positive qui circulait parmi les esclaves et qui a encouragé de nombreuses évasions d’hommes et de femmes au Quilombo. Il y a eu plusieurs résistances aux assauts de l’armée pour détruire le Quilombo dirigé par une femme.

En 1770, le Quilombo Quariterê a subi une forte attaque, malgré sa résistance et son organisation. Cette attaque a fait de nombreux blessés et beaucoup ont été capturés, parmi lesquels Tereza de Benguela. Ces gens ont été humiliés, ont subi des violences et rapidement certains ont été ramenés à leurs « maîtres », marqués à jamais comme des esclaves en fuite.

La reine Tereza de Benguela a souffert encore plus pour être la leader du Quilombo. Elle a été exposée dans une prison publique pour être vue par tout le monde, en particulier ceux qui vivaient au Quilombo, pour servir d’exemple à quiconque essayait de faire de même qu’elle. Tereza de Benquela a subi des humiliations et des privations jusqu’à sa mort. Sa tête a été coupée et placée au centre du quilombo de Quariterê, sur un haut poteau, à titre d’exemple et pour la mémoire de ceux ou celles qui tenteraient de suivre ses traces.

La vie et l’expérience de cette femme noire et Quilombola, la Reine Tereza de Benguela, n’ont pas servi à générer de la peur chez les esclaves capturés et ceux qui ont réussi à s’échapper, comme c’était l’intention de l’armée et des fermiers. Elle était un exemple de résistance et de motivation pour continuer les résistances et la lutte pour la libération. Ici, il est possible de voir à quel point l’État a toujours soutenu l’élite blanche brésilienne, finançant la destruction de la vie des peuples noirs et autochtones pour rester au pouvoir et contrôler les vies et les terres.

L’expérience du Quilombo de Quariterê a servi d’exemple principalement pour la résistance de tous ceux qui ont réussi à échapper à l’attaque et ont appris l’histoire et comment la Reine Tereza de Benguela avait été tuée. Ils sont revenus avec force pour réorganiser le Quilombo de Quariterê. En 1795, cependant, avec une nouvelle offensive de l’armée et des fermiers, le Quilombo Quariterê cesse d’exister physiquement, mais non pas dans la mémoire des femmes noires qui ont continué leur héritage jusqu’à nos jours.

Les femmes noires ont toujours contribué à la construction des résistances et à la lutte pour l’émancipation et la libération au Brésil et dans le monde, bien que cette contribution soit toujours effacée et réduite au silence. Le sang vidé de Tereza de Benguela a inondé la terre et fait germer d’autres quilombos, d’autres résistances. Grâce à la mobilisation et à la lutte des femmes noires et du mouvement noir, le 2 juin 2014, la loi n°12.987 au Brésil a établi le 25 juillet comme la Journée Nationale de Tereza de Benguela et de la Femme Noire. Un hommage à cette femme symbole de la résistance contre l’esclavage. À cette même date, nous célébrons également la Journée des Femmes Noires, Latino-américaines et Caribéennes.

Toutes ces réalisations sont le résultat de l’héritage de la lutte de Tereza de Benguela, Dandara, Akotirene et tant d’autres femmes noires d’Amérique latine et des Caraïbes, vivant dans la diaspora. Elles sont venues pour briser le silence, le fouet, la violence, le génocide et le féminicide jusqu’à nos jours. Les femmes noires, en plus d’être la base de la pyramide sociale qui a construit et construit toujours ce pays, nous sommes aussi le fondement de la résistance de cette société, qui veut constamment nous faire taire, que ce soit par balle, par covid, par génocide, par épistémicide, par l’incarcération massive de la population noire ou par les nombreuses violences quotidiennes contre les hommes e femmes noires et contre les autochtones. Les violences continuent d’être soutenues, financées et administrées par l’État.

Le sauvetage des vies et des expériences des femmes noires dans l’histoire du Brésil est fondamental dans la construction de la libération de celles qui sont restées invisibles pendant des siècles. Il est important de dire que ces histoires gagnent en corps et en visibilité de la part des femmes noires elles-mêmes, des mouvements de femmes noires, des collectifs de femmes noires, des soirées artistiques, de la littérature, des écrits poétiques, des récits, des danses, des théâtres, des littératures de cordel, des intellectuelles noires, des scientifiques, des femmes médecins, des chercheuses et d’une multitude d’espaces qui sont occupés, créés et renforcés par nous, les femmes noires.

Nous sauvons la mémoire et la lutte de Maria Felipa, Maria Firmina dos Reis, Esperança Garcia, Dandara, Akotirene, Alta de Souza, Antunieta de Barros, Laudelina de Campos, Jovelina Perola Negra, Carolina Maria de Jesus et bien d’autres. Savoir que Tereza de Benguela n’est pas restée silencieuse et que son sang arrose et nourrit la lutte d’autres femmes noires jusqu’à aujourd’hui est ce qui nous fait espérer. Nous faisons valoir la phrase de l’activiste noire américaine bien-aimée, Angela Davis : « Lorsque la femme noire bouge, toute la structure de la société bouge avec elle ».

Marli Aguiar 

Marli de Fátima Aguiar est une écrivaine-militante féministe noire, agente de défense de l’environnement et éducatrice populaire, co-fondatrice du Collectif Flores de Baobá-Escritoras Negras et du Collectif Carolinas e Firminas, de São Paulo, Brésil.

Traduit du portugais par Andréia Manfrin

Édition et relecture par Bianca Pessoa

https://capiremov.org/fr/analyse/tereza-de-benguela-sauvez-la-lutte-et-la-resistance-des-femmes-noires/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.