Greta Thunberg : La comédie est terminée

Demain, 150 semaines se seront écoulées depuis que nous avons commencé les grèves scolaires pour le climat. Au cours de cette période, de plus en plus de personnes à travers le monde se sont réveillées face à la crise climatique et écologique, exerçant davantage de pression sur vous, les gens au pouvoir.

Au bout du compte, la pression de la population était trop forte, vous aviez les yeux du monde rivés sur vous. Alors, vous avez commencé à agir. Non pas agir en prenant des mesures pour le climat, mais agir comme dans un jeu de rôle sur scène. C’est-à-dire en jouant à la politique, sur les mots, avec notre avenir.

Vous prétendez endosser vos responsabilités. Vous prétendez agir en sauveur tout en essayant de nous convaincre que vous avez pris les choses en main, mais pendant ce temps le fossé entre votre rhétorique et la réalité ne cesse de se creuser davantage. Et comme le niveau de conscience est bas, vous vous en sortez presque.

Mais soyons clairs, ce que vous faites n’a rien à voir avec l’action climatique ou une réponse à l’urgence climatique. Cela n’a jamais été le cas. Ce ne sont que des tactiques de communication déguisées en actions politiques. Vous, et plus particulièrement les pays à revenu élevé, vous prétendez changer et écouter les jeunes alors que vous continuez à peu près exactement comme avant.

Vous prétendez prendre la science au sérieux en déclarant « la science est de retour » tout en organisant des sommets pour le climat sans même inviter un·e seul·e climatologue et lui donner la parole. Vous prétendez faire la guerre aux combustibles fossiles tout en ouvrant de nouvelles mines à charbon, des champs de pétrole et des oléoducs. Vous ne vous contentez pas seulement de continuer comme avant, dans de nombreux cas vous accélérez et étendez même le processus.

Vous prétendez avoir les politiques climatiques les plus ambitieuses tout en accordant de nouvelles licences pétrolières et explorant de futurs champs de pétrole. Vous fanfaronnez devant vos soi-disant engagements climatiques ambitieux, lesquels sont, à regarder de manière holistique, largement insuffisants, et sont ensuite pointés comme n’arrivant même pas à atteindre ces objectifs. 

Vous prétendez vous soucier de la nature et de la biodiversité alors que le monde coupe chaque seconde une surface forestière de la taille d’un terrain de football. Vous prétendez être un leader du climat tout en actant une future politique agricole commune qui rendra l’Accord de Paris absolument impossible à respecter. 

Vous fîtes semblant de « reconstruire en mieux » après la pandémie alors que des sommes d’argents considérables ont déjà été immobilisées, et non dans des projets verts – quoi que le terme « vert » puisse bien vouloir dire. Le G7, à titre d’exemple, dépense des milliards plus pour les combustibles fossiles et les infrastructures qui y sont liées que pour l’énergie propre.

Vous compensez cela avec de belles paroles et des promesses qu’une personne dans le futur annulera d’une manière ou d’une autre et les réduira pour le coup à « zéro net ». Et, lorsque vos mots vides ne suffisent pas, quand les protestations font trop de bruit, vous réagissez en rendant les protestations illégales.

Bien entendu, nous nous félicitons de tous les efforts pour préserver les conditions de vie présentes et futures. Et ces objectifs lointains de réduction des émissions à zéro net pourraient être un bon début, s’ils n’étaient pleins de failles et de lacunes. Comme lorsque vous excluez les émissions des marchandises importées, celles du transport international aérien et maritime, tout comme de la combustion de la biomasse, comme en manipulant les inventaires des émissions de référence, en ne prenant pas en compte la plupart des boucles de rétroaction et des points de basculement, en ignorant l’aspect mondial absolument crucial d’équité et des émissions historiques, tout en rendant ces objectifs complètement dépendants de technologies actuellement à peine existantes et à des échelles fantaisistes.

Mais au fur et à mesure que vos actes se poursuivent, nous sommes de plus en plus nombreux·euses à voir clair derrière vos notes et vos jeux de rôle. L’écart entre vos actions et vos mots devient impossible à ignorer. Alors que de plus en plus d’événements météorologiques extrêmes font rage autour de nous.

Par conséquent, les jeunes à travers toute la planète ne sont plus dupes de vos mensonges. Vous vous éloignez de plus en plus de nous et de la réalité. Il y a quelques années, on pouvait encore affirmer que nous allions dans la bonne direction. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. 2021 est en train de devenir l’année avec la deuxième plus forte augmentation des émissions jamais enregistrée. 

Vous dîtes qu’il faut avancer lentement pour embarquer la population. Cependant, comment comptez-vous honnêtement embarquer qui que ce soit si vous ne traitez pas cette crise comme une crise ?

S’il est une chose que la pandémie a prouvé une fois pour toutes, c’est que les urgences climatique et écologique n’ont jamais été traitées comme des urgences.

La crise climatique est aujourd’hui, au mieux, traitée uniquement comme une opportunité pour les affaires pour créer de nouveaux emplois verts, de nouveaux marchés et technologies verts.

Au fur et à mesure que la pandémie se déroulait, vous n’avez pas dit « cela profitera à l’industrie des masques » ou « cela créera de nouveaux emplois dans la santé et les hôpitaux ». Prendre des mesures pour le climat apportera naturellement de nombreux avantages et bénéfices. Néanmoins, il est inutile de dire que nous ne serons pas en mesure de résoudre une crise que nous ne traitons pas comme une crise et dont nous ne comprenons pas l’ampleur.

Peut-être que jouer un rôle d’actrice ou d’acteur vous aide à dormir la nuit ? En somme dire des choses uniquement par plaisir, parce qu’elles sont écrites sur votre papier. Mais pendant que vous êtes occupé·es à travailler votre rôle, vous semblez oublier que la crise climatique n’est pas quelque chose d’éloigné dans le futur, elle prend déjà tellement aux personnes les plus affectées dans les zones les plus touchées.

Ce n’est peut-être qu’un jeu pour vous, un jeu pour gagner des votes, de la popularité, des points en bourse ou votre prochain poste bien rémunéré dans une entreprise ou un cabinet de lobbying. Ceux qui se concentrent sur l’emballage plutôt que sur le contenu, et ceux avec les discours les plus beaux et les politiques les plus sympathiques et myopes gagnent.

Vous pouvez évidemment continuer, et vous le ferez, à jouer vos rôles, dire vos répliques et porter vos costumes. Vous pouvez continuer, et vous les ferez, à faire semblant. Mais la nature et la physique ne sont pas dupes. La nature et la physique ne sont ni diverties ni distraites par votre pièce de théâtre.
Le public s’est lassé. La comédie est terminée.

Greta Thunberg, 1er juillet 2021 

https://blogs.mediapart.fr/olivier-claude-marchand/blog/020721/discours-de-greta-thunberg-aux-dirigeant-es-la-comedie-est-terminee

********

The show is over

Tomorrow 150 weeks will have passed since we started to school strike for the climate. During this time more and more people around the world have woken up to the climate- and ecological crisis, putting more and more pressure on you — the people in power.

Eventually the public pressure was too much, you had the world’s eyes on you. So you started to act. Not acting as in taking climate action. But acting as in roleplaying. Playing politics, playing with words, playing with our future.

Pretending to take responsibility. Acting as saviors as you tried to convince us that things are being taken care of, meanwhile the gap between your rhetoric and reality keeps growing wider and wider. And since the level of awareness is so low you almost get away with it.

But let’s be clear — what you are doing is not about climate action or responding to an emergency. It never was. This is communication tactics disguised as politics. You — especially leaders from high income nations — are pretending to change and listen to the young people while you continue pretty much exactly like before.

Pretending to take science seriously by saying “science is back” while holding climate summits without even inviting a single climate scientist as speaker. Pretending to wage war against fossil fuels while opening up brand new coal-mines, oilfields and pipelines. You don’t only continue business as usual as before, in many cases you are even speeding and scaling up the process.

Pretending to have the most ambitious climate policies while granting new oil licenses, exploring future oilfields. Bragging about your so-called ambitious climate commitments, which if you look holistically are vastly insufficient, and then get caught not even trying to reach those targets.

Pretending to care about nature and biodiversity while the world is cutting down a forest area the size of a football field every second. Pretending to be a climate leader while locking in a future common agricultural policy that will basically make the Paris Agreement impossible to reach.

Pretending that you will “build back better” after the pandemic even though astronomical sums of money have already been locked in, and not in green projects, whatever green means. The G7, as an example, is spending billions more on fossil fuels and fossil fuel infrastructure than on clean energy.

This you compensate with beautiful words and promises that someone in the future will somehow undo your actions and make them “net zero”. And when your empty words are not enough, when the protests grow too loud — you respond by making the protests illegal.

Of course we welcome all efforts to safeguard future and present living conditions. And these distant net zero emissions targets could be a great start, if they weren’t full of gaps and loopholes. Like leaving out emissions from imported goods, international aviation and shipping, as well as the burning of biomass, using baseline manipulation, excluding most feedback loops and tipping points, ignoring the crucial global aspect of equity and historic emissions as well as making these targets completely relying on fantasy scaled, currently barely existing negative emissions technologies.

But as your acts continue, more and more of us are seeing through your manuscripts and roleplaying. The gap between your actions and words is becoming impossible to ignore. While more and more extreme weather events are raging all around us.

As a result, young people all over this planet are no longer falling for your lies. You are distancing yourselves further and further away from us and from reality. Some years ago you could still claim that we were moving in the right direction. Today, that is no longer possible. 2021 is currently forecasted to be the year with the second highest emission rise ever.

You say we need to move slowly to bring the public along. However, how do you honestly expect to bring the people along if you don’t treat this crisis like a crisis?

If it is one thing the pandemic has proven once and for all it is that the climate- and ecological emergencies have never ever been treated as emergencies.

The climate crisis is today — at best — being treated only as a business opportunity to create green new jobs, new green businesses and technologies.

As the pandemic unfolded you did not say “this will benefit the face mask manufacturing industry” or “this will create new jobs in healthcare and hospitals”. Taking bold climate action will naturally bring many advantages and benefits. Yet needless to say we will not be able to solve a crisis we do not treat as a crisis and that we do not understand the magnitude of.

Perhaps playing a role helps you to sleep at night? Saying things just for the sake of it — because the words are in your script. But while you are busy working the stage, you seem to forget that the climate crisis is not something distant in the future, it is already taking so much from the most affected people in the most affected areas.

This might just be a game to you, a game to win votes, popularity, points on the stock market or your next high paid position in a company or lobbying firm. The ones who focus on the packaging rather than on the actual content and the ones with the most beautiful speeches and the most shortsighted likable policies wins.

You can — and will — of course choose to continue to play your parts, say your lines, wear your costumes. You can and will continue to pretend. But nature and physics will not fall for it. Nature and physics are not entertained nor distracted by your theatre.

The audience has grown weary. The show is over.

https://gretathunberg.medium.com/the-show-is-over-66e03dd38efa

Une réponse à “Greta Thunberg : La comédie est terminée

  1. « La vraie générosité envers l’avenir est de tout donner au présent »
    Albert Camus

    La comédie n’est pas terminée puisque l’on peut encore lire aujourd’hui ce genre de lettre qui justement dupe la jeunesse en l’incitant à mener un combat dépassé. Le réchauffement climatique est là, mais les énergies vertes et les habitations vertes ne sont pas là. Il faudra des années pour qu’elles soient là et remplacent l’énergie la moins polluante, l’énergie atomique que les verts n’ont jamais voulue.
    Si Greta Thunberg veut faire agir les jeunes sans les duper, je lui propose :

    1. de s’occuper TOUT DE SUITE des millions de travailleurs et de leur famille, y compris les vieillards, qui vivent dans des barres d’immeubles devenues non viables avec les canicules à répétition. Il faudra peut-être offrir aux plus démunis comme aux riches (bureaux, hôtels de luxe, salles de spectacle, …) un peu de climatisation aussi longtemps que l’on n’aura pas mis en place non pas quelques immeubles ou villas verts pour privilégiés, mais le moyen, pour les moins riches, de vivre correctement et dignement dans leurs appartements et, pour les vieillards, d’éviter la surmortalité qui, de plus en plus souvent en été, les frappe. En hiver on chauffe, en été on refroidit. L’écologie doit contrôler son bavardage et agir AUJOURD’HUI en S’ADAPTANT à un réchauffement climatique qu’il ne suffit pas de freiner.

    2. Puisque Greta Thunberg, comme moi, se méfie de l’énergie atomique, je lui conseille d’envoyer les jeunes qui veulent, à juste titre, sauver la planète manifester pour le désarmement, alors que, depuis quelques années, on assiste à une nouvelle course aux armements, en particulier nucléaires, qui risquent de transformer notre planète en désert lunaire bien avant le réchauffement climatique qu’il faut, bien entendu, freiner, mais qui malheureusement est déjà là.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.