Tropiques toxiques, le scandale

tropiques-toxiques-5739c

Dans cette bande-dessinée dense et extrêmement bien documentée, l’autrice Jessica Oublié nous emmène sur les traces du chlordécone, un pesticide massivement utilisé dans la culture de la banane de 1972 à 1993, et démontre point par point en quoi cette pollution relève, aux Antilles, d’un scandale d’État. Alors que la toxicité de cette molécule était connue et documentée dès les années 1970, elle a malgré tout été épandue pendant 22 ans, entraînant une pollution des sols pour des centaines d’années et une contamination de 65% des cours d’eau. Conséquence : toute l’alimentation produite sur ces sols est possiblement toxique (selon les zones et le type d’aliments, à des degrés variables), que ce soient les poissons, le bétail, les légumes, et à ce jour 9 personnes sur 10 ont des traces de chlordécone dans le sang. L’existence de cette pollution ne fait aujourd’hui plus aucun doute, pourtant, l’Etat refuse de lui reconnaître un lien de causalité avec la santé des Antillais.es et prend ce prétexte pour retarder une réelle prise en charge du problème, comme si la pollution n’était problématique que si elle était visiblement et directement mortelle. Hélas, comme l’explique la bande-dessinée, avant que le scandale sanitaire advienne enfin, et avec lui des mesures d’indemnisation pour les victimes et le jugement des personnes responsables, il faut « être patients et apprendre à compter les morts ».

Une enquête de terrain

Le livre restera sans aucun doute un document de référence sur le sujet, puisqu’il en aborde tous les tenants et aboutissants : l’histoire de l’agriculture de la banane aux Antilles, indissociable de l’histoire coloniale, l’histoire de cette molécule « chlordécone » utilisée d’abord aux États-Unis, son impact sur la faune, la flore, l’eau, les pollutions engendrées (détaillées très précisément et scientifiquement) et leurs conséquences sur la santé, et l’enchaînement de décisions politiques qui a entraîné cette situation dramatique. Il est basé sur plus d’une centaine d’entretiens, qui en font à la fois une enquête scientifique et une enquête de terrain. Un grand nombre d’habitant.e.s de Martinique et de Guadeloupe y témoignent, confronté.e.s à la pollution : de par leur travail dans l’agriculture, la pêche, de par leur alimentation notamment via les potagers vivriers, de par leurs problèmes de santé.

Scandale « empêché »

Un des intérêts majeurs de l’ouvrage est de replacer le scandale du chlordécone dans un double-spectre : à la fois celui de l’histoire coloniale et néocoloniale des Antilles et celui des pollutions environnementales engendrées par l’agriculture chimique, contre lesquelles il est si difficile de lutter tant l’industrie chimique est puissante et les collusions avec l’État nombreuses. 

La bande-dessinée consacre également un chapitre très intéressant à la notion de « scandale ». Quels facteurs doivent être réunis pour qu’un scandale éclate ? Comment le scandale du chlordécone a-t-il été « empêché », c’est-à-dire étouffé avec toutes les conséquences que cela entraîne en termes médiatiques, politiques, juridiques ? Jessica Oublié nous démontre également que le scandale n’est souvent pas le fait lui-même (ici l’utilisation du chlordécone) mais sa dissimulation et les manipulations qui l’accompagnent.

Une lutte grandissante

Enfin le livre est conçu pour nourrir les luttes et l’espoir, que ce soit aux Antilles ou ailleurs. D’une part parce qu’il se termine sur les perspectives de dépollution des sols et des eaux (des programmes de recherche scientifique sont en cours et ont besoin de soutien), et d’autre part parce qu’il donne une large place à la parole des nombreuses personnes engagées dans le combat contre le chlordécone (scientifiques, collectifs de lutte). Le 27 février 2021, plusieurs milliers de personnes ont marché contre l’impunité en Martinique, en Guadeloupe et à Paris, dans un mouvement d’une ampleur inédite. 

Marie Bazin

Jessica Oublié, Nicola Gobbi, Kathrine Avraam, Vinciane Lebrun : Tropiques toxiques, le scandale du chlordécone, éd. Steinkis, octobre 2020, 22 euros.

https://survie.org/billets-d-afrique/2021/305-mars-2021/article/a-lire-tropiques-toxiques-le-scandale

Une réponse à “Tropiques toxiques, le scandale

  1. Pour une juste solution à l’empoisonnement de la population martiniquaise
    92% de la population martiniquaise est contaminé par des pesticides.
    Les rivières, les eaux côtières et les sols sont empoisonnés.
    Tout cela parce que l’État Français a autorisé l’épandage en Martinique de pesticides interdits sur son propre territoire.

    Nous ouvriers agricoles avons été contraints de semer les produits toxiques, souvent à mains nues par les grands propriétaires terriens dans les plantations de banane, de canne et d’ananas.
    Aujourd’hui encore, nous continuons à être décimés par de graves pathologies.

    Organisés au sein du  » COLLECTIF DES OUVRIERS AGRICOLES EMPOISONNÉS PAR LES PESTICIDES » nous avons décidé d’interpeller la classe politique Française ainsi que les institutions et organisations internationales concernées par cette problématique afin d’obtenir réparation.
    A cette fin nous avons rédigé un Pacte pour préciser nos revendications et exiger qu’elles soient satisfaites dès 2022.
    Nous appelons toutes les Martiniquaises et tous les Martiniquais à signer la pétition de soutien à ce pacte afin de donner force à notre exigence de justice.
    Nous appelons également toutes les personnes et organisations solidaires de l’extérieur et convaincues de la nécessité de soutenir cette juste cause à signer également la pétition de soutien aux ouvriers agricoles de la Martinique.

    https://www.change.org/p/un-pacte-pour-une-juste-solution-à-l-empoisonnement-de-la-population-martiniquaise?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.