Aucun changement à Jérusalem ou à Gaza (plus : Aidez Gaza à se nourrir !)

Notre gouvernement de changement ne nous a pas donné 100 jours d’état de grâce, ni même 100 heures. Il n’est peut-être pas juste de le juger sur ses premières heures d’existence, mais elles peuvent être le signe de ce qui va suivre. Cent minutes ont suffi pour se rendre compte que sur les questions les plus importantes de toutes, il n’y a pas de désaccords dans le nouveau gouvernement, et qu’il n’est pas différent du gouvernement précédent. Ce qui était sera.

Ses premières heures, qui auraient pu annoncer un changement, ont annoncé exactement le contraire. Les ministres auraient pu interdire la Marche des Drapeaux [marche censée commémorer la « journée de Jérusalem », autrement dit la « réunification » de la Ville sainte après son occupation en 1967 ; elle s’est déroulée le mardi 15 juin sous la houlette de l’extrême droite colonisatrice] et dire aux Israéliens, aux Palestiniens et au monde entier qu’il y a une nouvelle équipe en ville, une équipe qui prend en considération les sensibilités d’un autre peuple. Au lieu de cela, le ministre de la Sécurité publique, Omer Bar-Lev, un représentant de la gauche [Parti travailliste] dans le nouveau gouvernement, a tweeté que « Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël », adaptant avec une incroyable facilité le jargon nationaliste de Benyamin Netanyahou ou de Bezalel Smotrich [membre aujourd’hui du Religious Zionist Party, précédemment de Yamina, parti de Naftali Bennett] en passant par Itamar Ben-Gvir [leader de Otzma Yehudi-Force juive et membre de la Knesset].

Berlin est-elle la capitale éternelle de l’Allemagne ? L’ancienne Athènes celle de la Grèce ? A quoi sert toute cette pompe nationaliste ? Peut-être qu’un jour les Israéliens décideront qu’il serait préférable de déplacer la capitale à Afula [ville occupant une place stratégique dans la vallée de Jezreel] ou à Dimona [ville du Néguev à proximité du centre de recherche nucléaire] ? Peut-être à Tel-Aviv ? Qu’y a-t-il d’éternel dans l’emplacement des bureaux du gouvernement ? Peut-être pourrait-elle être la capitale éternelle de deux nations ? Après tout, c’est ce que le parti d’Omer Bar-Lev prétend soutenir.

Derrière ces mots grandiloquents se cachait un feu vert pour la Marche des drapeaux, alors que quelques semaines auparavant, Bar-Lev s’y était opposé. « Ce que vous voyez de là-bas, vous ne le voyez pas d’ici » [expression et chant qui fut utilisé par Ariel Sharon pour expliquer les raisons de l’évacuation par les Israéliens de la bande de Gaza en 2004-2005], et c’est ainsi que la Marche des drapeaux s’est lancée dans une nouvelle campagne de provocation sauvage, dangereuse et violente au nom de la liberté de réunion. Cependant, pour vider brutalement des quartiers entiers [de Jérusalem-Est] de leurs résidents palestiniens, pour organiser une infâme marche de guerre, pour permettre des chants racistes de « mort aux Arabes » au nom du maintien de la souveraineté, pour laisser une foule de colons voyous et leurs partisans cracher sur les Palestiniens, et pour préserver la croyance innocente qu’il y a une aile gauche dans ce gouvernement, il n’y avait pas besoin d’Omer Bar-Lev. Amir Ohana [ministre de la Sécurité intérieure de mai 2020 au 13 juin 2021, dans le gouvernement Netanyahou] aurait fait mieux.

Yair Lapid [ministre des Affaires étrangères et premier ministre d’alternance avec Naftali Bennett, membre du parti Yesh Atid-Il y a un futur] a fait l’éloge d’Omer Bar-Lev, comme l’a fait de tout cœur le Premier ministre – la fraternité des vieux garçons de l’armée, un gouvernement d’unité. Au lieu d’un gouvernement de changement apportant le changement et d’un gouvernement d’unité avec une faible lueur de gauche, il vire déjà à droite.

Mais la Marche des drapeaux n’a pas mis fin à ses 100 premières heures de grâce. En réponse à cette marche, les Palestiniens de Gaza ont lancé des ballons incendiaires sur Israël – une provocation bien plus justifiée que la Marche des drapeaux – et une fois de plus, Israël a prouvé qu’il y a peut-être eu un changement de gouvernement, mais pas de changement de mentalité. L’armée de l’air a bombardé Khan Yunès [au sud de la bande de Gaza]. Gloire aux forces de défense israéliennes !

Pour l’instant, l’incident s’est terminé pacifiquement, mais le chemin vers l’escalade aurait pu être court. Vous n’avez pas besoin d’une longue mémoire. C’est ce qui s’est passé il y a environ un mois. Israël insiste pour ne jamais rien apprendre et ne jamais rien oublier: la marche aura lieu, les Palestiniens protesteront, les avions à réaction bombarderont. Le Hamas ne sera pas autorisé à nous dicter quoi que ce soit. Comme tout cela est pathétique !

Deux jours après une autre marche aux drapeaux [le dimanche 13 juin] – celle célébrant un exode de l’esclavage vers la liberté sur la place Rabin à Tel-Aviv [1], avec des drapeaux roses prenant la place des drapeaux noirs de Balfour [soit la rue de Jérusalem où vivent les premiers ministres] – il semble déjà que la joie était prématurée et excessive. Peut-être n’y avait-il aucune raison de se réjouir. Il est facile de comprendre que ceux qui avaient fait de Benyamin Netanyahou le diable incarné se réjouissent maintenant de sa chute – un réconfort pour leur âme. Le rêve de leur vie est réalisé. Mais il est maintenant temps de comprendre qui l’a remplacé et de ne pas se contenter d’entrer dans une autre guerre ridicule sur le moment où la famille Netanyahou quittera Balfour, hier ou demain [allusion à la dispute sur l’utilisation privée par Netanyahou de sa résidence officielle – Balfour – y compris après le 27 juin].

Le nouveau gouvernement peut annoncer des changements, même s’ils sont modestes. La plupart de ses ministres sont supérieurs à leurs prédécesseurs en termes de standing, d’intégrité et d’engagement dans leurs tâches. Le nouveau gouvernement peut même entreprendre certaines réformes essentielles et nettoyer certaines écuries. Mais un gouvernement qui a laissé la Marche des drapeaux se dérouler et l’armée de l’air bombarder Gaza n’est pas un gouvernement de réel changement.

Gideon Levy

Article publié dans Haaretz, le 16 juin 2021 ; traduction rédaction A l’Encontre

http://alencontre.org/moyenorient/israel/aucun-changement-a-jerusalem-ou-a-gaza.html

[1] Le New York Times du 13 juin écrivait : « Dimanche, des Israéliens en liesse sont descendus sur la place Rabin à Tel-Aviv pour une célébration marquant l’éviction de Benyamin Netanyahou et la prestation de serment d’un nouveau gouvernement – bien que précaire. L’atmosphère euphorique reflétait le soulagement de nombreux Israéliens à l’idée qu’un nouveau jour était venu et qu’un personnage public que beaucoup de personnes dans le camp libéral dédaignent avait enfin été expulsé. » (Réd.)

*********

Agissez maintenant pour soutenir les paysan⋅ne⋅s, les travailleur⋅se⋅s agricoles et les pêcheur⋅se⋅s de Gaza ! Aidez Gaza à se nourrir !

La récente vague de bombardements par les forces israéliennes à Gaza a tué plus de 260 personnes, dont 60 enfants et 40 femmes, et a déplacé de force plus de 120 000 personnes de leurs foyers. Les missiles ont pilonné la région pendant 11 jours consécutifs, infligeant des dommages catastrophiques aux vies et aux moyens de subsistance des habitant⋅e⋅s de la région.

Le ministère de l’agriculture de Gaza a estimé à environ 27 millions de dollars les dommages causés, notamment aux serres, aux terres agricoles et aux élevages de volailles. L’Union of Agricultural Workers Committee (UAWC), membre de La Via Campesina, informe que des milliers de travailleur⋅se⋅s paysan⋅ne⋅s, d’agriculteur⋅rice⋅s et de pêcheur⋅se⋅s de Gaza ont subi des pertes de récoltes et des dommages aux infrastructures agricoles et de pêche.

Les installations agricoles telles que les fermes d’élevage, les puits et les réseaux d’irrigation ont été gravement endommagés. La fermeture complète de la mer et la destruction des bateaux de pêche ont perturbé les activités de pêche et menacent la sécurité alimentaire de plus de 3600 familles de pêcheurs. 

Une évaluation rapide de l’UAWC à Gaza estime la perte de récolte à plus de 50 hectares. Les attaques de missiles ont eu un impact sur la santé du sol et ont infligé de graves dommages aux réseaux d’irrigation et de transmission. Des centaines de serres ont été détruites. L’équipe d’évaluation informe également que des dizaines d’étangs agricoles sont pollués ou recouverts de gravats.

Les dommages importants causés aux stations d’épuration, aux réseaux d’égouts, aux puits d’eau posent un défi énorme et entraînent des risques sanitaires dus à des conditions insalubres. Selon les Nations unies, environ 800 000 personnes à Gaza n’ont pas d’accès régulier à l’eau courante propre, car près de 50% du réseau d’eau a été endommagé lors des bombardements.

Comment pouvez-vous aider ?

Le système alimentaire de Gaza est en ruines. Les Palestinien⋅ne⋅s cherchent maintenant à restaurer entre autres leurs puits d’eau, leurs serres, leurs étables pour les animaux et leurs bateaux de pêche. La Via Campesina veut aider en contribuant à hauteur de 250 000 USD d’ici le 31 août 2021.

En contribuant par ce lien, vous pouvez aider directement la population de Gaza, en particulier les fermes familiales et les pêcheurs, à reconstruire et à retrouver leur dignité et leurs moyens de subsistance. Chaque somme compte. En tant que citoyen⋅ne⋅s solidaires , soutenons le peuple de Gaza dans sa lutte pour reconstruire sa vie et accéder à la justice.

Cliquer ici pour faire un don

Mondialisons la lutte, mondialisons l’espoir !

La Via Campesina

Via-info-fr@viacampesina.org

http://viacampesina.org/Via-info-fr/

https://mail.viacampesina.org/lists/listinfo/Via-info-fr


***********

Appel au gouvernement canadien :
à quand de véritables sanctions contre Israël ?

Malgré le cessez-le-feu accepté par Israël et le Hamas, l’armée israélienne poursuit impunément ses bombardements contre Gaza, et ce malgré l’aggravation de la crise humanitaire. Pour la première fois, des organisations internationales et nationales reconnaissent l’existence de l’apartheid en Palestine et en Israël. Nous devons, en très grand nombre, faire connaître notre indignation au gouvernement canadien face à sa politique et son silence complice de l’État d’Israël. Rompons notre silence, il est plus que temps d’agir !

Vous pouvez manifester votre solidarité concrète à l’égard du peuple palestinien en appuyant un appel au gouvernement canadien (reproduite ci-dessous), initié par un collectif ad hoc de citoyens et citoyennes.

Pour appuyer l’appel :

http://chng.it/kZbKwJB22V

Nous vous invitons aussi à le faire circuler dans vos réseaux, à inviter vos amis-es, vos proches et collègues à le signer et à le faire connaître. L’objectif est de publier l’appel avec les signatures dans un un quotidien à grand tirage. C’est pourquoi on invite à contribuer financièrement à la mesure de vos moyens ici.

À QUAND DE VÉRITABLES SANCTIONS CONTRE ISRAËL ?

Il est temps que le Canada revoie sa politique extérieure à l’égard de la Palestine et d’Israël

Un seuil a été franchi à l’échelle internationale : le traitement réservé à la population palestinienne par Israël est maintenant largement reconnu comme constituant un crime d’apartheid, conformément à la définition de la Convention internationale de 1973 sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid et le Statut de Rome de 1998 de la Cour pénale internationale (CPI). Devant ce constat dressé dans deux rapports-phares publiés plus tôt cette année par Human Rights Watch et l’organisation israélienne B’TSelem, le gouvernement du Canada, qui a joué un rôle majeur dans le démantèlement de l’apartheid en Afrique du Sud, a le devoir de réévaluer son approche à l’égard d’Israël et d’imposer des sanctions pour appuyer la quête de justice dans la région.

En mai dernier, les pertes de vies et les destructions massives après onze jours de bombardements incessants contre Gaza ont largement été documentées, mais le cessez-le-feu du 20 mai dernier n’a pas réglé les questions de fond.

Depuis la création d’Israël, les gouvernements successifs ont mis en place et consolidé un système bien ficelé visant à s’approprier le plus possible de terres palestiniennes pour l’usage exclusif de l’État d’Israël et de sa population juive. Dans ce but, la population palestinienne subit une expulsion systématique par la force des armes, la confiscation de terres et de maisons, le retrait du statut de résident permanent pour les Palestinien·ne·s de Jérusalem-Est et d’autres mesures répressives et illégales. Cette stratégie, qui se perpétue depuis des décennies au point de mettre en question l’existence même du peuple palestinien, constitue un processus brutal de nettoyage ethnique en violation de la Convention de Genève.

La guerre des dernières semaines contre Gaza affecte une population de 2,1 millions de personnes, qui, avant même la pandémie, faisait déjà face à une crise humanitaire. Le blocus inhumain et illégal imposé par Israël sur ce territoire depuis 2007, qui empêche la circulation des individus et des biens et rend impossible le développement d’activités économiques, a créé des conditions de vie insoutenables. Plusieurs analyses parlent d’un véritable « sociocide ».

Les politiques d’occupation et de colonisation ainsi que la répression qui les accompagne violent en permanence le droit international. Par son silence, qui constitue une approbation tacite, le Canada participe de cette dépossession. Aujourd’hui, les exhortations pieuses ne suffisent plus. En tant que signataire du Statut de Rome depuis le 7 juillet 2000 et comme premier pays à avoir adopté la Loi sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre, le Canada a la responsabilité morale et le devoir de condamner fermement les crimes de guerre perpétrés par Israël. Le peuple palestinien refuse de disparaître et continuera de se soulever jusqu’à ce que son droit inaliénable à l’autodétermination soit respecté.

Devant cette situation, nous demandons au Gouvernement du Canada d’exercer les pressions nécessaires, y compris de véritables sanctions diplomatiques, politiques et économiques, pour qu’Israël cesse la violation systématique du droit international et des droits du peuple palestinien.

En particulier, nous exigeons du Canada :

  • qu’il révise radicalement sa politique extérieure, orientée vers un appui inconditionnel à Israël,  aux dépens du peuple de la Palestine ;

  • qu’il appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à envisager toutes les actions et sanctions nécessaires afin d’appliquer ses résolutions et d’éviter tout nouvel embrasement en Israël-Palestine ;

  • qu’il cesse de délégitimer la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) organisée à l’échelle internationale et portée par des ONG, des mouvements sociaux et des universités, car il s’agit d’une stratégie pacifique et légitime qui relève du droit à la liberté d’expression, tel que reconnu par la Cour européenne des droits de l’homme ;

  • et enfin, qu’il joue un rôle actif dans le processus de reconstruction des infrastructures et des maisons dans la bande de Gaza.

Nous exigeons également du gouvernement du Québec qu’il suspende son entente de coopération avec Israël, signée en 1997 et renouvelée en 2017, tant que ce pays ne se sera pas conformé au droit international.

CET APPEL est endossé par :

  • Paul Ahmarani, acteur

  • Pierre Beaudet, professeur, UQO

  • Ronald Cameron, militant politique et associatif

  • Philippe Ducros, auteur et metteur en scène

  • Zahia El-Masri, Fondation Canado-Palestinienne du Québec

  • Ruba Ghazal, députée de Mercier Québec Solidaire

  • Lorraine Guay, militante en milieu communautaire et féministe

  • Michelle Hartman, professeure, McGill

  • Jooneed Khan, journaliste, écrivain et militant pour les droits humains

  • Denis Kosseim, membre du Comité de direction de la Fondation canado-palestinienne du Québec

  • Anne Latendresse, professeure, UQAM

  • Suzanne Loiselle, militante, soeur auxiliatrice

  • Mohamed Lotfi, artiste

  • Amélie Nguyen, coordonnatrice du Centre international de solidarité ouvrière (CISO)

  • Fabienne Preséntey, sociologue engagée

  • Yakov Rabkin, professeur émérite, Université de Montréal

  • Norma Rantisi, professeure, Université Concordia

  • Vincent Romani, professeur, UQAM

  • Caroline Senneville, présidente CSN

Nous souhaitons recueillir de nombreux appuis pour bien signaler aux gouvernements fédéral et provincial que l’opinion publique est réceptive aux demandes formulées dans cet appel.

https://alter.quebec/16490-2/


De Gideon Levy :

« Vous appelez ça un gouvernement du changement ? », ne-pleurez-pas-une-coexistence-qui-na-jamais-existe-plus-autres-textes/

Israël revient à sa « normalité », les-israeliens-mentent-a-propos-de-gaza/

La mort est leur métier, appel-a-la-solidarite-internationale-avec-la-resistance-palestinienne-plus-texte-de-gilbert-achcar-et-de-gideon-levy/

Ceux qui ont soif de sang En Israël, personne ne s’oppose à la guerre, lexemple-de-lod-ceux-qui-ont-soif-de-sang/

Sur les résultats des élections israéliennes : c’est le kahaniste Ben Gvir qui vous gêne ?, sur-les-resultats-des-elections-israeliennes-cest-le-kahaniste-ben-gvir-qui-vous-gene/

Israël suite au coronavirus : « une crise, un État – incluant les Palestiniens ? »israel-suite-au-coronavirus-une-crise-un-etat-incluant-les-palestiniens/

Les élections et le sionisme comme religion, qui s’imposeles-elections-et-le-sionisme-comme-religion-qui-simpose/

Personne en Israël ne savait qu’ils commettaient un massacre et ils ne s’en sont pas souciés, personne-en-israel-ne-savait-quils-commettaient-un-massacre-et-ils-ne-sen-sont-pas-soucies/

Gantz, l’héritier parfait de Rabingantz-lheritier-parfait-de-rabin/

Les résultats de l’élection de mardi ont prouvé hors de tout doute qu’Israël est un grand centre, avec beaucoup moins de divergences d’opinions qu’on ne pourrait le penserles-resultats-de-lelection-de-mardi-ont-prouve-hors-de-tout-doute-quisrael-est-un-grand-centre-avec-beaucoup-moins-de-divergences-dopinions-quon-ne-pourrait-le-pen/

Des meurtriers parmi nousdes-meurtriers-parmi-nous/

Comment un échantillon de ma salive a permis de conclure que je ne peux pas être antisémite…comment-un-echantillon-de-ma-salive-a-permis-de-conclure-que-je-ne-peux-pas-etre-antisemite/

Le ciel et l’enfer qui ne sont pas Israëlle-ciel-et-lenfer-qui-ne-sont-pas-israel/

Tombé en défendant l’injusticetombe-en-defendant-linjustice/Israël. Le retour du militarismeisrael-le-retour-du-militarisme/

Israël est intouchable… dans les médias américainsisrael-est-intouchable-dans-les-medias-americains/

Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche sioniste se guérira de son complexe d’occupationce-nest-pas-en-sen-prenant-a-netanyahou-que-la-gauche-sioniste-se-guerira-de-son-complexe-doccupation/

Gaza-Israël. Le fossé entre les destins des enfants de Jabalya et ceux de Mefalsim est devenu un terrible gouffregaza-israel-le-fosse-entre-les-destins-des-enfants-de-jabalya-et-ceux-de-mefalsim-est-devenu-un-terrible-gouffre/

Israël a désormais sa loi raciale, israel-a-desormais-sa-loi-raciale/

Israël-Palestine. « Tiens bon, Ahed Tamimi »israel-palestine-tiens-bon-ahed-tamimi/

Israël, terre de miraclesisrael-terre-de-miracles/

Dans une démocratie, la députée palestinienne Khalida Jarrar serait libredans-une-democratie-la-deputee-palestinienne-khalida-jarrar-serait-libre-et-appel-international-pour-la-liberation-de-khalida-jarrar-feministe-et-parlementaire-palestinienne/

Nous n’arrêterons pas de filmer, nous n’arrêterons pas d’écrirenous-narreterons-pas-de-filmer-nous-narreterons-pas-decrire/

Palestine. « L’occupation est présente partout, tous les jours »palestine-loccupation-est-presente-partout-tous-les-jours/

Tueurs à gages israéliens en Malaisietueurs-a-gages-israeliens-en-malaisie/

Israël. Diviser une famille, une ingénierie du Shin Bethisrael-diviser-une-famille-une-ingenierie-du-shin-beth/

A la frontière du camp de concentration appelé Gazaa-la-frontiere-du-camp-de-concentration-appele-gaza/

Gaza. « Cela s’appelle un massacre »gaza-cela-sappelle-un-massacre/

La lutte contre l’expulsion des réfugiés africains est un moment charnière dans l’histoire d’Israël, la-lutte-contre-lexpulsion-des-refugies-africains-est-un-moment-charniere-dans-lhistoire-disrael/

Quel culot ! Pourquoi la gifle d’Ahed Tamimi rend les Israéliens furieuxquel-culot-pourquoi-la-gifle-dahed-tamimi-rend-les-israeliens-furieux/

Vivants comme morts, les improbables bâtisseurs du projet sioniste restent invisiblesvivants-comme-morts-les-improbables-batisseurs-du-projet-sioniste-restent-invisibles/

Israël. La nation des bombes à fragmentationisrael-la-nation-des-bombes-a-fragmentation/

À Gaza, Israël fait des expérimentations sur des humains en situation de stress et de privationsa-gaza-israel-fait-des-experimentations-sur-des-humains-en-situation-de-stress-et-de-privations/

Palestine. Un village palestinien pittoresque sert de zone de tirs à l’armée israéliennepalestine-un-village-palestinien-pittoresque-sert-de-zone-de-tirs-a-larmee-israelienne/

Gaza. L’étranglement se resserre encore plus. Avant une offensive israélienne ?gaza-letranglement-se-resserre-encore-plus-avant-une-offensive-israelienne/

Cinquante ans, cinquante mensongescinquante-ans-cinquante-mensonges/

Israël. Pourquoi je ne hisserai pas un drapeau israélien le jour de l’indépendanceisrael-pourquoi-je-ne-hisserai-pas-un-drapeau-israelien-le-jour-de-lindependance/

Sincères excuses aux lecteurs de Haaretzsinceres-excuses-aux-lecteurs-de-haaretz/

La Nakba israéliennela-nakba-israelienne/

La police du chametz en Israël ou comment passer du houmous-frites en contrebandelatelier-de-memoire-avant-propos-de-louvrage-cahiers-de-memoire-kigali-2014/

Les noms des rues : ce qu’ils remémorent ; ce qu’ils effacentles-noms-des-rues-ce-quils-rememorent-ce-quils-effacent/

Israël aime les guerresisrael-aime-les-guerres/

« La douce illusion » de la résolution 2334 de l’ONU, la-douce-illusion-de-la-resolution-2334-de-lonu/

Bonjour du compte Twitter de l’armée israéliennebonjour-du-compte-twitter-de-larmee-israelienne/

Le sang de Khaled Bahar clame justice, mais personne en Israël ne l’entendle-sang-de-khaled-bahar-clame-justice-mais-personne-en-israel-ne-lentend/

Il n’y aura pas de paix tant qu’Israël n’admettra pas sa responsabilité dans la Nakba, il-ny-aura-pas-de-paix-tant-quisrael-nadmettra-pas-sa-responsabilite-dans-la-nakba/

« Avec le nouvel accord d’aide à Israël, Obama est le parrain del’occupation »avec-le-nouvel-accord-daide-a-israel-obama-est-le-parrain-de-loccupation/

Israël. Imposer le silence sur les crimes de l’occupation, israel-imposer-le-silence-sur-les-crimes-de-loccupation/

Jamais tant de personnes n’ont acclamé un assassin aussi méprisable, jamais-tant-de-personnes-nont-acclame-un-assassin-aussi-meprisable/

Le journaliste israélien Gideon Levy appelle au boycott d’Israël, le-journaliste-israelien-gideon-levy-appelle-au-boycott-disrael/

Tous les Israéliens sont coupables d’avoir brûlé une maison palestinienne, tous-les-israeliens-sont-coupables-davoir-brule-une-maison-palestinienne/

Gaza. Articles pour Haaretz : Crimes de guerre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.