Palestine : une critique du Hamas

Gaza. Après 11 jours de bombardement, c’est la trêve. Le déluge de feu s’est arrêté, du moins jusqu’à la prochaine fois qui adviendra sûrement, tant ce scénario a un goût de déjà vu : 2008-2009, 2012, 2014… Ballet de diplomates annoncé « pour relancer le processus de paix », sans rire. Hypocrisie à tous les étages. 

Si la morgue coloniale israélienne ne connaît plus aucune limite, elle qui se met désormais à la remorque d’authentiques judéo-nazis, le Hamas n’est pas innocent de cette énième catastrophe humaine. Envoyer une pluie de roquettes sur les villes israéliennes, c’est quoi le but ? Le résultat est pourtant connu, c’est toujours le même : les représailles sur Gaza font dix ou vingt fois plus de morts palestiniens qu’il n’y a de victimes israéliennes, sans parler des dégâts matériels : les hôpitaux, les écoles… Les dirigeants du Hamas sont évidemment conscients que leur arsenal militaire ne fera jamais le poids face à la haute technologie israélienne. En se lançant dans un tel match carburant à la testostérone de qui a les plus gros missiles, ils savent aussi très bien à quoi ils exposent la population gazaouie qu’il est impossible de protéger vu sa densité, une des plus élevées du monde. 

Honest broker

Gagnent-ils au moins sur d’autres plans ce qu’ils perdent sur celui de l’affrontement militaire ? Même pas, du moins si on se place sur le terrain de la lutte contre le colonialisme israélien et pour les droits des Palestiniens. Sur le plan diplomatique, le Hamas est plus isolé que jamais depuis qu’une série d’États arabes – Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahrein, Soudan, Maroc, en plus de l’Égypte qui participe de longue date au blocus de Gaza – normalisent leurs relations avec Israël en échange de quelques sucettes étatsuniennes. En Israël, ce qui reste du « camp de la paix » est tétanisé, comme chaque fois qu’on s’en prend aveuglement à des civils. L’ouverture des hostilités à partir de Gaza a remis Netanyahou en selle, lequel prend toujours bien soin de ne jamais écraser complètement le Hamas et de permettre son ravitaillement en sous-main, tant celui-ci lui est utile. Enfin, le recours par les deux côtés à des frappes aériennes qui constituent indiscutablement des crimes de guerre – même s’il ne saurait être question de « renvoyer dos à dos Palestiniens et Israéliens comme si les responsabilités étaient également partagées », ainsi que le réaffirme l’UPJB dans un communiqué – permet aux habituels experts en bonnes manières de la « communauté internationale»  de se positionner en arbitres au-dessus de la mêlée. Sophie Wilmes, notre désormais ministre des Affaires étrangères, excelle dans le rôle faux-cul d’honest broker invitant les deux parties « à faire preuve de retenue » tout en en visant surtout une.

L’ouverture par le Hamas de la séquence « roquettes » aura surtout eu pour effet de déplacer vers un bras de fer purement militaire le focus de la résistance palestinienne, ce qui conférait le beau rôle à Israël « qui a le droit de se défendre », comme on l’entend dans tous les rassemblements pro-israéliens. Le Hamas aura au moins réussi à attirer l’attention sur les enjeux palestiniens qui semblaient sortis des radars de l’info, mais de la pire des façons. Or, la résistance semblait se déployer au même moment sur un terrain moins favorable au storytelling israélien et nettement plus adapté à une lutte populaire « du faible contre le fort » à la Mandela ou à la Gandhi : dans les réactions de terrain au nettoyage ethnique à Jérusalem, dans les affrontements qui déchirent les villes mixtes, dans la grève générale qui vient de se tenir. Malgré l’ambition sioniste de débarrasser Eretz Israël de toute présence palestinienne – ou à tout le moins de s’en séparer radicalement – les deux sociétés restent intimement mêlées, ce qui offre de nouveaux leviers.

Pourtant, le Hamas a pu tirer des bénéfices politiques de l’opération, mais ils sont moins avouables. Sa priorité est de gagner à tout prix la compétition qui l’oppose à une Autorité palestinienne corrompue, vieillissante et déconsidérée par son rôle de supplétif des forces de sécurité israéliennes. Sa probable victoire aux élections à venir sera aussi une victoire pour son unique sponsor politique et financier, à savoir le Qatar, petit État richissime désormais isolé. Cette monarchie pétrolière qui n’est pas connue pour être franchement anti-impérialiste s’en tient à l’ancienne posture d’un soutien verbal à la cause palestinienne, une cause toujours populaire dans l’opinion publique arabe et musulmane où elle sert d’abcès de fixation commode. Mais une telle attitude n’a aucun effet pratique sur le sort du peuple palestinien, de plus en plus livré à lui-même faute de toute perspective politique. 

Campisme ?

Cela fait longtemps que la cause palestinienne me mobilise. Avec l’UPJB et l’Association belgo-palestinienne, j’adhère à la campagne internationale non violente BDS (boycott, désinvestissement, sanctions). Mais ma solidarité acquise au peuple palestinien bafoué, à sa société civile, à ses militant·es emprisonné·es, à sa jeunesse rebelle ne s’étend pas forcément à ses directions actuelles, qu’elles siègent à Ramallah ou à Gaza. Cette réserve heurtera sans doute ceux et celles pour qui le Hamas personnifie la résistance héroïque d’un peuple – « lui au moins il ne se couche pas comme Israël siffle ». 

Mais, à mes yeux, aucune solidarité ne devrait être aveugle. Le droit international n’est pas à géométrie variable et il prohibe tous les crimes de guerre, quelle que soit la cause au nom de laquelle ils sont commis. Je ne peux pas non plus m’accommoder d’une culture de la haine, recyclant les pires poncifs antisémites, même si elle n’est qu’une réponse dérisoire aux pratiques racistes d’un régime d’apartheid qui se déploie désormais sans aucune retenue. Issu d’un milieu communiste orthodoxe où on s’interdisait de dénoncer les turpitudes de l’URSS stalinienne – qui n’étaient pas minces – sous prétexte de ne pas affaiblir son camp face à l’impérialisme américain, j’ai viré cette cuti depuis longtemps. Ma vérité vaut ce qu’elle vaut, mais je la dois à ceux et celles qui partagent mes engagements. Le « campism e», très peu pour moi. 

Henri Goldman

https://leblogcosmopolite.mystrikingly.com/blog/palestine-une-critique-du-hamas

Une réponse à “Palestine : une critique du Hamas

  1. Catherine ALBERTINI

    Courageux…Les deux camps se sont éloignés de toute idée de paix (Hamas et extrémistes juifs) et ce sont les palestiniens qui en font les frais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.