Iran : campagne internationale pour la libération d’Esmaïl Abdi (plus Mineurs d’Asseminoun)

Esmaïl Abdi, enseignant de mathématique et membre du conseil d’administration du Syndicat des enseignants de Téhéran est emprisonné depuis presque 6 ans pour ses activités de défense des droits fondamentaux des enseignants, notamment le droit de former une organisation indépendante.

A noter que le pouvoir judiciaire de la République islamique d’Iran l’a condamné (pour un autre motif, aussi absurde que le premier) à une autre peine de prison de 10 ans. Il resterait donc en prison 16 ans rien que pour ses activités syndicales.

Esmail Abdi s’est vu confisquer son passeport par des responsables de la sécurité le 23 juillet 2015, alors qu’il tentait d’obtenir un visa au nom du Conseil de coordination des syndicats d’enseignants d’Iran pour assister au Sommet mondial sur l’éducation internationale (septième congrès d’Education internationale au Canada). Très rapidement, on lui a fait comprendre qu’il n’a pas droit de quitter l’Iran. Quatre jours plus tard, il s’est fait arrêter et a été détenu à l’isolement pendant 40 jours et a passé 10 mois dans les quartiers 7 et 8 de la prison d’Evin.

Puis, en novembre 2016, Esmail Abdi a été condamné à six ans de prison pour des accusations stéréotypées de « propagande contre le système et collusion en vue d’agir contre la sécurité nationale », Mais ce n’était pas la fin de la persécution d’Esmail Abdi. En 2016, alors qu’Esmail Abdi purgeait une peine de six ans de prison, les autorités judiciaires et de sécurité de la République islamique ont lancé une autre accusation contre lui, un nouveau dossier contre Abdi pour pouvoir le condamner à 10 ans de prison supplémentaire pour, cette fois-ci, « propagande contre l’Etat et relation avec les Etats hostiles ».

Esmail Abdi a entamé à plusieurs reprises une grève de la faim pour protester contre ces peines sans fondement, injustes et inhumaines et contre les conditions intolérables de la prison ainsi que pour dénoncer les conditions insupportables des prisons iraniennes et les persécutions des agents de sécurités du régime à l’intérieur de la prison contre lui-même et toutes et tous les militants ouvriers et de l’enseignement. La réponse des dirigeants de la prison était claire, ils ont intensifié les peines et les conditions injustes de ces militants emprisonnés.

Diverses campagnes d’organisations d’enseignants d’Iran et d’organisations ouvrières et de défenseurs des droits de l’homme internationaux ont eu lieu en faveur d’Abdi. Bien que ces comités n’aient pas encore abouti à la libération d’Ismail Abdi, ils ont fait connaitre la demande de libération d’Abdi dans la sphère publique et en même temps exercé des pressions sur la République islamique d’Iran. Les lourdes peines de prison répétées pour Esmail Abdi, le non-respect de ses droits fondamentaux d’enseignant activiste et de prisonnier d’opinion, et son harcèlement par les responsables de la sécurité des prisons indiquent tous que les autorités de la République islamique se vengent d’Esmail Abdi. Esmail Abdi est devenu l’un des symboles de la résistance, de l’effort et de la lutte des enseignants pour réaliser leur syndicat et leurs droits humains

Les responsables gouvernementaux tentent faire peur à Abdi et aux autres enseignants et militants syndicaux en appliquant de longues peines. Derrière les murs de la prison, Abdi paie le prix de ses efforts persistants pour garantir les droits bafoués des enseignants et pour créer des organisations d’enseignants indépendantes, ainsi que pour son engagement inébranlable en faveur de la liberté, de la dignité humaine et de l’éducation gratuite et universelle. En Iran, des campagnes sont en cours pour la libération d’Esmail Abdi, notamment de la part des organisations d’enseignants et de son épouse, Monira Abdi.

Alliance internationale de soutien aux travailleurs en Iran

http://www.laboursolidarity.org/Campagne-internationale-pour-la

***************

Les mineurs d’Asseminoun ont manifesté

dans les rues de la ville de Manoojan

La mine de chromite d’Asseminoun est située près de la ville de Manoojan (environ 15000 habitant.es) située elle-même dans l’Ostan (province) du Kerman. La ville est située à 1369 kilomètres au sud de Téhéran, la capitale iranienne. La mine appartient à un grand patron qui s’appelle Alimohammadi, lequel possède des mines un peu partout en Iran. Il y a 1200 ouvriers dans la mine. Le patron a décidé de la fermer et de licencier les mineurs. Il veut filialiser la mine et forcer les ouvriers à signer de nouveaux contrats avec les sous-traitants. Un mineur affirme que chaque jour de 20 à 25 camions sortent de la mine. Elle est donc productive.

Les ouvriers ont commencé les actions depuis quatre jours, pour exiger leur réintégration mais aussi le paiement des arriérés de salaire. 

Etant donné qu’ils ont été mis au chômage par la fermeture de la mine, ils ne pouvaient pas faire grève. Ils ont donc opté pour d’autres formes de protestations, entre autres le barrage de la route de transit internationale de Kahnooj à Bandar (port) Abbas. Cela a mis en colère le préfet de l’ostan du Kerman qui a demandé l’arrêt immédiat de cette action, complètement illégale selon lui.

Les ouvriers ont manifesté plusieurs fois dans la ville de Manoojan.

Le 20 mai, les membres de leur famille et des habitant.es de la ville les accompagnaient par solidarité. Dans une interview accordée à une radio à l’extérieur du pays, un habitant de Manoojan a décrit en détail l’arrivée de nombreuses forces anti-émeutes les plus dures, connues sous le nom de Now-Poo. Le grand patron d’Asseminoun a d’étroites relations avec les Pasdaran (gardiens de la révolution islamique) dont on estime qu’au moins le tiers de toute l’économie iranienne est entre leurs mains.

Les mineurs d’Asseminoun n’ont pas le droit de s’organiser et de se syndiquer librement. Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes font connaître leur action et apportent leur soutien.

http://www.laboursolidarity.org/Iran-les-mineurs-d-Asseminoun-ont


En complément possible :

Pour la libération sans condition des prisonniers politiques et d’opinion en Iran 

Iran : Solidarité avec les victimes de la répression

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/10/08/pour-la-liberation-sans-condition-des-prisonniers-politiques-et-dopinion-en-iran-et-appel-intersyndical/

Communiqué du Comité de soutien à Fariba, en grève de la faim et de la soif

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/12/27/iran-communique-du-comite-de-soutien-a-fariba-en-greve-de-la-faim-et-de-la-soif/

Femmes iraniennes en résistance

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/12/01/femmes-iraniennes-en-resistance/

L’Iran brûle et la gauche mondiale regarde ailleurs

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/11/29/liran-brule-et-la-gauche-mondiale-regarde-ailleurs/

Iran. Le régime fait face à une nouvelle crise

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/11/28/iran-le-regime-fait-face-a-une-nouvelle-crise/

Solidarité internationale avec le peuple iranien en lutte !

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/11/24/solidarite-internationale-avec-le-peuple-iranien-en-lutte/

Les travailleurs iraniens qui réclament des salaires impayés se sont vu infliger 14 à 18 ans de prison et des coups de fouet

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/09/21/les-travailleurs-iraniens-qui-reclament-des-salaires-impayes-se-sont-vu-infliger-14-a-18-ans-de-prison-et-des-coups-de-fouet/

Chahla Chafiq : Le rendez-vous iranien de Simone de Beauvoir

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/10/une-traversee-lucide-et-efficace-de-lhistoire-recente-de-liran/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.