« Ofer Cassif, une personne vraiment importante » et « Les ultra-orthodoxes israéliens sont les derniers voyous néofascistes d’Israël »

Il n’est pas certain que le policier qui a frappé le député Ofer Cassif [membre du parti Hadash – Parti communiste – sur la liste unifiée, dont il est le seul député juif] savait qui il frappait. Peut-être savait-il qu’il frappait un membre de la Knesset, peut-être ne le savait-il pas – là n’était pas la question. Il lui suffisait de savoir qu’il frappait un manifestant de gauche qui le méritait. Mais ce que le policier ne savait pas, c’est qu’il frappait un « gauchiste » de la Knesset d’un nouveau genre, qui ne mâche pas ses mots et ne s’excuse pas, qui n’élude pas la vérité et ne la dissimule pas. Il n’est pas seulement un non-sioniste, il est manifestement antisioniste, sans aucune tentative de dissimulation. En réponse à une question incidente posée par le journaliste de Haaretz Nir Guntaz, parue dans l’édition hébraïque du week-end (17-18 avril) du quotidien, Cassif l’a dit explicitement : « Je m’oppose à l’idéologie et à la pratique du sionisme… c’est une idéologie et une pratique racistes qui épousent la suprématie juive. »

Il est douteux que de tels mots aient jamais été prononcés dans une assemblée législative israélienne, et certainement pas par un député juif. Soixante-treize ans d’existence de l’État n’ont pas donné lieu à un mouvement juif important (à part le Matzpen dans les années 1960 et 1970) se rebellant contre le sionisme ou, du moins, mettant en doute la justesse de sa cause. Plusieurs personnalités juives importantes ont été antisionistes, mais pas chez nous. C’est interdit ici. Ofer Cassif a fait une petite brèche dans ce consensus, mais son sort est scellé. Il deviendra un objet ésotérique, une bizarrerie, un clown – le sort de tout opposant lorsque le régime, aidé par les médias, en aura fini avec lui. S’il a de la chance, il deviendra un ennemi, un traître détesté. Ses prédécesseurs, comme le professeur Israël Shahak [1933-2001, professeur de l’Université hébraïque de Jérusalem et ex-président de la Ligue israélienne pour les droits humains et civils] ou l’avocate Felicia Langer [1930-2018, Germano-Israélienne, elle a défendu de Palestiniens issus des zones occupées par Israël devant des tribunaux militaires israéliens], ont connu un sort similaire.

Je me souviens encore de la façon dont les médias israéliens ont traité Israël Shahak comme un excentrique. Il était estimé dans le monde entier, mais ici, sa stabilité mentale était mise en doute. Israël ne veut pas tolérer les opposants au régime, et les médias sont totalement et docilement au service du régime.

Israël est ouvert à la critique, mais pas lorsqu’il s’agit des fondements sur lesquels il a été construit. Sa confiance dans la justice et justesse de son chemin, horriblement vacillant, ne lui permet pas de s’ouvrir aux questions élémentaires concernant les circonstances de sa création et le régime qui y prévaut depuis lors. Les vestiges de centaines de villages palestiniens détruits par Israël ont été recouverts par les forêts du Fonds national juif, les questions fondamentales étant traitées avec mépris et la diabolisation de ceux qui osent les soulever.

En Israël, il est permis d’être un « voyou des collines » [jeunes colons qui attaquent les villages palestiniens], un membre d’un parti néo-nazi ou même un terroriste juif, mais pas un antisioniste. C’est inadmissible. Il n’y a pas eu d’idéologie aussi dominatrice depuis la mort du communisme. Néanmoins, l’autodéfinition du député Ofer Cassif devrait avoir des répercussions : c’est un membre antisioniste de la Knesset, qui considère le sionisme comme un mouvement raciste. Il ne veut pas de la suprématie juive. Il ne veut pas non plus de la suprématie arabe. Ce n’est pas un juif antisioniste ultra-orthodoxe fou ou un « arabe traître » du mouvement politique arabe israélien al-Ard [actif entre 1958 et début 1970, mis hors-la-loi en 1964, il revendiquait une égalité totale entre tous les habitants d’Israël], c’est un député juif israélien. Juste avant de le qualifier de « cinglé » ou de traître, on peut s’arrêter et se demander : sommes-nous tous d’accord pour dire que certaines questions ne doivent jamais être soulevées ? Que seul le sionisme est autorisé ici ? Sommes-nous si sûrs qu’il ne s’agit pas d’un mouvement raciste ? Sur quelle base, en fait ?

La droite n’a pas de problème. Elle admet l’existence de la suprématie juive en Terre d’Israël et pense qu’il n’y a rien de plus juste. L’aile gauche a plus de mal – elle veut avoir le beurre et l’argent du beurre. C’est pourquoi elle se tortille, nie et réprime, en se basant sur sa conscience plus éveillée et ses sentiments de culpabilité plus forts. Au fond de son cœur, la gauche sait que la base du sionisme inclut le soutien à la suprématie juive, ce qui le rend raciste par définition, mais elle préfère nier, réprimer et vivre avec un mensonge. Elle n’a pas le courage et l’insolence de la droite d’admettre qu’il en est ainsi, mais que nous le méritons. Elle n’a pas non plus le courage et l’intégrité d’Ofer Cassif, qui devraient l’amener à déclarer : « Si c’est le cas, nous sommes contre, comme tout vrai démocrate doit le dire. »

Avec sa chemise déchirée et ses lunettes cassées, Ofer Cassif, battu par un policier et le régime, a posé un défi compliqué. C’est pourquoi il est un personnage important. Israël le traitera comme il sait le faire. Les gens diront : « Va vivre à Gaza, pourquoi tu vis ici d’ailleurs ? » À l’Israël qui pose cette question, il faut répondre : « Il est permis de vivre ici et de se demander si nous vivons sous un régime juste, au lieu de s’occuper de façon obsessionnelle de Benyamin Netanyahou. » Il est temps d’écouter Cassif et une poignée d’autres personnes comme lui, et d’affronter leurs arguments. Est-il vraiment possible de réconcilier juif et démocratie, sionisme et égalité, Israël et justice ? 

Gideon Levy

Article d’opinion publié dans le quotidien Haaretz le 18 avril 2021; traduction rédaction A l’Encontre

http://alencontre.org/moyenorient/israel/israel-ofer-cassif-une-personne-vraiment-importante.html


**********

« Les ultra-orthodoxes israéliens sont
les derniers voyous néofascistes d’Israël »

La chose la plus effrayante et la plus déprimante qui se soit produite à Jérusalem récemment n’est pas les pogroms contre les Palestiniens. Ceux-ci sont bien sûr infiniment effrayants et déprimants, mais le plus effrayant et déprimant est quelque chose de nouveau concernant l’identité des assaillants.

Nous avions déjà les phalanges de Lehava [1], les milices de La Familia [2] et les « hilltop thugs » [3], et maintenant les ultra-orthodoxes les ont rejoints. Il y a une nouvelle brute dans le quartier et elle est plus effrayante que toutes les autres.

Les émeutiers avec des shtreimels [« chapeau de fourrure », généralement membres du judaïsme hassidique] pourraient faire basculer Israël dans un fascisme qu’il n’a jamais connu auparavant, grâce à leur énorme potentiel électoral. Les ultra-orthodoxes sont les réserves du mouvement néonazi qui se développe en Israël, et ils promettent un grand avenir aux députés Bezalel Smotrich [4] et Itamar Ben-Gvir [5].

Sans les ultra-orthodoxes, ces deux-là ne sont qu’une simple curiosité. Grâce aux ultra-orthodoxes, leur parti pourrait devenir l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) ou les Démocrates suédois d’Israël, mais beaucoup plus extrêmes que ces deux partis d’extrême droite d’Europe occidentale. Les chemises brunes pourraient changer de couleur pour devenir blanches. C’est effrayant parce que les ultra-orthodoxes sont nombreux, et c’est déprimant parce qu’il y avait autrefois une majorité ultra-orthodoxe différente que je respectais et connaissais, une majorité qui a été victime de persécutions et d’ostracisme.

Le péché originel a été l’établissement d’énormes colonies ultra-orthodoxes dans les années 1990, qui sont devenues les plus grandes colonies de Cisjordanie, bien plus grandes que leurs prédécesseurs idéologiques. Ce qui avait commencé comme une solution de logement à bas prix, libre de toute croyance politique, s’est transformé en nationalisme extrême. Avec une rapidité terrifiante, ceux qui, jusqu’à il y a une génération, étaient considérés comme des non-sionistes ou des colombes politiques avec des leaders comme le rabbin Elazar Shach [1899-2001] et le rabbin Ovadia Yosef [1920-2013] sont devenus des porteurs du drapeau du fascisme israélien.

Où sont les jours où l’on brûlait les poubelles uniquement pour cause de profanation du sabbat, et qui aurait cru que ces jours-là nous manqueraient ? Où sont les rabbins qui disaient « il n’y a pas d’obstacle à la cession de parties de la terre d’Israël » et « céder [ces terres] pour la paix n’est pas une cession », comme l’a dit le rabbin Elazar Shach.

La crainte s’est réalisée : les opinions des ultra-orthodoxes ont été déterminées par leur lieu de résidence. Ils ont prouvé qu’il est impossible de vivre sur des terres palestiniennes volées sans haïr leurs propriétaires. Ils se sont installés en Cisjordanie palestinienne et se sont merveilleusement intégrés dans le paysage d’apartheid qui les entourait. Ils sont devenus des détracteurs des Arabes et des partisans de l’extrême droite. Le chemin de là à la participation aux pogroms a été court.

Lors des élections du mois dernier, ils l’ont exprimé clairement. L’alliance du Parti religieux sioniste est devenue le troisième plus grand parti de leur communauté. À Jérusalem, elle a remporté 9% des voix et à Betar Ilit [colonie de Cisjordanie à 0,4 km à l’est de la ligne verte] 10%, soit six fois plus que le Likoud. À Bnei Brak [ville banlieue au nord-est de Tel-Aviv] et à Modi’in Ilit, la plus grande ville juive des territoires, c’est le troisième plus grand parti. Avec de telles réserves électorales, nous aurons un jour un kahaniste [se revendiquant du rabbin Meir Kahane] comme premier ministre; la moitié d’Israël considère déjà Naftali Bennett [dirigeant du parti Nouvelle Droite] comme un candidat légitime et se languit même de lui.

Il est vrai que seules quelques centaines d’ultra-orthodoxes ont participé aux pogroms, mais les rabbins n’ont rien fait pour les arrêter, peut-être parce qu’ils savaient que le génie était sorti de la bouteille. Maintenant, les chiffres vont augmenter. Les jeunes ultra-orthodoxes pourraient changer les règles du jeu.

Les images de ces derniers jours à Jérusalem sont terrifiantes. Laissez de côté la couverture médiatique « appropriée », qui tente de maintenir un « équilibre » alors que d’un côté se trouve l’occupation, qui n’a aucun équilibre. Laissez de côté les déclarations choquantes du ministre de la Sécurité publique et des commandants de police qui n’ont condamné que la violence palestinienne. Cette violence est l’acte de résistance le plus justifié et le plus modéré contre l’injustice et d’autres violences. Elle est une réponse directe à l’abus continu de la police envers les Palestiniens de Jérusalem et aux pogroms contre eux par les extrémistes d’extrême droite.

Ne vous méprenez pas: les attaques massives contre les Arabes de Jérusalem sont les signes avant-coureurs du néonazisme israélien. Les marches intimidantes, les passages à tabac, les incendies criminels, les pillages et les appels à la mort sont exactement ce à quoi ressemble le néonazisme. Que Dieu nous protège de ses émissaires ultra-orthodoxes qui ont rejoint la mêlée.

Gideon Levy 

Article publié dans Haaretz, le 24 avril 2021 ; traduction rédaction A l’Encontre

http://alencontre.org/moyenorient/israel/les-ultra-orthodoxes-israeliens-sont-les-derniers-voyous-neofascistes-disrael.html


Pogromos antipalestinos en Jerusalén

https://vientosur.info/pogromos-antipalestinos-en-jerusalen/


[1] Lehava est une organisation qui s’oppose au mariage entre juifs et non-juifs. Elle s’est caractérisée par une apologie de la haine et des actions violentes contre les Palestiniens et les demandeurs d’asile africains. Elle a été dénoncée y compris par le président israélien Reuven Rivlin comme d’extrême droite et « anti-démocratique ». (Réd.)

[2] La Familia, en plus de ses slogans anti-arabes, déploie le drapeau du parti interdit Kach, créé par Meir Kahane qui fut député à la Knesset en 1984. Ce dernier sera exclu du parlement pour racisme et action terroriste et le parti Kach sera interdit en 1994 après avoir été qualifié officiellement de parti raciste. (Réd.)

[3] Les Hilltop Youth (thugs : casseurs, nervis) est un regroupement d’extrême droite religieux qui accuse les Palestiniens d’avoir « violé la Terre sainte et doivent en être donc expulsés ». Ils participent à toutes les opérations anti-palestiniennes des colons. (Réd.)

[4] Bezalel Smotrick fut ministre des Transports en 2019-20 ; il est le leader du Parti religieux sioniste. L’organisation qu’il anime multiplie les actions « légales » contre les bâtiments des Palestiniens, des Bédouins, des Arabes israéliens dans le but de les faire détruire. (Réd.)

[5] Itamar Ben-Gvir est actuellement un des dirigeants de Oztma Yehudit (« la force juive »), membre de la fraction du Parti religieux sioniste à la Knesset. Il milite en faveur de l’expulsion des Arabes israéliens. (Réd.)


De l’auteur

Sur les résultats des élections israéliennes: c’est le kahaniste Ben Gvir qui vous gêne ?, sur-les-resultats-des-elections-israeliennes-cest-le-kahaniste-ben-gvir-qui-vous-gene/

Israël suite au coronavirus : « une crise, un État – incluant les Palestiniens ? »israel-suite-au-coronavirus-une-crise-un-etat-incluant-les-palestiniens/

Les élections et le sionisme comme religion, qui s’imposeles-elections-et-le-sionisme-comme-religion-qui-simpose/

Personne en Israël ne savait qu’ils commettaient un massacre et ils ne s’en sont pas souciés, personne-en-israel-ne-savait-quils-commettaient-un-massacre-et-ils-ne-sen-sont-pas-soucies/

Gantz, l’héritier parfait de Rabingantz-lheritier-parfait-de-rabin/

Les résultats de l’élection de mardi ont prouvé hors de tout doute qu’Israël est un grand centre, avec beaucoup moins de divergences d’opinions qu’on ne pourrait le penserles-resultats-de-lelection-de-mardi-ont-prouve-hors-de-tout-doute-quisrael-est-un-grand-centre-avec-beaucoup-moins-de-divergences-dopinions-quon-ne-pourrait-le-pen/

Des meurtriers parmi nousdes-meurtriers-parmi-nous/

Comment un échantillon de ma salive a permis de conclure que je ne peux pas être antisémite…comment-un-echantillon-de-ma-salive-a-permis-de-conclure-que-je-ne-peux-pas-etre-antisemite/

Le ciel et l’enfer qui ne sont pas Israëlle-ciel-et-lenfer-qui-ne-sont-pas-israel/

Tombé en défendant l’injusticetombe-en-defendant-linjustice/

Israël. Le retour du militarismeisrael-le-retour-du-militarisme/

Israël est intouchable… dans les médias américains, israel-est-intouchable-dans-les-medias-americains/

Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche sioniste se guérira de son complexe d’occupation, ce-nest-pas-en-sen-prenant-a-netanyahou-que-la-gauche-sioniste-se-guerira-de-son-complexe-doccupation/

Gaza-Israël. Le fossé entre les destins des enfants de Jabalya et ceux de Mefalsim est devenu un terrible gouffregaza-israel-le-fosse-entre-les-destins-des-enfants-de-jabalya-et-ceux-de-mefalsim-est-devenu-un-terrible-gouffre/

Israël a désormais sa loi raciale, israel-a-desormais-sa-loi-raciale/

Israël-Palestine. « Tiens bon, Ahed Tamimi »israel-palestine-tiens-bon-ahed-tamimi/

Israël, terre de miraclesisrael-terre-de-miracles/

Dans une démocratie, la députée palestinienne Khalida Jarrar serait libredans-une-democratie-la-deputee-palestinienne-khalida-jarrar-serait-libre-et-appel-international-pour-la-liberation-de-khalida-jarrar-feministe-et-parlementaire-palestinienne/

Nous n’arrêterons pas de filmer, nous n’arrêterons pas d’écrirenous-narreterons-pas-de-filmer-nous-narreterons-pas-decrire/

Palestine. « L’occupation est présente partout, tous les jours »palestine-loccupation-est-presente-partout-tous-les-jours/

Tueurs à gages israéliens en Malaisietueurs-a-gages-israeliens-en-malaisie/

Israël. Diviser une famille, une ingénierie du Shin Bethisrael-diviser-une-famille-une-ingenierie-du-shin-beth/

A la frontière du camp de concentration appelé Gazaa-la-frontiere-du-camp-de-concentration-appele-gaza/

Gaza. « Cela s’appelle un massacre »gaza-cela-sappelle-un-massacre/

La lutte contre l’expulsion des réfugiés africains est un moment charnière dans l’histoire d’Israël, la-lutte-contre-lexpulsion-des-refugies-africains-est-un-moment-charniere-dans-lhistoire-disrael/

Quel culot ! Pourquoi la gifle d’Ahed Tamimi rend les Israéliens furieuxquel-culot-pourquoi-la-gifle-dahed-tamimi-rend-les-israeliens-furieux/

Vivants comme morts, les improbables bâtisseurs du projet sioniste restent invisiblesvivants-comme-morts-les-improbables-batisseurs-du-projet-sioniste-restent-invisibles/

Israël. La nation des bombes à fragmentationisrael-la-nation-des-bombes-a-fragmentation/

À Gaza, Israël fait des expérimentations sur des humains en situation de stress et de privationsa-gaza-israel-fait-des-experimentations-sur-des-humains-en-situation-de-stress-et-de-privations/

Palestine. Un village palestinien pittoresque sert de zone de tirs à l’armée israéliennepalestine-un-village-palestinien-pittoresque-sert-de-zone-de-tirs-a-larmee-israelienne/

Gaza. L’étranglement se resserre encore plus. Avant une offensive israélienne ?gaza-letranglement-se-resserre-encore-plus-avant-une-offensive-israelienne/

Cinquante ans, cinquante mensongescinquante-ans-cinquante-mensonges/

Israël. Pourquoi je ne hisserai pas un drapeau israélien le jour de l’indépendanceisrael-pourquoi-je-ne-hisserai-pas-un-drapeau-israelien-le-jour-de-lindependance/

Sincères excuses aux lecteurs de Haaretzsinceres-excuses-aux-lecteurs-de-haaretz/

La Nakba israéliennela-nakba-israelienne/

La police du chametz en Israël ou comment passer du houmous-frites en contrebandelatelier-de-memoire-avant-propos-de-louvrage-cahiers-de-memoire-kigali-2014/

Les noms des rues : ce qu’ils remémorent ; ce qu’ils effacentles-noms-des-rues-ce-quils-rememorent-ce-quils-effacent/

Israël aime les guerresisrael-aime-les-guerres/

« La douce illusion » de la résolution 2334 de l’ONU, la-douce-illusion-de-la-resolution-2334-de-lonu/

Bonjour du compte Twitter de l’armée israéliennebonjour-du-compte-twitter-de-larmee-israelienne/

Le sang de Khaled Bahar clame justice, mais personne en Israël ne l’entendle-sang-de-khaled-bahar-clame-justice-mais-personne-en-israel-ne-lentend/

Il n’y aura pas de paix tant qu’Israël n’admettra pas sa responsabilité dans la Nakba, il-ny-aura-pas-de-paix-tant-quisrael-nadmettra-pas-sa-responsabilite-dans-la-nakba/

« Avec le nouvel accord d’aide à Israël, Obama est le parrain del’occupation »avec-le-nouvel-accord-daide-a-israel-obama-est-le-parrain-de-loccupation/

Israël. Imposer le silence sur les crimes de l’occupation, israel-imposer-le-silence-sur-les-crimes-de-loccupation/

Jamais tant de personnes n’ont acclamé un assassin aussi méprisable, jamais-tant-de-personnes-nont-acclame-un-assassin-aussi-meprisable/

Le journaliste israélien Gideon Levy appelle au boycott d’Israël, le-journaliste-israelien-gideon-levy-appelle-au-boycott-disrael/

Tous les Israéliens sont coupables d’avoir brûlé une maison palestinienne, tous-les-israeliens-sont-coupables-davoir-brule-une-maison-palestinienne/

Gaza. Articles pour Haaretz : Crimes de guerre

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.