Le droit et l’obligation du sauvetage en mer

fakenews mediterranneeSos Méditerranée, comme toutes les ONG de sauvetage en mer, est la cible de diverses campagnes de désinformation qui visent à décrédibiliser son action auprès du public. Voici quelques réponses documentées pour contrer ces « fake news » et rétablir les faits.

Les auteurs et autrices rappellent que non seulement l’action des Ong en mer sont légales et vitales mais aussi « l’obligation imposée à tout capitaine de porter assistance à toutes personne en détresse en mer et de les débarquer dans un « lieu sûr dans un délai raisonnable (…) quels que soient leur nationalité ou leur statut ou les circonstances dans lesquelles elles sont trouvées » (Amendement 2004 à la Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer).

L’assistance à personne en danger est un devoir, « tout.e capitaine d’un navire a non seulement le devoir moral mais également l’obligation légale de prêter « assistance à quiconque est trouvé en péril en mer » ».

Les atrocités vécues en Libye poussent des femmes, des hommes et des enfants à fuir par la mer lorsque la météo le permet. Je souligne que « les personnes piégées en Libye fuient parce qu’elles vivent dans des conditions inhumaines, et ce indépendamment du fait que des navires de sauvetage soient présents dans les eaux internationales au large de la Libye ». Les personnes rescapées (par les sauvetages) ne peuvent être ramenées en Libye. Cela est à la fois « illégal et dangereux » car la Libye ne peut en aucun cas être considéré comme un « lieu sûr ».

Sur la situation en Libye, par exemple, Ali Bensaâd : Libye : derrière l’arbre de « l’esclavage », libye-derriere-larbre-de-lesclavage/

« Débarquer des survivant.e.s en Libye constituerait donc une violation du droit maritime international ainsi que du principe de non-refoulement, principe fondamental du droit des réfugié.e.s. »

Le navire Ocean Viking porte secours aux embarcations en perdition dans les eaux internationales. Il n’entre pas dans les « eaux territoriales » libyennes.

Les ONG répondent à une situation humanitaire urgente en mer et sauvent des vies. Ce ne sont pas les ONG mais bien le contexte politique et social qui « fabrique un marché pour les passeurs »…

« Depuis 2014, plus de 20 000 personnes sont mortes en essayant de traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune, sans compter toutes celles qui ont disparu sans témoin. La majorité de ces femmes, de ces hommes et de ces enfants tentaient de fuir une situation insupportable en Libye, faisant de la Méditerranée centrale la route migratoire la plus mortelle au monde. »

SOS Méditerranée : Stop aux fake news sur le sauvetage en mer

Marseille 2021, 12 pages

https://www.sosmediterranee.fr/journal-de-bord/journal-de-bord-fake-news

Didier Epsztajn

Une réponse à “Le droit et l’obligation du sauvetage en mer

  1. Bravo pour cette mise au point qui essaie de faire face à la campagne de dénigrement, notamment sur les réseaux sociaux.
    Et surtout bravo pour votre courage et votre ténacité face à l’horreur toujours renouvelée.
    Honte aux États qui, non contents de tourner le dos à ce drame, mettent des bâtons dans les roues à celles et ceux qui manifestent leur solidarité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.