Des enregistrements en 2020

Des disques et des musiques récentes. Prendre le temps de s’arrêter, d’écouter des albums. S’éloigner des critères privilégiés par des commerçants, rarement disquaires, ou des productions des majors…

De multiples éditeurs nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ». Quelques disques enregistrés, ici en 2020, au hasard des écoutes.

Entre compositions originales et visites du coté du diexieland et des traditions ou de Sidney Bechet… Samuel Blaser (trombone), Daniel Humair (batterie) et Heiri Känzig (contrebasse), nous propose un magnifique album en « hommage à leur terre natale, la Suisse, fondée en 1291 sur la prairie du Gütli par les trois cantoins primitifs ». La suisse peut-être, l’histoire et la modernité des jazz certainement…

Lire la note plus détaillée de Nicolas Béniès : du-cote-du-jazz-decembre-2020/

Cd Humair/Blaser/Kanzig : 1291, enregsitré en fé&vrier 2020Out Note/Out There


Neuf compositions, sept musiciennes. Comme un panorama ouvert sur demain, un luxe partagé, une coopération de personnalités uniques.

Renée Rosnes (piano), Cecile McLorin Salvant (voix), Anat Cohen (clarinette), Melissa Aldana(saxophone ténor), Ingrid Jensen (trompette), Noriko Ueda (contrebasse), Allison Miller (batterie).

Cette collectivité vous entraine dans des recoins musicaux chatoyants.

Je souligne le bel Nocturno de la clarinettiste…

Cd Artemis, Blue Note 2020


Une très bonne surprise. Un disque du trompettiste Charles Tolliver. Les « anciens » ont encore et toujours quelque chose à nous dire…

Le trompettiste est entouré de Buster Williams (contrebasse), Lenny White (batterie), Jesse Davis (saxophone alto), Keith Brown (piano) et sur deux morceaux Binker Golding (saxophone ténor).

Quatre compositions, le temps pour chacun de donner force et lyrisme, de coopérer pour produire un instant de joie intense…

Cd Charles Tolliver : Connect, enregistré en juillet 2020, Gearbox


Une pochette illustrée du sourire du justicier masqué, un disque à l’énergie joyeuse.

Francesco Bearzatti (saxophone, clarinette, flute indienne), Giovanni Falzone (trompette, bugle, trompette basse), Danilo Gallo (contrebasse, guitares), Zeno De Rossi (batterie, percussions)

Un film musical entre course poursuite, romance amoureuse, combats à l’épée, sans oublier le Sargento Garcia, Bernardo, Lolita, le cheval Tornado et… un masque noir comme pied-de-nez aux bleus masques covid…

Cd Francesco Bearzatti Tinissina 4et : Zorro, enregistré en février 2020, Cam jazz


Puis vint 1962. La décolonisation est salvatrice pour le peuple Algérien.

Des français·es installé·es, colonisateurs et colonisatrices ou leurs descendant·es, en Algérie n’aient pas pu ou voulu prendre la nationalité algérienne et participer à la lutte contre le colonisateur français. Ils et elles n’ont pas pu ou voulu construire leur destin en Algérie après l’indépendance. Iels vécurent alors, comme tant d’autres, en nostalgie – d’un monde réel ou imaginaire – en souvenirs…

C’est ici l’histoire en musique d’un auteur Serge Ceccaldi, d’un rapport ouvert aux musiques, à la méditerranée et au monde.

Un ensemble composé de Valentin Ceccaldi (violoncelle, basse électrique), Théo Ceccaldi (violon, alto), Quentin Biardeau (saxophone ténor, claviers, choeurs), Gabriel Lemaire (saxophones alto et baryton, clarinettes), Guillaume Aknine (guitares), Roberto Negro (piano, claviers), Adrien Chennebault(batterie, percussions), Florian Satche (batterie, percussions).

Des invité·es sur une ou plusieurs plages : Leïla Martial (voix), Thomas de Pourquery (voix, saxophone alto), Yom (clarinette), Fantazio (voix), Abdullah Miniawy (voix), Émile Parisien (saxophone soprano), Airelle Besson (trompette), Michel Portal (bandonéon, clarinette basse), Robin Mercier (voix).

Des ami·es pratiquant des musiques d’horizon divers, jazz, rock musiques dites traditionnelles… Une force évocatrice de exil et de l’orient, même pour ceux et celles (comme moi) qui n’ont aucune nostalgie des lieux ou des temps. La musique aux pluriels…

Cd Valentin & Théo Ceccaldi : Constantine, enregistré en·2020, Brouhaha


Du coté de la peinture, des pinceaux, des baguettes et des tambours.

Un prologue, six morceaux, cinq interludes et un épilogue. Une galerie visitée par Daniel Humair(batterie), Stéphane Kerecki (contrebasse), Vincent Lê Quang (saxophones ténor et soprano), Yoann Loustalot (bugle)

Des minutes de silence diablement bien illustrées …

Cd Daniel Humair : Drum Thing, enregistré en juillet 2020, Frémeaux & Associés

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.