Quand les écrivains soutiennent l’OIP

À l’initiative des éditions du Seuil, sept écrivains et écrivaines ont pris la plume pour venir en soutien à la section française de l’Observatoire international des prisons (OIP), confrontée depuis quelques années à une baisse inédite de subventions publiques.

Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Annie Ernaux, Nancy Huston, Maylis de Kerangal, Nathalie Quintane, David Rochefort… Tous ont répondu présent à l’appel d’Hugues Jallon, président des éditions du Seuil, qui souhaitait publier un ouvrage pour soutenir l’OIP, en prise à de graves difficultés financières. Ce livre, intitulé Pour que droits et dignité ne s’arrêtent pas au pied des murs, paraîtra jeudi 18 mars 2021.

Depuis vingt-cinq ans, l’OIP milite pour la défense des droits et de la dignité des personnes incarcérées, et pour un moindre recours à l’enfermement.

L’association est aujourd’hui devenue un interlocuteur précieux pour les détenus et leurs proches, une source d’information et d’analyse essentielle sur la prison, une force de proposition respectée des institutions et surtout un garde-fou indispensable contre les abus de pouvoir dans un monde clos et mal connu…

Pourtant, le soutien financier dont elle bénéficie de la part de l’État et des collectivités territoriales a diminué d’année en année. Une évolution qui la met en danger, mais qui menace également le peu d’attention portée encore à celles et ceux que la société a exclus non seulement de l’espace public mais aussi de ses règles, de ses préoccupations, et qu’elle ne peut pourtant continuer d’ignorer. Ne serait-ce que parce qu’un jour, ils sortiront.

Ce livre, au-delà d’un geste de solidarité, reflète d’ailleurs, surtout, une ambition collective : celle de se réemparer d’un sujet, la prison, qui reste cruellement absent des débats publics, militants et intellectuels, alors même qu’il interroge profondément notre société. Cinquante ans après la création du GIP (Groupe d’information sur les prisons) à l’initiative d’intellectuels et de personnalités du début des années 1970, les auteurs et autrices aujourd’hui mobilisés autour de l’OIP rappellent qu’il y a toujours urgence à « faire savoir ce qu’est la prison », mais surtout à agir : « Tout est entre nos mains, sous nos regards. Encore faut-il avoir envie de voir. De voir et de faire », souligne ainsi Philippe Claudel.

À ses côtés, Marie Darrieussecq, Annie Ernaux, Nancy Huston, Maylis de Kerangal, Nathalie Quintane et David Rochefort dévoilent, dans leurs textes, leur point de vue sur la prison, souvent nourri de leur expérience personnelle, de rencontres avec des prisonniers et des prisonnières à l’occasion d’ateliers animés en détention. Unanimement, ils soulignent l’indignité, l’inhumanité, le peu de sens que revêt le plus souvent cet enfermement. Et finalement nous appellent, toutes et tous, à marcher dans les pas de Michel Foucault pour « transformer l’intolérance en action ».

Les bénéfices tirés de la vente de l’ouvrage seront intégralement reversés à l’OIP.

Pour que droits et dignité ne s’arrêtent pas au pied des murs, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Annie Ernaux, Nancy Huston, Maylis de Kerangal, Nathalie Quintane, David Rochefort, éditions du Seuil.

En librairies le 18 mars, 96 pages, 11 €.

Contact presse : Pauline De Smet :·07 60 49 19 96.

https://oip.org/communique/quand-les-ecrivains-soutiennent-loip/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.