Cheminons, ensemble, au pas des femmes

« Pour ce 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, et tous les jours de l’année, axelle est plus que jamais déterminée à détricoter les violences patriarcales et à mettre en lumière les résistances des femmes ».

Dans son éditorial, « Le sexe du gâteau n’est pas un mystère », Sabine Panet parle, entre autres, du « nous », de « faim d’égalité, de solidarité et de justice », du 8 mars, d’argent et de répartition, « Et les femmes, celles qui prendront l’espace public ou virtuel, celles qui se mettront en grève ou celles qui ne pourrons pas, celles qui afficheront leurs valeurs féministes ou celles qui les garderons pour elles, sont avides de changements ; elles exigent que chacun·e reçoive une juste part. Car un gâteau, ce n’est pas censé avoir de sexe »…

Dossier : Préhistoire. Les femmes sortent de l’ombre des cavernes

La construction – voir l’invention – de la préhistoire fut marquée par l’absence de réflexion sur les présupposés des scientifiques – souvent exclusivement des hommes à la création de la discipline -, en particulier sur les rapports sociaux de sexe. Je n’oublie pas les mythes et les inventions masculinistes des religions et de leurs « prêtres ». Les recherches aujourd’hui bousculent les clichés, ainsi sur la place de femmes chassant du gros gibier au Pérou. Si nous n’aurons jamais de certitudes sur ce passé lointain, il convient néanmoins de donner une nouvelle visibilité aux femmes et à leurs activités…

« Donner aux femmes préhistoriques leur juste place dans l’histoire de l’évolution humaine ». Comme l’indique Marylène Patou-Mathis, « le matériel ne nous permet pas de sexuer les activités ». Elle aborde les représentations humaines, les silhouettes et les statuettes féminines, l’art pariétal, les figures et les mains, les modes de vies variées des humain·es, les différences entre les sociétés des peuples chasseurs-ceuilleurs dans la préhistoire et dans l’histoire plus récente, « ce ne sont pas des humains préhistoriques », les sytèmes matrilinéaires, les régimes alimentaires et les statuts sociaux (pour utiliser des mots d’aujourd’hui)…

Morgane Pellenec nous invite à un tour du monde de découvertes archéologiques, Hadar (Ethiopie), Balzi Rossi (Italie), grottes d’El Castillo (Cantabrie, Espagne), Grottes de Gargas et du Pech Merle (Hautes-Pyrénées et Lot, France), Europe centrale, « une histoire cachée du travail des femmes sur des milliers d’années », Stonehenge (Royaume-Uni), Wilamaya Patjxa (Pérou)…

A propos d’un livre de Pascal Picq, l’autrice discute des origines des violences envers les femmes, de l’ordre zoologique des primates, d’absence de détermination génétique dans la présence ou l’absence de systématisme dans la coercition, de l’espèce humaine, « la seule dans laquelle sont perpétrés des féminicides », de l’évolution de la taille du bassin et du diamètre de la tête des nouveau·né·s, des hommes et de la domination sur les femmes…

Parmi les autres textes publiés, je signale notamment :

  • Les violences dans les institutions religieuses en Irlande, « L’Irlande a demandé pardon aux victimes de ses « maisons mère-bébé » où l’on enfermait les femmes enceintes célibataires ». Des crimes en bandes organisées ont été perpétrés. L’Eglise et ses religieuses – au nom de péchés fantasmatiques de femmes – en sont coupables. Elles devraient être jugées et leurs associations éventuellement reconnues comme criminelles…

  • L’Europe des tâches ménagères où les femmes salariés consacrent 90 minutes de plus par jour que les hommes salariés aux tâches non rémunérées…

  • Les Passeuses, « c’est une série de cinq podcasts, produite par axelle, sur des thématiques féministes d’aujourd’hui, éclairées par les luttes historiques des femmes de Vie Féminine et d’autres mouvements et militantes féministes belges ».

  • Avoir ses règles en temps de Covid en RDC, le faible taux d’emploi salarié des femmes et leur dépendance économique, les tabous autour des questions de sexe, la stigmatisation des taches de sang menstruel, la difficulté d’accès à l’eau potable, les mythes et les fausse informations…

  • Les liens entre grossophobie et racisme, les théories raciales et la montée du protestantisme, « la minceur comme privilège racial », les évaluations des femmes en fonction de leur apparence, la place du corps des femmes dans l’élaboration des théories raciales, l’obsession du poids et les normes de minceur…

  • Le racisme et le sexisme envers les femmes asiatiques, « Elles ne sont pas « made in China » », le nécessaire rappel qu’il n’y a pas d’échelle dans les discriminations, « une discrimination reste une discrimination »…

  • Les violences envers les femmes en temps de pandémie, l’impasse néolibérale, « Inscrire la lutte contre les violences dans l’agenda néolibéral interdit de les penser comme un phénomène social et donc de les combattre efficacement ». Un entretien avec Pauline Delage (De l’autrice, Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique, un-rouage-violent-de-la-reproduction-de-la-domination-des-hommes-sur-les-femmes/), le contrôle exercé par les hommes, « le contrôle du corps, des comportements, des mouvements et des relations », la dégradation organisée « des institutions sociales, qui sont pourtant cruciales pour les femmes victimes de multiples formes de violences », l’isolement, les entraves à la dénonciation de violences sexuelles ou sexistes, « la dimension sociale du contrôle sexiste », l’angoisse de la précarité, les luttes contre les inégalités « systématiques renforcées par les choix économiques néolibéraux »…

  • Le collectif Susu

  • Le Manifeste sur les pauvretés et les inégalités sociales (1972)

  • et toujours de riches rubriques : actualités révoltante, culture et informations internationales

Un journal de nos amies belges à faire connaître.

Axelle 237, mars 2021, http://www.axellemag.be

Autres numéros : /revue/axelle/

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.