Les peintures murales qu’ils veulent supprimer : la lutte se situe entre l’obscurcissement ou l’illumination de la conscience humaine

Culture non-violente

Quand on veut enlever certaines peintures murales des rues et des places de Madrid, où les assemblées du Mouvement des Indignés (aussi connu sous le nom de 15M) se sont réunies, il y a beaucoup plus en jeu que les revendications sociales toujours justes et non négligeables qui ont été engendrées en leur sein. On cherche – sans même le savoir – à éteindre l’éveil d’un niveau de conscience plus élevée, que nous avons frôlé ou expérimenté collectivement.

Nous sommes arrivés sur ces places en quittant le camp de Puerta del Sol et avons commencé à reconstruire le tissu social des quartiers. Tout n’a pas été un succès, mais nous sommes sortis de la léthargie moribonde dans laquelle nous nous trouvions en tant que société civile à cette époque. Et les peintures murales qui ont été peintes dans certaines places à l’époque ou des années plus tard parlent de la construction réalisée dans ces places.

L’esprit des places a encouragé, en partie, d’anciens et de nouveaux projets politiques, concrétisés – en ce qui concerne la capitale espagnole – dans une administration municipale qui, malgré les nombreux obstacles qu’elle a dû surmonter et les erreurs de calcul qu’elle a commises, s’est occupée de la population la plus vulnérable et a encouragé la participation directe des citoyens par le biais des conseils de district du conseil municipal, entre autres projets de valeur.

Aujourd’hui, non seulement les politiques de l’actuel gouvernement de Madrid sont à l’opposé, mettant en œuvre sans relâche des mesures de privatisation des services publics (dégradant notamment les quartiers sud de la capitale) et discriminatoires envers les populations les plus défavorisées, mais le gouvernement municipal cherche à éliminer tous les vestiges des progrès de l’équipe précédente.

La dernière poussée vient du parti fasciste VOX – sans lequel le PP (Parti populaire) et le parti Ciudadanos ne pourraient pas gouverner – et qui a réussi à obtenir l’autorisation d’effacer la fresque que les voisins du quartier de La Concepción ont peinte il y a moins de trois ans en reconnaissance de la contribution historique des femmes. Quelque chose qu’ils ont également essayé, mais n’ont pas réussi à faire, sur la Plaza de Oporto.

Nous nous joignons aux dénonciations qui ont été faites contre ces mesures et nous le faisons parce que ce « nettoyage » représente beaucoup plus que les causes sociales qui sont revendiquées dans ces tableaux, ce qui n’est pas peu de toute façon. En supprimant les symboles, il est prévu de faire disparaître les significations qu’ils représentent.

Peinture murale Place de Oporto, à Madrid

Les significations qu’ils veulent détruire

Rappelons-nous les principes et les significations qui étaient dans le germe du Mouvement des Indignés et que nous pouvons sauver parce que nous les avons vécus, au-delà des déclarations, des affiches ou des théories.

Le 15M a mis les gens comme la valeur la plus importante et la non-violence comme méthodologie d’action, il n’était ni de droite ni de gauche mais représentait les 99%, dépassant les clans, et il se déclarait horizontal et inclusif dans son action.

Et cela, qui s’est manifesté le premier jour du camp et qui a été mis en pratique, n’est pas arrivé par hasard.

Cela est né après une longue période de lassitude et un bilan d’échec individuel et collectif, et comme le fruit de l’addition d’intentions qui ont décidé de se rebeller contre la pourriture de ce qui a été donné.

De toute cette expérience où ce système violent a été remis en question en profondeur et où nous avons débattu de l’avenir que nous souhaitions, je voudrais dégager quelques éléments clés qui montrent comment – pendant quelques mois – ceux d’entre nous qui l’ont vécu, ont pu collectivement frôler ou expérimenter parfois un autre niveau de conscience plus élevé.

La pratique des principes que le mouvement a déclaré être les siens, a posé une base fondamentale pour d’autres conditions qui nous ont permis de toucher et de vivre cet état d’être plus éveillé, plus « lumineux », que nous reconnaissons dans ce que le penseur et écrivain Mario Rodriguez Cobos (Silo) a défini comme un niveau de conscience de soi [1].

Il était également essentiel de travailler sur ce que l’on appelle l’écoute active, lors d’échanges et d’assemblées qui réunissaient parfois des milliers de personnes.

L’écoute active permet de déplacer le « je » dans une certaine mesure afin de donner la priorité au « nous ».

L’écoute active implique d’être attentif (sans jugement préalable) à ce que l’autre propose, à partir d’un respect profond et sincère de chacun, en évitant une réponse réactive, tendue et – en général – affirmative, et en cherchant à donner le meilleur sans attendre de résultats, de sorte que – de toutes les propositions – émerge une nouvelle réalité qui est bien plus que la somme des propositions.

Dans cette écoute, cette proposition et cette action, il y a eu une telle dose de solidarité et de générosité que beaucoup de personnes ont privilégié la participation à l’Acampada de Sol par rapport à d’autres projets personnels (beaucoup de participants ont pris des vacances de leur travail ou ont laissé l’année scolaire inachevée), sachant qu’ils vivaient un moment unique dans leur biographie personnelle et collective.

Beaucoup d’entre nous ont compris quelque temps plus tard qu’il s’agissait d’une tentative ratée – en termes de certains résultats – mais aucun d’entre nous ne pouvait nier qu’elle avait marqué une étape importante dans notre vie, car elle nous a permis de faire l’expérience de la certitude qu’il est possible de construire ce monde non violent auquel nous aspirons… et que nous pouvons faire notre part pour le faire venir de l’avenir.

Les relations étaient basées sur l’entraide, quelque chose qui a eu une si longue trajectoire depuis lors et qui est lié à la valorisation du féminin.

La façon de parvenir à des accords était le consensus. Et cela, qui semblait ralentir l’action commune, a aidé à fixer l’attention et à approfondir l’état d’être plus éveillé. C’est à partir de ce que nous avons vécu que nous considérons le consensus comme une manifestation collective d’une action cohérente qui nous unit à nous-mêmes [2].

Conscience inspirée

Nous pouvons exprimer ce que nous avons vécu – si je peux me permettre – comme un tomber amoureux en collectif, une expression de l’état de conscience inspirée [3] qui nous a soulevés sur son dos et nous a permis de monter et de déployer des ailes comme un seul ensemble.

Cette conscience inspirée nous a pris et nous a inspiré à d’autres, a ouvert des images, nous a permis de sentir que tout était possible, a fait ressortir le meilleur de chacun de nous et l’a multiplié… a illuminé notre monde intérieur, notre conscience individuelle et collective.

C’est ce que les responsables de la proposition veulent faire disparaître, quand ils veulent effacer ces peintures murales, expression de cette expérience, en assombrissant avec elle la vie collective et les biographies personnelles. Mais ils ne pourront pas le faire car la marque indélébile laissée sur nos consciences ne nous permet pas de cesser de dénoncer leur action, et n’a pas cessé d’encourager de nouvelles tentatives.

Ce qui est en jeu pour nous a également été véritablement expliqué par Silo lorsqu’il a affirmé : « L’authentique combat de l’homme est dans sa conscience et c’est un combat entre la lumière et les ténèbres, entre la faiblesse et la force, entre le sommeil et l’éveil ».

Nous avons dormi mais nous nous sommes réveillés ! disait une bannière à ce moment-là… Et nous ne voulons pas nous rendormir, nous le disons maintenant.

Juana Pérez Montero

Journaliste et narratrice de documentaires, éditrice de Pressenza en Espagne et activiste humaniste.

Clarification

Nous utilisons le féminin en référence aux personnes.

 

Bibliographie

[1] Notes de Psychologie. Psychologie II. Niveaux de conscience. Silo. Éditions Références.

[2] https://www.parclabelleidee.fr/docs/productions/
CAMINO+EN+LA+BUSQUEDA+DE+
COMPLETAR+EL+ALMA_JuanaPerezMontero.pdf

[3] Notes de Psychologie. Silo. Éditions Références.

https://www.pressenza.com/fr/2021/03/les-peintures-murales-quils-veulent-supprimer-la-lutte-se-situe-entre-lobscurcissement-ou-lillumination-de-la-conscience-humaine/

************

Murales que quieren eliminar: la lucha está entre el oscurecimiento o la iluminación de la conciencia humana

https://www.pressenza.com/es/2021/01/murales-que-quieren-eliminar-la-lucha-esta-entre-el-oscurecimiento-o-la-iluminacion-de-la-conciencia-humana/

Wandmalereien, die enfernt werden sollen: Der Kampf ist zwischen der Verdüsterung und der Erleuchtung des menschlichen Bewusstseins

https://www.pressenza.com/de/2021/02/wandmalereien-die-enfernt-werden-sollen-der-kampf-ist-zwischen-der-verduesterung-und-der-erleuchtung-des-menschlichen-bewusstseins/

La mobilisation citoyenne obtient que la fresque féministe du quartier la Concepción à Madrid reste

Culture populaire

Sur proposition du groupe municipal de Más Madrid, il a été approuvé en séance plénière du conseil municipal de maintenir la fresque du quartier de la Conception, dont nous avons fait écho dans le Cahier de Culture.

Cette réussite est le résultat d’une mobilisation citoyenne qui « a vaincu la haine et le négationnisme machiste », selon les termes de Más Madrid.

Lorsque la semaine dernière, les voisins ont appris que le conseil municipal de Madrid – sur proposition de Vox (N.d.T. parti politique de tendance extrême droite) – avait décidé d’enlever la fresque, la réponse a été écrasante et les partis conservateurs ont dû revenir sur leur décision.

La légende de la fresque, « Les capacités ne dépendent pas du genre », parle du féminisme et les chiffres représentés le corroborent. La même chose a été faite par le collectif Unlogic Crew et à la proposition de la Table de l’Égalité et de la Diversité du Forum Local après que le gouvernement municipal précédent, de Manuela Carmena, ait convoqué le programme « Partager les murs ».

Le mur reste !

https://www.pressenza.com/fr/2021/03/la-mobilisation-citoyenne-obtient-que-la-fresque-feministe-du-barrio-la-concepcion-a-madrid-reste/

La movilización ciudadana consigue que el mural feminista del Barrio la Concepción se quede

https://www.pressenza.com/es/2021/01/la-movilizacion-ciudadana-consigue-que-el-mural-feminista-del-barrio-la-concepcion-se-quede/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.