Assassinats politiques, féminicides et spoliation : un aperçu de la situation en Colombie

« Les actions de la mobilisation ont été
maintenues malgré les conditions défavorables »

Comme il est connu, la Colombie entretient un conflit politique et armé interne depuis plus de 60 ans, générant une histoire de violence avec environ 9 millions de victimes. En 2016, il y a eu une percée dans l’expansion de la démocratie avec la signature de l’Accord de Paix entre les anciennes Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée Populaire (Exército do Povo – FARC-EP) et le gouvernement national du président de la République de l’époque, Juan Manuel Santos Calderón. Bien que considéré comme une percée par la reconnaissance politique des luttes des mouvements sociaux du pays, la Colombie vit aujourd’hui une situation caractérisée par l’intensification des conflits territoriaux et le non-respect d’une grande partie de l’Accord de Paix signé en 2016.

Avec l’arrivée de l’extrême droite à la présidence de la République en 2018, il y a eu une poursuite de la politique de non-respect de l’accord et la spoliation des communautés avec des actions intenses et violentes dans tout le pays. Le gouvernement actuel, de Iván Duque, ayant son parti au Congrès, se caractérise par le maintien de la politique de pillage, le déni du rôle des mouvements sociaux et la réduction des manifestations à un simple outil d’insurrection armée, évitant de répondre aux revendications sociales des mouvements populaires. Depuis l’investiture de Duque en août 2018 et jusqu’à présent (février 2021), 905 leaders sociaux ont été assassinés en Colombie ; en 2018, 298 meurtres ; en 2019, 279 ; en 2020, 310 ; et, en février 2021, il y en a eu au moins 18. En outre, 566 personnes ont été assassinées dans les 177 massacres qui ont eu lieu dans différentes régions du pays jusqu’au premier jour de février 2021, de la même manière que 212 anciennes combattantes et anciens combattants des FARC ont été assassinées et assassinés.

Le conflit armé a subi une réorganisation territoriale depuis la signature de l’Accord de Paix, gagnant en force dans les régions précédemment occupées par les FARC. Aujourd’hui, dans une seule municipalité, il peut y avoir jusqu’à 12 groupes armés qui se disputent les routes et les marchés du narcotrafic. Un exemple en est la situation qui se pose en Amazonie colombienne, où des conflits entre cartels tels que le cartel de la Sinaloa, présent dans cette région, déclenchent une vague de violence dans le territoire. Il y a aussi des tensions territoriales concernant l’extension de la frontière agricole à l’extractivisme par de grandes entreprises qui arrivent dans ces régions et modifient complètement la vie sur le territoire, provoquant des déplacements forcés, l’augmentation des violences sexuelles contre les femmes et les filles (ce qui s’intensifie également avec le conflit armé) et l’aggravation de la pauvreté dans les territoires où la présence de l’État est très faible ou nulle.

D’autre part, dans les grandes villes du pays il y a une réalité qui répond à la dynamique économique du capital et au projet de la bourgeoisie nationale-internationale, avec un modèle de ville hyper-urbanisée (Davis, 2014), l’émergence soudaine de quartiers informels, la détérioration des biens naturels, la privatisation de ce qui est public, l’augmentation de l’emploi informel et la féminisation de la pauvreté urbaine (CEDINS, 2020). Tout cela soutenu et financé par le gouvernement actuel. En outre, des conflits entre différents acteurs armés liés au narcotrafic et les groupes paramilitaires sont présents dans les villes, aggravant les disparitions – en particulier de jeunes femmes et de filles –, le micro-trafic qui prévaut dans les quartiers et la situation d’extrême pauvreté.

À ce panorama s’ajoutent les multiples inégalités sociales qui se sont creusées (ou du moins devenues plus visibles) en raison de la pandémie de Covid-19 sur l’ensemble du territoire national, ainsi que le peu de compétence et d’engagement du gouvernement actuel dans la gestion de la pandémie. Alors que des milliers de Colombiens et d’immigrants Vénézuéliens vivent dans des conditions terribles face à l’impossibilité d’avoir un emploi décent, le gouvernement de Duque a injecté un montant d’environ 9 milliards de pesos (approximativement US$ 2,5 millions), consacrant le budget à l’approfondissement d’une politique criminelle qui ignore les pauvres du pays. Il est également important de mentionner qu’en Colombie, 9,5 millions de personnes gagnent moins qu’un salaire minimum, selon le Département Administratif National de Statistiques (Departamento Administrativo Nacional de Estadística – DANE), maintenant un niveau informel de 50% et le taux de chômage le plus élevé d’Amérique du Sud, dans lequel les femmes sont les plus touchées avant et après la pandémie (Revista Semana, 2021).

En ce qui concerne la situation des femmes, il est important de dire que l’urgence nationale pour les féminicides est une réalité présente depuis 2020, avec 568 cas de femmes et de filles assassinées dans le pays et une moyenne, en 2020, de 3 féminicides tous les deux jours et environ 10 mille cas de violence domestique enregistrés (Observatoire de Féminicides de Colombie). De même, les différents cas de violence sexuelle contre des filles autochtones par des membres de l’Armée Nationale Colombienne ont suscité une série de mobilisations dans différentes villes du pays. En 2021, il y a eu 35 féminicides enregistrés jusqu’à présent. Il y a également eu huit massacres, avec 29 victimes, dépassant les chiffres de l’année précédente. Au cours de cette période, 18 dirigeantes sociales et 6 signataires de l’Accord de Paix ont été assassinées, selon les données de l’Institut d’Études pour le Développement et la Paix [Instituto de Estudios para el Desarrollo y la Paz – INDEPAZ].

En ce qui concerne les réponses des mouvements sociaux, il convient de noter que les actions de mobilisation ont été maintenues malgré les conditions défavorables. Nous disons adieu à une année 2020 difficile, mais qui a suscité d’importantes protestations dans les principales villes du pays, comme c’est le cas de Minga indigène (1) dans le sud-ouest de Colombie, qui n’a pas été reçue par le gouvernement de Iván Duque à Bogota, et les mobilisations de citoyennes et citoyens qui ont dénoncé la politique de sécurité de l’État et les violations des droits humains qui en découlent, dirigées par des membres de la Police Nationale, avec une politique de sécurité qui, en général, est totalement agressive envers la population, comme en témoignent les journées du 8 au 9 septembre 2020, où la répression a fait environ 13 morts, plus de 400 blessés et un nombre indéterminé de disparus.

Il est également important de souligner la force qui a gagné le mouvement des femmes et des féministes, qui a commencé 2021 en déclarant le deuil national pour les féminicides et en soulignant la responsabilité de l’État et de ses institutions qui n’offrent pas de garanties de vie pour les femmes et les filles. En ce qui concerne la mobilisation, il est prévu que dans une année 2021 traversée par la crise pandémique, avec un gouvernement ayant peu de légitimité populaire et étant une année électorale, les forces populaires et les mouvements sociaux devront s’imposer fortement pour le pays qu’ils veulent et espèrent construire dans les années à venir.

Confluence des Femmes pour l’Action Publique

La Confluence des Femmes pour l’Action Publique [Confluencia de Mujeres para la Acción Pública] est une articulation Colombienne d’organisations et de femmes qui cherchent à transformer leurs réalités et celles de leurs territoires à partir d’une expression populaire, paysanne, urbaine et diversifiée du féminisme.

https://capiremov.org/fr/analyse/un-apercu-de-la-situation-en-colombie/

(1) Minga est une articulation permanente dirigée par des communautés indigènes, paysannes et populaires qui, tous les deux ou trois ans, réalise de grandes journées de lutte en Colombie, incluant la paralysie des activités agricoles et le blocage des routes principales du pays comme moyen de pression sur le gouvernement pour des changements sociaux.

2 réponses à “Assassinats politiques, féminicides et spoliation : un aperçu de la situation en Colombie

  1. Prière d’enlever mon adresse de votre liste !

    Je reçois l’information via mon autre adresse ;

    merci !

    Florence Montreynaud

Répondre à zeromacho Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.