Concerts (19)

Certains concerts ont laissé des traces, dans l’imaginaire et sur des disques.

Heureusement, car la présence du public, la nature des salles et d’autres éléments, quelques fois plus contingents, font qu’il se passe quelque chose de plus, un peu au delà… Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : Concerts, Concerts (2), Concerts (3), Concerts (4), concerts-5/, concerts-6/, concerts-7/,concerts-8/, concerts-9/, concerts-10/, concerts-11/, concerts-12/, concerts-13/concerts-14/concerts-15/,concerts-16/, concerts-17/, concerts-18/

26e Festival Jazz na Praça da Erva (Portugal)

Un trio composé de Mário Costa (batterie, électroniques), Marc Ducret (guitare), Benoît Delbecq (piano, claviers). Au delà de la rouge énergie qui parcourt ce disque, parfois comme de la mélancolie, souvent de la poésie. Entre braises incandescentes et limpides débordements, trois musiciens en exploration constante…

Cd Mario Costa : Oxy Patina, enregistré en juillet 2017, CleanFeed


Il y a comme un affrontement musical entre la guitare de Marc Ducret et le trombone de Samuel Blaser, une course dans des recoins peu fréquentés. Des explosions sonores jalonnent ces parcours sous les interventions mesurées du batteur Peter Bruun. Des lumières brisent les atmosphères sombres. La musique se fait parfois presque silence. Les souffles se font complices…

Cd Samuel Blaser Trio : Taktos Zürich 2017, enregistré en mai 2017, Hat Hut Records 2018


Un trio sans piano en concert au Club Le Singe in Biel and Villa Schneckenmann à Zurich. Une remarquable section rythmique composée de Christian Weber (contrebasse), Han Bennink (batterie) qui offre un support/écrin appréciable aux discours, souvent lyriques, du saxophoniste alto Omri Ziegele.

Je souligne l’hommage à Ornette Coleman, O. My God, où le saxophoniste récite un poème de W. B. Yeats, The lake Isle on Innisfree.

Cd Omri Ziegele Tomorrow Trio : All Those Yesterdays, enregistré en novembre 2016, Intakt 2020


Plusieurs extraits de concerts. Sur le premier cd nous sommes au Firahouse (New-York) en décembre 2017 ; sur le second au IBEAM (New-York) en juin 2010 et au Roulette (New-York) en novembre 2009.

Un quartet survolté composé de deux souffleurs – Tim Berne (saxophone alto), Oscar Noriega (clarinette et clarinette basse) – un pianiste Matt Mitchell et un batteur percussionniste Ches Smith. Je souligne l’alliance des timbres du saxophone et des clarinettes, la grande cohérence rythmique, les échappées quelques fois solitaires des musiciens. Un quartet qui vous emporte toujours un peu plus loin du coté de la liberté…

Double cd Tim Berne’s Snakeoil The deceptive 4 Live, enregistré en décembre 2017, juin 2010, Novembre 2009, Intakt 2020


Live at The Century City Playhouse – Los Angeles 1979

La magie distillée par quatre souffleurs et leurs différents instruments. Vinny Golia (woodwinds), John Carter (clarinette) Bobby Bradford (cornet), Glenn Ferris (trombone) conjuguent les tonalités, dialoguent, s’unissent ou s’autonomisent. Le monde éclate en variations et bonheurs…

La dernière pièce est dédié à Steve Biko

Cd Vinny Golia Wind Quartet, enregistré en mai 1979, Dark Tree 2017


Club Montmartre à Copenhague en juillet 1964

Un soir d’été, la chaude sonorité d’un saxophone ténor, la virtuosité d’un contrebassiste, la sensibilité d’un pianiste et la vigilance d’un batteur.

L’entente cordiale de quatre musiciens, Dexter Gordon (saxophone ténor et voix), Tete Montoliu (piano), Niels-Henning Ørsted Pedersen (contrebasse), Alex Riel (batterie) . Si certains solo sont remarquable, le quartet fonctionne comme un beau collectif…

Cd Dexter Gordon : Montmartre 1964, Stotyville 2020


Le jazz est une musique de rencontres. Ce concert du 12 février 1988 au Festival de Jazz de Grenoble en est un bon exemple.

Le temps d’une ballade joyeuse, d’une riche composition sonore entre Barney Wilen (saxophones ténor et soprano), Tete Montoliu (piano), Ricardo Del Fra (contrebasse) et Aaron Scott (batterie).

Chacun·e pourra apprécier les relectures de standards, les medley (pot-pourri !), les fugues en solo et l’interaction fructueuse des quatre musiciens.

Cette parution est une bonne surprise. Il serait plus que temps que les tiroirs sonores des festivals et des concerts s’ouvrent pour nous faire revivre de telles journées…

Double cd Barney et Tete : Grenoble 88, Elemental music 2020

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.