Une coopérative laitière mène à l’indépendance des femmes

Les femmes qui étaient confinées chez elles sont devenues des productrices de lait en tant que membres du SHG, formant par la suite une coopérative autonome. Cela leur a permis de s’autonomiser socialement et financièrement.

Il est 7 heures ce matin de décembre, avec une température inférieure à zéro au village de Futsil dans le secteur administratif de Gangolihat dans le district de Pithoragarh, perché à presque 2 km au-dessus du niveau de la mer. Pushpa Devi s’occupe de la collecte du lait, situé à un kilomètre à pied de chez elle. Elle vérifie la teneur en matières grasses et non grasses des échantillons de lait, enregistre les données dans les livres comptables de la coopérative Kamdhenu et assure ensuite le transport du lait vendu jusqu’au siège du secteur administratif.

C’est une matinée typique pour Pushpa Devi et beaucoup d’autres associées à la coopérative Kamdhenu. L’histoire de cette coopérative est celle de femmes rurales qui dirigent une entreprise laitière devenue une institution autonome et indépendante.

L’éveil

Himalayan Gram Vikas Samiti (HGVS) est une organisation non gouvernementale qui travaille depuis 1992 dans le district de Pithoragarh dans l’État du Uttarakhand. Elle a joué un rôle clé en facilitant le renforcement d’organisations collectives dans cette région pour améliorer la vie des villageois·es.

L’association s’est penchée sur les questions clés de développement par le développement d’institutions communautaires, pour favoriser l’accession à des moyens de subsistance, la gestion des ressources naturelles, de l’eau, de l’assainissement, et l’éducation. Fidèle à sa devise, Jaag re Pahad – qui se traduit par « réveiller les montagnes » –, HGVS s’est attachée à rendre les institutions communautaires autonomes.

En raison des moyens de subsistance limités, la migration des hommes, produit d’une détresse sociale, a entraîné une augmentation de la corvée féminine et l’alcoolisme sévit chez les hommes, ce qui aggrave la condition des femmes. Les terres parcellisées, difficile d’accès et vallonnées, qui sont baignées par les eaux de pluie, rendent l’agriculture peu rentable. Il devient donc impératif de trouver une autre source de revenus. Cependant, le capital nécessaire pour créer une nouvelle entreprise reste une contrainte.

Pour faciliter l’épargne et l’accès au crédit des femmes de cette région, HGVS a créé des groupes d’entraide (SHG) et la plupart des femmes ont acheté du bétail grâce aux prêts des SHG.

« Au début, les femmes s’occupaient surtout des travaux ménagers. HGVS ont formé deux groupes d’entraide dans notre village. Nous avons commencé à sortir de la maison pour prendre contact avec une banque » explique Shanti Devi du village de Kothera. « En voyant cela, d’autres femmes ont également commencé à demander la création de SHG. Aujourd’hui, nous avons sept SHG dans notre village et le statut des femmes est équivalent à celui des hommes ».

Coopérative laitière

L’augmentation du cheptel bovin a entraîné un surplus de lait dans les villages. Mais les commerçants du secteur administratif voisin de Gangolihat ont été assez opportunistes pour dicter le prix d’achat du lait. De plus, profitant des voies d’accès, les commerçants ont fait payer des frais de transport supplémentaires.

Lors de leurs réunions mensuelles, les membres du SHG ont discuté ces problèmes et ont décidé de commercialiser le lait elles-mêmes. Elles ont fait appel à HGVS, qui organise les membres de 14 SHG de quatre villages, pour former une coopérative laitière.

Lors de la réunion des membres du SHG, il a été décidé qu’une coopérative autonome serait formée pour les opérations de commercialisation du lait. Un conseil d’administration de neuf membres a été élu et la coopérative Kamdhenu Swayatt Sehkari Samiti a été fondée. Des fonds ont été mobilisés auprès des membres et l’activité laitière a démarré en 2009.

La coopérative a également commencé à distribuer du thé en 2013. Elle a également travaillé sur l’amélioration des races bovines, le développement du fourrage et l’alimentation équilibrée du bétail. Actuellement, la coopérative compte 214 membres avec un chiffre d’affaires cumulé d’environ 4,8 millions de roupies.

« Les gens se moquaient de nous quand nous avons commencé à aller dans les banques après la formation des SHG. Ils disaient que livrer du lait porterait la poisse à notre bétail », a déclaré Shobha Bhatt du village de Futsil. « Si nous avions arrêté ce jour-là, nous n’aurions pas acquis le respect et le statut financier que nous avons maintenant. »

Les entreprises et au-delà

Bien que dans tout le pays les femmes supportent le plus gros du travail ménager et agricole, elles sont toujours mises à l’écart en raison de leur représentation limitée dans la prise de décision et de leurs interactions minimales avec les marchés. La coopérative Kamdhenu, grâce à ses principes bien établis en faveur de l’autonomie des femmes, a largement contribué à l’indépendance des femmes.

Un fait intéressant concernant la coopérative est que, jusqu’à présent, elle n’a pas obtenu un seul prêt ou une seule subvention d’une quelconque agence. Ses activités dépendent de ses fonds propres collectés auprès de ses membres. La coopérative, en plus de générer des bénéfices, a accumulé un immense capital social.

Les opérations de la coopérative ont généré des emplois locaux pour les jeunes et les villageois·es. La coopérative franchit également d’autres limites.

« Il était difficile pour certains membres de la communauté de s’intégrer dans les groupes du village. Après la formation des collectifs, il y a eu une baisse de la discrimination fondée sur la caste », a déclaré Phoolvanti Devi, du village de Futsil. « Auparavant, les hommes contrôlaient les dépenses du ménage. Maintenant, nous avons gagné une liberté totale en matière de dépenses et d’épargne ».

Des femmes autonomes

Avec ses bénéfices, la coopérative aide les familles marginalisées. Il y a eu une augmentation des flux d’argent dans les villages et un déplacement visible du contrôle des dépenses vers les femmes. Cela a conduit à une meilleure éducation des enfants et à une augmentation des dépenses en matière d’assainissement et d’hygiène. Les femmes soulèvent maintenant des questions dans les gram sabhas [gouvernements locaux] sur d’autres aspects du développement.

Depuis la formation des SHG, l’accent a été mis sur l’autonomie de ces institutions. L’établissement de normes, des règles clairement définies, un contrôle et une documentation efficaces ont aidé le collectif à devenir autonome. La coopérative est sensible non seulement à la question des revenus, mais aussi celles de l’environnement et plus généralement à la question sociale.

Pushpa Devi, Shanti Devi, Shobha Bhatt, Phoolvanti Devi et bien d’autres membres auraient pu mener une vie faite de corvées, dépendant des envois de fonds de leur conjoint et de leurs fils. Mais elles ont choisi de mener une vie d’efforts collectifs pour gagner leur liberté individuelle. Le succès de la coopérative Kamdhenu est une source d’inspiration pour des millions de femmes qui s’efforcent d’éveiller les consciences, de renforcer leur autonomie et leur confiance en elles.

Dhruv Joshi 

Source : https://www.villagesquare.in/2020/12/30/dairy-cooperative-leads-to-empowerment-of-women/

Traduction : Patrick Le Tréhondat

https://autogestion.asso.fr/une-cooperative-laitiere-mene-a-lindependance-des-femmes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.