Plus rien n’est séparé

« Dans une situation sans issue, je n’ai d’autre choix que d’en finir. C’est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît [que] ma vie va s’achever ». Ces mots, repris dans ce livre, sont ceux de Walter Benjamin (1892-1940), dans sa dernière lettre, avant son suicide, le 26 septembre 1940, à Portbou. Le philosophe juif allemand, malade, « voyageur à l’unique bagage » (page 62), venait de passer la frontière espagnole, et craignait d’être reconduit en France occupée…

En quatre parties, ce cante jondo ou « chant profond » fait le tour du « sommeil des corps effrités » (page 21) et des rides de « la peau du monde » (page 23). Accompagnés d’illustrations de Sylvie Galletih, dont le beau portrait de Walter Benjamin (page 15), Maïté Villacampa (re)considère le désastre à hauteur de ce qui lui échappe peut-être ou lui résiste. À l’image de ces Chiliennes, ces pages « grattent l’oubli » (page 47). L’oubli des êtres aimés et disparus, là-bas ; un oubli qui communique avec la honte, ici :

« Au pied d’observatoires blancs

les chiliennes grattent

le désert d’Atacama

Elles cherchent des os

maris frères fils.

 

Derrière les grilles de la honte

pataugent dans la boue de l’Europe

des corps épuisés » (page 46).

La collision de ces deux moments, la recherche commune des traces effacées, l’écriture, comme par rotations, « nous tournons sur nous-mêmes / à la vitesse d’une comète en feu » (page 52), participent à défaire « les stratégies du silence » (page 49), et à rompre la séparation :

« PLUS RIEN N’EST SÉPARÉ » (page 70).

Maïté Villacampa : Le levain de l’inachevé, Cante jondo pour Walter Benjamin

Editions Unicité, Saint-Chéron 2020, 75 pages, 13€.

Frédéric Thomas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.