Sous nos masques, la colère gronde

Des crimes que personne ne veut voir sont cachés au sein des familles : les incestes et les féminicides. Et certains magistrats considèrent toujours qu’un•e enfant•e peut « consentir » à des relations sexuelles.

Les nombreuses violences sexistes et sexuelles sont sujettes à des dénis de justice. Les violences obstétricales et gynécologiques sont enfin révélées et dénoncées. Le 3919, numéro d’appel pour les victimes vient in extremis d’être sauvé par la mobilisation des féministes.

Les discriminations et les crimes racistes perdurent. Les sans papier•es, les migrant.e.s sont pourchassé•es et persécuté•es. 

Les premières de corvée surexploitées, surexposé•es aux risques de contamination, telles les caissières, femmes de ménage, auxiliaires de vie, seront les premières licenciées, quand le patronat n’aura plus besoin d’elles. Des couturières ont été incitées à fabriquer massivement des masques sans être jamais rémunérées.

La précarité s’accroît. L’écart se creuse entre les riches qui continuent d’amasser des profits tandis que les pauvres, la plupart des femmes, ont besoin de plus en plus d’aide pour se nourrir.

Le gouvernement gère de façon calamiteuse cette pandémie et en profite pour restreindre les libertés. Il laisse agoniser l’hôpital public, et refuse de revaloriser réellement la carrière des hospitalier.e.s ! 

Le gouvernement sabote les mesures nécessaires pour combattre le dérèglement climatique. 

Il refuse de renforcer l’accès à l’avortement en allongeant les délais légaux. 

Cette crise a mis encore plus en lumière le rôle fondamental des femmes dans la société. Elles ont été le pilier du premier confinement et de la suite : télé travail, classe à la maison, courses, confection des repas, aide aux personnes en difficulté ….. Elles ont tenu et tiennent à bout de bras la vie de tous les jours.

Et si elles s’arrêtaient, si elles faisaient grève ?

Cette colère, nous la dirons dans la rue pour le 8 mars en arrêtant tout, en grévant et en manifestant !

Nous exigeons que le gouvernement et le patronat entendent nos revendications !

Nous en avons des dizaines pour répondre à l’urgence féministe !

Les luttes des femmes explosent partout dans le monde, notre solidarité n’a pas de frontière !


Rappel :

8 mars 2021 : 

Le comité 8 mars dévoile le thème de sa campagne : 

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/01/29/8-mars-2021/ 

Une réponse à “Sous nos masques, la colère gronde

  1. Après le 8 mars il faudra lutter, comment ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.