Quand j’ai onze ans

Le je, l’âge, le temps d’hier, l’arrivée et la vie en Afrique colonisée, le père et sa femme D, les interdits, « J’ai onze ans et je m’ennuie », les souvenirs d’autres âges d’enfance, la puberté et le corps qui se transforme, les interdits renforcés et l’autorité paternelle, l’auto-défense, « Plutôt que de pleurer ma mère je me défends de mes agresseurs, je me construis, me maintenant sur les bords glissants d’un abîme, car je ne sais rien de moi », l’odorat, les trébuchements et les gouffres de vérité…

Les âges plus près du présent s’invitent dans les réflexions de l’autrice, et toujours « quand j’ai x ans », le temps passé n’est pas effacé mais reformulé. Le temps des colonie et ne pas « y être », les gestes et les souvenirs, les exigences affectives, les comportements des français, « Aujourd’hui les Français qui vivent en Afrique, ceux qu’on appelle expats pour éviter l’idée de néocolonialisme, ne sont guère différent de toi », la suprématie blanche et l’idée de hiérarchie des populations et des cultures, un père, des odeurs…

Un remarquable récit d’une enfance déplacée…

Catherine Weinzaepflen : L’odeur d’un père

Des femmes Antoinette Fouque, Paris 2021, 94 pages, 12 euros

Didier Epsztajn


De l’autrice :

avec Ingeborg, je-ne-veux-plus-me-faire-ebouillanter-rotir-bruler-torturer/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.