Avant-propos au livre : Le tunnel. L’histoire vraie d’une évasion de prison

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le 9 juillet 1990, Víctor Polay Campos, le commandant en chef du MRTA, le Mouvement révolutionnaire Túpac Amaru, ainsi que 47 guérilleros et guérilleras s’évadaient d’une prison de haute sécurité péruvienne. Ils empruntèrent un tunnel de plus de 300 mètres qui avait pénétré dans les profondeurs de la prison en déjouant tous les dispositifs de surveillance. L’impossible avait été accompli.

Pour écrire ce livre, son auteur n’a pas eu besoin de recourir à la fiction. Les éléments qui font la matière du Tunnel procèdent du bouillonnement des années 1990 au Pérou, faites de conflit armé et de luttes sociales. On lira dans les pages qui vont suivre l’histoire de la poignée de militants qui, trois ans durant, arrachèrent leurs secrets aux entrailles de la terre et creusèrent ce long tunnel de la liberté.

Le MRTA considéra que l’histoire de l’évasion devait faire l’objet d’un livre qui en ferait le récit complet, convaincu qu’il ne s’agissait pas du triomphe du seul MRTA mais bien du mouvement ouvrier et populaire dans son ensemble. Il s’agissait également de rétablir la vérité afin de contrer l’entreprise de manipulation les spéculations auxquelles se livraient les médias aux mains de la droite.

Dans le plus grand secret, Guillermo Thorndike, journaliste de renom et écrivain prolifique, fut contacté et accepta d’écrire le livre. Un jour, il disparut. À l’exception de son épouse, personne ne sut qu’il avait été absorbé par l’écosystème clandestin du MRTA. L’écrivain et un dirigeant furent installés dans une pièce suffisamment grande pour permettre à deux personnes d’y cohabiter convenablement sans devoir sortir. Dans la pièce, tous deux aperçurent d’épais rideaux qui obstruaient totalement la visibilité. Ils virent également, sur une table, une pile de cassettes. Quelques jours après l’évasion, le MRTA avait enregistré les témoignages de chacun des évadés mais aussi de tous ceux qui avaient participé à la construction du tunnel.

Ils demeurèrent cloîtrés sept jours, sept jours hallucinants. Travaillant à toute heure. À l’exigeant travail de prise de notes pendant l’écoute des bandes audios s’ajoutaient des demandes d’éclaircissement ou des précisions sur la vie des militants du mouvement ou les activités en prison. Quelques mois plus tard, les éditions Mosca Azul, publiaient l’œuvre issue de ce travail sous le titre suivant : Los Topos. La fuga del MRTA de la prisión de Canto Grande.

Cette édition voudrait raviver le souvenir des centaines de militants et de militants morts pour leurs idéaux. Elle est également une façon de rendre hommage à celles et ceux qui, encore aujourd’hui, sont enfermés, comme Víctor Polay Campos ou Lucero Cumpa.

Guillermo Thorndike : Le tunnel

L’histoire vraie d’une évasion de prison

https://www.syllepse.net/le-tunnel-_r_22_i_816.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.