#METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale ! Vite ! 

Les victimes ne veulent plus attendre !

La récente sortie de La Familia grande de Camille Kouchner, qui dévoile les viols pédocriminels d’Olivier Duhamel contre son frère a été une déflagration médiatique. S’en est suivi une héroïque libération de la parole avec 80 000 témoignages de victimes de viols pédocriminels et incestuels sous le hashtag #MeTooInceste

Les victimes parlent, depuis longtemps, et nous commençons à les entendre enfin. Leur courage est immense face au déni sociétal. Ces violences masculines sont pourtant systémiques : 165 000 victimes de violences pédocriminelles chaque année. Une fille sur cinq et un garçon sur treize ont subi des violences sexuelles pédocriminelles, soit 6,7 millions de victimes. Les conséquences sur leur santé mentale et psychique sont immenses : amnésie traumatique, dissociation traumatique, stress post-traumatique. Près d’une victime sur deux a fait une tentative de suicide. Colonisé.e.s par les discours d’inversion des agresseurs, les enfant.e.s ont peur ou honte de parler.

Celles et ceux qui arrivent à en parler sont rarement cru.e.s ou protégé.e.s. Quand une fois adultes, les victimes arrivent enfin à parler, elles et ils font souvent face à l’ostracisation de la famille qui les somme de garder le secret et les accuse de vouloir détruire la famille par leur parole. Les agresseurs, conscients de leurs crimes, s’adaptent au discours de l’époque et à la loi. Ils nient, accusent les enfants de mentir, organisent la silenciation par la terreur, ou plaident le « consentement » de l’enfant.e, déniant le rapport de domination d’un homme envers un.e enfant.e qui ne dispose pas des moyens intellectuels et physiques de se protéger. 

Les institutions judiciaires continuent de malmener les victimes : 74% des plaintes sont classées sans suite, 50% des plaintes instruites sont déqualifiées en agressions sexuelles ou en atteintes sexuelles. 10% des victimes portent plainte, et 10% des plaintes pour viol seront jugées comme telles. On continue de questionner les victimes, sommées de justifier de leurs réactions face au violeur, au lieu de chercher à caractériser la contrainte de l’agresseur. Les conséquences psychotraumatiques ne sont pas considérées comme des preuves de ces crimes, mais des charges contre elles. Ce déni de justice est une double peine pour les victimes.

Le gouvernement, quant à lui, ne fait rien et propose une énième commission qui ne rendra ses conclusions que fin 2022. Le Garde des Sceaux déclarait aujourd’hui devant le Sénat qu’il ne fallait pas « se précipiter », en bref continuer à ne rien faire. Pas étonnant de la part de celui qui, comme avocat, a permit la relaxe de nombre de violeurs et pédocriminels en harcelant les victimes et avec la culture du viol comme argumentaire dans les prétoires. Le Garde des Sceaux est aujourd’hui un verrou manifeste dans la lutte contre l’impunité des pédocriminels

Aujourd’hui, la proposition de loi d’Annick Billon a été examinée au Sénat, et le texte adopté prévoit la création d’un crime sexuel pour tout acte de pénétration sexuelle contre les mineur.es de moins de 13 ans

L’amendement proposant de relever le seuil d’âge à 15 ans et l’amendement prévoyant un seuil à 18 ans en cas d’inceste ont été refusés, sous prétexte de potentielles inconstitutionnalités. Ces deux refus sont intolérables ! La rapporteuse du texte a préféré défendre le renforcement des peines pour « atteinte sexuelle incestuelle ». C’est aberrant ! Un.e enfant ne peut « consentir » à un rapport sexuel avec son père, grand-père, frère ou beau-père ! L’amendement prévoyant d’interrompre les délais de prescription en cas de multiplicité des victimes a lui été adopté. C’est une avancée indéniable. 

Les victimes en ont assez d’attendre ! 

Nous exigeons que l’Assemblée Nationale mette à l’agenda urgemment cette proposition de loi, et nous demandons : 

  • Pour le seuil d’âge en-dessous duquel tout acte sexuel commis contre un.e mineur.e par un adulte serait criminalisé. Il doit être relevé à 18 ans en cas d’inceste

  • L’imprescriptibilité des viols sur mineur.es

Nous voulons également : 

  • Des directives claires à la Justice pour que cessent les classements sans suite sans enquête, les déqualifications de viols en agressions sexuelles. 

  • Une politique active de prévention, de détection et d’accompagnement des victimes, des formations contre le sexisme et à la traumatologie pour les magistrat.es et policier.es.

**********

En complément possible, une pétition

Non pour le consentement sexuel à 13 ans !

https://www.mesopinions.com/petition/social/consentement-sexuel-13-ans/36137

2 réponses à “#METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale ! Vite ! 

  1. Communiqué de presse des effronté-es
    25 janvier 2021

    PROTECTION DES MINEUR-ES FACE AUX CRIMES SEXUELS :
    ON N’Y EST TOUJOURS PAS !

    https://effrontees.wordpress.com/2021/01/25/protection-des-mineur-es-face-aux-crimes-sexuels-on-ny-est-toujours-pas/

  2. Malheureusement la justice étant, soit elle-même liée à des réseaux pédophiles, soit menacée par des personnalités puissantes ne défend pas les victimes innocentes, et quand il s’agit d’enfants mineurs c’est absolument dramatique et scandaleux. Là où je vis, il y a eu plusieurs « affaires » dont une qui a défrayé la chronique en son temps « l’affaire Émile Louis », Malheureusement il ne s’agissait que de présenter « l’arbre qui cache la forêt » car énormément de personnalités politiques, juridiques, et bourgeois étaient impliqués. Des dossiers ont mystérieusement disparu du tribunal d’auxerre et un gendarme qui avait continue sa propre enquête a été « suicidé » la veille de la remise de son rapport ! Par contre jamais il n’y a eu d’infos médiatiques sur « l’affaire DUNAND » à Appoigny, au delà de la presse locale et encore… si peu ! Des notables hauts placés et pas seulement de la région, mais également entre autres de la capitale, auraient été inquiétés, donc silence total, c’était pourtant tellement monstrueux, viols et sévices, tortures mortelles sur des jeunes filles mineures dont certains corps ont été retrouvés.. ! Et je ne parle pas de tous les pédophiles connus qui sont tous étrangement passés par notre département, non sans y commettre des crimes odieux sur mineurs… la justice française est trop infiltrée par des réseaux pedocriminels à haut niveau, voilà pourquoi tout se passe pour minimiser les risques des violeurs, voire leur impunité, et pourquoi les enfants doivent justifier leur refus de consentement, ce qui est impossible ! A mes yeux ce sont les plus odieux crimes que l’on puisse commettre, les enfants ne sont absolument pas protégés de celà en France. Et cest intolérable ! Un enfant disparaît toutes les dix minutes paraît-il, c’est inimaginable et pourtant les gens ne se mobilisent pas beaucoup pour défendre cette cause, pourquoi cela ? Je ne peux le comprendre ni l’accepter, mais lorsque je publie des infos sur le sujet, je vois bien que celà n’interpelle qu’un nombre limité de personnes !

Répondre à Carolyonne89 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.