Un régime de suprématie juive du Jourdain à la Méditerranée : c’est un apartheid

Plus de 14 millions de personnes, dont à peu près la moitié sont juives et l’autre moitié palestiniennes, vivent entre le Jourdain et la Méditerranée sous un gouvernement unique. Dans le discours public, politique, juridique et médiatique, la perception courante est que deux régimes séparés opèrent côté à côte dans cette zone, séparés par le Ligne verte. Un régime, à l’intérieur des frontières de l’état souverain d’Israël, est une démocratie permanente avec une population d’environ 9 millions de personnes, tous citoyens israéliens. L’autre régime, dans les territoires dont Israël s’est emparé en 1967, et dont le statut final est supposé être déterminé dans de futures négociations, est une occupation militaire temporaire imposée sur quelque cinq millions de sujets palestiniens.

Au cours du temps, cette distinction entre deux régimes s’est de plus en plus éloignée de la réalité. Cet état des choses existe depuis plus de 50 ans – deux fois plus longtemps que l’état d’Israël n’a existé sans lui. Des centaines de milliers de colons juifs résident maintenant dans des colonies permanentes à l’est de la Ligne verte, vivant comme s’ils étaient à l’ouest. Jérusalem-Est a été officiellement annexée au territoire souverain d’Israël et la Cisjordanie a été annexée en pratique. Plus important encore, la distinction obscurcit le fait que la région entière entre la Méditerranée et le Jourdain est organisée selon un unique principe : faire avancer et cimenter la suprématie d’un groupe – les juifs – sur un autre – les Palestiniens. Tout ceci conduit à la conclusion que ce ne sont pas deux régimes parallèles qui se trouveraient simplement maintenir le même principe. Il y a un régime gouvernant la région entière et les gens qui y vivent, sur la base d’un seul principe d’organisation.

Quand B’Tselem a été fondé en 1989, nous limitions notre mandat à la Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) et la Bande de Gaza, en nous abstenant d’aborder les questions de droits humains à l’intérieur de l’état d’Israël tel qu’établi en 1948 ou d’adopter une approche globale de la région entière entre le Jourdain et la Méditerranée. Pourtant la situation a changé. Le principe d’organisation du régime a gagné en visibilité au cours des dernières années, comme en témoignent la « Loi fondamentale : Israël – Etat nation du peuple juif », promulguée en 2018, ou le discours ouvert d’une annexion formelle de portions de la Cisjordanie en 2020. Considéré avec les faits décrits plus haut, cela signifie que ce qui arrive dans les Territoires occupés ne peut plus être traité séparément de la réalité dans la zone entière sous contrôle israélien. Les termes que nous avons utilisés ces dernières années pour décrire la situation – comme « occupation prolongée » ou « réalité à un état » – ne sont plus adéquats. Pour continuer à combattre effectivement les violations des droits humains, il est essentiel d’examiner et de définir le régime qui gouverne la région entière.

Cet article analyse comment fonctionne le régime israélien pour avancer ses objectifs dans la région entière sous son contrôle. Nous n’offrons pas de synthèse historique ni d’évaluation des mouvements nationaux, palestinien et juif, ou de l’ancien régime d’Afrique du sud. Si ce sont des questions importantes, elles sont au-delà de la compétence d’une organisation de défense des droits humains. Ce document présente plutôt les principes qui guident le régime, démontre comment il les met en oeuvre et indique la conclusion qui émerge de tout cela sur la manière dont ce régime devrait être défini, et ce que cela signifie pour les droits humains.

Diviser, séparer, régner

Dans la région entière entre la Méditerranée et le Jourdain, le régime israélien applique des lois, des pratiques et une violence d’état conçues pour cimenter la suprématie d’un groupe – les juifs – sur un autre – les Palestiniens. Une méthode clé pour poursuivre cet objectif est de construire l’espace différemment pour chaque groupe.

Les citoyens juifs vivent comme si la région entière était un espace unique (à l’exception de la Bande de Gaza). La Ligne verte ne signifie à peu près rien pour eux : qu’ils vivent à l’ouest, à l’intérieur du territoire souverain d’Israël, ou à l’est, dans des colonies qui ne sont pas formellement annexées à Israël, cela n’a pas de pertinence pour leurs droits ou leur statut.

Là où les Palestiniens vivent, en revanche, est crucial. Le régime israélien a divisé la zone en plusieurs unités qu’il définit et gouverne différemment, accordant aux Palestiniens des droits différents dans chacune. La division n’est pertinente que pour les Palestiniens. L’espace géographique, qui est d’un seul tenant pour les juifs, est une mosaïque fragmentée pour les Palestiniens :

  • Les Palestiniens (quelquefois appelés arabes israéliens) qui vivent sur le territoire défini en 1948 comme territoire souverain israélien sont des citoyens israéliens ; ils forment près de 17% des citoyens de l’état. Si ce statut leur offre beaucoup de droits, ils ne jouissent pas des mêmes droits que les citoyens juifs, que ce soit en droit ou en pratique – comme ce sera expliqué en détail dans cet article.

  • Environ 350 000 Palestiniens vivent à Jérusalem Est, qui consiste en quelque 70 000 dunams [1 dunam = 1000 mètres carrés] qu’Israël a annexés à son territoire souverain en 1967. Ils sont définis comme « résidents permanents » d’Israël, un statut qui leur permet de vivre et de travailler en Israël sans avoir besoin de permis spéciaux, de recevoir les bénéfices sociaux et l’assurance maladie, et de voter dans les élections municipales. Malgré tout, la résidence permanente, contrairement à la citoyenneté, peut être révoquée à tout moment, à la discrétion totale du ministre de l’Intérieur. Dans certaines circonstances, elle peut aussi expirer.

  • Bien qu’Israël n’ait jamais annexé formellement la Cisjordanie, il traite ce territoire comme lui appartenant. Plus de 2,6 millions de sujets palestiniens vivent en Cisjordanie, dans des dizaines d’enclaves disconnectées, sous un gouvernement militaire rigide et sans droits politiques. Dans environ 40% de ce territoire, Israël a transféré certains pouvoirs civils à l’Autorité palestinienne (AP). Mais l’AP est encore subordonnée à Israël et ne peut exercer ses pouvoirs limités qu’avec son consentement.

  • La Bande de Gaza abrite près de deux millions de Palestiniens, auxquels sont aussi déniés des droits politiques. En 2005, Israël a retiré ses forces armées de la Bande de Gaza, démantelé les colonies qu’il y avait construit et abdiqué toute responsabilité pour le sort de la population palestinienne. Mais après la prise de contrôle par le Hamas en 2007, Israël a imposé un blocus sur la Bande de Gaza qui est encore en vigueur. Pendant toutes ces années, Israël a continué à contrôler de l’extérieur presque chaque aspect de la vie à Gaza.

Israël accorde aux Palestiniens un ensemble de droits différent dans chacune de ces unités – mais toujours inférieur à celui des droits accordés aux citoyens juifs. L’objectif de la suprématie juive est poursuivie différemment dans chaque unité et les formes d’injustice qui en résultent sont différentes : l’expérience vécue par les Palestiniens dans Gaza sous blocus n’est pas la même que celle des Palestiniens sujets en Cisjordanie, des résidents permanents de Jérusalem-Est ou des Palestiniens citoyens à l’intérieur du territoire israélien souverain. Pourtant ce sont toutes des variations du fait que tous les Palestiniens vivant sous domination israélienne sont traités en inférieurs, du point de vue de leurs droits et de leur statut, par rapport aux juifs vivant dans la même zone.

Quatre méthodes principales utilisées par le régime israélien pour faire avancer la suprématie juive sont détaillées ci-dessous. Deux d’entre elles sont mises en oeuvre de manière similaire dans la région entière : la restriction de la migration des non-juifs et le fait de s’emparer de terres palestiniennes pour construire des communautés réservées aux juifs, tout en reléguant les Palestiniens à de petites enclaves. Les deux autres sont mises en oeuvre principalement dans les Territoires occupés : des restrictions draconiennes sur le déplacement des Palestiniens non-citoyens et le déni de leurs droits politiques. Le contrôle sur ces aspects de la vie se trouve entièrement dans les mains d’Israël : dans la région entière, Israël a seul pouvoir sur l’enregistrement de la population, l’allocation des terres, les listes d’électeurs et le droit (ou l’interdiction) de voyager à l’intérieur de la région, d’entrer à n’importe quel endroit de la région, d’en sortir.

A. Immigration – exclusivement pour les juifs :

Toute personne juive dans le monde, ainsi que ses enfants, petits-enfants et conjoint ou conjointe, est habilitée à immigrer en Israël à n’importe quel moment et à recevoir la citoyenneté israélienne, avec tous ses droits associés. Ils reçoivent ce statut même s’ils choisissent de vivre dans une colonie de la Cisjordanie qui n’est pas formellement annexée au territoire souverain d’Israël.

Au contraire, les non-juifs n’ont pas droit à un statut juridique dans les zones contrôlées par Israël. Accorder un statut est laissé à la discrétion presque totale des représentants du gouvernement – le ministre de l’Intérieur (là où Israël a la souveraineté territoriale) ou le commandant militaire (dans les Territoires occupés). En dépit de cette distinction officielle, le principe d’organisation reste le même : les Palestiniens vivant dans d’autres pays ne peuvent immigrer vers la région située entre la Méditerranée et le Jourdain, même si eux-mêmes, leurs parents ou leurs grands parents y sont nés et y ont vécu. La seule façon dont les Palestiniens peuvent immigrer vers des zones contrôlées par Israël est d’épouser une Palestinienne ou un Palestinien qui y vit déjà – comme citoyen, résident ou sujet –, tout en remplissant une série de conditions et en recevant l’approbation d’Israël.

Israël n’empêche pas seulement l’immigration palestinienne mais bloque aussi le déménagement palestinien entre les unités, si le déplacement – dans la perception du régime – améliore le statut. Par exemple des citoyens palestiniens d’Israël ou des résidents de Jérusalem-Est peuvent facilement déménager en Cisjordanie (bien qu’ils risquent leurs droits et leur statut en le faisant). Les Palestiniens des Territoires occupés ne peuvent obtenir la citoyenneté israélienne et déménager vers le territoire où Israël a la souveraineté, sauf dans de très rares occasions, qui dépendent de l’approbation des responsables israéliens.

La politique d’Israël sur le regroupement familial illustre ce principe. Pendant des années, le régime a placé de nombreux obstacles devant les familles dans lesquelles chaque conjoint vit dans une unité géographique différente. Au cours du temps, ceci a gêné et souvent empêché les Palestiniens épousant un Palestinien ou une Palestinienne d’une autre unité d’acquérir le statut de cette unité. En conséquence, des dizaines de milliers de familles n’ont pas pu vivre ensemble. Quand l’un des époux est résident de la Bande de Gaza, Israël autorise à la famille à y vivre, mais si l’autre conjoint est résident de Cisjordanie, Israël exige que les deux déménagent de manière permanente à Gaza. En 2003, la Knesset a voté une Ordonnance temporaire (encore en vigueur) interdisant la délivrance de la citoyenneté israélienne ou de la résidence permanente aux Palestiniens des Terrtioires occupés qui épousent des Israéliens ou Israéliennes – contrairement aux citoyens d’autres pays. Dans des cas exceptionnels approuvés par le ministre de l’Intérieur, des Palestiniens de Cisjordanie qui épousent des Israéliens ou Israéliennes peuvent se voir accorder le statut en Israël – mais c’est seulement temporaire et ne leur donne pas droit aux avantages sociaux.

Israël sape aussi le droit des Palestiniens des Territoires occupés – y compris Jérusalem-Est – à continuer à vivre là où ils sont nés. Depuis 1967, Israël a révoqué le statut de quelque 250 000 Palestiniens en Cisjordanie (Jérusalem-Est inclus) et dans la Bande de Gaza, dans certains cas pour le motif qu’ils avaient vécu à l’étranger pour plus de trois ans. Cela inclut des milliers de résidents de Jérusalem-Est qui ont déménagé à quelques kilomètres à peine à l’est de leurs maisons vers des parties de la Cisjordanie qui ne sont pas officiellement annexées. Toutes ces personnes ont été volées de leurs droits à retourner à leurs maisons et dans leurs familles, où elles sont nées et ont été élevées.

B. S’emparer des terres pour les juifs tout en entassant les Palestiniens dans des enclaves :

Israël pratique une politique de « judaïsation » de la région, basée sur la pensée que la terre est une ressource censée bénéficier presque exclusivement au public juif. La terre est utilisée pour développer et étendre les communautés juives existantes et en construire de nouvelles, alors que les Palestiniens sont dépossédés et regroupés dans de petites enclaves surpeuplées. Cette politique a été pratiquée pour la terre dans le territoire israélien souverain depuis 1948, et appliquée aux Palestiniens des Territoires occupés depuis 1967. En 2018, le principe sous-jacent a été inscrit dans la Loi fondamentale : Israël – Etat nation du peuple juif, qui stipule que « l’état considère que le développement des colonies juives est une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir l’établissement et le renforcement de telles colonies ».

A l’intérieur de son territoire souverain, Israël a promulgué des lois discriminatoires, et tout particulièrement la Loi sur la propriété des absents, autorisant à exproprier de vastes parcelles de terres possédées par des Palestiniens, y compris des millions de dunams dans des communautés dont les résidents ont été expulsés ou ont fui en 1948 et ont été empêchés d’y retourner. Israël a aussi réduit de manière importante les zones désignées pour les communautés et les conseils locaux palestiniens, qui ont maintenant accès à moins de 3% de la surface totale du pays. La plupart des terres désignées sont déjà saturées de constructions. En conséquence, plus de 90% des terres dans le territoire souverain d’Israël est maintenant sous le contrôle de l’état.

Israël a utilisé cette terre pour construire des centaines de communautés pour les citoyens juifs – et pas une seule pour les citoyens palestiniens. Il y a une seule exception : une poignée de villes et de villages construits pour concentrer la population bédouine, qui a été dépouillée de la plupart de ses droits de propriété. La majeure partie des terres sur lesquelles les Bédouins vivaient a été expropriée et enregistrée comme terre de l’état. Beaucoup de communautés bédouines ont été définies comme « non-reconnues » et leurs résidents comme « envahisseurs ». Sur des terres historiquement occupées par des Bédouins, Israël a bâti des communautés pour juifs seulement.

Le régime israélien restreint sévèrement la construction et le développement dans le peu de terres qui restent aux communautés palestiniennes à l’intérieur de son territoire souverain. Il s’abstient aussi de préparer des plans directeurs qui reflètent les besoins de la population, et garde les zones de juridiction de ces communautés virtuellement inchangées en dépit d’un accroissement de la population. Le résultat est un ensemble de petites enclaves surpeuplées où les résidents n’ont d’autre choix que de construire sans permis.

Israël a aussi voté une loi permettant aux communautés avec des comités d’admission, qui se comptent par centaines dans tout le pays, de rejeter des candidats palestiniens pour raison d’« incompatibilité culturelle ». Cela empêche effectivement les citoyens palestiniens de vivre dans des communautés conçues pour les juifs. Officiellement, tout citoyen israélien peut vivre dans n’importe laquelle des cités du pays ; en pratique, 10% seulement des citoyens palestiniens le font. Même alors, ils sont d’ordinaire relégués dans des quartiers séparés, à cause du manque de services éducatifs, religieux ou autres, du coût prohibitif d’acheter une maison dans d’autres parties de la ville ou des pratiques discriminatoires dans les ventes de terrains et de maisons.

Le régime a utilisé le même principe d’organisation en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) depuis 1967. Des centaines de milliers de dunams, incluant des terres agricoles et des pâturages, ont été pris à des sujets palestiniens sous des prétextes variés, et utilisés, entre autre choses, pour établir et étendre des colonies, y compris des quartiers résidentiels, des terres agricoles et des zones industrielles. Toutes les colonies sont des zones militaires fermées où les Palestiniens sont interdits d’entrée sans permis. Pour le moment, Israël a établi plus de 280 colonies en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est), qui sont maintenant le domicile de plus de 600 000 juifs. D’autres terres encore ont été réquisitionnées pour construire des centaines de kilomètres de routes de contournement pour les colons.

Israël a institué un système de planification séparé pour les Palestiniens en Cisjordanie, conçu principalement pour empêcher la construction et le développement. De vastes étendues de terrain ne sont pas disponibles pour la construction, car elles ont été déclarées terres de l’état, zone de tir, réserve naturelle ou parc national. Les autorités s’abstiennent aussi de rédiger des plans directeurs adéquats reflétant les besoins présents et futurs des communautés palestiniennes dans le peu de terre qui a été épargné. Le système de planification, séparé, est centré sur la démolition des structures construites sans permis – ici aussi, par manque de choix. Tout cela a coincé les Palestiniens dans des dizaines d’enclaves densément peuplées, le développement en dehors d’elles – que ce soit pour un usage résidentiel ou public, y compris l’infrastructure – étant presque complètement interdit.

C. Restriction de la liberté de déplacement des Palestiniens

Israël permet à ses citoyens et résidents juifs et palestiniens de voyager librement dans toute la région. Les exceptions sont l’interdiction d’entrer dans la Bande de Gaza, qu’il définit comme « territoire hostile » et l’interdiction (de pure forme pour l’essentiel) d’entrer dans des zones qui sont censées être sous la responsabilité de l’AP (zone A). Dans de rares cas, des citoyens ou des résidents palestiniens sont autorisés à entrer à Gaza.

Les citoyens israéliens peuvent aussi quitter le pays et y revenir à n’importe quel moment. Au contraire, les résidents de Jérusalem-Est n’ont pas de passeports israéliens et une absence de longue durée peut avoir pour conséquence la révocation de leur statut.

Israël restreint systématiquement le déplacement des Palestiniens des Territoires occupés et leur interdit en général de se déplacer entre les unités. Les Palestiniens de Cisjordanie qui souhaitent entrer en Israël, à Jérusalem-Est ou dans la Bande de Gaza doivent faire une demande auprès des autorités israéliennes. Dans la Bande de Gaza, qui a été sous blocus depuis 2007, la population entière est emprisonnée puisqu’Israël interdit presque tout déplacement, pour entrer ou sortir – sauf dans les rares cas définis comme humanitaires. Les Palestiniens qui souhaitent quitter Gaza ou les Palestiniens d’autres unités qui souhaitent y entrer doivent aussi soumettre une demande spéciale de permis auprès des autorités israéliennes. Les permis ne sont donnés qu’occasionnellement et ne peuvent être obtenus que par un strict et arbitraire mécanisme, ou régime des permis, qui manque de transparence et de clarté dans les règles d’attribution. Israël traite chaque permis accordé à un Palestinien comme un acte de grâce plutôt que comme le respect d’un droit acquis.

En Cisjordanie, Israël contrôle toutes les routes entre les enclaves palestiniennes. Cela permet à l’armée d’installer des checkpoints mobiles, de fermer des points d’accès aux villages, de bloquer des routes et de stopper le passage aux checkpointsà son gré. De plus, Israël a construit la Barrière de séparation à l’intérieur de la Cisjordanie et désigné la terre palestinienne, y compris agricole, coincée entre la barrière et la Ligne verte comme une « zone charnière ». Les Palestiniens de Cisjordanie ne sont pas autorisés à entrer dans cette zone, soumis au même régime de permis.

Les Palestiniens des Territoires occupés doivent aussi avoir une permission israélienne pour aller à l’étranger. En général, Israël ne leur permet pas d’utiliser l’aéroport international Ben Gourion, qui se trouve à l’intérieur de son territoire souverain. Les Palestiniens de Cisjordanie doivent emprunter des vols à l’aéroport international de Jordanie – mais ne peuvent le faire que si Israël leur permet de traverser la frontière avec la Jordanie. Chaque année, Israël refuse des milliers de demandes pour traverser cette frontière, sans explication. Les Palestiniens de Gaza doivent traverser par le point de passage de Rafah, contrôlé par l’Egypte – à condition qu’il soit ouvert, les autorités égyptiennes les laissent passer et ils peuvent entreprendre le long trajet à travers le terroire égyptien. Dans de rares exceptions, Israël permetaux Gazaouis de voyager à travers le territoire souverain, dans une navette sous escorte, de manière à atteindre la Cisjordanie et de là à continuer vers la Jordanie et leur destination finale.

D. Déni du droit des Palestiniens à une participation politique

Comme leurs homologues juifs, les citoyens palestiniens d’Israël peuvent entreprendre une action politique pour promouvoir leurs intérêts, par exemple voter ou être candidat à une fonction publique. Ils peuvent élire des représentants, établir des partis ou rejoindre des partis existants. Cela dit, les élus palestiniens sont continuellement vilipendés – un sentiment propagé par des personnalités politiques clés – et le droit des citoyens palestiniens à la participation politique est constamment sous attaque.

Les quelques cinq millions de Palestiniens qui vivent dans les Territoires occupés ne peuvent pas participer au système politique qui gouverne leurs vies et détermine leur avenir. Théoriquement, la plupart des Palestiniens sont éligibles pour voter dans les élections de l’AP. Pourtant, comme les pouvoirs de l’AP sont limités, même si les élections se tenaient régulièrement (les dernières étaient en 2006), le régime israélien gouvernerait encore les vies des Palestiniens, puisqu’il conserve des aspects majeurs de la gouvernance dans les Territoires occupés. Cela inclut le contrôle sur l’immigration, l’enregistrement de la population, les politiques de planification et d’aménagement teritorial, l’eau, l’infrastructure de communication, les importations et exportations et le contrôle militaire sur la terre, la mer et l’espace aérien.

A Jérusalem-Est, les Palestiniens sont pris entre une enclume et un marteau. Comme résidents permanents d’Israël, ils peuvent voter dans les élections municipales, mais pas pour le parlement. D’un autre côté, Israël rend difficile pour eux de participer aux élections de l’AP.

La participation politique englobe plus de choses que le vote ou la candidature à une fonction publique. Israël dénie aussi aux Palestiniens des droits politiques comme la liberté de parole et la liberté d’association. Ces droits permettent aux individus de critiquer des régimes, de manifester contre des politiques, de former des associations pour faire avancer leurs idées et plus généralement de travailler à promouvoir le changement social et politique.

Une kyrielle de lois, comme la loi sur le boycott et la loi sur la Nakba, a limité la liberté des Israéliens à critiquer les politiques liées aux Palestiniens dans toute la région. Les Palestiniens des Territoires occupés sont confrontés à des restrictions encore plus dures : ils ne sont pas autorisés à manifester ; beaucoup d’associations ont été interdites ; et presque toute déclaration politique est considérée comme une incitation [à la violence]. Ces restrictions sont assidument appliquées par les tribunaux militaires, qui ont emprisonné des centaines de milliers de Palestiniens et sont un mécanisme clé pour soutenir l’occupation. A Jérusalem-Est, Israël oeuvre à empêcher toute activité sociale, culturelle ou politique associée de quelque façon que ce soit avec l’AP.

La division de l’espace empêche aussi une lutte palestinienne unifiée contre la politique israélienne. La variation dans les lois, les procédures et les droits au sein des unités géographiques et les restrictions de déplacement draconiennes ont séparé les Palestiniens en groupes distincts. Cette fragmentation n’aide pas seulement Israël à promouvoir la suprématie juive, elle entrave aussi la critique et la résistance.

Non à l’apartheid : Ceci est notre combat

Le régime israélien, qui contrôle tout le territoire entre le Jourdain et la Méditerranée, cherche à faire avancer et à cimenter la suprématie juive dans toute la région. A cette fin, il a divisé la région en plusieurs unités, chacune dotée d’un ensemble différent de droits pour les Palestiniens – toujours inférieurs aux droits des juifs. Dans le cadre de cette politique, les Palestiniens se voient refuser de nombreux droits, dont le droit à l’auto-détermination.

Cette politique est poursuivie de plusieurs façons. Israël construit démographiquement l’espace par des lois et des ordonnances qui permettent à tout juif dans le monde ou à sa famille d’obtenir la citoyenneté israélienne, mais dénie presque complètement cette possibilité aux Palestiniens. Il a physiquement reconstruit la région entière en s’emparant de millions de dunams de terre et en établissant des communautés réservées aux juifs, tout en poussant les Palestiniens dans de petites enclaves. Le déplacement est orchestré par des restrictions sur les sujets palestiniens et la construction politique exclut des millions de Palestiniens de la participation aux processus qui déterminent leur vie et leur avenir tout en les maintenant sous occupation militaire.

Un régime qui utilise lois, pratiques et violence organisée pour cimenter la suprématie d’un groupe sur un autre est un régime d’apartheid. L’apartheid israélien qui promeut la suprématie des juifs sur les Palestiniens n’est pas né en un seul jour, ni d’un seul discours. C’est un processus qui est graduellement devenu plus institutionnalisé et plus explicite, avec des mécanismes introduits au cours du temps dans la loi et dans la pratique pour promouvoir la suprématie juive. Ces mesures accumulées, leur omniprésence dans la législation et la pratique politique, et le soutien public et judiciaire qu’elles reçoivent – tout cela forme la base de notre conclusion : la barre pour qualifier le régime israélien d’apartheid a été atteinte.

Si ce régime s’est développé pendant autant d’années, pourquoi publier cet article en 2021 ? Qu’est-ce qui a changé ? Les dernières années ont vu une croissance dans la motivation et la volonté des des institutions et des responsables israéliens d’inscrire la suprématie juive dans la loi et de déclarer ouvertement leurs intentions. La promulgation de la Loi fondamentale : Israël – l’état nation du peuple juif et le plan proclamé d’annexer formellement des parties de la Cisjordanie ont ébranlé la façade qu’Israël a oeuvrée pendant des années à maintenir.

La loi fondamentale de l’état nation, promulguée en 2018, enracine le droit du peuple juif à l’auto-détermination à l’exclusion de tous les autres. Elle établit que distinguer les juifs en Israël (et partout dans le monde) des non-juifs est fondamental et légitime. Sur la base de cette distinction, la loi permet la discrimination institutionnalisée en faveur des juifs dans l’implantation, la domiciliation, le développement des terres, la citoyenneté, la langue et la culture. Il est vrai que la régime israélien a largement suivi ces principes auparavant. Pourtant la suprématie juive a maintenant été inscrite dans la loi fondamentale, ce qui en fait un principe constitutionnel contraignant – contrairement à la loi ordinaire ou aux pratiques des autorités qui peuvent être mises en question. Cela signale à toutes les institutions d’état non seulement qu’elles peuvent, mais qu’elles doivent, promouvoir la suprématie juive dans la région entière sous contrôle israélien.

Le plan d’Israël pour annexer formellement des parties de la Cisjordanie comble aussi le fossé entre le statut officiel des Territoires occupés, qui est accompagné d’une rhétorique vide sur la négociation et son avenir et le fait qu’Israël a effectivement annexé la majeure partie de la Cisjordanie depuis longtemps. Israël n’a pas mis en pratique ses déclarations sur l’annexion formelle après juillet 2020 et différents responsables ont depuis rendu publiques des déclarations contradictoires à propos de ce plan. Indépendamment de comment et quand Israël poursuit son annexion formelle d’une sorte ou d’une autre, son intention de réaliser un contrôle permanent sur la région entière a déjà été ouvertement déclarée par les plus hauts responsables de l’état.

La logique du régime israélien et les mesures utilisées pour l’appliquer, rappellent le régime sud-africain qui cherchait à préserver la suprématie des citoyens blancs, en partie par une partition de la population en classes et sous-classes et l’attribution de différents droits à chacune. Il y a bien sûr des différences entre ces régimes. Par exemple, la division en Afrique du Sud était basée sur la race et la couleur de peau, alors qu’en Israël elle est basée sur la nationalité et l’ethnicité. La ségrégation en Afrique du Sud se manifestait aussi dans l’espace public, sous la forme d’une séparation contrôlée, formelle, publique entre les personnes, basée sur la couleur de peau – un degré de visibilité qu’Israël évite habituellement. Pourtant, que ce soit dans le discours public ou le droit international, l’apartheid ne signifie pas une copie exacte de l’ancien régime sud-africain. Aucun régime ne sera jamais identique. « Apartheid » a depuis longtemps été un terme indépendant, enraciné dans des conventions internationales, se référant au principe d’organisation d’un régime : promouvoir systématiquement la domination d’un groupe sur un autre et travailler à la cimenter.

Le régime israélien n’a pas à se déclarer un régime d’apartheid pour être défini comme tel, pas plus qu’il n’est pertinent que les représentants de l’état proclament largement que c’est une démocratie. Ce qui définit l’apartheid, ce ne sont pas des déclarations, mais une pratique. Si l’Afrique du Sud s’est déclaré régime d’apartheid en 1948, il est déraisonnable d’attendre que d’autres états lui emboitent le pas, étant donné les répercussions historiques. Il est plus probable que la réponse de la plupart des pays à l’apartheid de l’Afrique du Sud soit de dissuader les pays d’admettre qu’ils appliquent un régime similaire. Il est aussi clair que ce qui était possible en 1948 n’est plus possible de nos jours, à la fois juridiquement et en terme d’opinion publique.

Aussi douloureux que cela puisse être de regarder la réalité en face, il est encore plus douloureux de vivre sous un joug. La dure réalité décrite ici peut se détériorer encore si de nouvelles pratiques sont introduites – avec ou sans la législation pour les accompagner. Néanmoins, des personnes ont créé ce régime et des personnes peuvent le rendre pire – ou oeuvrer pour le remplacer. Cet espoir est la force motrice derrière cet exposé de principe. Comment des personnes peuvent-elles combattre l’injustice si elle n’est pas nommée ? L’apartheid est le principe organisateur ; pourtant le reconnaître ne signifie pas abandonner. Au contraire : c’est un appel au changement.

Combattre pour un avenir basé sur les droits humains, la liberté et la justice est particulièrement crucial maintenant. Il existe des chemins politiques variés vers un avenir juste, ici, entre le Jourdain et la Méditerranée, mais nous devons d’abord tous choisir de dire non à l’apartheid.

https://ujfp.org/un-regime-de-suprematie-juive-du-jourdain-a-la-mediterranee-cest-un-apartheid/

**********

Pourquoi B’Tselem qualifie Israël d’un régime d’apartheid

Le quotidien Le Monde, en date du 12 janvier 2021, soulignait l’importance du dernier rapport de B’Tselem :« Israël maintient un régime d’apartheid entre le Jourdain et la Méditerranée: c’est le constat, radioactif, que fait pour la première fois une organisation de défense des droits de l’homme juive israélienne de premier plan, B’Tselem. Dans un rapport, publié le mardi 12 janvier, l’ONG s’affranchit de la division communément admise entre les systèmes politiques en place en Israël et dans les territoires palestiniens. Démocratie d’un côté, occupation militaire temporaire de l’autre. B’Tselem estime qu’une telle distinction s’est vidée de son sens au fil du temps, depuis la conquête des territoires par Israël, lors de la guerre de 1967. « [Cette distinction] obscurcit le fait que l’ensemble de la zone située entre la mer Méditerranée et le Jourdain est organisé selon un unique principe: faire avancer et cimenter la suprématie d’un groupe  les juifs  sur un autre les Palestiniens», juge l’organisation. »

Nous publions ci-dessous la traduction d’un article d’Orly Noy, membre du conseil exécutif de B’Tselem, qui éclaire les raisons et le sens d’une analyse qui implique « un changement de paradigme ». (Rédaction)

*** 

Il existe un danger constant pour les individus et les groupes qui luttent pour le changement social ou politique. Nous avons tendance à nous concentrer si intensément sur notre objectif que nous ne réalisons plus que les circonstances dans lesquelles nous agissons ont fondamentalement changé. Non seulement nous sommes sur un « terrain de jeu » différent, mais nous jouons à un tout autre jeu. Lorsque les forces auxquelles nous sommes confrontés utilisent leur énorme pouvoir pour déformer et dissimuler cette réalité, notre mission consistant à la reconnaître – de l’appeler par son nom – devient encore plus nécessaire.

C’est précisément ce que fait aujourd’hui B’Tselem – l’une des plus anciennes organisations de défense des droits de l’homme en Israël, B’Tselem se présentait comme un centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés – qui expose sa position selon laquelle, entre le fleuve et la mer, il n’existe qu’un seul régime d’apartheid israélien qui s’efforce d’enraciner, d’approfondir et de rendre irréversible la suprématie juive dans tous les coins du pays.

Le mot « apartheid » a des connotations très graves, et la mémoire historique qu’il évoque est effrayante. En tant que membre du conseil d’administration de B’Tselem, je peux dire que nous avons eu de nombreuses discussions difficiles qui ont abouti à la décision de publier cette déclaration. Établir que l’État d’Israël maintient un régime d’apartheid des deux côtés de la ligne verte n’a été facile pour aucun d’entre nous – non seulement en tant que membres d’un groupe de défense des droits de l’homme, mais avant tout en tant que citoyens israéliens.

Il est important de rappeler, cependant, que « apartheid » n’est pas simplement un terme péjoratif que les gens de gauche lancent à chaque fois qu’ils sont en colère contre la réalité actuelle. Il s’agit plutôt de la description d’un régime aux caractéristiques claires: un régime dont le principe d’organisation est de promouvoir et de perpétuer la supériorité d’un groupe sur un autre. À l’heure où nous entrons dans l’année 2021, c’est précisément la réalité à laquelle nous sommes confrontés en Israël-Palestine.

Depuis l’occupation de 1967, l’existence de la « ligne verte » – qui distingue notoirement entre l’Israël souverain et démocratique et les « territoires occupés » – est devenue, en grande partie, la différence entre le discours politique de gauche et de droite en Israël. Dans le même temps, pendant la majeure partie de son existence, Israël a fait tout ce qui était en son pouvoir pour effacer la Ligne verte, non seulement en établissant des colonies – qui sont toutes illégales au regard du droit international – mais aussi en promouvant des politiques pratiquement identiques des deux côtés de cette ligne, dans le but ultime de maintenir la suprématie juive absolue et exclusive.

Les mécanismes et les tactiques pour ce faire sont similaires. L’un d’eux est l’ingénierie démographique du territoire en le divisant en subdivisions, en appliquant des statuts personnels différents pour les Palestiniens vivant dans chaque zone, et en adoptant des politiques discriminatoires de vol de terres. Un autre réside dans un ensemble de politiques concernant l’immigration et la liberté de mouvement, qui favorisent de manière flagrante la démographie juive. Un autre encore est la restriction de la participation politique sur la base de l’affiliation nationale, afin de préserver la suprématie juive. Et bien d’autres mécanismes encore.

Pas seulement des bancs séparés

Lors de sa création en 1989, le mandat de B’Tselem était limité à la Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à la bande de Gaza. Conformément au paradigme largement accepté qui considère « Israël » comme une entité et les « territoires occupés » comme une autre, l’organisation ne s’est pas occupée de la situation des droits de l’homme à l’intérieur des frontières acceptées de l’État d’Israël. Elle a évité ainsi d’avoir une vision globale de toute la zone située entre le Jourdain et la mer Méditerranée.

Le mandat de B’Tselem ne change pas. Mais après 32 ans, il n’est plus possible de considérer ce qui se passe dans les territoires occupés comme étant isolé de ce qui se passe dans l’ensemble du territoire sous contrôle israélien. Les concepts que nous utilisons couramment pour décrire la réalité, tels que « l’occupation sans fin » ou « la réalité d’un seul État », ne sont plus appropriés. Entre autres choses, nommer la réalité actuelle aidera l’organisation à mener à bien son travail de manière plus efficace et plus précise.

Par exemple, quiconque veut comprendre la politique israélienne dans les territoires occupés de manière séparée de la loi sur l’État-nation juif [La loi Israël–État-nation du peuple juif, adoptée le 19 juillet 2018 par la Knesset] se ment à lui-même. Se ment à lui-même quiconque essaie de comprendre la destruction massive des communautés palestiniennes en Cisjordanie ainsi que la construction intensive de colonies juives sans tenir compte de la destruction d’Umm al-Hiran [village bédouin] dans le Néguev [Naqab] et de son remplacement par la ville juive d’Hiran.

Quiconque veut comprendre la facilité avec laquelle les forces armées israéliennes tirent sur des Palestiniens en Cisjordanie, sans aucune conséquence, ne peut ignorer le meurtre de 13 civils palestiniens par la police israélienne en octobre 2000, pour lequel personne n’a été condamné [1]. Il est impossible de comprendre les menaces de démolition contre Khan al-Ahmar en Cisjordanie [dépendant du gouvernorat de Jérusalem] sans voir comment ces mêmes menaces ont été mises à exécution dans le village d’al-Araqib dans le Néguev/Naqab [en 8 ans les opérations de destruction de ce village se sont montées à 136].

Il est vrai que l’apartheid israélien manque de certains des éléments les plus « visuels » du genre de ceux pratiqués en Afrique du Sud. Mais l’apartheid ne consiste pas simplement en des bancs séparés pour des personnes de couleur de peau différente. Il s’agit plutôt de la division des êtres humains vivant sous le même régime en hiérarchies rigides, et de la distribution des ressources publiques et de l’octroi – ou du refus – de droits selon ces hiérarchies. Israël n’a peut-être pas de bancs réservés aux Juifs, mais il a des routes réservées aux Juifs dans des endroits comme Hébron [voir à ce sujet l’article publié sur ce site en date du 3 janvier 2021].

Cette logique organisationnelle a créé une réalité dans laquelle les Juifs israéliens jouissent d’un espace continu et d’une liberté de mouvement des deux côtés de la ligne verte – à l’exception de la prison en plein air créée pour les Palestiniens à Gaza. La même logique piège les Palestiniens dans les sous-catégories des zones A, B et C en Cisjordanie, à Jérusalem-Est, à Gaza et dans ce qu’on appelle « Israël proprement dit ». Chacune de ces désignations s’accompagne d’un ensemble de restrictions uniques imposées par Israël. Ainsi, contrairement à un Juif israélien, un Palestinien résidant en Cisjordanie ne peut pas traverser la Ligne verte sans un permis spécial, et même leur liberté de mouvement à l’intérieur de la Cisjordanie est limitée.

Changement de paradigme

Le fait que le régime d’apartheid israélien contrôle toute la zone entre le fleuve et la mer ne signifie pas que l’occupation n’existe plus. Au contraire, elle est très tangible pour ses victimes palestiniennes. Elle constitue une catégorie juridique distincte au sein du régime d’ensemble d’Israël. Non seulement l’occupation ne diffère pas de ce régime, mais elle en est l’une des manifestations les plus évidentes.

La position de B’Tselem ne cherche pas à effacer les différences existantes entre les réalités de la vie en Cisjordanie, à Gaza, à Jérusalem-Est et dans les villes palestiniennes à l’intérieur d’Israël. Elle cherche plutôt à les placer dans le contexte plus large qu’Israël tente constamment de cacher: dans tous ces lieux, Israël est le souverain de fait, et dans chacun d’eux, sous diverses formes, il impose un régime de suprématie juive.

B’Tselem est arrivée à cette conclusion avec le cœur gros et le plus grand sérieux. Après 32 ans, il n’est pas facile de procéder à un changement de paradigme. Nous vivons et travaillons au sein de la société israélienne. Nous en faisons partie intégrante. Nous sommes bien conscients du recul et de la répulsion que ce mot évoque dans le discours public. Mais ignorer la réalité qu’Israël a délibérément créée pendant des décennies irait à l’encontre du mandat même que l’organisation s’est donné il y a plus de trois décennies.

Tout changement, quel qu’il soit, commence par une bonne lecture de la réalité que l’on cherche à modifier; par regarder cette réalité avec les yeux ouverts, et par l’appeler par son nom. La réalité qui prévaut aujourd’hui entre le fleuve et la mer a un nom: l’apartheid. La nier ne la fera pas disparaître. Au contraire, cela ne fera que l’accentuer. Reconnaître cette réalité est une étape nécessaire pour la corriger.

C’est pourquoi B’Tselem invite l’opinion publique israélienne et la communauté internationale à regarder notre réalité avec courage, à en intégrer tout le sens et à œuvrer à la création d’un avenir différent fondé sur des droits de l’homme pleins et égaux pour tous les habitants du pays.

Orly Noy

Article publié sur le site israélien +972 en date 12 janvier 2021 ; traduction rédaction A l’Encontre

Orly Noy est rédactrice en chef de Local Call dont les articles en hébreu sont souvent publiés par le site +972. Elle est membre du conseil exécutif de B’Tselemet militante du parti politique Balad qui intègre la Liste unifiée, coalition formée par le Hadash et la Liste arabe unie, Ta’al et le Balad. Orly Noy est aussi traductrice de poésie et de prose en farsi. (Réd.)

http://alencontre.org/moyenorient/israel/israel-pourquoi-btselem-qualifie-israel-dun-regime-dapartheid.html

________

[1] « En une seule semaine d’octobre 2000, la police israélienne a abattu 13 Palestiniens – dont 12 citoyens arabes-israéliens – qui sont descendus dans la rue pour manifester leur solidarité avec les manifestants en Cisjordanie et à Gaza. La violence a profondément touché la communauté palestinienne en Israël. Cependant, l’absence totale de responsabilité a été tout aussi dévastatrice. » (+972, 4 octobre 2015)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.