Une École Féministe Internationale en Construction

L’École Internationale Féministe c’est un outil qui contribue à l’alliance entre les mouvements et à la construction de synthèses transformatrices entre femmes.

L’éducation politique qui articule la formation et l’action renforce le féminisme et les mouvements populaires. Par conséquent, depuis 2018, des représentantes de Grassroots Global Justice, Grassroots International, Indigenous Environmental Network et de la Marche Mondiale des Femmes ont organisé le processus de construction de l’École Internationale d’Organisation Féministe Berta Cáceres, un espace d’apprentissage et de construction de synthèses entre les militantes de différents mouvements sociaux de plusieurs parties du monde.

« À le processus de l’école, il y a beaucoup de discussion sur la construction d’un sujet politique, diversifié, pluriel, qui se penche sur l’ensemble des réalités. On porte également un regard sur la dimension de la mémoire, de ce que signifie notre histoire de résistance, de comment nous connectons notre manière d’organiser la résistance aujourd’hui avec notre trajectoire de lutte anticoloniale et anticapitaliste. Cette question s’articule pour atteindre notre vision actuelle de construire un mouvement et de lutter pour la transformation », a déclaré Nalu Faria, membre du Comité International de la Marche Mondiale des Femmes et l’une des organisatrices de l’École. 

Pédagogie féministe, débats collectifs

Sandra Morán, coordinatrice de l’École, explique que « à partir du cadre théorique de la conception et de la construction du sujet politique, nous avons défini que l’École n’est pas seulement un espace pour apprendre sur ces thèmes. C’est affirmativement un espace pour apprendre, comprendre, mais aussi pour dynamiser l’économie féministe comme proposition politique du mouvement que nous renforçons. Cela est devenu notre base. » Huit groupes de travail sur les thèmes de l’École, auxquels participent des femmes des quatre organisations, discutent les contenus, partagent les perspectives et les visions, et construisent des stratégies méthodologiques pour créer un débat collectif.

L’économie féministe est l’axe structurant de l’École, qui organise des stratégies de résistance et permet de formuler des alternatives en dialogue avec les autres thèmes : Systèmes d’oppression, Corps et sexualité, Environnement et défense de la Terre Mère, État et Démocratie, Construction de mouvement, Théories féministes et Formation des facilitatrices. 

Les systèmes d’oppression sont traités à le processus de construction de l’École comme le cadre général pour comprendre ce qui se passe dans la vie des gens. En discutant, par exemple, du corps et de la sexualité, de la nature et de la démocratie, les femmes proposent une compréhension des systèmes d’oppression à partir de la réalité concrète des participantes. L’économie féministe, les théories féministes, la construction de mouvements et la formation de facilitateurs sont des réponses à ce système.

Pour Sandra, l’intention est que l’école soutienne la construction d’une « compréhension commune de la réalité, avec une proposition politique pour développer l’économie féministe et ayant pour résultat la construction d’un pouvoir populaire et des alliances qui animent cette proposition ». 

Activités en ligne

Jusqu’en février 2020, ont eu lieu des réunions d’étude et de planification, des discussions sur les thèmes proposés et deux séminaires internationaux. L’École, au départ, a été conçue pour se produire de temps en temps, dans des réunions en face à face. Mais en 2020, avec la pandémie de la Covid-19, la coordination et les participantes ont dû réfléchir à des stratégies pour réaliser une version pilote, un premier moment de formation, en ligne.

La version pilote a été mise en œuvre lors de la clôture de la 5ème Action Internationale de la Marche Mondiale des Femmes en octobre. Il y a eu deux jours d’activités au cours desquels on a discuté des systèmes d’oppression et de la construction du mouvement dans le contexte actuel, marqué par de nouvelles confrontations et des transformations systémiques. Cette réunion virtuelle a réuni 75 compagnes des quatre organisations ainsi que des mouvements alliés tels que le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre (MST), du Brésil, et le COPINH – Conseil Civique des Organisations Populaires et Indigènes du Honduras.

Le défi initial était de veiller à ce que l’activité ait lieu à un moment possible pour les femmes de différentes zones horaires ; et, en outre, que toutes aient accès et soient orientées pour utiliser les technologies nécessaires au fonctionnement de l’École. Pour cela, on a formé des binômes afin que les femmes se soutiennent dans les problèmes de connexion et parviennent à trouver des solutions ensemble pour suivre l’École. Les séminaires internationaux, tenus avant la pandémie, ont également servi d’appui à la définition de la méthodologie qui serait utilisée à ce moment-là. 

Une des plus grandes difficultés, cependant, a été la concrétisation de la session parmi les femmes qui parlent des langues différentes. Une équipe permanente de traductrices a été formée pour assurer la justice linguistique. Les groupes de travail, cependant, ne se sont tenus que parmi des partenaires de pays qui parlent la même langue et un seul groupe multilingue a été créé. Ce sera l’une des grandes préoccupations pour la construction des prochains moments, car il est important qu’il y ait plus d’interaction entre les différentes réalités et langues. 

Malgré tous les défis rencontrés, Nalu pense que le moment de mise en œuvre de l’École Pilote a été bien évalué. « Il y a ce sentiment de concret. Je pense que les gens ont aimé les thèmes choisis pour cette École Pilote et cela a beaucoup aidé à regarder le moment actuel, en se connectant à la discussion du système d’oppression, ce qui a été assez intéressant. L’apport de ce débat a été perçu comme quelque chose qui les aide à réfléchir à la réalité des mouvements dans leurs régions ».

Les rapports graphiques des moments de débat et de synthèse rendent compte de la richesse du débat et de la puissance du féminisme populaire construit à partir de ces organisations et mouvements sociaux.

Pour Sandra, la principale réussite de l’expérience de l’école pilote a été la diversité d’apprentissages. « Je pense que j’ai appris parce que nous apprenons toutes. Nous apprenons à organiser, nous apprenons à traduire, nous apprenons à avoir plus de temps, nous apprenons à nous préparer. Pour nous, c’était fantastique, parce que nous étions vraiment ensemble, même si dans plusieurs pays différents. » Dans cette version pilote, les femmes ont défini le nom de ce processus, à savoir: École Internationale d’Organisation Féministe Berta Cáceres, en l’honneur de la leader environnementale et féministe Hondurienne assassinée en 2016.

Formation, articulation et dialogue

Les préparatifs pour 2021 ont déjà commencé et il est prévu que les activités se déroulent sur trois mois, afin qu’il y ait du temps pour toutes les discussions et activités. « Nous organisons en ce moment l’école centralisée internationale et, en même temps, nous discutons avec les organisations de la façon dont l’école peut se dérouler sur leurs territoires et dans les réalités locales », explique Nalu.

« L’organisation d’une école internationale sera toujours plus qu’un cours, c’est aussi un processus d’articulation et également un processus de dialogue. Et dans notre cas, l’École est organisée par quatre organisations, ce qui fait déjà partie d’une alliance. Cela rend encore plus évident que nous cherchons à créer une formation qui soit un processus concret de construction du mouvement, de renforcement des alliances », conclut-elle. 

Dans l’École Féministe, les participantes sont aussi les sujets politiques sur lesquels la réflexion et le débat sont formulés. C’est un outil qui contribue à l’alliance entre les mouvements, à la construction de synthèses transformatrices entre femmes de réalités différentes et à la propagation des idées, des pratiques et de l’organisation des féminismes populaires à travers le monde. 

Traduit par Andreia Manfrini

https://capiremov.org/fr/experiences/ecole-feministe-internationale-en-construction/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.