ABCDaire nécessairement partiel (3)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. En ABCDaire nécessairement partiel et incomplet.

Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…

Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler…

Lire aussi ABCDaire : abcdaire-necessaire-partiel/, abcdaire-necessairement-partiel-2/

C comme Clérambault

Quatre « cantates françoises mellées de simphonies ». Le charme de la voix et d’un petit ensemble instrumental. Reinaoud Van Mechelen (ténor), A nocte temporis (Anna Besson – flute ; Emmanuel Resche – violon ; Myriam Rignol – viole de gambe ; Benjamin Alard – clavecin)

Un voyage dans la première partie du XVIIIe siècle.

Cd Nicolas Clérambault : Cantates françaises, enregistré en mars 2017, Alpha classics


E comme Esquisses Hébraïques

Nous ne sommes pas ici du coté de la musique dite Klezmer, mais du coté de la « musique savante » s’inspirant d’éléments religieux ou folkloriques des populations juives ashkénazes d’Europe centrale et orientale. Le monde du Yiddishland a été anéanti par les nazis et leurs complices. Peut-être est-ce pour cela que l’album débute par un Kol Nidrej

Neuf compositeurs à découvrir. Des sentiers aujourd’hui effacés à parcourir un peu avec eux…

S. Gurowitsch : Kol Nidrej

Jacob Weinberg : Quintet op. 40

Samuel Gardner : Hebrew Fantasy

Fabian Gorodetsky : Jewish Rhapsody

Alexander Krein : Esquisses Hébraïques op. 12

Samuel Secunda : A Gemore Nigun

Boris Levenson : Two Jewish Folk Songs

Alexander Gretschaninov : Variation en op. 172

Abraham W. Binder : Variations on a prayer motif

Dieter Löcher joue des clarinettes qui se mêlent et dialoguent avec un quatuor à cordes – Vlach Quartet Prague, composé de Jana Vlachova (violon), Karel Stadtherr (violon), Petr Verner (alto) et Mikael Ericsson (violoncelle).

Double Cd Clarinet Quintets on Jewish Themes, enregistré en novembre 1998, CPO 1999


G comme Gypsy

Des musiques anciennes ou contemporaines transfigurées par une vitalité contagieuse. Le fil du temps remodelé et inscrit dans l’éphémère. « Tous se produit maintenant. Le passé n’existe plus, « du lendemain, on n’a nulle certitude » ».

Gracieka Gibelli (voix), Stanislav Tampieri (violon), Alessandro Tampieri (violon) Marcel Comendant (cymbalum), Dorothée Oberlinger (flute) Vittorio Ghielmi (viole de gambe, pardessus de viole, direction)

L’existence musicale de populations rroms au cœur de cette Europe qui nie son passé et ferme ses frontières…

Cd Il suonar parlante Orchestra : Gypsy baroque, enregistré en mai2016 et juin 2017, Alpha


H comme Höngen

Une mezzo-soprano

Robert Schumann :

  • L’Amour et la Vie d’une femme, op. 42, avec Ferdinand Leitner au piano

  • Die Kartenlegerin, op. 31 n°2 avec Hans Zipper au piano

  • Johannes Brahms :

  • Rhapsodie pour contralto, choeur d’hommes et orchestre en ut mineur, op. 53, Orchestre philharmonique de Berlin dirigé par Ferdinand Leitner

  • Richard Wagner :

  • Wesendonck-Lieder avec Hermann von Nordberg ou Gérald Moore au piano

  • Récit de Waltraute, extrait du Crépuscule des Dieux, Orchestre d’Etat du Wurtemberg dirigé par Ferdinand Leitner

Une voix puissante et des œuvres magnifiques. Un cd qui vous emporte très loin…

Parmi les possibles, réécouter Kathleen Ferrier dans la Rhapsodie de Johannes Brahms sous la direction de Clemens Krauss ; Brigitte Fassbaender dans L’Amour et la Vie d’une femme de Robert Schumann avec Irwin Cage au piano

Cd Les introuvables – Classica : Elisabeth Höngen chante Schumann, Brahms et Wagner


I comme itinéraire

Un disque inclassable a cependant toute sa place dans un abécédaire. Un voyage à 16 cordes du Brésil à l’Indonésie en passant par l’Iran, Cuba et l’Egypte.

Des compositions de Vincent Segal, Kinan Azmeh (qui intervient à la clarinette), Kevin Seddiki (qui intervient au zarb), Gabriel Sivak, Vincent Peirani (qui intervient à l’accordéon), Hamza El Din.

Des rencontres entre musiques de tradition orale, art du quatuor à cordes, sans oublier leurs généreuses et généreux interprètes.

Le quatuor Voce : Cécile Roubin (violon), Sarah Dayan (violon), Guillaume Becker (alto), Lydia Shelley (violoncelle).

La créolisation du monde…

Cd Quatuor Voce : Itinéraire, enregistré en février 2018, Alpha


M comme Mozart

Il existe de multiples beaux enregistrements des trois dernières symphonies de Wolfgang Amadeus Mozart.

Je pense notamment aux enregistrements « historiques » de Bruno Walter avec le New York Philharmonic, de Benjamin Britten avec English Chamber Orchestra, de Joseph Krips avec le Royal Concertgebouw Orchestra, de Nikolaus Harnoncourt avec le Concertgebow Orchestra…

L’usage des instruments dits anciens changent les sonorités. Ouvrez les oreilles par exemple aux versions de Jos van Immerseel avec l’Anima Eterna ou René Jacobs avec le Freiburger Barockorchester.

Ce que nous présente Nikolaus Harnoncourt ici (lire ses explications, malheureusement pas toujours très claires) est un peu autre chose. Un instrumental oratorium composée des trois symphonies en continu…

J’en ai apprécie le sens global, les couleurs et les rythmes permis par le Concentus Musicus Wien. Cette proposition donne une profondeur insoupçonnée à ces œuvres…

Double cd Wolfgang Amadeus Mozart : The Last Symphonies – Intrumental Oratorium, Concentus Musicus Wien, direction Nikolaus Harnoncourt, enregistré en décembre 2012 et oct 2013, Sony


N comme New-York

Un ensemble d’oeuvres dirigé par Matthias Pintscher. Intégrales d’Edgard Varèse, Concerto pour clarinette et orchestre d’Elliot Carter, Within his bending sickle’s compass come de David Fulmer, Blurde Sean Sheperd, WTC 9/11 de Steve Reich, Music for wind intruments de John Cage, Instruments I de Morton Feldman.

Une introduction possible à des compositeurs étasuniens avec des ensembles composés de musicien·es engagé·es.

Double cd Ensemble intercontemporain, enregistré en novembre 2014, en 2015 (février, avril, juin) et 2016 (juin et septembre), Alpha classics 2016


W comme Weinberg

Une symphonie avec voix (Rafal Bartminski – ténor, Magdalena Dobrowolska -soprano, Ewa Marciniec – alto) et choeurs. L’auditeur et l’auditrice seront saisi·es par la construction sonore, l’utilisation de voix d’enfants, le chatoiement instrumental. Il est regrettable que les textes (Julian Tuwin) ne soient pas proposés.

Je découvre peu à peu l’univers de ce compositeur. Je reste sous le choc de la découverte de son opéra Die Passagierin et de cette évocation d’un camp de concentration et d’une de ces gardes nazies…

J’ai précédemment abordé un disque de musique de chambre, abcdaire-necessaire-partiel/

Cd Mieczyslaw Weinberg : Symphonie n°8 « Polish Flowers », Warsaw Philharmonic Orchestraa nd Choir, Direction Antoni Wit, enregistré en juin 2011, Naxos

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.