Notre patrimoine

La chanson française à l’heure des rythmes latins

Les années 1950, en France et aux États-Unis notamment se verront submerger par les rythmes afro-cubains et par les danses comme la rhumba, le cha-cha, le calypso, la samba… Il sera question d’orchestres typiques pour qualifier cette vogue en France. Un chanteur personnifie la folie de ère : Dario Moreno. La chanson qui fera de lui une star, « Si tu vas à Rio » reste à jamais l’emblème de l’époque. De temps en temps, la mémoire de ces musiques, de ces danses refait surface et c’est reparti pour la grande fête du corps.

La collection « Live in Paris » permet de le retrouver là où il exprime toute sa fougue, tout son dynamisme : la scène. C’est la meilleure manière de le découvrir comme ses chansons qui ont marquées notre histoire culturelle. Dario faisait venir les foules dans ses récitals, il savait galvaniser le public. Même sans l’image, il est facile de l’imaginer sur des scènes dont certaines ont disparu comme Bobino. Ne boudez pas votre plaisir.

« Dario Moreno, 1957-1960 », Live in Paris, la collection des grands concerts parisiens dirigée par Michel Brillié et Gilles Pétard, Frémeaux et associés.


Se souvient-on que la culture française s’est alimentée de bien des façons des cultures créoles ? La langue comme le soulignait Aimé Césaire mais, pour le Paris des années 1920-30, la musique avec, notamment, le clarinettiste martiniquais Alexandre Stellio (1885-1939), créateur de la Biguine. Cet album de 4 CD permet de retrouver les filiations des musiques actuelles. Et de danser au son de cette musique éternelle. Des témoignages sont auusi inclus pour faire vivre cette époque.

Eddie Barclay, curieusement, fait aussi de notre patrimoine, du moins avant de convier toute la jet set à Saint-Trop. Il fut « Arrangeur, Interprète & Producteur » et avait dirigé un grand orchestre. Il avait un temps accueilli Quincy Jones, alors débutant. Le troisième CD de ce coffret est consacré aux labels qu’il a créés. Barclay est le plus connu. Pour le jazz, il avait commencé avec « Blue Star » en 1946. Boris Vian, centenaire cette année, disait « Mieux vaut Blue Star que jamais »…

« Stellio, l’étoile de la musique créole, 1932-1938 », coffret de 4 CD ;

« Eddie Barclay 1946-1962 », coffret de 3 CD, Frémeaux et associés.

Nicolas Béniès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.