Essentiel, vous avez dit essentiel ?

Ubu se tord de joie. Un gouvernement qui accepte ses définitions. Distinguer l’essentiel du reste est un coup de génie estime-t-il. Enfin les activités liées à la culture sont considérées comme « non essentielles », y compris, pour faire bonne mesure, les librairies. Fermer toutes les salles de spectacle, cinéma, théâtre amène chacun.e à rester chez soi, regarder sa collection de DVD ou en acheter sur… Amazon. Que c’est beau la société numérique qui attache pieds et poings liés des individus contents de l’être.

Une des conséquences est de vider cette rubrique de sa subséquente moelle, d’obliger d’en appeler aux mânes de Jarry en proposant de « trouver des solutions imaginaires à des problèmes réels ». Ne serait-ce pas, ainsi, donner un rôle essentiel – mince j’ai lâché le mot – à la culture, à la création qui, pour être ne peut être que collective.

Le gouvernement, lui, sait. Les salles de spectacle, des nids à virus. Les librairies des essaims de la COVID19 en embuscade derrière chaque rayonnage. Marcher dans ces espaces, même dans le respect des mesures sanitaires, ressemble à pénétrer dans l’enceinte de Satan.

Mais, pour aller au travail en « présentiel », fréquenter le Sras-CoVid-2 dans le métro ou le RER est chaudement recommandé. La RATP a décidé, dans le confinement pas vraiment confiné tout en confinant surtout les vieux sans le dire et les chômeurs (pour ne pas les voir sans doute), a décidé, comme la SNCF, de diminuer le nombre de rames pour accélérer la diffusion du virus et permettre à 70% de la population d’être infecté.

Derrière Ubu, Kafka pointe et envahit l’espace. Les écoles, elles, restent ouvertes. Les salles de classes, à 35 élèves et plus, sont inadaptées. Comme l’ensemble des services publics, elle souffre de la politique de réduction des dépenses publiques. Ubu se frotte les mains : le virus a dévoilé la réalité cachée par tant de discours.

Faudrait-il bannir toutes les activités intellectuelles ? Le gouvernement, ses ministres en donne chaque jour l’exemple. A commencer le premier.

Certes, certains comme Robin Renucci (Le Monde daté du 5 novembre) mettent en garde contre le « confinement mental » en voulant donner aux artistes un rôle dans cette crise sanitaire mais n’est-ce pas une défense corporatiste ? D’autres préparent l’après comme Le Centre national de la musique qui « centralise les dispositifs publics pour venir au secours d’un secteur sinistré » et structure la filière pour l’après pandémie. Un tout jeune établissement industriel et commercial « devenu le bras armé du ministère » comme l’écrivent Les Echos du 4 novembre. L’avenir est assuré n’est-il pas ?

Nicolas Béniès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.