Couvre feu, crise sanitaire et crise du logement : IL FAUT AGIR ! + Pour respecter un couvre feu, il faut un toit et qu’il soit digne !

Paris, 15 octobre 2020. Ce matin, face au Ministère de la justice, les familles mal-logées et menacées d’expulsion du DAL, rassemblées pour exiger le respect des lois protégeant les locataires contre les expulsions illégales et demander un rendez-vous à M. Dupond-Moretti, qui pour l’instant n’a pas daigné répondre, ont réagit à l’aggravation de la crise sanitaire qui frappe durement les plus mal lotis.

Un couvre feu est instauré dans les grandes métropoles les plus touchées par la pandémie, mais aussi par la crise du logement, que compte faire désormais le gouvernement pour alléger leur fardeau ?

La police va-t-elle dresser des PV contre les dizaines de milliers de sans-abris qui ne sont pas hébergés faute de place ?

Pour toutes celles et ceux entassés dans des structures d’hébergement, des hôtels, des taudis, encore plus exposés au COVID dans des cluster potentiels ?

Pour les dizaines de milliers de familles menacées d’expulsion sans relogement avant le début de la trêve hivernale et après, sachant que les dispositifs d’accueil sont saturés ?…

C’est pourquoi nous demandons en urgence au gouvernement afin d’être en cohérence avec les mesures annoncées et de ne pas abandonner une nouvelle fois les « sans et sous logés » sur le bord du chemin :

L’arrêt immédiat des expulsions en débutant la trêve hivernale au 15 octobre,

La réquisitions d’urgence des logements et locaux vacants encore plus nombreux à cause de la crise (immeubles vides, bureaux, Airbnb, hôtels, … ),

Des mesures budgétaires : le rétablissement des APL, moratoire sur les loyers impayés, création d’un fonds d’aide aux impayés de 2Md d’euros, pas touche au 1% ni au livret A,

L’abandon des mesures anti-squat de logements et locaux vacants : on ne met pas les sans logis en prison !!

Paris, le 15 octobre 2020

Droit au Logement (DAL)

https://www.droitaulogement.org/2020/10/communique-couvre-feu-crise-sanitaire-et-crise-du-logement-il-faut-agir/


Covid-19 (France) :
Pour respecter un couvre feu, il faut un toit et qu’il soit digne !

Alors que l’État engage des mesures hautement restrictives pour les libertés individuelles en instaurant un couvre feu, la préfecture, avec le soutien des mairies de Blagnac et de Toulouse, décide de jeter à la rue des dizaines de familles. À ce jour, aucune solution pérenne n’a été évoquée pour reloger ces personnes. Il en va de même pour les habitant-e-s du 36 rue Roquelaine, dont la situation et la promiscuité les exposent de façon dangereuse à la Covid.

Jeudi 15 octobre, le personnel hospitalier défilait dans la rue pour dénoncer le manque de moyens face à l’épidémie. Dans le même temps, l’État annonçait des milliers de renforts dans les rangs de la police. Face à la situation sanitaire qui se dégrade dans la région toulousaine, la préfecture et les pouvoirs locaux ont sciemment décidé de mettre en danger des dizaines de familles en les expulsant des logements temporaires qu’elles occupaient, peu avant le début de la trêve hivernale.

Ces personnes déjà en situation de grande précarité se retrouvent donc en position de vulnérabilité, dans l’urgence et sans accès aux soins, et ce en plein couvre-feu dont l’utilité pour lutter contre l’épidémie est discutable.

La priorité du gouvernement et des pouvoirs publics est donc claire : il faut continuer d’aller travailler en empruntant des transports bondés, quitte à risquer une contamination. Dans le même temps, peu de décisions sont prises pour lutter contre la pauvreté, la précarité et le manque de moyens dans le domaine de la santé !

Comment peut-on exiger de personnes sans logis qu’elles respectent un couvre-feu ?

Quelles solutions les pouvoirs publics mettent-ils sur la table pour reloger ces personnes et ainsi les protéger d’une contamination ? Comment demander à des mal-logéEs de rester confiner dès 21h dans des appartements insalubres et exiguës ?

Face à une situation sanitaire d’une ampleur inédite, le gouvernement doit cesser sa politique d’exclusion des plus précaires. Le DAL 31 exige :

  • l’arrêt immédiat des expulsions

  • la réquisition de toute urgence des logements et locaux inoccupés

  • des mesures budgétaires : rétablissement des APL, moratoire sur les loyers impayés, création d’un fonds d’aide aux impayés de 2 milliards d’euros

  • l’abandon des mesures anti-squat de logements et locaux vacants. Pas de sans-logis en prison !

  • De véritables mesures pour lutter contre l’épidémie, une politique cohérente, enfin !

Un Toit c’est un droit ! Couvre-feu ou non ! Covid ou pas !

DAL31

17/10/20

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article55253

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.