Attentat de Conflans St Honorine : Un acte ignoble et révoltant (et autres communiqués)

La FSU a appris avec effroi l’attentat dont a été victime un professeur d’histoire du collège de Conflans St Honorine. La FSU exprime son soutien à sa famille, ses proches et les personnels du collège. Cet enseignant a été tué pour avoir exercé son métier, en cours d’EMC, enseignement moral et civique destiné à échanger et débattre afin d’éveiller l’esprit critique des élèves : il a exposé dans ce contexte les caricatures de Mahomet, cours qu’il faisait depuis des années, dans le respect des croyances des uns et des autres, et de la laïcité.

C’est toute la communauté éducative, personnels mais aussi familles et élèves, qui est profondément atteinte et endeuillée, et au-delà l’ensemble de la société. L’assassinat lâche et abject d’un enseignant porte aussi attaque à des principes fondamentaux de la république comme la liberté d’expression, la liberté de conscience, la laïcité.

La FSU demande que tout le soutien nécessaire soit apporté aux personnels et au service public d’éducation. Elle demande que chacun s’abstienne de toute instrumentalisation politique. Elle refusera toute stigmatisation des musulmans. Elle ne lâchera rien sur la nécessité d’apporter partout, pour tous, l’instruction, la raison, la réflexion et tout ce qui permet de construire l’autonomie de jugement.

La FSU et Attac France appellent d’ores et déjà à des rassemblements unitaires à Paris demain, dimanche 18 octobre 2020, à 15h00 place de la République et partout en France.


Communiqué intersyndicale Education : « Assassinat de notre collègue Samuel Paty : deuil, recueillement et solidarité »

Un professeur d’histoire-géographie dans un collège des Yvelines a été assassiné hier vendredi après-midi. Ce meurtre fait suite à un cours de l’enseignant sur la liberté d’expression, utilisant des caricatures.

Les organisations syndicales de l’éducation expriment leur effroi face à ce crime. Elles adressent leurs sincères condoléances aux proches, aux collègues, aux élèves, à la famille de notre collègue. L’heure est au deuil, au recueillement et à la solidarité.

S’attaquer à un enseignant, c’est s’attaquer à l’école qui est un lieu de construction d’un savoir critique, de rencontre de l’autre, de la formation de futur-e-s adultes libres et éclairé-e-s. Nos organisations réaffirment leur attachement à la liberté d’expression, condition nécessaire à l’émancipation, et appellent à éviter toute instrumentalisation de ce drame.

Les organisations appellent les personnels à rejoindre massivement les initiatives prévues localement ce dimanche 18 octobre.

10 réponses à “Attentat de Conflans St Honorine : Un acte ignoble et révoltant (et autres communiqués)

  1. Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle

    Une fois encore, le visage horrible du terrorisme nous met au défi.
    Assassiner et décapiter un enseignant, un professeur d’histoire-géographie en charge de l’enseignement moral et civique, c’est s’attaquer au cœur de notre société.
    C’est s’attaquer à ces hommes et ces femmes qui se chargent sur tout le territoire national d’enseigner les savoirs, d’initier au débat argumenté, d’éveiller l’esprit critique et d’assurer la liberté de conscience.
    C’est s’attaquer à l’ambition d’une école commune donnant à tous les jeunes les moyens de maîtriser leur avenir.
    Dans toutes nos écoles, en exerçant leur métier, les professeurs et l’ensemble des personnels font vivre les valeurs républicaines, la liberté, la laïcité, en leur donnant sens. Chaque jour, par leur action patiente, enseignantes et enseignants, personnels de l’éducation nationale contribuent à construire une République unie et fraternelle, diverse et respectueuse, éclairée et apte au débat démocratique.
    Face à l’obscurantisme qui a massacré l’un des nôtres et nous meurtrit, notre réponse doit être ferme et résolue. Cet acte a été commis au nom de l’islamisme intégriste. C’est bien cette idéologie et celles et ceux qui la portent qui doivent être combattu.es sans relâche.
    Par ailleurs, la stigmatisation des musulman.es dans laquelle certaines forces politiques veulent entraîner le pays depuis bien des années ne peut que renforcer des clivages délétères et alimenter les machines de haine.
    C’est par une politique ambitieuse d’éducation dans le cadre de l’École publique et laïque avec l’implication des mouvements d’éducation populaire complémentaire de l’enseignement public et des collectivités territoriales, pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République, par une politique de justice sociale que nous ferons reculer les périls obscurantistes et garantirons nos libertés.
    Parce que c’est le devenir même de la République, de son École publique et laïque et de notre Nation qui est en jeu et, avec elles, une part de celui du monde, nous appelons toute la population à construire cette réponse avec nous.

  2. Déclaration de la FCPE95 lors du rassemblement le lundi 19 octobre sur le parvis de la préfecture de Cergy
    Les parents d’élèves et militants de la fcpe sont extrêmement choqués par le meurtre de M. Paty, professeur d’Histoire dans un collège de Conflans. Nous sommes stupéfiés, révoltés, en colère, il n’y a pas de mot pour caractériser ce crime. Nous le sommes d’autant plus que certains parmi nous suivent cette histoire depuis deux semaines. Nous avons vu la haine et les menaces monter. Quand nous avons découvert le « cv » de l’individu qui est venu dans le bureau de la principale du collège, nous avons été horrifiés par le torrent de mensonges que cet individu propageait sur internet.
    La seule réponse des autorités, avant le meurtre, a été de demander aux enseignants de ce collège de se taire. Il parait que la police surveillait l’établissement depuis 10 jours, avec l’efficacité que l’on constate.
    Aujourd’hui, des politiques se répandent dans les médias, certains pour dire qu’ils vont faire quelque chose, d’autre pour alimenter la haine. Mais la réalité est que depuis des années, les uns et les autres se sont mis d’accord pour mettre l’éducation publique à la portion congrue. Les moyens humains sont, dans ce collège comme dans les autres, réduits année après année. Alors que la crise économique répand la misère matérielle et morale, que la société devient de plus en plus dure, que la violence monte, y compris parfois entre parents et enseignants, il faudrait plus d’adultes dans les établissements, plus de personnels enseignants, de surveillants, d’infirmières, d’agents techniques. Mais c’est l’inverse qui est organisé.
    La réalité est que l’école publique est progressivement abandonnée par l’Etat. Les équipes sur le terrain font de leur mieux avec ce qui leur est donné, et je veux saluer ici le dévouement des uns et des autres, mais on ne peut plus simplement compter sur ce dévouement.
    Face à la situation de plus en plus catastrophique de l’école publique, face à l’institution qui ne sait que mettre un couvercle sur les problèmes, face à la dureté de la société qui ne reste pas à la porte de l’école mais y entre brutalement, il faut réagir, collectivement, massivement.
    Il y a un autre point que je souhaite souligner ici, et que peu ont remarqué : l’assassin avait 18 ans. Celui qui a tenté d’assassiner des journalistes il y a quelques jours avait aussi 18 ans, de même les terroristes du Bataclan étaient de jeunes hommes. Mais comment a-t-on pu en arriver là ? Comment des jeunes peuvent-ils aujourd’hui commettre de tels actes ? La jeunesse n’a pas besoin qu’on lui explique que la société actuelle est dure, injuste, en particulier contre elle. Elle le sent, elle le voit, elle le vit. Mais depuis des décennies, la société transmet aux jeunes les valeurs de l’individualisme, de la démerde pour s’en sortir, quitte à écraser les autres. Le fanatisme religieux n’est qu’une expression de cet individualisme.
    Notre responsabilité d’adulte, de militant, de parent, est de remettre en avant les valeurs collectives, de dire pourquoi la société est telle qu’elle est, que rien n’est figé, que la société sera ce que collectivement nous en ferons. La jeunesse, dans l’histoire, a souvent été à la pointe des combats pour un monde plus juste. Elle a de l’énergie, de l’enthousiasme.
    Le meilleur hommage que nous pouvons faire au professeur d’histoire assassiné est d’ouvrir les livres d’histoire, pour comprendre notre monde, de regarder comment certains se sont mobilisés pour le changer ou tenter de le changer en mieux. Et d’en discuter, dès ce soir, avec les jeunes que nous côtoyons.

  3. Mot d’introduction suite à l’attentat islamiste à Conflans

    Toutes mes condoléances et mes pensées à la famille, aux proches et à toutes les personnes qui ont été touchées et heurtées par la mort atroce du professeur Samuel Paty, décapité pour avoir montré à ses élèves des images caricaturant le prophète Mohammed, lors d’un cours dédié à la liberté d’expression.

    La caricature, la provocation, le blasphème, le droit à l’insolence, à la parodie, à la moquerie, envers toute pensée politique ou religion, dont la sienne propre, sont nos droits démocratiques élémentaires. La sensibilisation des plus jeunes à problématiser, à donner un cadre à l’expression de leurs désaccords, leurs émotions, leurs réactions face aux créations pamphlétaires, est essentielle pour en faire des citoyen-nes fort-es et armé-es intellectuellement pour se positionner dans tout débat contradictoire.
    C’est par ces droits aussi que l’on est un peuple libre, et même des croyant-es libres.
    Fatima Benomar· Cofondatrice des effronté-es · 21 octobre 2020

  4. Que Samuel Paty et toutes les victimes du terrorisme reposent en paix !

    L’ADTF condamne avec la plus grande vigueur l’acte barbare commis à l’encontre du professeur Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine vendredi 16 Octobre 2020, elle présente ses condoléances attristées à sa famille, à ses proches et à la communauté des enseignants.

    L’ADTF dénonce l’utilisation honteuse de la religion à des fins terroristes, cet acte odieux s’attaque à tous les droits de l’homme et surtout au droit à la liberté d’expression, acquis fondamental de la République laïque et démocratique.

    L’Association Démocratique des Tunisiens en France – ADTF continue à œuvrer pour développer ses activités autour de la citoyenneté et le vivre ensemble, remparts essentiels contre le terrorisme, l’obscurantisme, la stigmatisation et l’amalgame.

    Aujourd’hui comme demain, nous continuerons de militer pour que la force du savoir, l’éveil des consciences, l’éducation des plus jeunes et des moins jeunes, triomphent.

    Samuel Paty, 47 ans, était professeur d’histoire au collège du Bois-d’Aulne, dans les Yvelines. Père de famille, il était très apprécié de tous. Sa vie a été ôtée de la manière la plus injuste et abjecte qu’il soit. À tous les Samuels d’ici et d’ailleurs, nous ne vous oublierons pas.

    Que Samuel Paty et toutes les victimes du terrorisme reposent en paix

    http://www.atf-paris.fr/spip.php?article1140

  5. Communiqué

    La FTCR et les associations membres, tiennent à assurer à la famille et aux proches de Samuel PATY de l’entière solidarité et empathie, avec une pensée très émue pour ses élèves et ses collègues du collège du Bois d’Aulne.
    La FTCR et les associations membres, condamnent avec fermeté l’assassinat de Samuel PATY, Enseignant, Educateur, Professeur d’Histoire-Géographie, par un criminel haineux, intolérant et fanatique. Un acte guidé par une idéologie sectaire, intolérante, incompatible avec la vie en société, refusant tout vivre ensemble et toute coexistence avec les autres pensées en France comme dans les pays arabes et/ou musulmans. Rien d’étonnant donc que ces terroristes et leurs idéologues s’attaquent au principe même de liberté d’expression et à plus forte raison de liberté de conscience.
    Qui plus est cet assassinat terroriste comme tous les attentats précédents n’ont eu pour effet jusque-là et à chaque fois que de renforcer les idéologies nationalistes et d’extrême-droite hostiles aux musulmans et aux étrangers et, par contrecoup, à ouvrir la voie à un durcissement des politiques de plus en plus restrictives et répressives contre les immigrés mais aussi contre les libertés de tous.
    La FTCR et les associations membres alertent cependant, contre les amalgames faciles et s’opposent fermement à la stigmatisation des musulmans et aux mesures répressives et arbitraires dirigées contre des associations de l’immigration et de lutte contre le racisme et l’islamophobie.
    Envenimer les relations entre les communautés, tel est l’un des buts des idéologues du terrorisme.
    La FTCR et les associations membres tiennent également à rappeler son attachement à l’école publique notamment dans les quartiers populaires ainsi qu’à l’enseignement laïc et éclairé. La FTCR et les associations membres sont toujours aux côtés des enseignants et des éducateurs et tiennent, à cette douloureuse occasion, à leur témoigner toute leur solidarité. Cet évènement tragique nous rappelle combien l’éducation est indissociable de la liberté et de la démocratie.
    La FTCR et les associations membres prendront part à l’hommage national qui sera rendu mercredi 21 Octobre 2020 prochain au Professeur Samuel PATY.

    Le Bureau de la FTCR
    Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux rives
    Liste d’information officielle de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)

  6. Communiqué : Nous n’admettons aucune justification à la violence et à la barbarie

    Depuis le vendredi 16 octobre 2020, la France est plongée dans l’effroi après la décapitation du professeur d’histoire-géographique Samuel Paty près d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, par un terroriste islamiste russe d’origine tchétchène, au motif que la victime avait montré des caricatures dans un cours sur la liberté d’expression
    Cet assassinat a suscité dans notre association et chez nos adhérents-es un sentiment de sidération, d’émotion et de révolte contre ce crime hideux qui porte la signature de Daech.
    Le Bureau National et le Conseil National de l’ATF, qui depuis sa création, lutte contre tous les intégristes et les jihadistes et leurs projets :
    – Condamnent avec force le crime barbare
    – Présentent ses sincères condoléances à la famille du professeur Samuel Paty et à ses collègues enseignants et leur expriment leur solidarité totale dans ces moments difficiles,
    – Rappellent que les premières victimes des violences des jihadistes extrémistes sont les populations musulmanes et/ou de culture musulmane, qu’ils vivent dans les pays arabes et musulmans, en Europe, ou bien aux Etats unis et ailleurs et qui paient un prix fort.
    – Appellent les républicains, démocrates et les humanistes de France à refuser le discours de haine et de racisme et à ne pas faire assumer aux Français musulmans et les populations immigrées musulmanes ou de culture musulmane la responsabilité de cet assassinat.
    Nous invitons, plus particulièrement, tous les musulmans, les imams et les théologiens à théologiens à s’engager et à combattre le faux argument des terroristes usurpateurs de l’islam et selon lequel « une offense au prophète Mohammed mérite punition » et donner un avis clair sur la liberté d’expression et de la liberté de conscience.

    – Nous refusons tous les fanatismes
    – Nous refusons le jihadisme
    – Nous combattons l’obscurantisme et l’ignorance
    – Nous n’admettons aucune justification à la violence et la barbarie
    Paris, le 19 octobre 2020

    Le Bureau National et le Conseil National de l’ATF

  7. Immonde

    Samuel Paty, un professeur d’histoire géographie a été assassiné pour avoir fait cours sur la liberté d’expression, fondement inaliénable de notre démocratie. Il n’y a pas de mot suffisamment puissant pour qualifier l’inqualifiable, simplement qu’un enseignant est mort dans des circonstances horribles après avoir simplement exercé son métier.
    L’Union syndicale Solidaires partage l’émotion immense provoquée par le meurtre de Samuel Paty et se tient aux côtés de ses proches, ses ami-es, ses élèves, ses collègues et toutes celles et ceux pour qui le respect d’autrui et de sa possibilité d’exprimer son point de vue sans risquer sa vie sont au fondement de nos libertés et de notre société.
    Comme le fascisme, le fanatisme et l’obscurantisme prospèrent sur le terreau de la misère à laquelle notre système capitaliste n’apporte aucune réponse. Au contraire, il crée toujours plus d’inégalités abyssales et de guerres, donc de la misère et de souffrance auxquels certain-es croient pouvoir trouver dans l’intolérance et la haine religieuse une réponse à leurs maux. Une fois de plus, certain.es instrumentalisent ces événements dramatiques pour faire des amalgames racistes inacceptables et stigmatisant contre l’ensemble des personnes musulmanes.
    Nous continuerons de nous battre tant qu’il le faudra pour un autre avenir, dans la tolérance et la justice.

  8. Pour Samuel Paty

    Samuel Paty, notre collègue enseignant, professeur d’histoire-géographie, a été décapité, sauvagement assassiné par un terroriste islamiste pour avoir souhaité réfléchir à la liberté d’expression avec ses élèves. Nous sommes toutes et tous anéantis par le choc.

    Le moment viendra de réfléchir à ce que peut l’école face à une telle horreur. La réponse ne pourra être que collective, humble, et prendra du temps. Mais l’heure est au recueillement et à l’émotion, auprès de ses proches, ses élèves, ses collègues ; entre nous toutes et tous aussi.

    L’occasion de rappeler à quel point nous exerçons un métier difficile mais salutaire ; et d’affirmer haut et fort que nous défendrons jusqu’au bout une école commune et émancipatrice contre tous les obscurantismes et fanatismes qui la salissent et l’endeuillent.

    Le collectif Aggiornamento histoire-géographie
    https://aggiornamento.hypotheses.org

  9. Pour la liberté d’expression, pour l’éducation et contre tous les fanatismes

    https://www.france-palestine.org/Pour-la-liberte-d-expression-pour-l-education-et-contre-tous-les-fanatismes

    L’Association France Palestine Solidarité a appris avec effroi l’attentat dont a été victime un professeur d’histoire du collège de Conflans St Honorine. Cet attentat porte atteinte de manière dramatique aux principes fondamentaux de la République, à la liberté d’expression, à la formation de l’esprit critique et au droit à l’éducation.

    L’AFPS s’incline devant la mémoire de Samuel Paty, l’enseignant assassiné, et tient à exprimer tout son respect et tout son soutien à l’ensemble de la communauté éducative ; elle assure les syndicats enseignants, qui sont aussi ses partenaires pour le respect du Droit, de sa pleine solidarité. Elle s’associe aux rassemblements qui sont organisés dans toute la France ce dimanche 18 octobre.

    L’AFPS s’oppose à toute forme de racisme et rejette tout amalgame et toute tentative de récupération qui viserait une partie de la population française.
    Partout dans le monde, il faut que les valeurs du Droit et du respect de l’autre fassent reculer les fanatismes. Tous les fanatismes.
    Le Bureau national de l’Association France Palestine Solidarité
    18 octobre 2020

  10. En revanche, la FCPE a été très ambigüe hier sur une radio nationale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.