Pour la libération sans condition des prisonniers politiques et d’opinion en Iran (et Appel intersyndical)

Non à la peine de Mort

Aux épris de la liberté !

La République islamique d’Iran occupe honteusement la première place (par rapport au nombre d’habitant) dans l’exécution des citoyens dans le monde. Depuis plus de quatre décennies, on observe que la prison, la torture, la peine de mort sont devenus les outils de répression de façon systématique envers du peuple iranien, sont au cœur du programme d’oppression du régime.

A la suite des soulèvements massifs et populaires des couches démunies, en hiver 2017 et à l’automne 2018, avec des slogans mettant en cause toutes les tendances du pouvoir, la répression a atteint des envergures encore plus larges.

La crise économico-politique a étouffé toutes les institutions du régime, et la corruption, l’incompétence, l’inflation et la hausse astronomique des prix des produits de première nécessité, additionné à la pandémie du coronavirus et ses conséquences mortelles, sont des éléments qui augmentent la colère et les contestations des démunis et des couches laborieuses. 

Dans ces conditions, le régime misogyne islamique a lancé une vaste campagne contre les femmes pour réprimer et neutraliser leurs luttes contre le port du hidjab obligatoire.

A la veille de cette journée mondiale pour l’abolition de la peine de mort, la République Islamique d’Iran a exécuté un jeune travailleur et sportif, Navid AFKARI sous prétexte d’avoir participé au soulèvement de 2018, malgré les vives contestations exprimées de par le monde. 

Et un autre jeune, Nader MOKHTARI accusé du même « délit » est mort sous la torture dans une des prisons iraniennes.

Actuellement, au moins 33 prisonniers politiques et d’opinions condamnés à mort sont en danger d’exécution imminente.

Nous exigeons l’abolition totale de la condamnation à mort pour tous les prisonniers, les condamnés civils inclus, et en particulier nous demandons l’arrêt immédiat de la condamnation des mineurs. 

Ils sont tous victimes de la politique de ce régime islamique et des inégalités qui en résultent.

En Iran, malgré la répression étendue, les travailleurs, les enseignants, les femmes, les étudiants, les sédentaires démunis, les paysans et les militants civiques, ainsi que les écrivains et les artistes sont en lutte permanente pour revendiquer leurs droits, et aussi pour la liberté et l’égalité, mais aussi contre la peine de mort et la torture. 

Ils luttent aussi pour pouvoir créer leurs organisations professionnelles et améliorer leur niveau de vie. Ils croient dans le pouvoir des masses et agissent pour un monde meilleur.

Nous, les diverses associations à travers le monde, nous sommes préoccupés du sort des prisonniers politiques qui se trouvent sous la menace de la torture, dans la condition dramatique due à la pandémie. 

Il ne faut pas sous-estimer la haine du régime envers des prisonniers politiques, donc nous demandons à tous les épris de la liberté dans le monde à œuvrer pour la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques et d’opinions en Iran et pour l’abolition de la peine de mort.

Nous organiserons le 10 octobre, dans toute l’Europe ainsi qu’aux Etats-Unis et au Canada, des actions de protestations devant les ambassades du régime islamique ou autre sites.

Soutenez les revendications des prisonniers politiques et d’opinions d’Iran ainsi que la lutte du peuple pour la liberté et l’égalité.

Pour la libération des prisonniers politiques en Iran !

Pour l’abolition de la torture et de la peine de mort !

A bas la République Islamique d’Iran !

Vive la liberté et l’égalité !

Alliance des forces démocratiques iraniennes, Suisse.
Association de Défense des prisonniers politiques et d’opinions en Iran, Paris.
Association des réfugiés iraniens à Göteborg, Suède.
Association de défense des droits de l’homme et de la démocratie en Iran – Hambourg.
Association des socialistes – Suède.
Alternative socialiste iranien – Londres.
Groupe des militants politico sociaux et réfugiés – Göteborg, Suède.
Partisans des mères du Parc Laleh, Stockholm.
Femmes autonomes de Cologne, Allemagne.
Conseil de solidarité des iraniens avec Rojava – Stockholm.
Conseil de coordination contre me massacre à la République Islamiqu  – La cris de KHAVARAN. Conseil de la solidarité des réfugiés et des demandeurs d’asiles iraniens en Turquie.
Fédération Euro perse, Belgique.
Cercle des militants démocrates et socialistes, Hanover, Allemagne.
Cercle des réfugiés Politiques iraniens –Berlin.
Cercle des soutiens aux luttes du peuple iranien- Vienne, Autriche.
Centre des iraniens progressistes à N.Y. et en N.J.- USA.
Centre de critique et du dialogue, Los Angles.
Comité de Défense des prisonniers politique en Iran ; Berlin.
Comité de soutien du peuple iranien, Suisse.
Comité de Solidarité pour les droits de l’Homme en Iran – Norvège.
Comité de Solidarité Suédois-Iranien des travailleurs
Comité de Solidarité avec les luttes du peuple iranien, Francfort.
Comité pour la mémoire du massacre de prisonniers politique dans les années 1980, Washington DC.
Militants Politiques iraniens de Los Angles- Ca.
Groupe de solidarité Irano-Allemand Stuttgart, Allemagne.

Les Institutions de Solidarité avec le mouvement ouvrier en Iran – à l’Etranger :
Solidarité avec les luttes du peuple iranien – Suisse
Solidarité Socialiste avec les travailleurs en Iran (SSTI), France.
Solidarité pour les droits de l’homme, Calgary, Canada.
Comité pour la création du Centre des Réfugiés iraniens – Grèce

Contact : 

Kanoon.hannoer@gmail.com
+491778416132
Kupg_iran@yahoo.de

En France :
adpoi@yahoo.com
sstiran@yahoo.fr

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article55093


Iran : Solidarité avec les victimes de la répression

En Iran, vouloir constituer des organisations syndicales indépendantes du pouvoir est considéré comme un crime.

Condamné à 6 ans de prison, Djafar AZIMZADEH, dirigeant de l’Union libre des travailleurs d’Iran avait été informé le 18 mars 2020 qu’il allait être libéré. 

Mais il a été brusquement transféré en cellule isolée dans la prison Redjaei Shahr, située dans la commune de Karadj, à l’ouest de Téhéran. 

Il est très affaibli du fait de ses nombreuses grèves de la faim et sa contamination par la Covid-19.

Esmail ABDI et Mohammad HABIBI, syndicalistes enseignants, sont également emprisonnés dans des conditions extrêmement rudes.

Il en va de même pour nombre de personnes exprimant des opinions ou convictions déplaisant au régime comme trois membres de l’Association des écrivains iraniens (IWA), Baktash ABTIN, Reza KHANDAN et Keyvan BAJAN. 

Ils ont été condamnés et emprisonnés (à 5 et 3 ans) pour leur action au sein de l’association, ainsi que l’organisation d’une cérémonie en hommage au poète iranien Ahmad SHAMLOU, mort en 2000.

Nasrin SOTOUDEH, avocate et militante des droits humains a été condamnée à 12 ans de prison pour avoir défendu une jeune iranienne opposée au port du voile. 

Elle a entamé une grève de la faim le 11 août 2020. Elle entend ainsi protester contre ses conditions carcérales. Son état de santé s’étant dégradé elle a été transférée en soins intensifs le 19 septembre dans un hôpital de Téhéran. 

Le 24 septembre 2020, elle a été renvoyée à la prison d’Evin (Téhéran), malgré son état de santé.

Les prisons iraniennes sont surpeuplées et insalubres. L’accès aux soins de santé y est extrêmement limité, voire inexistant. 

Elles constituent pour ces raisons un terreau fertile pour la Covid, comme le dénonce un rapport accablant publié en juillet 2020 par Amnesty international.

Pour toutes ces raisons, les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Union syndicale Solidaires et UNSA demandent :

la libération sans conditions de Nasrin SOTOUDEH, Djafar AZIMZADEH, Esmail ABDI, Mohammad HABIBI, HBaktash ABTIN, Reza KHANDAN et Keyvan BAJAN ainsi que de tou.te.s les prisonnier.e.s d’opinion, syndicalistes et écrivain.e.s. 

* la mise en œuvre des mesures nécessaires à la protection contre la Covid-19 de toutes les personnes emprisonnées, et leur permettre d’accéder aux soins.

Paris, le 6 octobre 2020

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article55097

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.