Quelques mots à destination d’un certain Zemmour, Éric

Quelques mots à destination d’un certain Zemmour, Éric, 62 ans, écrivain, polémiste, de la part de citoyens, de Français, d’écrivaines et d’écrivains, de libres penseurs, d’extrémistes humanistes, de voyous de la langue, voleurs et assassins des peurs.

Vous nous avez de nouveau insultés. Nous, les Français, avec et sans papiers. Vous avez insulté nos traditions, notre tradition d’accueil. Vous avez insulté toutes les personnes qui ont posé leurs valises et leurs espoirs dans notre pays, depuis des générations. Qui ont contribué à construire les routes, peindre les murs, vider les poubelles, offerts Guernica, La Vie devant Soi, Le premier accroc coûte deux cents francs, Z, La Bohème, Le Songe d’une nuit d’été, La Nuit sacrée, deux coupes d’Europe, deux coupes du monde. Ceux qui offrent simplement leurs joies, leur labeur, leurs larmes, ceux qui survivent en prison, ceux qui ont apporté de nouvelles saveurs, sonorités, modes vestimentaires et ce qui fait le sel de ce pays depuis l’arrivée des Celtes. C’était il y a 3200 ans.

Vous sévissez depuis des années. Ras-le-bol. Armé de votre rhétorique, de vos citations tronquées, de références à de grands écrivains et de grands penseurs, vous nous expliquez ce que devrait être la France. Voilà la réponse : la France, ce sont les bigoudens et les boubous, les côtes-du-rhône et les thés à la menthe, les nems et les caramels, le couscous du dimanche et le poisson du vendredi, c’est Carême ou Kippour pour certains et prières en musique, messes en lecture pour d’autres. La France, vous hurlez qu’elle coule, qu’elle est coulée ou qu’elle coulera, mais c’est votre langue acide trempée dans les latrines de l’âme humaine, vos idées visqueuses et vos propositions tranchantes qui nous coulent tous.

En vous attaquant à des enfants, vous abîmez la France et les Français. En rendant sentence par l’exemple de cas particuliers, vous condamnez des millions d’innocents, d’honnêtes travailleurs et contribuables, parents, étudiants, retraités : un quart de nos compatriotes. Le séparatisme c’est vous. Il y a quelques années, vous souhaitiez nous renvoyer chez nous. Quel visionnaire vous faites, vous nous proposiez de nous confiner à la maison ? Pour nous protéger du virus du racisme ? Chez nous, c’est ici. Nous sommes Français de langue, de peau, de sueur, de rires et de pleurs même si votre âme grise tente de nous tendre un piège depuis vingt ans. Elle tente d’inventer une France idéale, un Français modèle. Le Français de souche. Nous autres vous répondrons qu’il n’existe qu’un seul Français. Que certains reçoivent la nationalité de leurs parents, d’autres formulent le vœu de l’acquérir auprès de l’État qui administre notre pays. À la limite, par précision de langage, on pourrait parler de Français d’héritage et de Français de désir. Amoureux avoué de la langue que vous êtes, vous devriez comprendre.

Signataires : 

Mahir Guven, éditeur et écrivain
Négar Djavadi, écrivaine et scénariste
Anne-Sophie Stefanini, écrivaine et éditrice
Nora Hamadi, journaliste
Dorothée Perrouin-Verbe, enseignante-chercheuse
Stéphane Distinguin, chef d’entreprise
Abdourahman Waberi, écrivain et professeur des universités
Djamel Chérigui, épicier, amoureux des livres et de l’histoire de France
Aïssata Seck, femme politique
Emmanuelle Colas, archéologue et éditrice
Mounya Boudiaf, metteure en scène
Hemley Boum, écrivaine
Fabien Truong, professeur agregé des universités
Kaouther Adimi, écrivaine
Fabienne Kanor, écrivaine
Younes, rappeur
Amadou Touré, père de famille, agent d’assurances
Juliette Fievet, journaliste
Mohammed Bensaber, bibliothécaire
Maeva Gaudin, cadre territorial
Hussein Khalife, enseignant-chercheur
Lauren Malka, journaliste
Dolores Bakela, journaliste
Laurence Barrère, attachée de presse
Amandine Ardouin, libraire
Ivana Isailović, professeure d’université
Samuel Fulli-Lemaire, professeur agrégé des universités
Raphaëlle Théry, maître de conférences
Catherine Guilmault, professeure documentaliste et peintre
Wilfried N’Sondé, écrivain
Asma Alouane, doctorante
Sadr Ben Slimane, directeur artistique, responsable commercial

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/021020/quelques-mots-destination-d-un-certain-zemmour-eric


En complément possible :

Gérard Noiriel : Éric Zemmour, le voleur d’histoire

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/10/01/eric-zemmour-le-voleur-dhistoire/

Sébastien Fontenelle : Les empoisonneurs. Antisémitisme, islamophobie, xénophobie

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/08/31/les-scelerates-actualisations-de-la-haine-des-meteques/

Elise Thiébaut : Mes ancêtres les gauloises. Une autobiographie de la France

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/07/29/les-passes-les-identites-et-les-vies-que-certains-voudraient-nous-imposer/

Gérard Noiriel : Le venin dans la plume. Edouard Drumont, Eric Zemmour et la part sombre de la république

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/11/14/le-scandale-genere-de-laudience-et-laudience-genere-des-recettes-publicitaires/

Jean-Paul Gautier : Le « Grand Remplacement », cri de ralliement de la mouvance identitaire

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/07/le-grand-remplacement-cri-de-ralliement-de-la-mouvance-identitaire/

Une réponse à “Quelques mots à destination d’un certain Zemmour, Éric

  1. Marie-Anne Destrebecq

    Ce gars, ce n’est surtout, surtout pas la peine d’en parler, vous lui faites bien de l’honneur, et je suis sûre qu’il rigole, content, en vous lisant. Cela fait longtemps que je suis sidérée de le voir (pognon sur rue?). Son but semble simple: mettre par terre le moral de tout le monde. C’est un truc impardonnable dans une époque difficile, et surtout c’est un truc facile car non fondé sur des arguments sérieux: manipulation digne des religions et des dictatures. Ne pas se laisser faire: faire qu’il n’existe plus. Na!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.