Du coté du jazz (septembre 2020)

Version du jazz manouche

Evan Christopher a décidé un jour de mettre sa clarinette au service du jazz manouche pour lui donner une nouvelle jeunesse et éviter la répétition des motifs forgés par Django Reinhardt qui reste, malgré tout, la référence essentielle. Il faut rendre au créateur ce qui lui revient, d’autant que Django avait utilisé la clarinette dans le quintet qu’il avait créé pendant la guerre. Fapy Lafertin, guitare, avec qui le clarinettiste partage l’affiche de l’album intitulé en toute modestie « A Summit in Paris », sait se servir des leçons du maître pour créer des ambiances spécifiques. Un sommet qui réunit aussi Dave Kelbie, deuxième guitare, et Sébastien Girardot, contrebassiste, deux autres habitués de l’univers de Django.

Le quartet dessine l’environnement de Django en reprenant des classiques comme « Wild Man Blues », repris par Louis Armstrong à la fin des années 1920, qui ouvre l’album ou « Bechet’s Fantasy » que Sidney avait enregistré seul, s’enregistrant sur tous les instruments pour mêlées les compositions de Django, compositions personnelles et construire un album sans fausse note…d’ambiance. Une musique irrésistible dans sa manière d’agencer les instruments et les souvenirs.

Evan Christopher/Fapy Lafertin : A Summit in Paris, Camille Productions/Socadisc


Le jazz continue à se danser

Jason Miles manie avec dextérité tous les claviers comme il en fait la démonstration dans « Black Magic », une magie noire qui a comme nom une fusion, dans le sens de cette partie du jazz qui avait aussi – mais pas seulement – marqué les années 1970.

Il faut dire que l’homme ne manque d’un certain goût de la provocation pour nommer son groupe « Kind of New », une sorte de nouveauté, référence explicite à Miles Davis et à son « Kind of Blue » de 1959.

Jason Miles, spécialiste des computers, avait travaillé avec Miles Davis sur l’album « Tutu ». Il lui en reste quelque chose, « Jean-Pierre » par exemple qu’il reprend dans cet album. Tous les mélanges des musiques qui font danser, du funk au rock en passant par toutes les autres possibilités. Un album curieux qui ne pourra s’écouter assis.

Jason Miles//Kind of New : Black Magic, Rodeadope


Quand le funk est là…

S’appeler « Big Funk Brass » oriente la musique qui sortira de cet album, « Higher », le troisième de cette sorte de fanfare qui semble renouer avec la rue et ses forces, ses énergies. Le groupe emprunte à tour de bras avec comme seul objectif, faire danser, faire bouger les corps dans une fraternité et une sororité retrouvées. Les références les plus sensibles se trouvent du côté de « Dirty Dozen », une fanfare capable d’englober toutes les formes de la musique noire.

La soul, de James Brown à aujourd’hui, est présente mais aussi le rap, le slam pour envelopper le monde de rythmes pour le faire avancer au pas de ces danses, de ces marches joyeuses qui portent le sceau de la grande ville du jazz et de toutes les musiques de danse, la Nouvelle-Orléans.

Entrez donc dans la danse…

Big Funk Brass, : Higher, autoproduit, rens. http://bigfunkbrass.fr


Faire tomber les murs.

Le groupe « House of Echo » conduit par le pianiste/claviériste Enzo Carniel se veut une chambre de résonances de toutes les musiques. Le but affirmé pour ce troisième album, « Wallsdown », est de faire tomber les murs au moment où les gouvernements de chaque pays du monde n’ont qu’une seule idée en tête, en construire pour se protéger du reste du monde, des migrants en particulier. Sans comprendre que la culture ne vit que pas la confrontation avec d’autres ou par l’apport de l’Autre.

Pour l’avenir de la musique, les murs et les frontières ne sont pas un obstacle. Pour construire de nouvelles pistes, pour faire surgir la musique de notre temps, il faut soulever toutes les chapes de plomb qui pèsent sur les possibilités de créer.

Pour Enzo Carniel et ses compagnons de voyage : Marc Antoine Perrio, guitare, Ariel Tessier, batterie et sons de pierres, Simon Tailleu, contrebasse et Bruce Sherfield voix, l’ouverture apparaît comme une nécessité vitale. Chez eux, le jazz reste la matrice – disons plutôt, le balancement et la diction – à laquelle se rajoutent les musiques électroniques et des références à la musique contemporaine. Un collage qui fonctionne. Le groupe conduit le cerveau vers des zones peu explorées pour laisser la place à l’imaginaire. L’album est un tout qu’il faut écouter comme tel.

Enzo Carniel – House of Echo : Wallsdown, Jazz&People.


Ouvert à tous les vents

Un trio bizarre : une trompette, Kenny Warren, aussi le compositeur des thèmes de l’album, « In the Heat », dans la fournaise newyorkaise l’été, une basse, Matthias Pichler qui joue un rôle essentiel de soubassement rythmique et un batteur, Nathan Ellman-Bell déployant toutes les ressources de l’instrument pour dialoguer avec l’un ou l’autre tout en prenant sa place. Les références sont multiples bien que les titres des thèmes racontent une histoire pour donner à la musique une plus grande consistance. Ornette Coleman, l’AACM – une association créée à Chicago longtemps présidée par Muhal Richard Abrams -, en particulier Roscoe Mitchell, la musique des Balkans et la musique contemporaine. La pulsation du jazz est présente, surtout véhiculée par le bassiste, mais pour le reste le travail du trio s’éloigne des canons habituels du jazz, même du free.

Le parcours du trompettiste, Kenny Warren, lui-même est révélateur de cette nouvelle épopée, du folk au free, du jazz aux musiques américaines. Le trompettiste murmure, feule, crie, rit pour construire un monde qui sort de ce monde. Un périple étrange qu’il faut suivre pour comprendre les interrogations actuelles sur le périmètre du jazz.

Une musique qui sait se suffire à elle-même.

Kenny Warren trio : In the Heat, Whirlwind Records.

Nicolas Béniès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.