Projections : un piano et des mondes (8)

Pianiste seul-e face à cet instrument multiple…

Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : Projections : un piano et des mondes, les disques solo d’Aki Takase « My Ellington » et d’Abdullah Ibrahim (Dollar Brand) « Ode To Duke Ellington » Autour du Duke (2), Projections : un piano et des mondes (2), Projections : un piano et des mondes (3), Projections-un-piano-et-des-mondes-3-2/,projections-un-piano-et-des-mondes-4/, projections-un-piano-et-des-mondes-5/, projections-un-piano-et-des-mondes-6/, projections-un-piano-et-des-mondes-7/

Sept morceaux composés par Gary Peacock et un extraordinaire Gary d’Annette Peacock. Le pianiste Marc Copland nous offre, une nouvelle fois, un disque d’une beauté profonde. Un moment intense.

Cd Marc Copland : Piano solo, enregistré en avril 2018, Illusions music


Live at Bastianich Winery

Un bon verre de vin se découvre d’abord avec les yeux, puis se sent avec le nez avant d’être dégusté. Le breuvage s’ouvre, s’arrondit, se décline en saveurs… Le temps de la boisson, les temps de la valse, ici celui du toucher, des réverbérations des notes, des persistances du son. Un pianiste, une soirée, comme une bonne odeur fruitée…

Cd Enrico Pieranunzi : Wine & Waltzes, enregistré en juin 2017, Cam Jazz 2018


Il faut oublier la voix du pianiste, se concentrer sur la musique et les doigts parcourant le piano. Il y a ici un somptueux écoulement du temps, des hommages à Django et au Duke, Sweet Georgia Brown

Quelque chose au delà des notes blanches et noires.

Cd John Lewis : Evolution, enregistré en janvier 1999, Atlantic Records


Le pianiste emprunte des chemins aujourd’hui peu ou plus parcourus. Indépendances des mains, croisements, chevauchements, espaces lancinants, accélérations trépidantes. Le pianiste dessinent des espaces dans lesquels j’aime me perdre.

Cd Alexander Hawkins : Iron Into Wind, enregistré en septembre 2018, Intakt


Kenny Werner pianiste nous propose un errance musicale, des surgissements d’autres musiciens, des mélodies et des ruptures, de belles improvisations.

Il y a décidément de bien belles choses dans ces éditions de concert chez jazzhaus.

Cd Kenny Werner : Solo in Stuttgart, enregistré en juin 1992, Jazzhaus 2019


Un album de piano plein de tendresse, de mémoire musicale. Une combinaison de tristesse et de joie, des changements de rythmes, une utilisation de la large palette des touches noires et blanches. Magique. Un disque qui m’accompagne depuis des années sans lassitude…

Cd Ran Blake : Wende, enregistré en août 1976, Owl


Autour de rythmes rag, le pianiste Andrew Hill dynamite l’espace. Il projette son piano dans les plus modernes des atmosphères sans briser le fil ténu qui les lient à la « tradition »…

Un pianiste injustement oublié.

Cd Andrew Hill : Verona Rag, enregistré en juillet 1986, Réédité dans un coffret de 4 cd Andrew Hill chez Cam en 2015

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.